Quand Emmanuel Macron joue au Barack Obama.

28 Mai
Décidément, cet homme est prêt à tout. Même à tenter d’imiter l’inimitable Afro-Américain qui fut pendant huit ans LE candidat puis LE président des Etats-Unis le plus  adulé et le plus bichonné de la classe médiatique française. Mais sans doute n’est-ce pas un hasard…

Masque de Barack Obama à usage festif

Il n’est pas habituel qu’un chef de l’Etat français présente seul un plan pour sauver l’industrie automobile malade. C’est pourtant ce qu’a fait Emmanuel Macron, mardi 26 mai, comme l’avait fait avant lui l’ex-président des Etats-Unis, en 2009, pour voler au secours de ses constructeurs automobiles. Etait-ce pour montrer que l’Etat est au volant et qu’il met beaucoup d’argent sur la table (8 milliards d’euros annoncés y compris le soutien direct à Renault). Mais il est quand même un brin surréaliste que l’Etat décide à la place des industriels de ce qu’il faut investir, où et quand et quelles sont les usines à maintenir ou fermer après la crise sanitaire due au Covid-19…

En réalité, Emmanuel Macron avait le choix entre deux options :

1/ secourir la filière automobile en l’aidant à liquider ses invendus et à faire redémarrer les chaînes classiques ; les industriels et leurs 900 000 emplois plaidaient en ce sens;

2/ secourir la filière automobile en l’aidant à liquider ses invendus et à faire redémarrer les chaînes classiques ; les industriels et leurs 900.000 emplois plaidaient dans cette direction.

Finalement, ce fut mardi l’électrochoc : ranimer d’abord le secteur des clients de l’industrie automobile dès le 1er juin puis tenter de donner ensuite la priorité à la production de véhicules électriques en France.

Du coup, il y a des primes et des bonus pour presque tout le monde, les voitures essence et diesel (ce dont avaient un besoin urgent les concessionnaires), hybride (une demande de PSA) et électrique (l’attente spécifique de Renault). Mais on connaît les inconvénients des primes : on anticipe aux frais des contribuables des achats qui auraient de toutes façons été faits.

Mais il aurait pu faire plus simple :

1/ baisser les impôts de production pour lutter rapidement contre les délocalisations avant…de les exiger de la part des constructeurs, et

2/ affirmer avec force aux citoyens français que l’avenir n’est plus à la voiture thermique, parce que les transports représentent 30% des gaz à effet de serre et que chaque nouvelle canicule montre l’urgence de ce basculement qu’il faudra bien se décider à faire un jour.

Alors, voyons le détail du « soutien massif » annoncés par le chef de l’Etat.

Comme attendu, et pour relancer les ventes, Emmanuel Macron a annoncé l’augmentation du bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique neuf : ce dernier s’élèvera à 7 000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique neuf par un particulier. Pour les entreprises et collectivités, ce bonus s’élèvera à 5 000 euros. Un bonus de 2 000 euros sera enfin créé pour les véhicules hybrides rechargeables.

Le président de la République a également annoncé une prime à la conversion d’un montant de 3 000 euros à l’achat d’une voiture hybride neuve, 5 000 euros pour une électrique, à partir du 1er juin et dans la limite de 200 000 véhicules. « Un particulier qui met au rebut son véhicule polluant diesel ou essence » recevra une aide de 3 000 euros, augmentée à 5 000 euros en cas d’achat d’un véhicule électrique, a-t-il expliqué, assurant que « les trois-quarts » des Français pourront en bénéficier, la mesure s’appliquant à un revenu fiscal de référence inférieur à 18 000 euros net.

Hélas, avec les conséquences économiques de la crise sanitaire il est probable que ceux qui pourraient être aidés par l’Etat dans leur achat…ne se lanceront pas dans cette dépense (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/05/13/sous-la-crise-sanitaire-les-braises-de-la-crise-sociale-sechauffent/).Quant à ceux qui le pourraient parce que leurs revenus le leur permettent…ils ne seront pas aidés ! Un coup d’épée dans l’eau.

Emmanuel Macron a par ailleurs demandé à ce que les salariés de Renault des sites de Maubeuge et Douai puissent avoir des garanties sur leur emploi. Le prêt de cinq milliards d’euros promis par le gouvernement français au groupe dépendra ainsi de l’issue d’une table ronde entre le constructeur, les syndicats et les élus concernés par l’avenir des sites industriels du groupe au losange, a déclaré le président de la République. La moindre des choses.

