Tag Archives: Anders Behring Breivik

Philippe Randa. LE CLOWN TRISTE DE MATIGNON et le monstre du Loch ness, brassardé à la croix gammée

20 Juil

Le clown triste de Matignon

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

Chaque été, on y a droit, au monstre du Loch ness, brassardé à la croix gammée…

Soit l’annonce de la résurgence du nazisme, avec, autant que possible, moultes milices bottées-casquées, sur fond d’Internationale noire prête à répandre « la haine et l’exclusion » à travers le continent et à faire couler le sang dans tous les caniveaux de nos joyeuses citées, de preference les plus cosmopolites…

Certes, de néo-nazis, on n’en montre guère, beaucoup moins en tout cas que de futés reporters ou de fins limiers, spécialisés dans la traque des prochains criminels contre l’Humanité, mais qui nous assurent tous avoir bel et bien vus celui ou celle qui a vus celui ou celle qui les a vus eux ou elles !

C’est en quelque sorte une tradition et pas seulement française, rythmée par la chanson :

« Il court, il court, le facho

Le facho de l’été, mesdames,

Il court, il court, le facho

Le facho de l’été joli. »

Cette comédie était jusqu’alors programmée avant la première étape du tour de France et oubliée dès les grands départs du 15 juillet, date à laquelle tous les Français se moquent de tout en général et du retour de la Bête immonde en particulier.

Cette année, c’est au beau milieu de la Petite Reine qu’on y a droit et, crise oblige, sans doute, même les complots hitlériens ne sont plus ce qu’ils étaient. On commence même directement, sinon par la chanson, du moins par un chanteur. Même pas français : Norvégien, celui-là, avec tout de même un beau nom viking : Kristian Vikernes ! Marié à une Française, c’est un auteur-compositeur de black metal, genre musical assez bruyant, ayant fort peu de rapport avec les valses viennoises, néanmoins plus supportable que le Rap, entre autre parce que moins répandu sur les ondes…

Les fins limiers de la lutte anti-terroristes, au courant que le personnage avait été « l’un des 530 destinataires du manifeste extrémiste de Breivik, qui a tué le 22 juillet 2011 en Norvège 77 personnes » surveillait tout particulièrement ce viking-là, prouvant ainsi qu’ils ne réservaient pas leur redoutable attention qu’aux seuls chameliers suspects de nos paisibles contrées.

Alors, lorsque madame Vikernes, mère au foyer de son état, mais «  tireuse sportive dans le Limousin » à ses heures,  a « acheté quatre armes longues, des carabines 22 long rifle », les inspecteurs Bourrel de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) se sont écriés en chœur : « Bon Dieu ! Mais c’est… Bien sûr ! » (Cf. Les 5 dernières minutes de Claude Loursais) … C’est direct le placement en garde-à-vue du couple infernal au commissariat de Brive-la-Gaillarde pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », tandis que Manuel Valls, ministère de l’Intérieur, toujours prêt à ce « qu’ils ne passent pas », s’emballait en soulignant que « cet individu était susceptible de préparer un acte de terrorisme d’envergure », même si, comme il devait le reconnaître très vite, Vikernes n’avait « ni cible ni projet identifié. »

C’est ballot, tout de même !

Ballot comme le permis détenu par l’épouse pour acquérir légalement des carabines…

Ballot comme l’explication donnée par le couple pour l’acquisition des pétoires en question : adeptes du survivalisme, ils préparent tout simplement leur survie dans un Futur qu’ils prévoient plus « âges farouches » que « paradis terrestre »… tout comme quelques centaines de milliers d’adeptes de cette théorie à travers le Monde…

Ballot comme la condamnation officielle par Monsieur de l’acte d’Anders Breivik dont il se moqua en son temps du « sacrifice » en des termes sans ambiguïté : « Pauvre Breivik qui ne peut pas jouer à World of Warcraft depuis sa cellule. Je te souhaite de te tuer. Tu as tué plus de Norvégiens que de musulmans dont tu pretends nous protéger des crimes. »

Ballot comme les témoignages des habitants de Salon-la-Tour, en Corrèze, dont aucun n’a jamais deviné l’extrême dangerosité de voisiner avec ce couple-terrible… dont le père trompait si bien son monde en saluant courtoisement ceux qu’il croisait, lorsqu’il se promenait avec chien et enfants…

Ballot enfin comme l’absence de « projet d’attentat précis »…

Ballot donc de faire prendre des vessies pour des lanternes, soit de nous repasser sempiternellement les mêmes navets chaque été… qui ne sont même plus réchauffés, mais cramés.

