Tag Archives: Carnot

Lorsqu’un pied noir explique à Macron la colonisation de l’Algérie

25 Fév

Macron et la colonisation de l’Algérie

Louis Baylé. 20 février 2017

Pied-noir de la 5ème génération, j’ai été atterré et indigné par les propos de Monsieur Macron qualifiant la colonisation de l’Algérie de crime contre l’humanité. Je n’ai plus que dégoût envers le personnage et ses propos abjects. En les entendant, j’ai pensé à mon père, à mes aïeux qui reposent à Saïda, dans cette terre qu’ils ont sortie de la misère et qu’ils aimaient tant.

Oui, Monsieur Macron, vous êtes indigne d’être français lorsque vous comparez l’œuvre française en Algérie aux fours crématoires nazis, aux goulags staliniens et j’en passe.

Votre culture d’énarque est bien sélective. Aussi, permettez-moi de remettre votre pendule à l’heure, concernant l’histoire de l’Algérie et la détermination des divers gouvernements de gauche sous la III e République pour développer l’œuvre française en Algérie. Les Gambetta, Jaurès, Ferry, Grévy et autres Carnot doivent-ils être jugés pour crime contre l’humanité ?

Et Victor Hugo, alors sénateur, défenseur du droit et des miséreux, qui prononçait le 18 mai 1879 ce discours, à l’occasion de la commémoration de l’abolition de l’esclavage :

« Dieu offre l’Afrique à l’Europe. Prenez-la. Prenez-la, non pour le canon, mais pour la charrue ; non pour le sabre, mais pour le commerce ; non pour la bataille, mais pour l’industrie ; non pour la conquête, mais pour la fraternité. Versez votre trop-plein dans cette Afrique, et, du même coup, résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires. Allez, faites ! Faites des routes, faites des ports, faites des villes ; croissez, cultivez, colonisez, multipliez. »

C’est ce que nos ancêtres ont fait, Monsieur Macron. Comme crime contre l’humanité, il y mieux, non ? Et encore, pour preuve, que dire au sujet de la population autochtone (arabes, berbères, juifs..), qui comptait environ un million et demi à deux millions d’habitants au xiie siècle, et qui en était toujours au même nombre en 1830 ? Les guerres tribales, le manque de nourriture et, surtout les épidémies ont fait qu’en six siècles, la population n’avait pas progressé. En 1962, elle était recensée à neuf millions. Drôle de génocide, Monsieur Macron ! Comment alors, en 132 ans seulement de présence française, en est-on arrivé à ce résultat ? Sinon par nos hôpitaux dans les villes et les médecins de colonisation dans les villages, fonctionnaires payés pour soigner gratuitement dans les dispensaires. Et pour ajouter une dose de « mauvais esprit », je vous dirai qu’il ne reste aujourd’hui qu’environ deux millions d’Indiens en Amérique du Nord alors qu’ils étaient plusieurs dizaines de millions – des historiens avancent le chiffre de cinquante et plus – avant d’être exterminés puis, pour les survivants, parqués dans des réserves. Alors ?

Il est encore un fait qui nous sépare : aux États-Unis, on ne perd aucune occasion de magnifier cette colonisation à travers des films à grand spectacle, romans et autres et d’en faire une sorte d’épopée nationale ; en France, on préfère l’ignorer, la taire, parfois en rougir, souvent se repentir, comme vous venez de le faire en allant pécher des voix en Algérie.

Oui, Monsieur Macron, à notre départ, nous avons laissé un pays en parfait état de marche, le plus en avance de toute l’Afrique, fruit du travail commun de tous ses habitants : autochtones, européens (pieds-noirs), fonctionnaires venus de métropole ; pays livré « clefs en mains » au seul fln, parti unique, dont les chefs successifs l’ont mis sous coupe réglée, à leur seul profit.

Où est le crime contre l’humanité ?

Louis Baylé

Billet d’humeur du comte de Prinçay: après le 21 janvier…

25 Jan

Chouans bataille

Il y a 220 ans notre illustre roi, que Dieu ait son âme, meurt avec un courage et une force telle que les badauds en trempent leurs mouchoirs pour y receuillir le sang sacré!
Le 03 mars de la même année de 1793, commence l’affreux génocide de la Vendée!
Sur la mort héroïque du roi, rien dans les média!
Et  pas un mot sur la Vendée.
Alors que l’état républicain s’égosille à la mémoire de la shoah, des massacres arméniens, et j’en passe…le bandeau couvre toujours les yeux de nos dirigeants, qui refusent de reconnaitre l’extermination planifiée par le Comité de    Salut Public de milliers de gens , femmes, enfants, vieillards!
Après l’échec militaire des chouans à Nantes, l’armée vendéenne n’est plus qu’un colonne de réfugiés qui espèrent passer la Loire et retourner chez eux!
Mais à Paris la « grande terreur » est appliquée.  L’horrible TURREAU avec CARRIER, vont s’efforcer par zèle et pour sauver leurs têtes, de massacrer des villages entiers noyant 90 prêtres qui n’avaient pas prêté serment dans la Loire (Novembre 1793) si bien que CARRIER renommera la Loire la « Baignoire nationale« !
On coupe en morceaux des femmes et des enfants que l’on brûle dans des fours à pain! (Cela ne vous rappelle rien?).
On exécute même de bons « Républicains », arborant l’écharpe tricolore dans des villages acquis à la « République ». Si bien que certains, comme LEQUINIOT envoyé avec CARRIER, dénonce les massacres inutiles à la Convention.
Mais le boucher CARNOT, ministre de la guerre au comité exhorte les généraux bleus à continuer le massacre!
Après la déroute de CHOLET, les colonnes infernales massacrent les retardataires, les femmes et les enfants.
Le grand BONCHAMP, général Vendéen, protège même les soldats républicains, empêchant  de les faire massacrer; on demandera sous risque de peine de mort aux rescapés de mentir et de prétendre qu’ils avaient été maltraités !
Et l’on peut, à Saint-Florent-le-Vieil, admirer le plus beau tombeau érigé par David D’ANGERS  pour un général vendéen.
La Vendée rebaptisée  « VENGÉE » par les sbires de Paris restera pour nous le symbole de la résistance à la terreur révolutionnaire.
 
 Comte de PRINCAY