Tag Archives: Cardinal de Richelieu

De Richelieu à Vals, jusqu’où ne descendrons nous pas ?

30 Oct

1236858_742465982474706_6844848596019690890_n

https://www.facebook.com/action.francaise.nationale

Jean-Marie Constant. Histoire d’un Prince : GASTON D’ORLEANS, PRINCE DE LA LIBERTE

1 Août

41B2G7FjdqL__SL500_

http://www.noblesseetroyautes.com/nr01/2013/03/livre-gaston-dorleans-prince-de-la-liberte/

NDLRB. L’on retrouvera  grâce  au lien ci-dessus des commentaires  bien moins  flatteurs  que  ceux  qu’on lira  ci-dessous . Il est  vrai qu’être cadet , surtout lorsqu’on l’est d’un roi est art difficile.

et aussi : Gaston d’Orléans, le frère rebelle de Louis XIII: http://www.canalacademie.com/ida6644-Gaston-d-Orleans-le-frere-rebelle-de-Louis-XIII.html

La biographie que signe Jean-Marie Constant, président de la Société d’études du XVIIe, met en lumière l’idée d’une monarchie tempérée incarnée par le frère cadet de Louis XIII.

Parce que l’histoire est écrite par les vainqueurs, aborder celle des perdants est une gageure. Les traces, souvent, sont brouillées, et les points de vue, faussés. Gaston d’Orléans, fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de  Louis XII père de la Grande Mademoiselle Anne Marie Louise d’Orléans (1627-1693) n’échappe pas à la règle.

 Jean-Marie Constant, président de la Société d’études du XVIIe siècle, qui a sans cesse croisé ce prince haut en couleur dans ses recherches, veut s’inscrire en faux contre la hargne de certains historiens. Son livre, qui s’enracine en profondeur dans la culture de l’époque, s’agrège autour des événements les plus controversés de sa vie. Il dépeint ainsi avec subtilité et sympathie ce duc d’Orléans non seulement oublié, mais mal-aimé. Mais de qui?

Enfant préféré de sa mère, drôle et plein d’esprit, il suscite tôt la jalousie de Louis XIII, qui entravera toutes ses initiatives. Le cardinal de Richelieu voudrait, lui aussi, le soumettre. Mais Gaston, jaloux de sa liberté, devient un opposant inflexible au cardinal, qu’il traite de «prêtre inhumain et pervers». Face au ministre à la soutane rouge, qui déploie une nuée d’espions pour le surveiller, le fils de France perd la partie.

Une autre éminence rêve de le manipuler: le cardinal de Retz, frondeur devant l’Éternel, l’auteur des célèbres Mémoires. Mais le prince, toujours jaloux de son indépendance d’esprit, ne le suit pas. Retz se venge en l’accusant entre autres de faiblesse et d’irrésolution. De même, comme le prince refuse de tremper dans un projet d’assassinat de Richelieu, le comte de Montrésor l’égratignera avec sa plume.

Toute cette encre rancunière charge sa postérité. Une mauvaise réputation que ses contemporains, pourtant, ne partagent pas. Au contraire. Les magistrats le ménagent, la noblesse et l’armée le suivent. On l’appelle «le bon duc d’Orléans»,«le père de la patrie», on voit même en lui un possible futur Henri IV. Jusqu’à la naissance de Louis XIV en 1638, Gaston est l’héritier du trône. Ses ambitions le décevront, mais il refuse de devenir un chef de parti. Cet humaniste à qui la violence ré­pugne a le souci d’apaiser les ferments de guerre civile. Il veut soulager la misère des pauvres et des déshérités. L’oraison funèbre écrite par Jean-François Senault froisse tellement Louis XIV qu’il en interdit la publication. Il faut dire qu’on le présente comme attaché à «la liberté du peuple», «médiateur entre le roi et ses sujets»…

Gaston incarne sans doute une conception d’une monarchie tempérée, qui s’est imposée en Angleterre mais qui a échoué en France. Alors, un précurseur du libéralisme politique et même de la démocratie chrétienne, comme le suggère l’auteur? Peut-être un peu exagéré… Il est vrai que Gaston, qui fréquente des dévots et des libertins, aimerait réconcilier les inconciliables. Le sens de la liberté émane surtout de son tempérament. Il l’a prouvé en contractant un mariage d’amour avec Marguerite de Lorraine contre la volonté de Louis XIII et de Richelieu, qui ont exercé contre lui les pires pressions. En vain.

http://www.lefigaro.fr/livres/2013/05/29/03005-20130529ARTFIG00594-gaston-le-bon-duc-d-orleans.php

Rappelons enfin, au titre de la  fidelité aux prénoms de tradition,  l’heureuse naissance du Prince Gaston au foyer  du prince Jean d’Orléans  et de son épouse la princesse Philomèna, le 19 novembre 2009, foyer  que l’on retrouvera en photo sur ce  blog même : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/07/20/le-prince-jean-dorleans-duc-de-vendome-en-famille-a-dreux/