Archive | Chronique du métissage culturel tant désiré RSS feed for this section

9 photos qui illustrent les bienfaits contemporains.

14 Nov

Les Français sont chaque jour plus nombreux à être reconnaissants de l’enrichissement culturel qui leur est gracieusement dispensé par la diversité.  

Malheureusement, il reste une poignée de réactionnaires qui font le choix nauséabond de « vivre Français » alors que le « vivre ensemble » leur tend les bras. Il est temps de les faire changer d’avis en les confrontant à l’évidence :

comparons la France avant et après l’ immigration de masse.

1 – Le fascisme enfin vaincu

Nous voyons qu’avant l’immigration, les fascistes se baladaient impunément dans des rues de Paris désespérément mono-ethniques.

Fort heureusement depuis, les combattants de la diversité veillent au grain afin que le vivre-ensemble soit préservé. Ici, l’un deux piétine la tronche d’un facho qui l’a bien mérité.

2 – Le raffinement jusque dans le sport

Alors que les jeunes de l’époque jouaient à des jeux populistes et primitifs tels que la balle-aux-pieds, les choses ont changé.

Sans doute inspirés par Tiger Woods, les jeunes de la diversité se passionnent aujourd’hui pour des sports plus élitistes.

Leur passion et leur dévouement sont tels qu’ils se baladent même en ville avec leurs clubs de golf. Des exemples à suivre…de loin.

3 – Un peu de pudeur…

Incroyable mais vrai : dans une époque pas si lointaine, les femmes se promenaient sur les Champs-Elysées déguisées en prostituées. Dieu merci, la diversité a amené avec elle une haute idée de la morale. Ainsi, si les Françaises daignent faire l’effort de s’assimiler aux immigrées, elles auront enfin une chance d’acquérir un peu de l’élégance qui leur a toujours fait défaut.

4 – L’enrichissement culturel (1)

Emmanuel Macron nous a rappelé à juste titre qu’il n’existait pas de culture Française.

Cependant, grâce à l’enrichissement culturel que nous apporte l’immigration, les choses sont en train de changer… Mais les Français étant intrinsèquement racistes, on ne trouve malheureusement encore aucun Kebab au guide Michelin.

5 – L’enrichissement culturel (2)

Alors que l’immigration Européenne avait permis de relever péniblement le piètre niveau du cinéma Français avec des acteurs de la trempe de Lino Ventura, il a fallu attendre les années 2000 pour voir de vrais talents crever l’écran avec le charisme qui manquait cruellement à la bande à Audiard.

6 – L’enrichissement culturel (3)

On se demande encore comment Jacques Chancel a su captiver son auditoire pendant un demi siècle sans n’avoir jamais eu recours à des procédés comiques tels que le pipi, le caca et le cucul.

Heureusement, les heures les plus sombres de la culture audiovisuelle sont révolues, grâce à Hanouna.

7 – L’enrichissement culturel (4)

Brassens et Booba ont en commun l’amour du bon mot grivois. Cependant, il nous suffit de comparer certains de leurs vers les plus fleuris pour s’apercevoir que le vrai génie littéraire se trouve du côté du rappeur.

Brassens : « Qui est-ce qui veut me laisser faire, im naturalibus, un p’tit peu d’alpinisme sur son mont de Vénus ? »

Booba : « Elle roule en Clio, elle a un piercing au clito, j’lui crache dans les chicots, j’m’arrache aussitôt. »

8 – L’explosion des normes répressives issues de la société Chrétienne

Alors que la plupart des Français réactionnaires et bornés avaient l’incongruité de s’asseoir « normalement » dans le métro, on trouve aujourd’hui des esprits libres qui importent des comportements novateurs afin de bousculer les idées reçues : après tout, qu’est-ce que la normalité ?

9 – La douceur de vivre

Certains quartiers de Paris, comme Barbès, sont aujourd’hui vibrants, colorés et pleins de vie.

On peine à croire qu’il y a encore 50 ans, Barbès était à mourir d’ennui. Aucun multi-culturalisme et des trottoirs balayés…jusqu’au désespoir.

L’horreur mono-culturelle.

 Le 14 novembre 2017.

(Merci à notre ami Belge AM)

Publicités

L’imposture des édiles de Montluçon.

9 Oct

Armoiries de Montluçon

Les édiles de cette très ancienne cité du duché de Bourbonnais, aidés (ou manipulés par) des intellectuels locaux gauchisants, ont choisi la provocation à l’égard des Montluçonnais en organisant une vaste  » installation  » artistique dans le centre-ville, consacrée aux migrants.