« Le ministre de l’Economie présidera dès lundi une table ronde avec Renault, l’ensemble des industriels et sous-traitants concernés, les syndicats, les élus qui sont aussi concernés pour, dans le dialogue, trouver les solutions qui permettent précisément d’être au rendez-vous de l’ambition industrielle que nous nous donnons« , a déclaré le président de la République. « Le prêt de cinq milliards d’euros de l’Etat ne saurait être conclu avant que ces discussions n’aboutissent et il dépendra de l’issue de celles-ci » a ajouté Emmanuel Macron.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a annoncé que le constructeur automobile avait accepté « de rejoindre le programme européen de batteries électriques »porté par le concurrent PSA (Peugeot, Citroën, Opel) et le groupe Saft, filiale de Total. Renault va « rentrer au capital et développer aussi le projet », a-t-il déclaré. Cette décision fait partie des engagements exigés par l’Etat français afin de promouvoir la production en France, en contrepartie des aides apportées à la filière. Un début de relocalisation.

Car pour l’instant, les batteries pour véhicules électriques sont fabriquées presque exclusivement en Asie (Japon, Corée, Chine). En décembre dernier, la Commission européenne a autorisé sept Etats membres (France, Allemagne, Belgique, Finlande, Italie, Pologne, Suède) à investir conjointement 3,2 milliards d’euros pour développer des batteries électriques « européennes« .

Renault, a poursuivi Emmanuel Macron, a par ailleurs décidé de « développer le nouveau moteur électrique de l’alliance à Cléon (Haute-Normandie) projet initialement prévu en Asie ».

L’objectif est de « faire de la France la première nation productrice de véhicules propres en Europe, en portant à plus d’un million par an sous cinq ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides » dans le pays, a déclaré Emmanuel Macron, au côté des ministres de la Transition écologique Elisabeth Borne et de l’Economie Bruno Le Maire. « C’est tout le sens du plan de soutien et de relance« , a insisté le chef de l’Etat. Souhaitons que le geste se joigne à la parole…

Le chef de l’Etat à précisé également (car l’un ne va pas sans l’autre) que « Parce qu’il ne peut y avoir de véhicules électriques sans système de recharge, nous accélérons également le déploiement des bornes électriques sur tout le territoire« . Un objectif de 100 000 bornes électriques sur l’ensemble du territoire était fixé pour la fin de l’année 2022, il est désormais avancé à la fin de l’année 2021.

En résumé, quelques bonnes choses mais encore trop peu de volonté politique pour imposer aux constructeurs que l’aide de l’Etat (c’est-à-dire des contribuables) ne soit accordée qu’au prorata de leurs actes de relocalisation des usines sur le territoire national.

Donnant, donnant. Car le courage ce n’est pas d’être fort avec les faibles et faible avec les forts.

Le 28 mai 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Quand Emmanuel Macron joue au Barack Obama.”

  1. Hervé J. VOLTO mai 28, 2020 à 10:18 #

    Même ses proches amis politiques l’affirment désormais, le locataire de l’Élysée panique : il craint une candidature « populiste » qui viendrait contrarier sa stratégie pour la prochaine élection présidentielle.

    Alors puisqu’ils paniquent tous dans son entourage, ils accumulent les tentatives pour entraver la liberté de parole.

    Regardez ce qui s’est passé avec le Professeur Raoult : on a concocté une étude bidon qui ne respecte pas le protocole mis en place par le médecin de Marseille, pour discréditer ses travaux, afin de laisser les laboratoires des amis de Macron vendre leur camelote à prix d’or.

    Regardez aussi la Loi Avia, cet incroyable outil contre les Français, mis en place pour interdire toute rebellion.

    Pendant le confinement, ils ont libéré des tonnes de déliquants, peut-être même des criminels, et les ont remis dans la nature… Ceux-ci ont immédiatement commencé à reprendre leurs activités : violences, vols, viols, etc.

    Les rodéos sauvages continuent en banlieue, faisant toujours plus de victimes parmi les Français.

    Ça ne peut plus durer !

    Le sauvetage de l’industrie automobile ? quelques bonnes choses mais encore trop peu de volonté politique pour imposer aux constructeurs que l’aide de l’Etat (c’est-à-dire des contribuables) ne soit accordée qu’au prorata de leurs actes de relocalisation des usines sur le territoire national. De la com, en tout ca pour nous faire oublier tout le reste…

  2. Hervé J. VOLTO mai 28, 2020 à 10:21 #

    Les médias de la République ne vous le disent pas : les banlieues de France sont devenues des terrains de guerilla. Chaque soir, les racailles sortent pour attaquer les forces de l’ordre, mettant le feu à tout ce qui leur tombe sous la main.

    Des territoires entiers ne sont absolument plus sous le contrôle de l’État, et sous pretexte d’éviter un embrasement généralisé, l’exécutif ne fait rien.

    Pour détourner l’attention du peuple Français, Emmaneul Macron est prêt à tout. Même à tenter d’imiter l’inimitable Afro-Américain qui fut pendant huit ans LE candidat puis LE président des Etats-Unis le plus adulé et le plus bichonné de la classe médiatique Française. Mais sans doute n’est-ce pas un hasard…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :