Tag Archives: Argolide

Billet d’Argolide : Grèce; à qui profite le crime ?

2 Juil

rtr2d7wn

On nous annonce que le torchon brûle entre Angela Merkel et François Hollande au sujet de la Grèce.

En marge d’une visite à Lyon, le chef de l’Etat français a déclaré : « Il faut être clair : l’accord, c’est tout de suite, il ne peut pas être différé, il faut qu’il vienne. » Pas question, selon lui, d’attendre le vote des Grecs : « Je veux qu’on puisse trouver un accord en fonction des règles européennes. Il doit être trouvé avant le référendum, ça n’aura plus grand sens après la consultation. S’il ne peut pas être trouvé, alors le référendum aura lieu avec les conséquences que l’on sait. »

Le président français a ainsi pris le contre-pied de la chancelière allemande, qui avait rejeté, lundi 29 juin, devant les députés de la CDU, toute idée de reprise des négociations avant le référendum qui doit se dérouler en Grèce, dimanche 5 juillet. Pour Angela Merkel, de nouvelles discussions sont possibles, seulement si le référendum est annulé ou si le oui l’emporte.

Visiblement agacé par la tournure des événements, François Hollande a mis en garde contre « les affirmations péremptoires » et « les ruptures brutales » : « Je pense que nous devons toujours rechercher l’accord, la négociation, la raison, encore faut-il que tout le monde en soit convaincu. (…) La France, elle, se bat, elle n’est pas dans le veto, elle n’est pas dans la brutalité. »

Mais l’Elysée, qui sait qu’il ne fait pas le poids, a rapidement minimisé mercredi la portée de ces déclarations : « Le président a redit, de façon plus incisive, ce qu’il ne cesse de répéter depuis plusieurs jours : oui, un accord est possible, mais pour cela, il faut négocier », explique l’un de ses conseillers, qui précise que les propos s’adressent autant à Angela Merkel qu’à Alexis Tsipras.

Ce changement de ton de la part du président français a pourtant surpris à Berlin. A aucun moment depuis l’élection d’Alexis Tsipras, en février, François Hollande n’avait mis son poids politique dans la balance politique face à Angela Merkel. Mais c’est un appel à contretemps car, peu de temps après, Alexis Tsipras a déclaré qu’il maintenait son référendum sur les mesures d’austérité demandées par le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne. Dans une intervention à la télévision grecque, le premier ministre a par ailleurs réaffirmé que voter non lui permettra d’obtenir « un meilleur accord » des créanciers après le scrutin.

Cette divergence de vues entre Paris et Berlin intervient à un moment de très forte crispation. Et la raison en est simple même si personne ne vous en parle dans notre beau pays.

Le gouvernement français, qui redoute les conséquences imprévisibles d’une sortie de la Grèce, (entendez qu’il a enfin compris ce que dit depuis longtemps le Conseil dans l’Espérance du Roi), veut croire contre tout bon sens qu’il est encore possible de garantir l’intégrité de la zone euro. D’où les tentatives de François Hollande de convaincre directement Alexis Tsipras de renoncer au référendum, ou au moins le dissuader de faire campagne pour le « non » aux offres européennes, précise un officiel français.

Pour le gouvernement allemand, au contraire, une sortie de la Grèce de la zone euro serait moins dommageable à l’Allemagne qu’une zone euro anarchique. A Berlin, la ligne dure de la CDU estime que l’Allemagne est assez solide pour surmonter sans trop de dommages un « Grexit ». Autrement dit, l’Allemagne accepte clairement de sortir de la zone euro « par le haut« , poussée par le délitement des autres pays (principalement ceux du sud de l’Europe, France comprise), plutôt que de subir une sortie « par le bas » imposée par l’extension de la paupérisation des économies du sud.

C’est pourquoi Angela Merkel ne cèdera pas aux sirènes de l’Elysée.

Le 2 juillet 2015.
Jean-Yves Pons, CJA, pour le CER.

Billet d’Argolide : la boite de Pandore.

1 Juil

Pandora_-_John_William_Waterhouse

Depuis aujourd’hui, la Grèce est officiellement en défaut de paiement.

C’est ce que nous avions prévu dès notre Bulletin climatique du 22 novembre 2012 (Lire « Ils n’auront pas le choix, le défaut sera la solution« : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/11/22/bulletin-climatique-quotidien-22-novembre-2012-de-la-republique-francaise/

Le résultat en est aujourd’hui ce grand gâchis auquel vous assistez et les conséquences qui s’annoncent déjà et auxquelles le Conseil dans l’Espérance du Roi est le seul à vous préparer.

250px-Butterfly_and_moon

Nos élites auto-proclamées n’ont pas encore compris  » l’effet papillon  » ou la théorie du chaos de Lorentz. Et ce qui semblait inimaginable est désormais très sérieusement envisagé : faute d’accord avec ses créanciers, la Grèce va se retrouver en faillite et exclue de la zone euro. Mais exclure la Grèce de la zone euro « serait une erreur dramatique, historique. On est tout près d’une grande catastrophe« , vient de dire l’économiste Thomas Piketty. « Personne ne peut savoir ce qu’il se passerait ensuite, il y a de forts risques qu’à chaque élection, au Portugal ou ailleurs, on se demandera alors quel pays va sortir. Tous ceux qui disent que la sortie est possible se trouveront évidemment renforcés », a-t-il poursuivi.

Et l’économiste de pointer les partisans d’une ligne dure vis-à-vis d’Athènes, Allemagne en tête. « Les apprentis sorciers qui s’imaginent qu’on va apporter la stabilité dans la zone euro en expulsant un membre pour discipliner les autres sont extrêmement dangereux. L’idéal européen est en passe d’être très sérieusement écorné, et peut-être même détruit, par ces décisions d’apprentis sorciers. Donc l’urgence, c’est surtout que Hollande prenne ses responsabilités et vienne dire que la restructuration de la dette, ce n’est pas pour après-demain, c’est pour maintenant« .

Pour Thomas Piketty, toute réforme grecque sera vaine si ses créanciers ne consentent pas à un nouvel effacement de sa dette. « On a perdu six mois dans cette négociation où on n’a toujours pas abordé la question importante qu’est la restructuration d’ensemble de la dette grecque et d’ailleurs d’autres pays européens très endettés comme le Portugal, l’Italie. C’est vraiment l’ensemble des dettes de la zone euro qui doit être restructurée« , a-t-il martelé.

Pour nous, ce n’est pas six mois qui ont été perdus mais plus de deux ans… Puisque nous c’est ce que nous annoncions dès le mois de novembre 2012.

Et Thomas Piketty d’ajouter : « Là, il y a une espèce d’amnésie et d’ignorance historiques de la part de nos dirigeants qui est absolument consternante parce que l’Europe dans les années 50 s’est construite justement sur l’effacement des dettes publiques du passé pour investir dans l’avenir, dans les infrastructures, dans la croissance. L’Allemagne avait une dette extérieure considérable qui a été annulé par la conférence de Paris et de Londres de 1953 et 1954 pour justement investir dans l’avenir parce qu’on pensait que les jeunes générations d’Allemands, et même de Français, n’avaient pas à payer éternellement pour les dettes accumulées par les gouvernements précédents. Et pourtant, dieu sait si les gouvernements précédents avaient fait des bêtises bien plus graves que celles des gouvernements grecs en 2009« .

« Je veux juste rappeler la situation, a-t-il précisé : la Grèce part en 2009 d’un niveau de déficit considérable, qu’ils avaient d’ailleurs nié en manipulant leurs comptes. Ensuite, on part en 2010 d’une politique d’austérité sans précédent qui finalement a un peu tué le malade. Quand vous avez un niveau d’activité économique, de PIB, qui a chuté de 25% entre 2009 et 2015, c’est bon pour personne, y compris pour les créanciers : ça n’aide pas à rembourser la dette« . « Les Grecs ont fait une cure d’austérité sans précédent et sont passés au cours de l’année 2014 dans une situation d’excédent primaire. Cela veut dire que les Grecs, à partir de 2014, ont commencé à payer plus d’impôts que ce qu’ils reçoivent en dépenses publiques. Effectivement, c’est tout à fait raisonnable de demander aux Grecs, compte tenu des erreurs passées, d’être en situation d’excédent primaire, c’est-à-dire d’autofinancer leurs dépenses et de dégager un surplus. Toute la question est de savoir si on peut se contenter d’un léger surplus. Je pense que oui, jusqu’à ce qu’au moins l’économie grecque retrouve son niveau d’activité économique d’avant les chocs. Cela parait être le bon sens minimal. Au lieu de cela, alors que les Européens avaient promis aux Grecs en 2012 que lorsque la Grèce serait en situation d’excédent primaire, alors enfin on renégocierait le niveau de la totalité de la dette, les Européens ont refusé cela. C’est pour cela que le précédent gouvernement grec a chuté, c’est pour cela que Tsipras a gagné les élections en janvier 2015. Et depuis six mois, les Européens refusent toujours de parler de cette question« .

Mais rassurez-vous tout de même, c’est grâce à cet aveuglement que la zone euro va finir par imploser et que nous pourrons commencer à espérer retrouver notre liberté et la renaissance de la France.

 

Le 1er juillet 2015.
J-Y Pons, CJA, pour le CER.

Billet d’Argolide. Economie « à la grecque », comme une tragédie de Sophocle.

28 Juin

69868441

 

Vous connaissez les paramètres économiques des négociations actuelles entre la Grèce et ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international), nous n’y reviendrons donc pas dans ce court billet. D’autant que ce à quoi nous assistons ces jours-ci a été prévu et annoncé de longue date par le Conseil dans l’Espérance du Roi, malgré les dénégations et les simagrées des différents protagonistes de cette douloureuse et terrible affaire.

En revanche vous ne lirez nulle part que sur notre blogue la vision que nous pouvons en avoir depuis que nous séjournons dans le beau pays des Dieux de l’Olympe.

Après l’échec des discussions de Bruxelles et de Francfort, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a donc annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la prochaine tenue (dimanche 5 juillet) d’un référendum (dont le principe a été accepté par le parlement à une majorité supérieure à celle dont dispose le gouvernement) par lequel les citoyens grecs diront s’ils acceptent ou non l’ultimatum des créanciers à leur pays. Entendez qu’ils diront s’ils tiennent à perpétuer leur adhésion à l’Union européenne et à sa monnaie unique en passant sous leurs fourches caudines ou s’il souhaitent le saut dans l’inconnu que représenterait le fait d’y renoncer.

N’en doutez pas, tous les Grecs (bien mieux informés de tout cela que le sont d’ailleurs les Français de la situation réelle de notre pays) sont parfaitement conscients de l’enjeu et le vivent aujourd’hui « à la grecque« , c’est-à-dire comme une tragédie de Sophocle.

epidaure

Théâtre d’Epidaure

Ils balancent entre une colère violente à l’égard de l’Union européenne et des critiques acerbes de leur personnel politique passé comme présent. Mais, dans les deux cas, le sentiment le plus partagé est celui de l’humiliation.

Il en résulte la résurgence du vieux démon de la Grèce : la discorde (διαφωνία). Et de son corollaire : le risque d’une guerre civile. Ne riez pas, car ce danger mortel n’est pas si lointain. Et ses conséquences pour la région (et même sans doute pour le continent) en seraient catastrophiques. Seuls les valets des Etats-Unis peuvent s’en réjouir. D’ailleurs…ils le font.

Nous serons fixés le 5 juillet. D’ici-là, les Grecs devront se résoudre à des restrictions financières importantes en termes de transfert de capitaux et de disponibilité monétaire.

Après le 5 juillet et dans le cas où ils rejetteraient l’ultimatum de Bruxelles, ils souffriront beaucoup mais avec fierté. Ce sentiment désuet qui les anime encore mais que la plupart des autres pays de l’Union ont perdu depuis longtemps.

Quoi qu’il en soit, les plus grands perdants de cette affaire ne sont pas ceux que l’on croit. C’est en réalité l’Union européenne et sa Banque centrale qui se sont illustrées par  le caractère inepte et désastreux des ajustements budgétaires qui sont la règle dans la zone euro depuis la crise de 2008 et qui répètent sans cesse les mêmes erreurs. Ils l’ignorent encore mais ils vont avoir à en payer le prix fort par le déclenchement d’une réaction en chaîne incontrôlable.

C’est précisément ce que nous annoncions dès le début de cette tragédie. Et c’est clairement ce que nous souhaitons pour la renaissance de la France.

Sans doute ne serons-nous jamais assez reconnaissants aux Grecs de tous leurs bienfaits pour la civilisation européenne.

Le 28 juin 2015.

Jean-Yves Pons, CJA, pour le CER.

Billet d’Argolide. Ceux que Zeus veut perdre, il les rend fous… Cherchez l’erreur

28 Juin

Alors que la Grèce est poussée au suicide par les requins financiers du Fonds monétaire international et leurs valets de l’Union européenne, alors que la France se meurt sous les assauts des hordes migrantes et les décapitations perpétrées par les islamistes qu’elle nourrit avec tant de générosité, des dizaines de milliers de militants et sympathisants de la cause homosexuelle ont défilé ce samedi à Paris à l’occasion de la Marche des fiertés (trois minutes de silence ont même été observées en soutien aux personnes séropositives).

Et tous ont oublié que ceux que Zeus veut perdre, il les rend fous...

J-Y Pons, CJA (Billet d’Argolide).