C’est ainsi qu’en sortant de chez eux, ces derniers jours, les habitants n’ont pas tardé à découvrir des mètres de chaussures, disposées au sol en file indienne. Un seul pied de chaque paire pour symboliser la perte, ou le manque. L’installation trône sur l’esplanade de la mairie avec son jet d’eau, longe l’avenue Marx-Dormoy qui relie la gare SNCF au centre-ville. Puis borde le rond-point de la Verrerie, à l’endroit où les centres commerciaux ont pris la place des anciennes usines…

Chaque chaussure est lestée avec du sable, dans lequel est planté un petit bâton brandissant un message :  » Au secours  » ;  » J’ai faim  » ;  » J’étais un gardien de brebis au Kurdistan « . Plus loin :  » Je voudrais être un oiseau « . Ou encore, en anglais,  » Europe plays with my life «  (l’Europe joue avec ma vie). Cette œuvre fantôme intitulée en globish  » Pas pieds in Montluçon  » est la suite de  » Pas pieds in Calais « , créée en mars  2016 par les artistes Nadège Prugnard et Julie Romeuf.

A l’autre bout de la rue…le château des ducs de Bourbon

Baskets, ballerines, escarpins, bottes, sandales… Scandale ! Très vite, des Montluçonnais ont appelé les médias locaux. Qu’est-ce que ça veut dire ? Et ces affiches qui claquent comme un slogan, sur les murs de la ville :  » Le marché du migrant a de l’avenir ! «  La radio RJFM a annoncé la programmation du Théâtre des Ilets, centre dramatique national de Montluçon, sur la question migratoire, du mercredi  4 au dimanche 15  octobre. Les auditeurs ont réagi, parfois violemment. Marie Vivier, une comédienne qui finissait l’installation de chaussures près de la gare, s’est fait apostropher.  » Pourquoi vous n’aidez pas plutôt les Français ? « , raconte-t-elle, interloquée. Au sein du Réseau éducation sans frontières (RESF), où elle milite, Marie Vivier vit dans un autre monde, entourée de gens engagés à Montluçon au sein du lobby immigrationniste.  » Est-ce qu’on va rester entre nous ? « , se  demande-t-elle.

Il faut réveiller la mémoire de la ville, estime La directrice du Théâtre des Ilets, Carole Thibaut, estime, elle, qu’il faut «  réveiller la mémoire de la ville « .  » Montluçon est une ville industrielle, ouvrière, qui s’est construite par vagues successives d’immigration. Nous voulons susciter des rencontres entre des Montluçonnais, immigrés des anciennes générations, et des nouveaux arrivants « , annonce la metteuse en scène et auteure féministe. Au programme, des spectacles, des performances dans des cafés, sur le marché, une table ronde, des ateliers réunissant des personnes âgées et des demandeurs d’asile. Et pour finir, dimanche 15  octobre, un grand match de foot amical. Le tout pendant la Foire de Montluçon, qui a lieu du 7 au 15  octobre.

Alors, qu’en dit la municipalité ? Elle affirme que la ville a une riche histoire migratoire. A l’époque industrielle, Montluçon recevait le charbon qui arrivait de Commentry, à une quinzaine de kilomètres, par le canal de Berry, longeant le Cher, ainsi que le bois de la forêt de Tronçais. Péniches et hauts-fourneaux complétaient le paysage. Le maire de Montluçon et président de l’agglomération montluçonnaise, Daniel Dugléry (Républicains), 70 ans et natif de la ville, est lyrique.  » Dans ces vagues d’intégration réussie sont arrivés les Espagnols, les Polonais, les Italiens. Ainsi que les rapatriés, après la guerre d’Algérie (1954-1962), dont la plupart travaillaient chez Dunlop. Il y a eu aussi, bien sûr, les Portugais. Ces derniers sont les plus nombreux : aujourd’hui, Montluçon compte 8 000  personnes d’origine portugaise, sur un total de 40 000 habitants. La plupart viennent de Guimaraes, au nord du Portugal « , raconte Daniel Dugléry qui trompe ses administrés. Comment, en effet, comparer les vagues migratoires successives qu’il décrit à juste titre mais qui n’ont jamais concerné que des européens, chrétiens pour la plupart qui plus est, avec les migrants d’aujourd’hui venus du Maghreb, d’Afrique ou d’Asie et quasiment tous…musulmans ? Cet amalgame, classique chez les immigrationnistes, n’est rien d’autre qu’une méprisable imposture.

