LES GRANDS ORDRES DE CHEVALERIE ETRANGERS : L’ORDRE DE LA JARRETIERE

17 Fév

Un Ordre de Chevalerie est une puissance Christique, dispensant à ses membres l’initiation, la consécration et l’investiture de la Chevalerie, distribuant aux Chevaliers et à leurs cercles d’influence les lumières et les forces sourdant de l’immuable tradition de la garde de l’Eglise et de la défense de la Chrétienté, assumant en son vivant esprit l’honneur de la Catholicité, au service de la gloire de N.S. Jésus-Christ et de l’établissement ici-bas de Son Royaume.

Le Très Noble Ordre de la Jarretière (Most Noble Order of the Garter) est le plus élevé des Ordres de Chevalerie britaniques, fondé le 23 avril 1348 le jour de la Saint-Georges, par le Roi Edouard III.
On est en pleine Guerre de Cenat Ans et, elon la légende, la création de cet ordre aurait été décidée par le Roi Édouard III lors d’un bal à calais, où il dansait avec sa maîtresse, Jeanne de Kent, la Comtesse de Salysburry. Alors qu’elle dansait avec le Roi, on raconte que sa jarretière aurait glissé de sa jambe. Quand la foule de courtisans se mit à ricaner, le Roi mit un genoux à terre, la ramassa et la noua à sa propre jambe en s’exclamant « Honi soit qui mal y pense », phrase qui est devenue la devise de l’ordre. On dit la mit à son genou et coupa court aux railleries par ces mots : 


Messieurs, honi soit qui mal y pense. Ceux qui rient maintenant seront très honorés d’en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le chercheront avec empressement


Charles I°s’est attaché à rendre tout son lustre à l’ordre, qui s’était un peu terni depuis la mort d’Elisabeth I°. Antoine Van Dyck l’a représenté dans l’habit en 1637.


Peu après la fondation de l’Ordre, des femmes furent désignées Dames de la Jarretière, mais ne furent pas faites compagnons. Le Roi Henri VII interrompit cette pratique en 1488. Sous Hneri VIII, l’Ordre de la Jarretière, né comme Ordre Catholique, devintprotestant. Sa mère, Margaret de Beaufort, fut la dernière Dame de la Jarretière jusqu’à la Reine Alexendra (en 1901). À l’exception des souveraines, Alexandra du Danemark fut la première nommée par la suite, par son mari Edouard VII. Le Roi Georges V fit de même pour sa reine consort, la Reine Mary, puis Georges VI pour sa femme, la Reine Elisabeth. 


Des femmes ont été associées à l’Ordre, mais n’ont jamais été membres avant le règne d’Edourad VII, au tournant du XX° siècle. Depuis 1987, les femmes peuvent être reçues à un grade équivalent à celui de chevalier, et peuvent faire partie des 25 membres. Elles sont nommées « Dames Compagnons ».


L’Ordre de La Jerretière , le plus ancien qui subsiste encore au XXI° siècle, rassemblait autour du souverain vingt-cinq chevaliers, membres à part entière. Les hommes sont appelés « Chevaliers compagnons ».


L’ordre inclut aussi des membres supplémentaires (de la Famille Royale ou des Souverains étrangers) depuis 1813, appelés « Chevaliers et Dames surnuméraires ».
La devise de l’ordre est : « Honi soit qui mal y pense », avec un seul « n », selon l’orthographe de l’époque.


Les Chevaliers et Dames de l’Ordre sont nommés par la Reine sans consultation du Premier Ministre. Il s’agit du plus grand honneur du Royaume Uni de Grande Bretagne, à l’exception de l’Ordre du Chardon en ecosse.


L’adhésion à l’ordre est extrêmement limitée et comprend le Monarque du Royaume Uni, « Souverain de la Jarretière », le Prince de Galles, pas plus de 24 membres compagnons et quelques membres surnuméraires.
Autrefois, l’Ordre de la Jarretière tenait des services religieux à la Chapelle Saint-Gerges du Châterau de Winsor, mais ils devinrent rares au XVIII° siècle. Après avoir disparu à partir de 1805, le Roi Georges VI décida de les réinstaurer en 1948. Depuis lors, chaque année, à l’occasion du lundi de la semaine d’Ascot, en juin, les membres de l’Ordre se rencontrent dans les appartements d’État du château, vêtus de leurs habits cérémoniaux et de leurs insignes. Ils entament alors une procession, menée par les chevaliers militaires de Windsor, à travers le château pour rejoindre la chapelle Saint-Georges pour le service religieux. C’est à cette occasion que d’éventuels nouveaux membres sont intronisés. Après le service, les membres retournent dans la salle supérieure des appartements d’État, en calèche.


