Archive by Author
Lien

Aux Etats-unis les cendres de la guerre de Sécession sont encore chaudes.

17 Août

FILE- In this Friday, May 19, 2017, file photo, workers prepare to take down the statue of former Confederate Gen. Robert E. Lee, which stands over 100 feet tall, in Lee Circle in New Orleans. Lee monuments, memorials and schools in his name erected at the turn of the 20th Century are now facing scrutiny amid a demographically changing nation. Their removals are sparking heated clashes around the country just as the United States is celebrating the 150th anniversary of Reconstruction, the era when the United States tried to rebuild itself after the bloody Civil War. (AP Photo/Gerald Herbert, File)

Nous vous en avions déja parlé , il ya peu, sur ce blog même: Après l’Espagne c’est au tour des Etats-Unis de vouloir réécrire l’histoire.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/08/17/apres-lespagne-cest-au-tour-des-etats-unis-de-vouloir-reecrire-lhistoire/

Mais  ce mouvement de réécriture du passé peut tellement  nous faire penser à la maxime Vae victis  s’agissant de la façon dont les vainqueurs républicains de 1793- et leurs descendants- ont réécrit l’histoire de France  qui les avait précédé , que  nous nous sommes permis  d’en rajouter une couche.

——————————–

Les récents incidents de Charlottesville ( Virginie)  sont l’occasion pour les médias dominants d’une fois de plus tenter de manipuler l’opinion publique.

Rappelons que ces incidents sont la conséquence d’une provocation absurde : la volonté de déboulonner la statue du Général Lee (1807-1870) ,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Lee commandant en chef de l’armée confédérée et véritable héros pour tout le sud des Etats-Unis.

http://www.medias-presse.info/ce-que-les-medias-vous-cachent-ces-noirs-qui-ont-defendu-hier-et-aujourdhui-le-drapeau-confedere/78744/?utm_source=OxiMailing&utm_medium=e-mail&utm_campaign=mpi%5F205

La ville du Maryland a fait enlever sans l’annoncer, dans la nuit de mardi à mercredi, ses monuments sudistes rappelant son passé esclavagiste. Et ce, quelques jours seulement après les violences racistes de Charlottesville.

L’opération n’avait pas été annoncée publiquement par les autorités de la ville. Dans la nuit du 15 au 16 août, Baltimore, dans le Maryland aux États-Unis, a fait enlever quatre statues qui célébraient encore des personnages de la confédération sudiste rappelant son passé esclavagiste, quelques jours après les violences racistes qui ont endeuillé Charlottesville.

«C’est fait», a déclaré Catherine Pugh, la maire de cette ville de 600.000 habitants située à 80 kilomètres de Washington. «Il fallait qu’elles soient enlevées. Je m’inquiète pour la sécurité de notre population. Nous avons fait aussi vite que nous avons pu», a-t-elle dit au quotidien local Baltimore Sun, précisant que l’opération avait commencé vers 23h30 (3h30 GMT) mardi 15 août pour s’achever six heures plus tard. C’est alors que la télévision a diffusé des images de l’opération.

Les statues – parfois monumentales – ont été enlevées grâce à une grue et emportées en camion, ne laissant que les piédestaux souvent couverts de graffitis antiracistes, ou célébrant le mouvement de défense ou célébrant le mouvement de défense des Noirs Black Lives Matter.

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/08/17/03004-20170817ARTFIG00075-etats-unis-baltimore-se-debarrasse-de-ses-dernieres-statues-confederees.php

 

La République empêtrée dans les discussions byzantines sur le statut de « Première Dame »

13 Août
Image

Auriez vous mis l’accent sur les mêmes points que ceux mis en lumière par le journal Présent du 1 er Aout 2017 ?

5 Août

Les Monarchistes Serbes en action.

5 Août

Les monarchistes de l’Association du royaume de Serbie (Удружење Краљевина Србија) ont célébré le 200èeme anniversaire de la mort du prince Georges dit le noir ou Karageorges qu a donné le nom à la dyanstie royale de Serbie.Pulsieurs membres du gouvernement étaient prrésents à cette cérémonie.

L’Association du royaume de Serbie a remis au Parlement une pétition signée par 120 000 personnes, il y’a un mois, qui réclament la restauration de a monarchie et un référendum sur la question .39% des serbes se déclarent favorables au retour du roi en Serbie selon le dernier sondage fait cette année

Page FB de la CMI (Conference monarchiste internationale) Fréderic de Natal, CJAn

Anne-Lys ne voit que peu de rapports entre le martyre du Père Hamel et sa commémoration du 26 juillet 2017.

28 Juil

Commémoration inappropriée.

Il paraissait tout à fait normal que la commune de Saint-Étienne-du-Rouvray rende hommage au Père Jacques Hamel, un an après son martyre, et la présence du chef de l’État n’avait rien d’incongru.

En revanche, la forme de cet hommage l’a été, incongrue : car ni les articles de la déclaration universelle des Droits de l’homme gravés sur la stèle  ni les propos de M. Macron déclarant les objectifs des assassins du prêtre étaient de susciter un esprit de vengeance chez les Chrétiens n’ont le moindre rapport avec la réalité du martyre du Père Hamel.

