Tag Archives: Charte de Fontevrault

Afin que le Blog du CER demeure, la Charte de Fontevrault se propose de jouer les lampes-tempêtes.

12 Déc

Chers lecteurs et lecteuses ( …. !) ,

   vous avez  sans  douté été comme moi frappé par la foudre en lisant le dernier post mis en ligne par le talentueux mestre du Web, Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Jean-Yves Pons 

La France était déjà le pays de la diversité. Il est maintenant celui de la variété.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/12/09/la-france-etait-deja-le-pays-de-la-diversite-il-est-maintenant-celui-de-la-variete/

   Perdre Gonzague Saint-Bris était  déjà douloureux  https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/08/09/gonzague-saint-bris-du-clos-luce-37400-amboise-aux-cieux-ouverts/Perdre Jean d’Ormesson fut aussi infiniment  triste .    https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/12/05/jean-dormesson-souvenir-dune-amie/.  Dire  adieu à Johnny Halliday https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/12/12/johnny-plus-chanceux-quedith-piaf-a-eut-droit-a-des-obseques-religieuses/ ajouta à notre peine.

  Mais perdre en plus le  blog du CER nous cause une douleur à laquelle nous ne saurions nous résoudre, j’assumerai donc une permanence, que je souhaite la plus brêve possible,  sur ce site un peu à la façon dont une lampe  ( voire deux)  brille(nt) – un tant soit peu- dans la tempête

 Cela ne suffira naturellement pas pour remplacer la vive lumière que nous donnait Jean-Yves et  dont témoignent tous ceux qui souffrent de ce départ annoncé mais cela nous  permettra du moins de lui faire savoir que nous sommes là maintenant  du mieux que nous pouvons à la barre de cet  esquif pas aussi fragile que celà  après tout et  que nous attendons dans l’espérance , pour nous et pour la France, qu’il revienne. Cette attente est nécessaire  car nous  ne pouvons laisser orphelins :

  • Nos liseurs qui étaient  encore 783 le 17 novembre et  800 le 19 novembre dernier dont 80 installés aux USA ( … 800,  Quand même !)
  • 164 abonnés
  • Pour ne rien dire  des 5 546 articles  dont ce blog est déjà riche

Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.  Président  fondateur de la Charte de Fontevrault , en l’abbaye homonyme, le 25 août 1988.                http://www.sylmpedia.fr/index.php?title=Charte_de_Fontevrault                                                                 https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/

 

Rappel

Le Conseil dans l’Espérance duRoi  est né le 24 mars 2011 :                                                                                                 https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/04/24-mars-2011-naissance-du-cer-par-jean-yves-pons/

Le blog du Conseil dans l’espérance du roi a posté  son premier article le 3 mai 2012 :                    https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/03/une-nouveaute-prometteuse-le-cer/

Et il n’y a aucune raison que cette belle histoire  s’arrête  le 9 décembre en  un triste jour  d’hiver.

 

Publicités

Inauguration des Archives associatives de l’Institut Emmanuel Ratier le samedi 14 octobre 2017.

16 Oct

Une grosse cinquantaine de personnes a répondu à l’invitation pour inaugurer les nouveaux locaux, berrichons, des antécédentes Archives associatives du Vexin, créées par l’avocat Éric Delcroix et le journaliste, prématurément disparu voilà deux ans, Emmanuel Ratier. Pour l’essentiel, la constitution de ces archives répondaient surtout à des préoccupations de feu Emmanuel Ratier, grand archiviste devant l’Éternel, qui souhaitait ainsi transmettre toute la documentation libre à la postérité que nous serions susceptibles d’avoir… D’ailleurs, c’est sa postérité propre, incarnée par sa fille Marguerite, qui a voulu insister sur l’aspect de mémoire documentaire liée à cette entreprise : aujourd’hui où l’intelligentsia cherche à adapter les documents à ses soucis idéologiques, notamment en privilégiant le traitement de l’information sur les réalités, il devient absolument nécessaire de chercher à sauver «matériellement» les données capables de donner accès à la compréhension des vérités factuelles.

 
Assurément, les diverses famille de la Droite étaient à peu près toutes représentées, l’accent étant toutefois mis sur celles que l’«information» la plus habituellement triviale réunit sous la périphrase «droite la plus extrême». Pour ma part, je n’ai, d’ailleurs, nulle difficulté à me satisfaire de cette «extrémité» à laquelle on veut me réduire, et j’imagine, «Dieu voulant», ne pas être tout à fait le seul à être dans cette disposition d’esprit. Toutefois, on peut se demander ce qui peut bien réunir de vieux «nostalgiques de Vichy», comme d’aucuns diraient, et de jeunes solidaristes révolutionnaires, des répondants du «catholique et royal» et des pagano-fachos, lesquels, du reste, purent se colleter quelquefois, ici ou là, sans parler de quelques enthousiastes anciens jeunots d’Ordre nouveau à nuque un peu plate et à la stature proportionnée… Moi, je ne me le demande plus depuis que j’ai compris que ce qui réunissait de si disparates gens tenait, au fond, au même souci de ne jamais accepter que l’on nous grugeât intellectuellement. Parce qu’il s’agit d’une opération intellectuelle que cette entreprise d’archivage, une opération intellectuelle et émotionnelle, qui plus est, car rien ne point au cœur réellement sinon ce qui nous attache à la vérité de ce qui se vit, tant autour de nous qu’intérieurement. La coïncidence entre l’intérieur individuel et la considération pour notre prochain constituant les assises de la vérité des faits que nous avons personnellement connus et qui sauront fonder la clarté de notre regard. Mais, pour mieux nous éclairer la vision, il y a lieu de lui réserver la fidèle mémoire des événements, rapportés par ceux de ces documents que d’aucuns n’auront pas craint de livrer aussi véritablement qu’il est possible à un humain de le faire. Certains aimeront à se rappeler avec une teinte d’opportunité que le mot martyr signifie étymologiquement «témoin»… Attention à n’y pas trop céder ! sous peine de friser, quelquefois, un tantinet, une fâcheuse tendance au complexe de persécution. Ce n’est pas parce que la persécution est un fait qu’il y a lieu d’en tirer un complexe. Il faut échapper à la terreur institutionnelle, sous peine de se laisser aller à un comportement d’espèce, somme toute, pusillanime… Il n’en est pas moins exact que la librairie Facta, tenue par Emmanuel Ratier, eut à souffrir de plusieurs mini attentats, tout comme celle de Jean-Gilles Malliarakis, autrefois et entre autres… De plus, la disposition matérielle du papier à se montrer particulièrement inflammable peut inquiéter sur les conséquences produites par une mauvaise intention fébrile détentrice de simples allumettes… Mais comment faire là contre? La question se pose, car, en effet, la seule raison d’être de l’Institut Emmanuel Ratier tient à la préservation de ce papier, qu’il y a donc lieu de protéger expressément contre les atteintes éventuelles de quelques quidams mal intentionnés. La question a été soulevée et, si j’ose dire, elle est assez brûlante
 
Il y a bien évidemment lieu de signifier l’utilité et l’emploi de ces archives et des locaux où elles sont serrées. Cela constitue une réserve capable d’accueillir quelques chercheurs soucieux d’avoir accès à une certaine documentation, cette documentation susceptible de se trouver d’ici peu de temps sensiblement inaccessible du fait de sa destruction quasi programmée par la nouvelle éducation, non plus «nationale» mais mondialisatrice. «Accueillir» les chercheurs, au sens propre du terme, aussi ; à telle fin, deux «studios» ont été ménagés, avec le nécessaire spartiate à l’hébergement fonctionnel de ceux-ci.
Bien entendu, il est fait appel à tout donateur qui serait détenteur de documentation à préserver, don à effectuer de notre vivant, soit dit en passant, pour cette raison que l’association n’aspire volontairement à ne pas être reconnue «d’utilité publique», pour des raisons de liberté d’être et de mouvements, tout simplement. Du coup, nul ne peut songer à un legs posthume — pour user du barbarisme apprécié d’Alphonse Allais, montrons-nous donc anthumes, s’il vous plaît.
 