L’ordre comporte six officiers, qui défilent lors de la procession annuelle de l’Ordre selon un Ordre protocolaire bien étblit : le Prélat, le Chancellier, le Greffier, le Roi d’Armes principal, l’Huissier et le Secrétaire. Les offices du Prélat, du Greffier et de l’Huissier ont été créés lors de la création de l’Ordre, ceux de Roi d’armes et de chancelier au XV° siècle, et enfin celui de secrétaire au XX° siècle.


L’office de Greffier est tenu par le doyen de Windsor depuis 1558. Le Roi d’Armes principal de la Jarretière est d’office le membre le plus gradé du Collège des Armes (l’autorité héraldique d’Angleterre) et est généralement nommé parmi les Officiers d’Armes du Collège. Comme le titre l’indique, le Roi d’Armes principal a le devoir d’accomplir certaines tâches spécifiques, notamment celle de s’occuper des cimiers et des bannières des compagnons, qui sont exposées dans la chapelle. Depuis 1992, le Secrétaire, qui agit en tant qu’assistant lors des cérémonies de l’Ordre, est également choisi parmi les autres membres du Collège des Armes. Enfin, le poste d’Huissier est tenu par le Gentilhomme Huissier de la Verge Noire, qui est également le Sergent d’Armes de la Chambre des Lords (même si, en pratique, ses fonctions sont le plus souvent déléguées par son adjoint, le Yeoman Usher).


Lors de la fondation de l’Ordre, vingt-six « pauvres » Chevaliers ont été nommés et assignés au service de l’Ordre et de sa Chapelle. L’effectif de ce groupe a fluctué au cours du temps. Ainsi au XVIII° sicèle, il n’y avait que treize de ces Chevaliers. Le Roi Charles II porta l’effectif à dix-huit après son couronnement, en 1660. Les Chevaliers ayant manifesté leur opposition à ce qu’on les qualifiât de « pauvres », le Roi Guillaume IV les rebaptisa « Chevaliers militaires de Windsor », au XIX° siècle.


Les pauvres Chevaliers étaient des vétérans ruinés à qui il était demandé de prier tous les jours pour les Chevaliers Compagnons de l’Ordre. En échange, ils recevaient un salaire et bénéficiaient d’un logement au sein du Château de Windsor. De nos jours, les Chevaliers Militaires de Windsor ne sont plus nécessairement pauvres, mais il s’agit toujours de militaires à la retraite ou de vétérands de guerre. Ils escortent les processions de l’Ordre et participent aux services religieux de la chapelle.


Une position dans l’ordre de préséance est assignée à chacun des membres. Les Chevaliers de l’Ordre apparaissent ainsi à un rang plus élevé que celui des autres Chevaliers et des Baronets . Les épouses, les enfants et les belles-filles des chevaliers Compagnons reçoivent également une position dans cet ordre. 


Les Chevaliers Compagnons ont la possibilité de faire précéder leur prénom du préfixe « Sir » et les dames compagnons du préfixe « Lady ». Les épouses des chevaliers compagnons peuvent également utiliser le préfixe « Lady », mais il n’existe pas de tel privilège pour les maris des dames compagnons. Ces formes ne sont pas utilisées par les princes et les pairs, sauf quand le nom des pairs est écrit sous leur forme complète.


Les membres peuvent cercler leurs armoiries de la Jarretière et, s’ils le désirent, d’une représentation du collier de l’Ordre. Cependant, la jarretière est habituellement utilisée seule. Les chevaliers et les dames étrangers n’agrémentent évidemment pas leur blason de décorations britanniques.


On autorise également les chevaliers et les dames compagnons à utiliser des supports héraldiques, ce qui constitue un privilège accordé à un très petit nombre. Alors que certaines familles revendiquent les supports sur leurs armes comme étant un usage ancien et que d’autres les ont obtenus en récompense spéciale, seuls les pairs, les chevaliers et dames Compagnons de la Jarretière ainsi que quelques autres chevaliers bénéficient automatiquement de ce privilège.


Les descendants de Chevaliers de la Jarretière ont la possibilité de rejoindre la « Société des amis de Saint George et des descendants des Chevaliers de la Jarretière ».


Comme prédit malicieusement par le Roi Edourd III, l’Ordre a été mis en tel honneur que les railleurs d’hier sont qui eux-mêmes aujoud’hui cherchent l’Ordre avec empressement et se bousculent à l’anti-chambre du Monarque britanique.


Pour un vrai Chrétien cependant, seule la Chevalerie peut extraire du chaos actuel un Ordre conforme au plan Divin.


Hervé J. VOLTO, CJA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :