Archive | 7 -« Trésors « de nos villes et bourgs avant la révolution (dite) française RSS feed for this section

Emmanuel Macron devient chanoine du Latran . Les voies de Dieu sont impénétrables.

30 Sep

Emmanuel Macron devient chanoine du Latran grâce à l’abbaye de Clairac

LOT-ET-GARONNE

Lu sur le site de Sud Ouest

Le saviez-vous ? Macron devient chanoine grâce à l’abbaye de Clairac (47)

Les bâtiments de l’abbaye de Clairac. ARCHIVES « SO »

Les bâtiments de l’abbaye de Clairac. ARCHIVES « SO »

Explications : Henri IV avait fait don au Latran (la cathédrale du pape) de l’abbaye bénédictine de Clairac. Depuis, tous les présidents français ont droit à ce titre canonial

Comme tous ses prédécesseurs à l’Élysée, Emmanuel Macron va devenir premier et unique chanoine honoraire de la basilique majeure de Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape à Rome.

Un titre qu’il doit à Louis XI, en 1482, et qui a été renouvelé en 1604 par Henri IV : après avoir renoncé au protestantisme, ce dernier a fait don au … lire la suite sur Le saviez-vous ? Macron devient chanoine grâce à l’abbaye de Clairac (47) – Sud Ouest.fr

Lire aussi :

Emmanuel Macron devient chanoine de la basilique romaine du Latran

Le nouveau président français Emmanuel Macron hérite de relations entre la France et la Saint-Siège qui se sont nettement améliorées au cours du quinquennat de son prédécesseur. Lire la suite sur www.la-croix.com où l’on apprend également que le nouveau président portera d’autres titres religieux :

Nombreux autres titres religieux

Emmanuel Macron sera ainsi de droit proto-chanoine de la cathédrale d’Embrun (Hautes-Alpes). Ce titre fut donné pour la première fois à Louis XIII et le dernier président à le réclamer fut le général de Gaulle.

Le président de la République est en outre chanoine honoraire de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne (titre exigé par François Ier lors de l’invasion de la Savoie en 1536) et proto-chanoine de la basilique Notre-Dame de Cléry (Loiret). Ce dernier titre a été concédé à Louis XI par le pape Sixte IV et comporte, outre le droit de siéger dans le chœur, celui de porter le surplis, la chape et l’aumusse (courte pèlerine de fourrure).

Enfin, toujours par héritage des rois de France, les présidents de la République sont chanoines honoraires des cathédrales Saint-Julien du Mans, Saint-Maurice d’Angers, Saint-Jean de Lyon, Saint-Étienne de Cahors et Saint-Étienne de Chalons et des églises Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Martin de Tours et Saint-Germain des Prés, à Paris.

http://patrimoine.blog.pelerin.info/2017/05/16/emmanuel-macron-devient-chanoine-du-latran-grace-a-labbaye-de-clairac/

Publicités

Les noms des nouvelles « régions » françaises métropolitaines . Etat d’un désastre.

14 Jan

Beaucoup de  choses pourraient être reprochées aux nouvelles régions en  particulier  l’ éloignement  considérable de certains des nouveaux centres de  décision  .   Conséquence immédiate de ce big-bang territorial …. certaines zones se retrouvent distancées de leur préfecture.

Il y a ainsi 290 kilomètres (et 3h20 de route)  entre Guérêt  (Creuse)  et le chef lieu  de la Nouvelle-Aquitaine Bordeaux, ou encore  Nîmes  (Gard) et la capitale de l’Occitanie : Toulouse.

Mais c’est la région Grand-Est, et sa préfecture Strasbourg, qui bat tous les records : 360 kilomètres (3h40 de route) séparent la capitale européenne de Charleville-Mézières (Ardennes) et il faut même compter 385 kilomètres (4 heures de route) pour rallier la métropole alsacienne depuis Nogent -sur-Seine  (Aube) . http://tempsreel.nouvelobs.com/nouvelles-regions/20160629.OBS3620/avant-apres-decouvrez-les-13-noms-des-nouvelles-regions-de-france.html

Autre inconvénient majeur, l’éclatement des centres de décisions qui va  rendre oh combien plus  couteux , et l’on nous parlait d’économies, le  fonctionnnement  journalier de la région  Bourgogne-Franche-Comté par exemple. Jugez-en. Le siège de la collectivité  territoriale   régionale se trouve à Besançon tandis que l’assemblée et les commissions se réunissent à Dijon. C’est également à Dijon que se trouve la préfecture  de région mais les grands  services régionaux  de l’État sont répartis entre Besançon et Dijon. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bourgogne-Franche-Comté

Dans le cadre de cette analyse , nous insisterons  plus spécialement, nous l’avons dit,  sur le nom que des édiles   souvent  complètement  coupé du réel et nous leurs attribuerons une note.

Les régions Bretagne, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’azur et Pays-de-la-Loire conservent leur périmètre, leur nom et leur préfecture. La région Centre-Val de Loire ne voit que son nom modifié.

Les 16 autres anciennes régions ont en revanche fusionné en 7 nouvelles : Normandie, Hauts-de-France, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Bourgogne-Franche-ComtéAuvergne-Rhône-Alpes.

15253544_10154139107622602_5092373715233474450_n

Mettons d’ores et  déjà à part  la région Centre-Val de Loire ( Chef-lieu : Orléans)  qui a  fort heureusement  complêté  son nom par l’adjonction  » Val de Loire », ce  qui n’est pas anormal à raison du rôle structurant  que joue  ce fleuve dans ce territoire. Notons cependant , qu’il existait  déjà une région nommé  « Pays  de Loire » ( Chef-lieu : Nantes) mais abondance de  biens ne nuit pas.

10/10 Région Normandie, intitulé  qui met  fin à une  scission entre haute et basse Normandie dont les raisons  étaient plus politiques qu’historiques https://fr.wikipedia.org/wiki/Réunification_de_la_Normandie 

9/10 Région Nouvelle-Aquitaine, intitulé  résultant  d’un rare  consensus nourri de solides fondements  historiques.

3/3 . Région Bourgogne -Franche-Comté,  intitulé fruit de la  » réflexion » de technocrates qui , désireux de ne méconnaître aucun de leurs électeurs issus de  huit départements Côte-d’Or , Doubs, Jura , Nièvre , Haute-Saône , Saône-et-Loire, Yonne , Territoire de Belfort ont  prudemment  fait  le  choix de marier la carpe et le lapin. Un tel renoncement  ouvrirait la porte, dit-on  à l’élégant acronyme  « BFC » pour désigner  ce nouveau territoire.

2/10 Région Grand-Est, intitulé  d’une originalité  confondante ce qui nous dispensera  d’en dire beaucoup plus. Il est  vrai que la tâche était  quasiment impossible  tant  cette  nouvelle  structure née  de la  fusion , le 1 er janvier 2016,  des régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine compte  de  spécificités   que lui ont légués les dix  départements  qu’elle abrite  ( Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges).

2/10 Région Auvergne-Rhônes-Alpes, intitulé  sur lequel , là aussi , il n’y a rien de  bien original à écrire sauf à rappeler  qu’elle  était  formée de  huit départements (l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie) et de la métropole de Lyon.

1/10 Région  Occitanie. Ce monstre  souffre  d’au moins deux défauts . Il ne fait  aucune place à sa  composante languedocienne- et pourtant  que  de souvenirs attaché à la langue d’Oc et il met indument le grappin sur l’intitulé Occitanie   alors que l’Occitanie historique  couvre une région infiniment plus vaste . La carte  ci-dessous  vous permettra d’en juger.

560px-occitania_blanck_map

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Occitanie_(région_culturelle)

0/ 10  Région Hauts-de-France, ce  qui est le  comble du ridicule pour le « plat  pays » sauf à considérer  que les apprentis  géographes étaient obnubilés par les cartes du géographe Vidal-Lablache  solidement  fixées sur le tableau des écoles primaires de la III éme République.

regions

                              Présent. 23 décembre 2016 p. 3

 

      Le lecteur  curieux trouvera  sans  doute intérêt  à  lire  pour  se rincer l’esprit la liste des trente-trois (33)  Intendances composant le royaume  de France  telle  que la donne  l’art 42 du TEXTE DE LA CHARTE CONSTITUTIONELLE DU ROYAUME DE FRANCE ET DE NAVARRE  proposé par la Charte de Fontevrault                                                                                                                                                       https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/8-rfn-1-pour-une-constitution-du-royaume-de-france-et-de-navarre-elements-dune-charte-concedee-par-le-roi-a-ses-peuples/

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Docteur en Droit, Garde des Sceaux, Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles

Gloire, déchéance et ressurection (de l’école) de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges.

9 Nov

63e1d8_80a7520ee138412681882ae3378ececd

https://fetedelasaintmartialdesardents.wordpress.com/2016/11/09/gloire-et-decheance-de-lecole-de-labbaye-de-saint-martial-de-limoges/

Le pire  , c’est  que de cette abbaye  qui illumina une partie  du Moyen-Age , il ne resta pas pierre sur pierre  puisque  déjà en mauvais  état au début des événements révolutionnaires, il ne restait  quasiment  rien à sauver  lorsque le roi légitime   remonta  sur  son trône.

A vrai dire, il ne restait  quasiment  rien en élévation parce que s’agissant  des fondations – et  ce  sur une hauteur  certaine-  les fouilles récentes sous la place dela République ( sic)  nous ont mis du baume au coeur .

images

Photo provenant du journal  » Le Populaire ».

https://fetedelasaintmartialdesardents.wordpress.com/exclusif-suivez-en-temps-reel-la-resurrection-dune-basilique-situee-au-coeur-de-la-ville-de-limoges/

Heureusement  la  décision a été prise à l’automne 2016 de mettre en valeur  ces grandioses  vestiges dans le cadre  du réaménagement de la place de la République

x870x489_perspective_la_place_de_la_republique_reamenagee_c_in_situ_-_cyrille_jacques_illustrateur-jpg-pagespeed-ic-mohuspiymg

Image

Michel Orcel publie le Dictionnaire raisonné des devises (Tome I).

28 Oct

14853027_10210944835277034_7687062214585140347_o

 

AVANT-PROPOS &  REMERCIEMENTS

Paru en 2009, mon « Livre des devises » visait avant tout à combler une carence éditoriale, le dernier dictionnaire de ce genre remontant à la fin du XIXe siècle (il s’agit du « Dictionnaire des devises héraldiques et historiques » de Chassant et Tausin). Mon travail avait également pour objectif d’oeuvrer de façon nouvelle dans un champ qui jusque-là n’était arpenté que par les héraldistes et les érudits à l’ancienne. Outre l’étude que j’y donnais de la devise comme véritable genre littéraire, oscillant entre aphorisme et fulguration poétique, je montrais que l’Occident n’avait pas tout à fait le privilège de ce genre et que, dans divers espaces extra-européens, il existait des répertoires d’énoncés normatifs tout à fait identiques à nos devises. De plus, fait nouveau, cet ouvrage ne se contentait pas d’aligner des noms en face de chaque sentence (à la façon de Chassant et Tausin, puis de Lartigue et Pontbriand dont le travail à compte d’auteur est resté confidentiel), mais procurait une traduction (quand la devise est en langue morte ou étrangère, ce qui est si fréquent), donnait une notice sur l’origine historique ou emblématique de la sentence, et enfin fournissait ses sources.

Hélas, bien que publié aux éditions du Seuil, la diffusion du Livre des devises s’est avérée très décevante. C’est pourquoi j’ai voulu fondre ce premier ensemble dans un second volume, en reprenant sur des frais nouveaux toute ma matière. C’est donc un ensemble de plus de 2700 devises qui est ici présenté. De mon premier travail, celui-ci ne s’écarte que par le resserrement de son champ aux devises occidentales et musulmanes (ces dernières connues et reconnues comme telles depuis le XVIe siècle en France), et par l’apport de nouvelles sources plus riches encore : archives, bibliographies rares, manuscrits numérisés, nouveaux laboratoires de recherche en ligne, tel que le site « Devise » de Laurent Hablot… Ajoutons le tout récent répertoire de Ph. Palasi, qui, bien qu’il se contente, comme ses prédécesseurs, d’aligner les devises sans aucun commentaire, est un outil de recherche désormais indispensable. J’ai parlé des travaux, autrement intéressants de Laurent Hablot. L’évocation de ce chercheur me donne l’occasion de préciser que les critères fondamentaux de ma propre enquête n’ont pas changé et, notamment, que je n’entends pas le mot « devise » au sens chronologiquement très restrictif où il le prend. Le mot a une histoire ancienne, antérieure à la « devise muette » et bien postérieure aussi puisqu’elle n’a pas tout à fait cessé aujourd’hui. Je ne puis, pour ma part, amputer le mot « devise » du sens essentiellement linguistique, et même détaché de l’image, qu’il a pris chez nous depuis plusieurs siècles. La chose est ancienne, car, comme je l’évoque dans ma préface, le Tasse en personne, au XVIe siècle, avait pressenti que le « corps » de la devise disparaîtrait tôt ou tard au profit de l’ « âme ».

S’agissant d’un travail anthologique (un deuxième tome est déjà en préparation), je n’ai pas rompu avec les critères qui avaient guidé l’établissement de mon premier travail. Outre les choix qui tiennent au goût personnel, ou aux pistes imprévisibles qui s’ouvrent au chercheur, j’ai pris pour habitude, sinon pour principe, d’écarter des « mots », non sans beauté sans doute, mais répétitifs et usés (« Libertas », « Semper fidelis », etc.), ou que disqualifie parfois – mais pas toujours – leur caractère adulatoire (devises pour les carrousels de Louis XIV, devises pour Mgr Fouquet, etc.), à moins que leur présence ne se trouve justifiée, par exemple, par leur liaison à une autre devise ou à une image qui leur confère une réelle plus-value historique ou littéraire. La difficulté de la traduction (pensons à « Nec pluribus impar » de Louis XIV), la qualité poétique, l’originalité de la sentence, la relation à l’image (devises allusives et équivoques aux armes ou au nom), la notoriété – ou l’obscurité ! – de leurs possesseurs ont été, parmi d’autres, des critères de sélection.

Il me plaît de dire ici ma gratitude à tous ceux qui ont contribué, chacun à sa mesure, à la construction de ce premier grand devisaire raisonné. Et d’abord à M. Alban Pérès, qui a véritablement collaboré à ce répertoire par ses recherches, ses suggestions, ses apports d’images ou de blasonnements, ses scrupuleuses relectures. Grâce aux nouveaux réseaux sociaux, j’ai pu également bénéficier de l’aide ponctuelle mais soutenue de Mme Anne Behaghel-Dindorf, MM. Nicolas Vernot, Michel Popoff, Michael Y. Medvedev, Hughes de Jonfroy Hughes De Jouffroy Gonsans, Mathieu Chaine, qui m’ont souvent fait profiter de leur profonde science héraldique, au point que je les ai parfois cités dans les notices auxquelles ils avaient apporté une aide décisive. J’ai également usé de l’amitié de M. Federico Bona, spécialiste de l’héraldique des anciens Etats de Piémont-Savoie, et de l’abondant matériel que le voyageur et photographe Marc Tanzi m’a gracieusement soumis. Ce livre doit encore beaucoup à MM. Francesco La Brasca (pour la partie issue du Livre des devises) et Jean-Pierre Lemaire, qui m’ont aidé à débrouiller les devises latines les plus absconses ou fautives, ainsi qu’à M. Paul Demont, qui a bien aimablement rajusté mes souvenirs de grec ancien… Je veux encore remercier M. Bruno Pinchard, qui m’a fait profiter de ses connaissances dans le monde de l’ésotérisme ; M. Hamid Triki, savant historien du monde arabo-andalou ; Mme Claire Boudreau, qui m’a officiellement autorisé à reproduire quelques devises concédées par l’Autorité héraldique du Canada ; M. Laurent Granier, héraldiste lyonnais bien connu ; l’amical Fabrizio Delmastro ; la très regrettée Inès de Baulny, récemment disparue ; le général Ph. Chatenoud, généalogiste et lecteur scrupuleux ; la très aimable Irene Thaon de Revel ; Mmes Luisa Gentile, Elena Yarovaya et Loretta Marcon ; Mlle Marie Lambert-Marie Lambert Glasson ; le comte Alessandro Casati, MM. Dominique Delgrange, Christian Dardy, Robert Fohr, Jean de L’Ermite et Bertrand Reynaud.

Je tiens enfin à témoigner de ma reconnaissance à la Société française d’héraldique et de sigillographie, qui, reconnaissant la validité de mes travaux, a bien voulu m’accueillir parmi ses membres.

M. O.

le Hâmeau de la reine à Versailles, miraculeusement restitué de 1992 à 2006. C’est si récent et pourtant !

10 Sep

 

Ferme, hameau de la Reine, domaine de Trianon

Construite de 1784 à 1789, la ferme du hameau comprend plusieurs bâtiments dont une bergerie, une porcherie, des étables et une maison pour les fermiers. Un pont au-dessus du fossé permet l’accès depuis l’allée du Rendez-Vous, grâce à une grande porte à auvent.En direction du hameau s’élève un autre portail en maçonnerie et pierres de taille, surmonté de deux grosses boules : la porte rustique. Si la Normandie inspire les maisons du hameau, la Suisse sert de modèle pour la ferme et fournit la majorité des animaux.
Après la Révolution, la ferme se dégrade rapidement par manque d’entretien. La majeure partie de l’ensemble est détruite sous le Premier Empire. La ferme a été oubliée lors de la rénovation Rockefeller. La seule construction d’origine est la porte rustique, donnant sur le hameau.
La restitution complète de l’exploitation dans son état de 1789 est lancée en 1992 et achevée en 2006.                                                                                                                              NDLRB . Pour une  fois que la République  fait  quelque  chose de bien, il convient de l’en saluer et de la féliciter.

Ferme, hameau de la Reine, domaine de Trianon

Armoiries de la Corse; Il y a maure et Mort

16 Août

 

13925089_277795852597500_8431231670913677291_n

La tête de Maure, emblème de la Corse

              La tête de Maure est un symbole aragonais, vraisemblablement adopté par la Sardaigne et la Corse à l’époque où le royaume d’Aragon dominait les îles méditéranéennes. Le drapeau de la Sardaigne est d’ailleurs très similaire au drapeau de la Corse, à la différence près qu’il comporte quatre têtes de Maure. Il est possible que ce soit en raison de la proximité géographique de ces deux îles que la tête de Maure fut également représentée sur le drapeau corse. Une autre légende célèbre voudrait que l’origine du drapeau corse remonte à l’époque de l’invasion de l’île par les Sarrasins. Dans le but d’impressionner et de décourager leurs adversaires, les soldats corses auraient décapité leurs ennemis et présenté leurs têtes empalées sur des piques. La tête de Maure serait alors devenue le symbole de la victoire des guerriers corses, avant de devenir un symbole national. Cependant, aucune de ces hypothèses n’a pu être vérifiée de façon certaine, et l’origine du drapeau corse garde toujours une part de mystère.

http://www.drapeaucorse.fr/origine-du-drapeau-corse

Trésors de l’ébénisterie à secrets

27 Juil

David Roentgen

Secrétaire à cylindre mécanique

Et aussi :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                http://www.terre-meuble.fr/les-meubles-a-secrets-de-david-roentgen/                                                                                                                                                                                                                                                                    https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Roentgen http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/                                                                                                                                                                                                     http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/