Et pourtant il ose ajouter à qui veut l’entendre : «  Si un spectacle peut montrer que l’immigration est une chance, c’est bien.«  Serait-ce déjà une manifestation de démence sénile ?

L’équipe du Théâtre des Ilets a imaginé des  » speed telling  » – sortes de rencontres express –afin que les gens partagent leurs récits de migration. Sablier sur la table, le performeur dispose de sept minutes pour livrer son histoire à un visiteur.  » Tous les habitants sont conviés, et l’on parle de migration au sens large, pas forcément géographique. Elle peut être sociale, comme le fait d’avoir quitté son milieu d’origine « , précise Carole Thibaut la directrice. Mais, heureusement, peu nombreux sont les habitants qui se prêtent à cette comédie. 

Ainsi Josepha, venue du Portugal en 1968, alors qu’elle n’avait que vingt ans. Elle s’est mariée en 1971 avec un Montluçonnais qui a travaillé dans le bâtiment, conduit des engins de chantier ou fait même office de coiffeur ! Ils ont quatre enfants  » qui travaillent « , précise-t-elle. Mais aujourd’hui, assure Josepha, les nouveaux arrivants ne sont pas comme elle.  » Nous, on venait pour le travail… « , insiste-t-elle. Ajoutant qu’aujourd’hui elle a  » peur « .

Une série de crimes a en effet marqué les esprits à Montluçon, en mars. En l’espace de dix jours, un couple de personnes âgées a été sauvagement assassiné, ainsi qu’une vieille dame, tandis qu’une femme a été violée sous les yeux de son compagnon par un jeune venu de Mayotte qui a été arrêté. Ces actes ont tous été commis avec des complices sous l’emprise de la drogue.  » De  plus, il y a une recrudescence de vols dans la ville, avoue  quand même le maire. Pour certains, c’est forcément les migrants « . Au point que la fille de Josepha vient de s’équiper d’une caméra  » pour surveiller la maison « 

Puis, pendant l’été, un centre d’hébergement pour demandeurs d’asile a ouvert dans la zone d’activité commerciale (ZAC). Bien caché au fond de l’allée, il a pris la place de l’ancien Hôtel Formule 1. Des salariés de l’hôtel ont été licenciés, comme l’avait rapporté France 3 Auvergne. D’autres exilés sont installés à l’Hôtel Kyriad, près de l’hypermarché de Saint-Jacques.  » Certains habitants disent que c’est ma faute… Ils racontent que je veux remplir les logements vacants avec des migrants… « , confie le maire. 

Alors, les promoteurs de la mascarade pseudo-culturelle de cette semaine espèrent calmer les esprits en leur offrant…un match de foot le 15  octobre, sur le stade qui longe le théâtre. L’éternel et incontournable  » PANEM ET CIRCENSES  » !

Pablo Aiquel, journaliste indépendant basé à Vichy, qui organise la rencontre sportive le souhaite. Proche des musiciens soudanais installés à Vichy, le Soudan Célestins Music, à l’affiche le 11  octobre au Théâtre des  Ilets, Pablo Aiquel y croit :  » Le foot, c’est un  langage universel. Comme la musique. A Bellenaves, un village de l’Allier, une deuxième équipe de foot a pu se créer en  2016 grâce à l’arrivée de demandeurs d’asile. «  

Ces gens sont décidément indécrottables.

Le 9 octobre 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Aborder la question des migrants en mathématique est devenu un sujet interdit.

19 Sep

ARGH !

Les profs s’en étranglent, nous dit-on, à la lecture de l’énoncé d’un exercice de mathématiques repéré dans un manuel scolaire de chez Nathan. Au point que l’éditeur a annoncé, dimanche 17 septembre, la cessation  » immédiate  » de la commercialisation dudit volume ! Faut-il que ce soit grave….

Que disait donc cet énoncé ? Ceci :  » Des migrants fuyant la guerre atteignent une île en Méditerranée « . Jusque-là, tout va bien mais c’est après que ça se corse (si l’on peut dire).

 » La première semaine, il arrive 100 – migrants – , peut-on lire dans l’intitulé controversé. Puis chaque semaine, le nombre de nouveaux arrivants augmente de 10 %. Par combien est multipliée une quantité lorsqu’elle augmente de 10 % ? « , est-il demandé aux élèves – des terminales L et ES – par les concepteurs de ce manuel imprimé en  2017.