Ce n’est pas parce qu’il aurait été un propagateur des « Droits de l’homme » que le Père Hamel a été égorgé devant l’autel où il célébrait la messe. Rien ne permet d’affirmer que cette fameuse déclaration ait joué le moindre rôle dans la décision de ses bourreaux. C’est parce qu’il était un prêtre catholique, un prêtre qui croyait en Jésus Christ, Fils de Dieu, ressuscité, qui a donné sa vie pour le salut des hommes et leur a enseigné l’amour et le pardon, qu’il a été massacré. Et cela, personne ne l’a dit. Pas même Mgr Lebrun qui a tenté d’une façon assez laborieuse de trouver des liens entre la fameuse déclaration et la vie chrétienne du Père Hamel[1].

Rien n’indique non plus d’ailleurs, que les fanatiques musulmans qui ont massacré le Père Hamel cherchaient à créer un climat de vengeance chez les Chrétiens.

Non, le Père Hamel est mort parce que des fanatiques musulmans ont estimé servir leur Dieu en mettant à mort un prêtre catholique. Il est mort parce qu’il ne s’est pas soumis. Il est mort sans haine pour les hommes qui le frappaient, mais il a fort bien compris qu’il avait affaire non à des agents de Dieu, mais à des émissaires de Satan.

Il ne faut pas oublier non plus que le Père Hamel est mort parce que la France a été incapable de le protéger, bien que l’un des assassins ait dû en principe être particulièrement surveillé, alors qu’il a été laissé en liberté sans qu’une réelle surveillance soit exercée.

Il ne faut pas oublier qu’il y a en France sans doute des centaines d’autres fanatiques que toute la politique du « vivre ensemble » n’adoucira pas, parce que pour « vivre ensemble », il faut que les deux parties le veuillent. Les bougies, les fleurs et les stèles porteuses des droits de l’homme ne peuvent rien contre des fanatiques religieux qui croient servir leur Dieu en tuant ceux qui en adorent un autre et qui ont déclaré la guerre à tous ceux qui ne se soumettent pas à leurs lois.

Ne pas manifester sa crainte et ne pas donner à l’ennemi le plaisir de vous voir renoncer à vivre normalement dans la mesure du possible est une chose. Vouloir traiter celui qui vous a déclaré la guerre comme s’il était présumé être un honnête citoyen en est une autre.

Comme le Père Hamel, les Chrétiens ne haïssent personne mais ils refusent le Mal, ils ne veulent pas de vengeance et ne souhaitent aux Musulmans que le plus grand bien qu’ils connaissent, celui d’entrer dans l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit.

Mais ils estiment avoir le droit d’être défendus par autre chose que des fleurs et des bougies.

[1] Bien qu’il ait au moins fait de discrètes allusions à la valeur spirituelle du martyre du Père Jacques, rappelant que la fraternité est une vertu chrétienne, tous les hommes étant enfants du même Père et qu’il ait même trouvé le courage de dire publiquement que « Notre société qui ne sait plus où elle va après la mort, et se croit libre de faire tout ce que chaque individu souhaiterait, y compris abréger sa vie ou l’empêcher de naître », rompant le tabou qui interdit aujourd’hui le refus de considérer l’avortement et bientôt l’euthanasie comme des droits essentiels de l’homme.

Anne-Lys

 

 

 

 

Empêcher les anciens présidents de la République de bénéficier d’avantages à vie

26 Juil

LE SCAN POLITIQUE – Danièle Obono , la députée de la France insoumise a proposé un amendement permettant d’abolir les privilèges des anciens chefs d’État. Un sujet régulièrement abordé sans que rien ne bouge vraiment.

«Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres.» À lire les réactions des députés Insouanciensis de l’Assemblée, cette citation de l’écrivain Alphonse Allais pourrait avoir servi d’aiguillon moral aux parlementaires de la majorité au moment d’annoncer une baisse de cinq euros des aides pour les bénéficiaires aux logements (APL) http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/2017/07/24/29001-20170724ARTFIG00059-apl-comment-fonctionne-cette-aide-au-logement-bientot-rabotee.php

. La députée Danièle Obono (LFI) suggère une autre piste: abolir les avantages des anciens présidents.

Dans un amendement déposé http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0106/AN/185.asp dans le cadre des discussions autour de la loi de moralisation de la vie publique, la député de la 17e circonscription de Paris liste les privilèges dont jouissent les ex-chefs de l’État et juge qu’il est «hors de propos» que de tels avantages puissent être conservés une fois le mandat achevé.

Plus de 20.000 euros par mois

Parmi ces avantages que Danièle Obono qualifie «d’indus», citons l’octroi d’un appartement de fonction meublé au service duquel deux personnes sont affectées, une voiture de fonction avec deux chauffeurs, la possibilité d’avoir sept collaborateurs permanents et deux policiers chargés de la protection rapprochée… Et si d’aventure, nos anciens présidents souhaitent partir en voyage, ils ont le droit à des billets gratuits en première classe avec la SNCF et en classe affaires avec Air France.

