Le tribut payé par nos anciens dans les Ehpads a été exorbitant et indigne.

7 Mai

Depuis le début l’épidémie, plus de la moitié des 25 800 victimes du Covid-19 vivaient en maison de retraite. Une tragédie : au total, quelque 12 800 résidents en Etablissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont morts depuis le 1er mars, selon le dernier bilan de Santé publique France. Parmi eux, 3 298 sont décédés à l’hôpital.

Alors que les portes de leurs établissements s’ouvrent de nouveau aux familles, directeurs, soignants, médecins estiment avoir mené « une guerre sans arme », sur « un front sous-estimé » par le gouvernement avec des « directives ministérielles peu claires, inadaptées » et « corrigées » trop tard.

Pour ces sentinelles du grand âge, d’innombrables vies auraient pu être épargnées.

Alors que les premières plaintes en justice de proches de résidents décédés visent l’Etat mais aussi des Ehpad privés lucratifs, « il n’est pas question que l’on paye l’addition pour tout le monde », prévient Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (Synerpa). De bonne guerre ; elle braque les projeteurs sur les tutelles.

« Force est de constater que quand Olivier Véran [ministre des solidarités et de la santé] a repris nombre de nos demandes, l’administration a déroulé derrière. Mais on a perdu un mois et demi. Un retard à l’allumage sans lequel, affirme-t-elle, on peut penser qu’il y aurait eu moins de morts. »

Le secteur des Ehpad privés non lucratifs est tout aussi sévère contre l’exécutif. « Il y a eu un retard coupable de la prise en compte de la situation dans les Ehpad »,lance Marie-Sophie Desaulle, présidente de la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés (Fehap). Le gouvernement n’est toutefois pas le seul fautif, à ses yeux : « A chaque crise sanitaire, la France a pour réflexe de protéger la filière des soins, donc l’hôpital. A l’inverse, les pays nordiques, de culture anglo-saxonne, l’Allemagne notamment, prennent d’abord en compte la situation des personnes vulnérables. » Autres moeurs, autres conséquences…

Au sein de l’Etat, « la gestion de crise s’est faite, comme souvent en pareilles circonstances, de façon séquencée, observe l’ancienne secrétaire d’Etat, aujourd’hui présidente de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, Marie-Anne Montchamp. La surchauffe à l’hôpital a fait qu’on a manqué de cerveau disponible pour piloter les Ehpad sans, pour autant, laisser suffisamment la capacité aux acteurs de s’organiser sur le terrain ».

Au ministère de la santé, on préfère voir dans ces mises en cause un « jeu d’acteurs » et l’on balaie les reproches. « Il n’y a eu aucun décalage entre la gestion de la crise à l’hôpital et dans les Ehpad. Elles ont été menées en même temps. La prise de conscience des problèmes a été simultanée. C’est irréfutable ! », riposte-t-on dans l’entourage d’Olivier Véran. Les procès à venir nous le diront !

L’Etat a beau réfuter tout manquement, les Ehpad n’en ont pas moins livré bataille à armes inégales selon les territoires, notamment en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Grand Est. Si le virus a décimé plus de résidents à l’est qu’à l’ouest, le Covid-19 est entré partout : pas moins de 66 % des établissements ont déclaré un cas de contamination. Ouvrir la boîte noire de cette catastrophe permet d’en mesurer les ressorts.

  • Des carences en masques

Ce premier constat est unanime. Le manque de masques a conduit les soignants à transmettre le virus à des résidents qui l’ont payé de leur vie. La peur de la pénurie à tous les étages – au niveau de l’Etat, des Agences régionales de santé (ARS) et des directeurs d’Ehpad – a, de fait, conduit à un engrenage funeste.

Depuis le début, assure le ministère, les Ehpad ont été « prioritaires ». Pourtant, la distribution de masques à large échelle n’a démarré que…le 22 mars. Entre-temps, malgré un approvisionnement au gré des demandes, les Ehpad ont manqué de visibilité sur l’accès à de nouveaux stocks.

L’Etat ayant réquisitionné la production nationale et les importations de masques jusqu’au 21 mars, il leur était quasi impossible de s’en procurer sur le marché. La peur du manque s’est répandue. Des directeurs les ont distribués au compte-gouttes. D’autant que le protocole du ministère les y encourageait puisqu’il préconisait le port de masques en cas de Covid avéré ou suspecté. Et non de manière préventive. Certains directeurs ont même été jusqu’à les mettre sous clé.

Le 22 mars, Olivier Véran annonce la distribution de 500 000 masques par jour. Dès lors, la doctrine évolue : tout Ehpad devra recevoir des masques à raison de deux par résident, « même s’il n’a pas de cas de Covid », précise le ministère.