Pour finir, je dois avouer m’être attendu à retrouver essentiellement les bons «vieux de la vieille», tant et plus blanchis sous le harnais — et nous y étions bien ! —, mais j’ai eu l’excellente surprise de compter à vue d’œil un tiers de jeunes gens parmi nous et, par les temps qui courent, l’existence d »une pareille proportion doit être colportée, afin de réchauffer un tant soit peu quelques-uns des cœurs ayant tendance à se serrer, comme le mien.
 
Bonne vie aux Archives associatives de l’Institut Emmanuel Ratier !
 
David Gattegno, envoyé  spécial de la Charte de  Fontevrault

Les oeuvres architecturales du Président Mitterand tracent bien un chemin, mais qui conduit où?

6 Avr

Voir pour un ensemble plus complêt  de photos : https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/04/06/la-barque-solaire-du-parc-du-chateau-de-rambouillet-francois-mitterand-le-retour/

L’on notera  que cette  barque  solaire  est – étrangement  – sous médiatisée parmi les  « grands travaux » Mitterandien… Pourquoi ?

Sommaire de la notice Wikipédia  intitulée « Grandes opérations d’architecture et d’urbanisme https://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_opérations_d%27architecture_et_d%27urbanisme

1         Historique

2         Projets nationaux

2.1      Musée d’Orsay

2.2      Palais-Royal : Les Deux Plateaux

2.3      Parc de la Villette

2.4      Grande Arche de La Défense

2.5      Grand Louvre

2.6      Institut du monde arabe

2.7      Opéra Bastille

2.8      Ministère de l’Économie et des Finances

2.9      Bibliothèque nationale de France

2.10    Centre culturel Tjibaou

3         Projets en province     

« L’Idéal républicain à l’épreuve » à l’Abbaye de Fontevraud, le vendredi 24 mars 2017

22 Mar

       L’histoire  hésiterait -elle au moment  où certes « l’idéal républicain » est non seulement mis à l’épreuve mais  mais  bien pire soumis à des tempêtes  qui donnent l’impression qu’il pourrait ne pas survivre  aux  vents  qui se déchainent  sur  sa …tête.

      Que l’on  permette à la Charte de Fontevrault, mouvement  royaliste providentialiste,   http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault                                                                     fondée en ce lieu même le 25 août 1988, il y a  bientôt  trente ans, de  voir un heureux présage  qu’un tel colloque sur un tel sujet se tienne en un tel lieu et en un tel moment …

Question d’actualité ? La Région des Pays de la Loire organise les premières Rencontres de la Cité Idéale sur le thème de « L’Idéal républicain à l’épreuve », ce vendredi 24 mars de 9h30 à 18h30, à l’Abbaye de Fontevraud. Liberté et responsabilité, droits individuels et bien commun, autonomie des citoyens et autorité de l’État, fraternité et laïcité… Autant d’enjeux qui interrogent notre société aujourd’hui et engagent l’avenir du modèle républicain.

image: http://www.saumur-kiosque.com/images/articles/thumbnails/Natacha-Polony_300x0.jpg

La journaliste Natacha Polony interviendra à 15h40

Liberté et responsabilité, droits individuels et bien commun, autonomie des citoyens et autorité de l’Etat, fraternité et laïcité… Autant d’enjeux qui interrogent notre société aujourd’hui et engagent l’avenir du modèle républicain.

Pour répondre à ces grands questionnements, plusieurs temps d’échanges seront organisés autour d’universitaires, de juristes ou d’essayistes : Natacha Polony, Malika Sorel, Jacques Julliard, Thibault De Montbrial, Matthieu Bock Cote, François‐Xavier Bellamy, Jean‐Louis Brugues, Chantal

Delsol… (Cf programme ci-dessous)

Cette journée de réflexion aura pour thème : « L’idéal républicain à l’épreuve » et sera placée sous le parrainage de Pierre Manent, philosophe et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).