Outre ces gros «plus», les anciens dirigeants français touchent chaque mois une retraite de 6000 euros à laquelle viennent s’ajouter 14.400 euros bruts mensuels, perçus en tant que membres à vie du Conseil constitutionnel. Soit, au total, 20.000 euros par mois. Et rien ne les empêche d’exercer, en parallèle, une activité rémunérée, à la manière d’un Nicolas Sarkozy, généreusement payé pour donner des conférences à l’étranger.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/07/25/25001-20170725ARTFIG00134-pour-faire-des-economies-la-deputee-obono-propose-de-cibler-les-retraites-des-presidents.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&utm_term=Autofeed&xtor=AL-155-%5Bfacebook%5D#link_time=1500993938

CITH.  Certes  les agents tant de droit public que de droit privé  ont droit à une retraite. mais ils ont travaillé pour ce faire plus de 40 ans  et surtout leurs  fonctions  sont  politiques et en liaison avec une élection par le peuple. Il est  donc logique de  considêrer que, ce lien une fois rompu, doit cesser toute rémunération sur  fonds  publics. Appartient  donc  bien à la catégorie des CITH le fait d’ avoir octroyé aux anciens présidents de la République un statut sans justification juridique ni surtout politique.

 

 

 

 

 

Le site « Alternative royale » aujourd’hui en sommeil mais qui avait plein d’idées intéressantes comme le recours au  » placet ».

25 Juil

Aujourd’hui: Le Placet.

Le placet – ou requête, ou pétition – n’est pas une nouveauté mais son utilisation au 17ème siècle dans une société inégalement alphabétisée, démunie de moyens rapides et automatiques de traitement de l’information, ne pouvait qu’être marginale. Il n’en est plus de même aujourd’hui, bien au contraire et le placet pourrait constituer un moyen simple et efficace de relier le Roi a son peuple.

Le placet est l’outil de communication qui relie le Roi ou ses représentants et les Français. Chaque Français étant conseiller ordinaire et naturel du Roi peut à tout moment émettre un avis, une critique, présenter une requête ou exprimer un désaccord. Il dispose pour cela d’un outil, le placet

Le placet est un courrier personnel identifié par un code secret dans lequel sont précisés les caractères sociologiques du rédacteur. Comme l’ensemble des placets est traité statistiquement, il est en effet indispensable de pouvoir rapprocher une opinion émise, d’une situation socioprofessionnelle précise afin d’obtenir par compilation une bonne appréciation de l’état de l’opinion en face d’un problème donné. Les placets arrivent en permanence au Bureau du Placet où des fonctionnaires spécialement formés les exploitent pour en faire des synthèses. Les résultats de ces synthèses sont évidemment publics et chacun peut en prendre connaissance. Ils sont très utiles pour consolider l’information du Roi et du gouvernement et les aider dans les décisions qu’ils doivent prendre.

L’opportunité du placet est laissée à l’initiative de chaque Français mais le roi ou ses représentants ont bien évidemment toute latitude d’en appeler l’émission.

Certains Français, moins à l’aise que d’autres dans le maniement de l’écrit, choisissent de se faire aider et constituent, par regroupement d’affinités, des clubs de réflexions ou des partis politiques sans que le placet perde pour autant son caractère d’expression personnelle.

Tout les placets ne sont donc pas émis seulement à l’intention du Roi. Certains le sont à destination du gouverneur, d’autres à celle du maire. C’est la raison pour laquelle il existe un bureau du placet dans chaque province ou dans chaque ville un peu importante. Quelques placets sont réservés à un rôle prédéfini, ce sont les placets de désaveu que chaque français peut utiliser pour demander au gouverneur la destitution du maire ou au Roi celle du gouverneur.
Une utilisation particulière du placet est trouvée dans la procédure de désaveu. Le désaveu est une opinion de défiance exprimée envers un Maire ou un gouverneur défaillant. S’ils ne doivent pas céder aux facilités de la démagogie et plaire à tout prix, il ne faut pas, au rebours, qu’ils suscitent des réprobations qui pourraient générer des tensions exagérées car la situation ne serait alors bonne pour personne. Le désaveu est donc un signal d’alerte qui appelle l’attention du souverain sur un problème de personne. A lui d’agir par le moyen d’une enquête ou d’une action judiciaire pour prononcer, le cas échéant la destitution d’un titulaire d’une charge et pourvoir à son remplacement

Le placet n’est cependant pas un vote et il ne saurait être comptabilisé comme tel pour dégager une éventuelle majorité.
C’est un avis, une opinion qui participe à l’information du Roi ou de ses représentants en leur faisant connaître les préoccupations et les éventuelles suggestions des Français. L’ensemble du processus statistique qui réalise le traitement fait largement appel aux techniques informatiques de sorte que le Roi et ses sujets disposent là d’une connexion à la fois directe, exhaustive et rapide, donc, efficace.

http://gouvernement.virtuel.free.fr/doctrine.php#005