Malgré de multiples consignes envoyées aux ARS pour clarifier la ligne auprès des Ehpad, « un cafouillage » sur les règles de distribution a perduré, selon un acteur le dossier. Une aide-soignante dans un Ehpad associatif à Montreuil a ainsi vécu des situations qui l’ont révoltée :

« J’ai vu des collègues, faute de masque et de surblouse, refuser de rentrer dans les chambres de malades du Covid. Des résidents sont alors restés sans médicament et sans manger. Les infirmières n’ont pas voulu aller non plus à leur chevet pour leur prodiguer leur traitement. Certaines avaient pourtant accès aux masques, contrairement aux soignants. »

« Il y a eu une sous-estimation initiale des besoins des Ehpad parce que l’attention des pouvoirs publics a été concentrée uniquement sur ce qui se passait en réanimation, confirme Marc Bourquin, conseiller stratégique de la Fédération hospitalière de France (FHF). On peut le comprendre mais c’était une erreur, la suite l’a prouvée. Ce n’est pas faute d’avoir alerté sur la nécessité de traiter les Ehpad comme on a traité l’hôpital. » D’autant que les personnes âgées étaient parfaitement identifiées comme à très haut risque.

  • Un manque de tests

A Chichilianne en Isère, le maire a déposé un bouquet de jonquilles sur la tombe de Georges Joubert au début du printemps. Le médecin urgentiste, venu pour tenter de réanimer l’ancien enseignant, dans sa chambre à la maison de retraite à Marseille, a obtenu qu’il soit testé in extremis, raconte sa fille, Catherine Duba Joubert. « Il l’a été sur son lit de mort alors que je demandais depuis des jours à la direction de l’établissement qu’il soit dépisté. » Le résultat indiquant qu’il était porteur du Covid-19 est arrivé après son décès… « Un test réalisé plus tôt aurait permis qu’il soit soigné », soupire celle qui a enterré son père le 8 avril au pied du mont Aiguille.

Au sujet des tests, la critique des acteurs est presque aussi virulente. La ligne initiale du ministère a d’abord été restrictive : à partir de trois cas testés positif en Ehpad, il leur a été recommandé de cesser le dépistage, considérant que le foyer infectieux était identifié. Tout le contraire de ce qui a été fait en Allemagne, avec les résultats que l’on sait. Quand, le 30 mars, le Conseil scientifique chargé du suivi de l’épidémie indique « que les nouvelles capacités de tests diagnostiques devraient être prioritairement orientées vers les établissements médico-sociaux », rappelle le ministère, il a « été alors décidé de flécher une immense majorité de ces nouvelles capacités de tests vers les Ehpad ».

La doctrine a failli être fatale pour Jeanne Simon. Sur la foi d’une petite fièvre, cette résidente d’un Ehpad privé à Marseille a été placée dans l’aile des résidents qui montraient des symptômes du Covid. Trois tests consécutifs ont établi après coup qu’elle n’avait pas contracté la maladie. Jeanne a retrouvé sa chambre mais, regroupée une dizaine de jours avec des malades, elle a couru le risque d’être contaminée faute de test préalable.

Comme la fille de Georges Joubert, Marina ne peut s’empêcher de penser que son père aurait pu être sauvé s’il avait été testé plus tôt. En convalescence dans un établissement privé à Sartrouville (Yvelines), « mon père n’a été testé que parce que l’hôpital où il devait être transféré a exigé qu’il le soit ». C’est seulement au lendemain de son décès que le test a révélé qu’il était positif.

Certains Ehpad et quelques ARS se sont toutefois affranchis de la consigne des « trois tests maximum » pour dépister largement les résidents avant le 6 avril. L’ARS de la Nouvelle-Aquitaine a initié dès la fin mars un dépistage systématique des résidents et des personnels de tous les Ehpad dès la première suspicion de Covid. En Provence-Alpes-Côté d’Azur, le dépistage généralisé des résidents de l’Ehpad de Mauguio (Hérault) a permis de détecter des symptômes de la maladie jusque-là inconnus (diarrhée, chutes).

  • Une prise en charge à l’hôpital inégale

Tous les Ehpad touchés par le Covid ont été confrontés à la difficulté de la prise en charge des malades en secteur hospitalier. D’une région à l’autre, les chances de pouvoir les hospitaliser quand leur état le permettait ont été très inégales. En Bourgogne-Franche-Comté, « nous avons eu beaucoup de refus de transferts de la part du SAMU ou des hôpitaux au début de la crise », rapporte la patronne du Synerpa.

Des refus liés à la saturation des hôpitaux, mais qui ont « été une perte de chance pour certains résidents, poursuit Mme Arnaiz-Maumé. Il a fallu attendre le 23 mars pour que le ministère installe une ligne directe permettant aux Ehpad de joindre le SAMU sans composer le 15, trop souvent saturé.» A partir de fin mars, rappelle de son côté le ministère, des lits ont été mis à disposition des Ehpad dans des hôpitaux de proximité.