Bruno Retailleau, Président de la Région des Pays de la Loire a le plaisir de vous convier à la

première édition des « Rencontres de la Cité idéale » le 24 mars 2017 à l’abbaye de Fontevraud de

9h30 à 18h30, ainsi qu’à un temps d’échanges en amont, dès 9h, avec les différentes

personnalités qui animeront cette journée :

Au programme :

– 9h30 : Introduction de Bruno Retailleau, Président du Conseil Régional des Pays de la Loire et Sénateur de la Vendée. Eclairage de Pierre Manent, philosophe, directeur d’études à l’EHESS. « L’idée de la République ».

– 10h20 : Droits individuels et bien commun – Mathieu Bock Cote, sociologue. Robin Rivaton, économiste. Philippe Beneton, professeur émérite à l’Université de Rennes‐1. Thibault de Montbrial, avocat au barreau de Paris

– 11h40 : Quelle laïcité pour demain ? Malika Sorel, essayiste. Rachad Farah, ancien ambassadeur de la République de Djibouti en France. Thierry Rambaud, professeur de droit public à l’Université Paris Descartes et l’IEP de Paris. Jean Louis Brugues, archevêque‐évêque émérite d’Angers, archiviste et bibliothécaire du Saint‐Siège.

– 13h : Déjeuner

– 14h15 : Egalité des chances et transmission. Carole Barjon, journaliste, rédactrice en chef adjointe du service politique intérieure du magazine L’Obs. François Xavier Bellamy, philosophe. Guillaume Perrault, journaliste au Figaro, écrivain, maître de conférences à l’IEP de Paris.

– 15h40 : La nation, « fraternité vivante » ? Natacha Polony, journaliste et essayiste.

– 17h20 : Intervention conclusive : Chantal Delsol, philosophe et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. « Les valeurs de la République : nécessaires ou suffisantes ? »

Infos pratiques : Vendredi 24 mars de 9h30 à 18h30, à l’Abbaye Royale de Fontevraud – Plus d’infos sur http://www.fontevraud.fr/

En savoir plus sur http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=35824#YPWpBEqvWMFtXlMs.99

Pour la fille de l’économiste Bernard Maris, assassiné à Charlie Hebdo, les plaies ne se referment pas.

7 Fév

In Mémoriam. L’économiste Bernard Maris. Deux ans déjà.

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/?p=13865

 

 

Parabole de la Charte de Fontevrault tirée d’un tableau de Breughel l’ancien.

1 Fév

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/01/31/la-republique-cest-un-aveugle-guidant-dautres-aveugles-2/

Lorsque le talentueux « Royal Artillerie » présentait « Le Conseil dans l’Espérance du roi ».C’était le 26 mars 2011.

15 Nov

tableronde

 

       C’est la veille de l’Annonciation , le 24 mars 2011, que la Charte de Fontevrault a émis sur mille fils du monde qui vibrent à ses annonces que le shadow cabinet royaliste français était né (*). Conseil dans l’Espérance du Roi ou contre-gouvernement virtuel organisé par l’Institut Henri IV pour clore l’année du Vert Galant, la « chose » n’inquiète pas encore le pouvoir, tout à l’affaire de la raclée cantonale et des piqués sans sirène de la chasse française sur les tacticals bédouins, censés la faire oublier.
Mais il a tort.


http://royalartillerie.blogspot.fr/2011/03/conseil-dans-lesp-du-roi.html

* Assez inexplicablement , cette mise en ligne  a disparu aujourd’hui, il nous parait  donc nécessaire d’en donner les lignes  ci-dessous  récupérées par ailleurs :                                                                                         

 il importe de rappeler deux principes essentiels au fonctionnement du CER :  

  • * Tous les Conseillers seront égaux et aucun ne dirigera le Conseil puisque, dans notre conception du pouvoir monarchique, le Roi gouverne et préside son Conseil. Il s ‘agira donc d’une nouvelle « Table Ronde ».  
  • * Tous les courants royalistes français pourront y être représentés à la seule condition de s’interdire tout prosélytisme dynastique et de ne jamais exprimer publiquement, ès qualités de membres du CER, leurs préférences ou leurs engagements au service de l’un des princes de la Maison de Bourbon ».

SAMEDI 26 MARS 2011

Conseil dans l’Espérance du Roi

     C’est la veille de l’Annonciation , le 24 mars 2011, que la Charte de Fontevrault a émis sur mille fils du monde qui vibrent à ses annonces que le shadow cabinet royaliste français était né . Conseil dans l’Espérance du Roi ou contre-gouvernement virtuel organisé par l’Institut Henri IV pour clore l’année du Vert Galant, la « chose » n’inquiète pas encore le pouvoir, tout à l’affaire de la raclée cantonale et des piqués sans sirène de la chasse française sur les tacticals bédouins, censés la faire oublier.

Mais il a tort.

     La population française est au seuil de l’épuisement psychique tant elle en a ras-le-bol des bateleurs rationnaires de la politique qui se contredisent en connivence pour mieux l’empoisonner à l’arsenic de la social-démocratie. Le pays fier coule, doucement ; la faute à pas de chance, le sens de l’Histoire, le crépuscule inexorable de l’Occident coupable. Demain il fera plus beau, « demain » c’est le temps conjugué de la Démagogie. La droite de la Gauche™ est incapable génétiquement de réduire l’Etat prédateur au minimum vital – elle accroît encore la dépense publique en volume de 0,8% – et vient d’entrer en campagnes présidentielle et législative en frappant un grand coup… sur les faubourgs de Benghazi.

     La Gauche™, titulaire de l’AOC mais en plein urticaire napoléonien, a ouvert le débat du chef providentiel comme un vulgaire parti fachiste, et au-delà se fout du tiers comme du quart pourvu que les postes que M. Strauss-Kahn leur offrira soient distribués comme il faut. Tariq Ramadan aux affaires cultuelles ; qu’en pense Me Brochen ? Les Lambertistes à Matignon.

   La gauche de la Gauche™ veut mettre tout le monde au pas en commençant par le contrôle social généralisé des comportements individuels au nom d’une idéologie libératrice des chaînes rouillées du capitalisme sauvage. Et vivent les Chinois qui ont libéré il y a cinquante ans les esclaves tibétains de la théocratie néandertalienne en chapeaux comiques (Mélenchon + Néandertal) !

   Hors-sol, au jardin des utopies, vaquent les souverainistes et les gros bataillons du Front national qui voient et comprennent tout mais ne projettent rien. Un programme pour gros ballots s’ils n’en sont pas, il faut le dire même si l’on s’en sert comme bélier contre la herse. Le destin de la Corée du Nord révisée n’est pas alléchant, même avec des néons dans la rue. C’est de cela que va parler M. Dupont-Aignan au prochain Mercredi¹ de la NAr sous les applaudissements des gaullistes de gauche qui y réchauffent leur nostalgie.

     Ce régime est cul par-dessus tête à la merci de sa ploutocratie. Le micheton de base découvre avec effroi que l’Etat qui fut enfanté jadis pour la justice et la liberté est devenu à la fois cher et impotent, et maintenant ne le protège même pas des Huns de l’intérieur. Aucune autorité naturelle, mais de l’autoritarisme comme le dévoile le Médiateur Delevoye ; alors que les Anglais détruisent toutes les agences travaillistes budgétivores², prolifération chez nous des fromages républicains contrebalancée par la réduction des services basiques de proximité (affaires Bougrab, Boutin, etc. et 343 sénateurs à l’embouche qui font des trous à leur ceinture) ; culture de l’excuse si ce n’est celle de l’immunité – les ministres ne démissionnent jamais – ; normalisation des passe-droits, une nomenklatura de type moscovite est devenue une réalité, des mini-dynasties se créent partout ; une justice qui juge la Justice avant les justiciables ; une armée de… militaires, mexicaine par ses étoiles ; un gouvernement de théâtre agrippé aux micros comme une rock-star !

    Et pourtant les livres nous disent que la France ne fut pas toujours un pays à l’abandon, incapable de joindre les deux bouts, dont on se moque dès qu’elle a le dos tourné. La France fut aussi un modèle, classique.

    S’il faut réinventer un sytème social pérenne juste et financé, il n’est pas besoin de réinventer le principe de gouvernement ; il suffit d’actualiser celui qui en deux mille ans d’histoire a fait progresser le pays. Et ce principe est la monarchie qui offre l’autorité naturelle et la politique de temps long. C’est ici que semble-t-il le CER de l’Institut Henri IV veut travailler. M. Jean-Yves Pons nous en dévoile l’axe de construction :

    Tous les Conseillers seront égaux et aucun ne dirigera le Conseil puisque, dans notre conception du pouvoir monarchique, le Roi gouverne et préside son Conseil. Il s‘agira donc d’une nouvelle « Table Ronde ».

   Tous les courants royalistes français pourront y être représentés à la seule condition de s’interdire tout prosélytisme dynastique et de ne jamais exprimer publiquement, ès qualités de membres du CER, leurs préférences ou leurs engagements au service de l’un des princes de la Maison de Bourbon.

    L’axe est parallèle à celui de la Charte de Fontevrault qui refuse de prendre parti sauf pour le providentialisme. Pas de prince désigné, chacun le sien in pectore, priant avec tous pour son retour sans le nommer. Je me doute bien que l’oraison de la Charte soit agréable à Dieu mais je m’inquiète de son influence sur la conduite des opérations, même si comme au désert, YWH y pourvoiera. Ce dont par contre je suis sûr, c’est que la Table Ronde sans le roi Arthur ne peut pas fonctionner, sauf à faire dire des messes ou partager une galette des rois.

    Supposons que le CER occupe le domaine régalien et se limite à lui pour éviter les conflits. Une seule charpente doit porter l’ouvrage et la volonté politique d’un seul, au demeurant instruit pour la définir et la défendre, et je n’en vois pas autour de moi, un seul fera les tenons et mortaises entre la justice, la police, la diplomatie et la guerre. A moins de vouloir laisser l’affaire entre les mains d’un chef de gouvernement d’alternance, ce qui ruinerait le schéma, il faut un projet politique cohérent, bien délimité, suivi en continu, un projet pour la France, à pousser sur une voie directe ou détournée mais ressortissant au temps long et persévérant sur son axe. Je ne comprends pas ce qui retient l’Institut Henri IV de suivre les Lois Fondamentales du Royaume de France, ce serait plutôt son style puisque le Navarrais en est issu.

    On en vient très vite à l’économique qui régente tout. Par là le CER abordera au rivage des valeurs. Que dira la Table ronde sur le modèle économique ? Doctrine sociale de l’Eglise ? Elle n’est qu’un prologue ; il faudrait écrire tout le reste. Nous n’entrerons pas dans les divers choix à faire, ce n’est pas le jour, mais les voies sont généralement inconciliables et il n’y a pas de troisième voie viable, nous en avons la preuve par la Dette. Il faudra donc évaluer le meilleur choix pour le pays dans l’état où la République l’aura laissé, et s’y tenir. Comment se passer d’un chef pour incarner la synthèse du projet économique ? Sauf à continuer la social-démocratie européenne en faillite, langue au chat.

    Aussi attendrons-nous sagement que le CER trouve ses marques et choisisse surtout la clef de voûte nécessaire à cette construction, même parfaitement virtuelle, mais qui sait. Le roi en ses conseils fait le pendant du peuple en ses états, et tous sauf un parlent de décentralisation.

retour_roi

    J’entends un Mérovingien qui vient.