A la droite de l’exercice, page  34….la photo d’une embarcation pneumatique sur laquelle s’entassent hommes, femmes et enfants.

Suivent cinq autres questions concluant par une invitation à  » en déduire le nombre total de migrants qui seront arrivés dans cette île au bout de huit semaines. Arrondir à l’unité « .

Tout le week-end, Facebook et Twitter ont résonné de commentaires outrés.  » Si c’est vrai, c’est un scandale « , ont persiflé bon nombre d’internautes, pour qui l’utilisation du « drame des migrants » à des fins mathématiques a semblé trop grave pour être tout à fait plausible. L’authentification officielle est venue de l’éditeur qui, dans un premier communiqué diffusé vendredi, a reconnu l’erreur tout en tentant d’expliciter la démarche.  » Les programmes actuels encouragent la transdisciplinarité et l’ouverture sur d’autres thématiques,faisait-il valoir. Ils invitent à traduire une situation concrète à l’aide d’une suite arithmético-géométrique. C’est ce que nous avons souhaité appliquer dans cet exercice en prenant un exemple d’une population qui croît régulièrement en lien avec un sujet d’actualité.  » Plus réaliste, tu meurs !

Tollé sur Twitter, où l’interdisciplinarité en matière d’éducation, souvent associée aux réformes éducatives de gauche, n’a pas rasséréné le débat. Bien au contraire. Dimanche soir, l’éditeur s’est donc cru obligé de présenter ses excuses non seulement à la communauté éducative mais aussi aux associations d’aide aux migrants, dont la Cimade, qui l’avait alerté. L’ouvrage sera bien sûr remplacé  » gratuitement  » par sa version corrigée.

Pauvre pays dans lequel la tyrannie s’installe chaque jour davantage.

Le 19 septembre 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Du bleu clair au bleu foncé, la palette de l’équipe de France de football est de moins en moins variée.

4 Oct

presnel-kimpembe-le-defenseur-du-psg-football_3ec2fecbcb9887176a759403ff674c31

Presnel Kimpembe

On nous annonce que Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France de football (dite  » Les Bleus « ) a appelé le Congolais Presnel Kimpembe (dont c’est la première sélection) pour remplacer…l’autre Congolais Eliaquim Mangala blessé à la cuisse droite.

mangala-une

Eliaquim Mangala

Initialement convoqué avec les Espoirs, le défenseur du Paris Saint-Germain va connaître pour la première fois les joies de la « vraie » équipe de France. Alors, on s’interroge. C’est quoi la « vraie » équipe de France de foot ?

Le 4 octobre 2016.

La justice avance lentement mais elle claudique aussi parfois.

14 Sep

3235382615_1_2_rqeth6bd1

Le patron du bar de Rouen «  Au Cuba libre « , dans lequel un incendie survenu samedi 6 août a fait 14 morts, et son frère ont été placés en garde à vue mardi, a annoncé mercredi le parquet.

Au terme de cette garde à vue de 24 heures dans les locaux de la police judiciaire de Rouen, Nacer et Amirouch Boutrif , deux irremplaçables  » Chances pour la France  » originaires de Kabylie, ont été mis en examen pour  » homicides et blessures involontaires aggravées par violation délibérée d’une obligation de sécurité   » et…remis en liberté sous contrôle judiciaire, a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Rouen Pascal Prache. 

L’incendie a eu lieu dans la nuit du 5 au 6 août dans ce gourbi kabyle sur deux niveaux avec un rez-de-chaussée, une terrasse sur la rue et un petit caveau au plafond très bas. Ce soir-là le bar, très populaire sur la rive sud de Rouen, est plein. Plein d’inconscients qui ne savent pas encore que l’on ne peut jamais faire confiance à ces gens-là. Au sous-sol un groupe d’une vingtaine d’amis ont privatisé ce petit salon refait à neuf pour fêter les 20 ans d’Ophélie, une jeune fille qui se destinait à entrer dans l’armée. C’est une soirée dansante avec la présence d’un DJ. Les invités sont jeunes pour la plupart, âgés de 18 à 25 ans. La personne la plus âgée a 41 ans. Le drame va se jouer en quelques secondes. Une personne portant le gâteau d’anniversaire avec des bougies allumées, type « feux de Bengale » descend dans la cave par un escalier très étroit, plus proche d’une « échelle de meunier » que d’un escalier règlementaire, selon des témoignages de clients.