« Les chiffres montrent que les personnes âgées et même très âgées ont été, au final, très nombreuses à avoir été hospitalisées », fait-on valoir dans l’entourage d’Olivier Véran. De fait, un peu plus de 43 % des personnes hospitalisées pour Covid ont plus de 80 ans. Avec toutefois d’importants écarts régionaux. En Ile-de-France, 20 % des résidents d’Ehpad victimes du Covid sont morts à l’hôpital. Soit 1 000 sur environ 5 000, depuis le 1er mars. Dans les Hauts-de-France, ils sont environ 40 %.

  • Un modèle à revoir

La crise a aussi révélé les forces et des faiblesses des Ehpad. « Les établissements intégrés dans les filières gériatriques, relève M. Bourquin de la FHF, ont pu bénéficier de moyens supplémentaires : équipes mobiles de gériatrie, appel à des personnels hospitaliers, télé- expertise. »

A l’inverse, un grand nombre d’Ehpad n’étaient pas préparés au choc. C’est le cas de petites structures communales démunies de tout matériel médical. Une partie de leurs résidents auraient eu sans doute plus de chances d’être sauvés s’ils avaient disposé d’appareil à oxygène mural, mais aussi d’aides-soignants ou de médecins généralistes alentours prêts à venir en renfort. « Ce constat ne fait qu’accréditer l’idée qu’il faut renforcer les liens des Ehpad avec l’ensemble des hôpitaux publics sur une même zone », affirme M. Bourquin.

Le bilan humain de la pandémie « surligne qu’on ne peut plus reproduire le modèle de l’Ehpad tel qu’il existe aujourd’hui », abonde Jérôme Guedj, ex-député (PS) de l’Essonnne, missionné par Olivier Véran sur la protection des plus âgés pendant la crise.

D’ores et déjà, à marche forcée, en traversant la tourmente, les Ehpad ont dû acquérir de nouveaux réflexes. « Nous avons fortement avancé, en quelques semaines, dans le traitement de difficultés que l’on essayait de surmonter depuis des années », se félicite l’entourage du ministre de la santé. La présence médicale a été renforcée, la téléconsultation déployée, des solutions de renforts en personnels ont été trouvées.

Mais pourquoi faut-il attendre que la catastrophe survienne pour commencer à se préoccuper de ses causes ?

La perspective du déconfinement et des effets du dépistage massif dans les Ehpad donnent toutefois déjà des sueurs froides à l’équipe d’Olivier Véran. Où trouver les nouveaux bénévoles qui suppléeront les soignants dépistés malades du Covid, qui ne pourront plus travailler ? Jérôme Guedj suggère la création d’une « réserve de volontaires pour le secteur médicosocial » que les départements, au titre du grand âge dans leurs compétences, pourraient organiser. « Certains ont été proactifs pendant la crise. Mais la plupart ont raté le coche », assène l’ancien élu.

Entre l’Etat et les départements qui cofinancent les Ehpad, un autre dossier brûlant est sur la table. Les Ehpad réclament plusieurs centaines de millions d’euros, « d’ici à l’été », pour compenser leurs dépenses majorées par la crise et le manque à gagner du fait de l’arrêt des admissions. Emmanuel Maron a promis une prime pour tous les soignants. Les négociations commencent à peine pour savoir ce que chacun mettra de sa poche.

Encore des lendemains qui ne chanteront guère. Pauvre pays que le notre.

Le 7 mai 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Le tribut payé par nos anciens dans les Ehpads a été exorbitant et indigne.”

  1. Hervé J. VOLTO mai 7, 2020 à 7:33 #

    Le télétravail encouragé…
    Les reports de charges maintenus (au Temps des Rois, on appellait çà « Grâce fiscale »)…
    Masques pour tous…
    Déplacements permis dans la limite de 100 km et attestation en Île-de-France…
    Adaptation du chômage partiel…
    Application StopCovid en cours de chargement…
    Brigade sanitaire, objectif décontamination…

    Ces mesures ressemblent à ce qui se fait en Italie. Celà ne semble pas mauvais mais arrive en retard. Combien de nos anciens y ont laissé la vie ?

    Les points qui nous lissent perplexes :

    Des vacances en demi-teinte…
    Rentrée des classes contestée…
    Une reprise des cultes « d’ici à la fin du mois »…
    Polémique autour de la zone UE…

    Que dire ? Pauvres pays européens

  2. Hervé J. VOLTO mai 7, 2020 à 7:38 #

    UN DERNIER POUT LA ROUTE !

    Fronde des élus locaux contre le pouvoir central, impatience à relancer l’économie, railleries contre les mesures bureaucratiques du déconfinement, l’Espagne et l’Italie, les deux autres pays les plus touchés par le Covid-19, connaissent les mêmes difficultés que la France à gérer la sortie de crise. Chacun invente une sorte de gigantesque « règlement intérieur » pour tenter d’éviter un rebond des contaminations. Mais les griefs des opposants minent la confiance après des semaines d’un confinement qui a souvent sidéré toute la classe politique.

    En Italie, c’est comme le dégel : trop lent…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :