Archive | 8- Héraldique, Emblématique, Vexillologie. RSS feed for this section

Panem et circenses.

19 Juil

Un joli poème découvert par hasard sur un site d’héraldique fort intéressant (bien que flirtant un peu avec l’ésotérisme)* :

Je me demande ce que peuvent bien signifier
Ces klaxonnements et ces voix vociférantes
Que mon cerveau ne parvient plus à qualifier ;
L’on dirait bien la clameur d’une foule délirante…Sans doute s’est-il passé quelque chose d’essentiel
Qui explique cette générale effervescence ?
Mais ce tintamarre m’apparaît si démentiel
Que je préfère, je crois, rester dans l’ignorance.Je me doute bien, au fond, de quoi il peut s’agir
Mais cette idée refuse en moi de s’élargir.
Dieu merci de m’être éloignée de la villeSinon j’en aurais fait une crise d’apoplexie !
Certains jours, l’on voudrait changer de galaxie
Et peut-être même demander le droit d’asile.
Le 19 juillet 2018.
Publicités

Héraldique.

17 Juin

Voici l’une des dernières réalisations de notre ami Laurent Granier (https://www.laurentgranier.com) : une chevalière pour homme monture en or gris 18 ct et plateau avec inclusion d’or jaune 18 ct, le tout de 20,1 g. Plateau ovale de 16 x 14 mm gravé à la main à sceller des armes de la dynastie iranienne Kadjar (qui précéda celle des Pahlavi) d’après une enluminure du 19e siècle. Devise en Farsi.

Le 17 juin 2018.

Armoiries d’alliance du duc et de la duchesse de Sussex (Harry et Meghan)

10 Juin

https://www.cnn.com/2018/05/19/europe/duke-duchess-sussex-meghan-harry-intl/index.html

https://www.express.co.uk/news/royal/961984/Meghan-Markle-title-duchess-of-sussex-princess-royal-wedding-2018-latest

Sans oublier cette modeste contribution du CER à la création héraldique britannique, publiée en date du 26 mai :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/05/26/un-exemple-de-creation-contemporaine-darmoiries-en-grande-bretagne-la-duchesse-de-sussex/

                           Points de Vue Images du Monde n° 3646 du 6 au 12 juin 2018

 

 

Héraldique épiscopale. Le nouvel Evêque de Limoges : Mgr Pierre-Antoine Bozo renoue avec la tradition un peu oubliée par son prédécesseur immédiat *.

7 Juin

https://confreriedesaintloup.wordpress.com/2018/06/04/heraldique-episcopale-mgr-bozzo-nouvel-eveque-de-limoges-renoue-avec-la-tradition/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Antoine_Bozo

Retour sur les premières années du Comté de Rouerge, le dernier fief rattaché à la Couronne de France, via Henri IV. (1589)

2 Juin

Royal artillerie. Samedi 26 mai 2018

De gueules au léopard lionné d’or

Nous départant des affaires d’actualité – les morts-vivants du monde vieux défilent partout en France aujourd’hui – nous proposons pour changer d’air l’évocation d’un fief important et méconnu du grand nombre, qui fut pourtant un des plus anciens de France et vécut selon sa loi jusqu’à sa réunion à la couronne de France par son dernier titulaire, Henri de Navarre et IV de France. Il s’agit de Rodez en Rouergue.
Les comtes de Rouergue et plus tard de Rodez naquirent en 585 sous le règne de Childebert le second. Le dernier comte fut un huguenot du nom de Henri de Navarre, plus connu sous celui de Vert Galant qui maintint le titre jusqu’en 1589 avant de rattacher le fief à la couronne de France qu’il avait acheté d’une messe. Ce qui fait mille ans d’histoire ! Comme toutes les possessions humaines, plusieurs dynasties se succédèrent. Mais nous allons nous arrêter au premier : le duc Nicet (d’Auvergne) comme le nomme Grégoire de Tours
…. Lire la totalité de l’article  grâce au lien ci-après …
le 2 juin 2018.

Quand le comte de Paris s’inspire des bonnes idées du CER.

29 Mar

Toujours avide de nouveaux rubans depuis que le roi des Français, Louis-Philippe Ier a aboli les anciens ordres du Roi, en 1831, pour ne conserver que celui de la Légion d’Honneur, créé par Bonaparte, l’entourage du chef de la famille d’Orléans s’était déjà lancé dans l’aventure du faux ordre de Saint-Lazare (aboli par les derniers Bourbon) puis les fantasmes de celui de l’Etoile (institué par le Valois Jean II le Bon en 1351), disparu de mort naturelle il y a quelques siècles , qu’il raccrocha acrobatiquement aux branches aussi vermoulues de celui du Mont-Carmel que nous devions au bon roi Henri IV(Lire « Les hochets d’Orléans » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/25/les-hochets-dorleans/). Ces pitreries n’attirèrent que quelques courtisans vaniteux tels que ceux qu’a si bien décrits Philippe Du Puy de Clinchamps dans son ouvrage intitulé « La Chavalerie » (PUF 1973).

Alors, il lui vint il y a peu une idée, tout droit inspirée du succès de l’ordre et ardente compagnie royale du Mérite, sous le vocable de Sainte-Jeanne d’Arc, appelé plus communément ordre royal de Sainte-Jeanne d’Arc qui fut instauré en août 2012 par le CER (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/08/01/consilium-consulte-n-2012006-du-1-er-aout-2012-instaurant-l-ordre-royal-de-sainte-jeanne-darc/) : récompenser les mérites de ses plus humbles serviteurs qui, en d’autres temps, eussent porté la fameuse livrée rouge de sa famille. Et c’est ainsi que l’un des organes officiels de la branche cadette de la maison de Bourbon nous gratifia de cette annonce :

 » Avec l’autorisation du Chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris, le blog de la Couronne vient de créer un insigne honorifique pour les militants de la Royauté.

Cet insigne baptisé « INSIGNE D’OFFICIER DE LA COURONNE », sera remis par le blog de La Couronne aux militants de la Royauté, qui ; s’étant distingué par leurs action militante au service des princes de la famille de France ; contribuent chaque jour, à faire connaitre l’héritier des Rois de France et les princes de sa maison, à promouvoir leurs actualités et leurs paroles, afin de faire avancer avec honneur et fidélité la cause de nos princes.

Inspiré du design (sic) de l’ancienne décoration du Lys, qui récompensait ceux qui avaient œuvré à la restauration monarchique de 1815*, l’Insigne d’Officier de la Couronne, est formé d’une fleur de lys, surmonté d’une couronne royale de France, entourée d’un cercle blanc surmonté de la devise capétienne « Montjoie Saint Denis ».

Nous publierons prochainement sur le blog, la liste validée par le Prince, des premiers récipiendaires de l’Insigne d’Officier de la Couronne.« 

Nous l’attendons avec la plus grande impatience!

Le 29 mars 2018.

Du Plessis

* Rappelons que la décoration du Lys fut crée en 1814 (et non pas en 1815), à la suite de la première Restauration qui ne fut pas « monarchique » mais ROYALE (car l’Empire qui précédait était aussi une monarchie), avant que le tout soit aboli par l’usurpation de 1830 !

Quand l’héraldique se perd dans des chemins de traverse.

16 Juin

Manifestement, toute vérité n’est pas bonne à dire. Même dans des médias royalistes.

C’est ainsi que nous sommes intervenus il y a peu sur le site Vexilla Galliae, à la suite d’un article de M. Marc Auchenne consacré au travail d’un artiste héraldiste Normand, Xavier d’Andeville (http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/2464-interview-avec-xavier-d-andeville-createur-du-blason-de-la-duchesse-d-anjou). Hélas, plusieurs de nos commentaires furent censurés !

Le titre flatteur, qui laissait entendre que ledit héraldiste avait CRÉÉ LE BLASON DE LA DUCHESSE D’ANJOU, nous avait interpellé car nous ne comprenions pas comment on pouvait avoir créé un blason de toute pièce pour Madame la duchesse d’Anjou, née Vargas et épouse de Monseigneur le prince Louis de Bourbon.

En effet, les règles héraldiques concernant le port des armoiries par les femmes sont très claires et très précises. Elles ont d’ailleurs été exposées par le menu dans l’incontournable ouvrage de Rémi Mathieu, « Le système héraldique français« . Les femmes portent généralement les armes de leur père (sans brisure) ou celles de leur époux (également sans brisure). Nul besoin donc de créer, pour elles, des armes fantaisistes ou d’y introduire d’inacceptables brisures.

Or, voici ce que nous dit M. d’Andeville dans son entretien avec Marc Auchenne :

Q. L’année dernière, vous avez réalisé les armes de la duchesse d’Anjou. Comment avez-vous été choisi par la famille royale ?

R. La création à proprement parler (le travail d’héraldiste) a été réalisé par le baron Pinoteau et M. Papet-Vauban, qui connaissent bien leur sujet, mais qui ne dessinent pas. C’est naturellement que nous avons travaillé de concert et que l’idée a pris forme sous mes pinceaux.​

Enfin, pourriez-vous décrire et commenter les armoiries de la Princesse ?

​Les armoiries de la princesse se blasonnent ainsi : d’or, à trois fasces ondées d’azur, chargées de 6 marguerites au naturel, posées 3,2 et 1.

Les fasces ondées sont une référence à la famille de la princesse (les Vargas portent d’argent à trois fasces ondées d’azur, qui sont des armes parlantes : vargas = vagues). Les marguerites font référence à son prénom, et le nombre de 6​ ​à saint Augustin, et à ce que ce chiffre symbolise dans la bible : 6 est le chiffre de la Passion du Christ lui qui a souffert le vendredi, soit le 6ème jour de la semaine, considéré comme le chiffre de l’homme puisqu’il a été créé le sixième jour selon le premier récit de la création ; pour saint Augustin le chiffre 6 représente la perfection : « Dieu créa toutes choses en 6 jours parce que ce nombre est parfait ».

Disons-le tout net : nous fûmes attérés.

D’abord par le fait, certes un peu anecdotique, que les armes Vargas ne sont en aucune façon parlantes ! Vargas n’a jamais signifié  » vagues  » (OLA dans la langue de Cervantes) et, d’ailleurs, aucun généalogiste espagnol n’en connaît précisément l’origine…

Ensuite, le patronyme Vargas est très répandu tant en Espagne qu’en Amérique latine (la famille de la princesse est installée principalement au Venezuela) mais il reste vrai que les armes les plus fréquemment rencontrées dans la familles sont bien  » d’argent à trois fasces ondées d’azur « . A noter également que les brisures y sont rares.

Notons cependant que certains généalogistes hispano-américains ne rattachent pas la famille de la princesse à cette branche espagnole mais à une descendance du conquistador Alonso de Ojeda.

Alonso de Ojeda

Quoi qu’il en soit, si l’on accepte le rattachement aux Vargas ibériques, nul doute que le père de la princesse, Victor Vargas Irausquin (président et propriétaire du Banco Occidental de Descente -BOD- mais surtout troisième fortune du Venezuela) devrait porter  » d’argent à trois fasces ondées d’azur « . Ce que nous n’avons jamais constaté, dans aucune de ses activités.

C’est sans doute ce qui a mis mal à l’aise les créateurs de ces fameuses  » armoiries de la princesse « . Devant un tel faisceau…d’incertitudes, ils ont choisi la solution de la brisure :  » 6 marguerites au naturel, posées 3, 2 et 1  » en jouant sur le prénom de la princesse.

Erreur historique et faute héraldique !

Alors, la plus simple, comme toujours, n’est-elle pas la  meilleure solution ? Que la princesse Marie-Marguerite de Bourbon, duchesse d’Anjou, porte les armes de son époux (qui sont les plus illustres et les plus belles que l’on puisse rêver…)

D’azur à trois fleurs de lis d’or. 

Et l’Histoire comme la science des armoiries seront préservées de toute aventure malheureuse.

Le 16 juin 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.