La personne trébuche-t-elle ou les bougies lèchent-elles simplement le plafond très bas du caveau ? Les témoignages divergent mais sont unanimes à relater un embrasement en quelques secondes du plafond et des murs recouverts d’un isolant phonique, à l’évidence extrêmement inflammable. Les fumées toxiques vont provoquer la mort de 13 personnes. Une jeune femme, Karima, très intoxiquée mais aussi gravement brûlée est décédée le 30 août dans un hôpital parisien, ce qui a porté le bilan à 14 morts et six blessés. Selon l’avocat de la famille de Karima et d’autres familles de victimes, Me Gérard Chemla, la porte de secours du sous-sol, qu’auraient pu emprunter plusieurs participants à la fête, était « verrouillée » pour éviter les resquilleurs. « Les victimes ont essayé d’ouvrir la porte de secours, vainement, parce qu’elle était fermée à clé », avait-il déclaré début septembre. « Quand vous avez l’escalier qui brûle d’un côté, vous allez vers l’issue de secours et quand on se retrouve devant une porte verrouillée, ça devient un piège mortel« , avait-il ajouté.

193213

Le  » Cuba libre « 

Depuis le drame, et après l’inspection des lieux par la police et un expert incendie, le bar a été fermé et reste entouré de barrières sur lesquelles les familles et amis des victimes ont placé des photos, messages et bouquets de fleurs. 

Ils ne viennent pas seulement chez nous pour imposer leur prétendue religion. Ils y amènent aussi leurs moeurs et leur art de vivre.

 

Le 14 septembre 2016.

Des oraux de rattrapage du bac reportés pour cause de Ramadan ?

4 Juil

Pour concilier l’Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du ramadan, et le début des oraux de rattrapage du bac, l’administration propose de reporter au lendemain les épreuves pour les élèves concernés. Pour beaucoup, c’est une atteinte à la laïcité.

Faut-il aménager les épreuves du bac en fonction des pratiques religieuses des uns et des autres? La Maison des examens qui gère l’organisation des épreuves du baccalauréat  en Ile-de-France, a pris une initiative dénoncée par certains comme un excès de zèle, voire une manière de provoquer la polémique avant qu’elle n’advienne.

Comme la fin du ramadan, la grande fête de l’ Aïd-el-Fitr risque de tomber (la date est fluctue d’un jour à l’autre) pendant le début des oraux de rattrapage du bac, l’administration offre aux élèves concernés la possibilité de remettre au lendemain leur examen. C’est peu dire que cette note adressée le 30 juin aux proviseurs des lycées des académies de Paris, Versailles et Créteil, est contestée dans son principe.

« On anticipe une revendication qui n’a pas encore été formulée: l’administration fabrique elle-même le problème, on marche sur la tête! », fustige dans Le Figaro Charles Arambourou, responsable laïcité de l’Union des familles laïques (Ufal).

Pour les défenseurs de la laïcité, le zèle montré par Vincent Goudet, directeur de la Maison des examens, outre qu’elle fait entrer la religion dans le calendrier du bac, elle est aussi discriminatoire.

Une note qui promet de semer « une belle pagaille »

Une impossibilité pratique se profile à l’horizon. « Ce genre de note peut créer une belle pagaille« , juge Philippe Tournier, proviseur du lycée parisien et secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (Snpden). Dans les colonnes du  Parisien  il juge « inconcevable » de faire le tour des effectifs pour demander qui fait l’Aïd.

En dehors de ce risque d’improvisation dans l’organisation même des épreuves, un problème de discrimination se pose. Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, « l’administration n’a pas à anticiper les éventuelles demandes, pour la bonne raison que cette démarche revient à assigner les élèves à leurs pratiques religieuses« . Surtout, s’il admet que les autorisations d’absence peuvent être accordées le cas échéant, elles « ne sont pas données de droit mais seulement à titre exceptionnel« . Autrement dit, les défenseurs de la laïcité voient ici le risque d’un dangereux précédent.

http://www.bfmtv.com/societe/des-oraux-de-rattrapage-du-bac-reportes-pour-cause-de-ramadan-1000662.html

Bravo et merci Najat Belkacem !

Ministre de l’éducation dite « nationale » de la République dite « française« 

Approche d’une carte de France des naissances étrangères.

29 Avr

grand-remplacement-2

http://www.ndf.fr/nos-breves/27-04-2016/la-carte-de-france-des-naissances-etrangeres#.VyDYGhzDZDQ