« Il court, il court, le clown

Le clown de l’été, mesdames,

Il court, il court, le clown

Le clown triste de Matignon. »

 http://francephi.com/chroniques-hebdomadaires/le-clown-triste-de-matignon/

L’ERREUR DE PERSPECTIVE de BOULEVARD VOLTAIRE: Lorsque KRISTIAN VIKERNES est arrêté : Valls ne réinstaure pas l’Inquisition, IL CHAUSSE LES BOTTES DE ROBESPIERRE

19 Juil
  • NDLRB. Nous aimons  beaucoup « Boulevard Voltaire » qui oeuvre – et de  quelle façon- à soulever la  chape  de plomb  que le pouvoir  et  ceux  qui lui sont  ralliès au moins de facto ( Hommes politiques même d’opposition , Médias , Eglises, Antiracistes de  tous poils, membres de sociétés  sinon  secrêtes, du moins discrétes… ) font peser  sur le  peuple de France.
  • Mais  quand nous ne sommes pas d’accord nous le  disons . L’inquisition est trés loin d’avoir été  ce  que  ses ennemis  prétendent :La légende noire de l’Inquisition a été lancée au 18ème siècle par les historiens des Lumières, soucieux de décrédibiliser le christianisme qui était à l’époque fortement associé au concept de monarchie. Elle continua à être forgée au 19ème siècle par une IIIème République anticléricale et volontiers amnésique en s’appuyant sur le fanatisme caricatural de l’inquisiteur espagnol Torquemada, qui ne fut représentatif que de lui-même.http://www.linquisitionpourlesnuls.com/2012/07/52/inquisition-de-quand-date-la-legende-noire/
  • Ce dont  s’inspire ad nauseam le quator Hollande, Hayraud, Valls, Taubira ce n’est assurément pas  de  la façon de  faire ( du moins le dit-on) de  ses ennemis, à savoir l’Eglise, mais  bien plus naturellement  de la  façon dont  leurs grands aïeux ont agi à une  époque  qui n’a pas  craint le 5 sptembre 1793 de « mettre la terreur à l’ordre du jour » http://www.herodote.net/5_septembre_1793-evenement-17930905.php
  • Il n’est  donc pas admissible  historiquement, juridiquement et politiquement  d’incriminer l’Inquisition pour stigmatiser un gouvernement  qui n’est , ni de prés  ni de loin, favorable à la défense de la foi catholique par tous les moyens dont certains ont pu se réveler  excessifs . Il n’est pas admissible non plus d’illustrer  leurs analyses par une  scène de la légende noire de l’inquisition alors que nous disposons à satiété d’images de la réalité  sanglante des aïeux idéologiques de  ceux qui nous gouvernent .
  • Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.execution

Nous avons déjà eu l’occasion d’écrire que le gouvernement de gauche, antiraciste, antifasciste et « républiiicain » de messieurs Hollande et Ayraut s’attaquait à nos libertés bien plus qu’aucun gouvernement ne l’avait fait depuis la guerre d’Algérie.

Le recul de notre État de droit et la destruction de nos libertés a trouvé une nouvelle illustration avec l’arrestation de Kristian Vikernes, néo-nazi de son état, en tout cas selon nos médias.

Dissipons tout de suite les ambiguïtés que des commentateurs malveillants voudraient nous opposer : si Kristian Vikernes est véritablement néo-nazi, en tant que Français patriote, en tant que chrétien et simplement en tant qu’êtreVikernes humain, l’auteur de ces lignes ne peut que marquer le précipice qui le sépare idéologiquement de lui.

Mais là n’est pas la question. La question est de savoir pourquoi cet homme a été arrêté. Écoutons Manuel Valls : « Le devoir de l’État et de ses services est de protéger les Français contre toutes les intentions, et là incontestablement, ce personnage, ce couple représentait un danger. Maintenant, il faut évidemment attendre les résultats de l’enquête sous l’autorité du parquet de Paris. »

Ces propos sont extrêmement graves d’un point de vue juridique.

Tout d’abord, selon notre droit pénal, un individu ne peut être mis en garde à vue que s’il est soupçonné d’avoir commis une infraction ou d’avoir tenté d’en commettre une.

Précisons qu’il y a tentative d’infraction s’il y a un commencement d’exécution de l’infraction, c’est-à-dire un acte qui tend directement à la commission de l’infraction. Un acte préparatoire, soit un acte qui ne tend pas directement à la commission d’une infraction (exemple : acheter un fusil) n’est pas en soi répréhensible.

À l’heure actuelle, il semblerait qu’aucune infraction ni aucune tentative n’aient été commises. Valls le confesse à demi-mot : « Que je sache, au moment où je vous parle, il n’y avait ni cible, ni projet identifié. »

Mais alors pourquoi le couple a-t-il été arrêté ? Toujours selon notre ministre, parce qu’il « représentait un danger » et qu’il avait un « profil particulièrement dangereux pouvant porter atteinte aux intérêts fondamentaux du pays ». À ce stade, il faut exiger du ministre la définition précise, comme l’exigent le droit pénal et le droit constitutionnel, de la notion de « profil particulièrement dangereux », et surtout qu’une loi soit votée pour que les « profils particulièrement dangereux » soit arrêtés. D’autant que son épouse, française, a vu sa garde à vue levée mercredi soir…

On nous dira que Kristian Vikernes avait reçu et lu le manifeste de Breivik. Soit. Mais, dans une logique analogue, faut-il arrêter les habitants de Berck qui ont récemment acheté Mein Kampf ? Faut-il aussi arrêter toutes les personnalités de gogôche qui, des décennies durant, avaient pour référence le petit livre rouge de Mao, soit l’un des plus grands criminels du XXe siècle ?

Peut-être découvrirons-nous à l’avenir des éléments plus graves qui justifient cette arrestation. Mais, en attendant, notons simplement ceci : un individu a été arrêté à cause de son « profil » et des « intentions » qu’on lui impute. En bon français, historiquement et juridiquement, le fait d’être condamné pour ses intentions et son profil porte un nom. Mots pesés, cela s’appelle l’Inquisition.

N.D.L.R / La garde à vue du Norvégien Kristian Vikernes a été levée ce jeudi soir. Son audition n’a en effet mis en évidence aucune préparation de projet terroriste, a indiqué une source judiciaire.

http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/kristian-vikernes-arrete-valls-reinstaure-linquisition,30639?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=77970cd4bc-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-77970cd4bc-30399893

 

La République réinventerait-elle LA LOI DES SUSPECTS (17 septembre 1793) ? *

17 Juil

PARIS (Reuters) – Un néo-nazi norvégien, sympathisant de l’auteur de la tuerie d’Utoya en juillet 2011 Anders Breivik, a été interpellé mardi matin en Corrèze et a été placé en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

La police, qui le soupçonnait de préparer un « massacre« , procède actuellement à une perquisition dans son domicile à la recherche d’armes et d’explosifs, précise  RTL  qui a révélé l’information.

Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi.

Kristian Vikernes, dit Varg, était venu s’installer en France   après avoir purgé une peine de 21 ans de prison en Norvège   dans les années 90 pour avoir poignardé un ami, selon RTL. Sa femme, une Française inscrite dans un club de tir, vient d’acheter quatre fusils en toute légalité.

Kristian Vikernes aurait reçu le manifeste d’Anders Behring Breivik, l’auteur de la tuerie d’Utoya qui a fait 77 morts en juillet 2011. Ce dernier été jugé pénalement responsable d' »actes terroristes » et condamné à 21 ans de prison en août 2012 par la justice norvégienne.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/un-neo-nazi-norvegien-sympathisant-de-breivik-arrete-en-correze-16-07-2013-1705228_240.php

* La Loi des suspects est votée le 17 septembre 1793 pendant la Terreur de la Révolution française. Elle marque un net affaiblissement du respect des libertés individuelles, voire une « paranoïa révolutionnaire.

Le 11 octobre 1793, la Commune de Paris décrit les caractères permettant de distinguer les suspects dont la fameuse disposition : « Ceux qui n’ayant rien fait contre la liberté (NDLRB. Actualisons : ou les socialistes) , n’ont aussi rien fait pour elle », souvent attribué à tort à la loi des suspects4.