Tag Archives: Christianophobie

Emmanuel Delhoume. La France face à la haine des chrétiens !

4 Sep

La France face à la haine des chrétiens !

L’actualité de ces dernières semaines est riche d’enseignements sur l’humanité ,la lâcheté, la trahison , etc Aujourd’hui encore la France vient de subir une tentative d’acte terroriste.

Un constat factuel doit être posé. les terroristes en France se revendiquent toujours et tous de la même religion. Cette religion que beaucoup viennent nous présenter comme une religion d’amour ne nous offre sur la planète entière que violence et mort !

Pour ma part je suis surpris de la naïveté du clergé catholique romain face à l’islam ,il suffit d’entendre les commentaires de curés dans les médias ou les représentants de la conférence épiscopale . c’est à vomir !

Que voyons nous ? Des chrétiens qui se font jeter à la mer car ils sont des chrétiens, un algérien musulman sur notre territoire qui voulait s’en prendre aux églises de Villejuif , je ne parle même pas des actes christianophobes quotidiens qui pour la plupart sont le fait de musulmans ici en France , des vexations là où les chrétiens sont minoritaires , j’ai reçu des témoignages de jeunes travailleurs dans domaine du bâtiment où ils subissent les railleries de leurs collègues musulmans majoritaires sur le chantier.

L’origine de cette persécution anti chrétienne en France trouve son origine pour une part dans l’attitude du pouvoir e en place en particulier dans l’attitude du Chef de l’Etat mais aussi du gouvernement et de nombreux parlementaires de gauche et de droite. Le mépris d’une grande partie monde politique pour les chrétiens est manifeste, il suffit de voir la dernière provocation de M Hollande choisissant un diplomate revendiquant son homosexualité pour être ambassadeur près Le Vatican, ou encore de se souvenir des propos de M Juppé contre Benoit XVI disant que « ce pape commençait à poser problème » mais aussi les lois diaboliques du gouvernement actuel contre La Famille traditionnelle ou en faveur de la Culture de mort .Ce même gouvernement qui protège les Femens . Oui en France depuis longtemps mais encore plus depuis 2012 il vaut mieux être un juif ou un musulman qu’un chrétien quand vous vous trouvez en face d’un politique même au niveau local départemental ou régional. La haine des chrétiens est aussi présente dans les médias il suffit d’écouter Ruquier pas plus que cinq minutes.

Idem dans les services publics , la dernière affaire en date entre la RATP et le groupe « Les prêtres »  en est une preuve flagrante avec le scandaleux Gérard Unger qui a pris la décision du refus , ami de Caroline Fourest la militante anti chrétienne proche des Femens que les médias nous vendent comme une journaliste experte . Non il ne fait pas bon être chrétien dans la République Française.

Comme vous le voyez la haine des chrétiens n’est pas le seul fait de certains musulmans , cette haine est présente au sommet de l’Etat ,très répandue dans les milieux politiques mais aussi les services publics et les médias, bien sûr la franc -maçonnerie est souvent pour ne pas dire toujours à la maneuvre.

La France est chrétienne depuis des siècles , seule la république est laïque . Il est urgent de prier pour la France mais aussi de se mobiliser pour une France chrétienne

http://emmanueldelhoumelelblog.over-blog.com/page/3

« PAS D’AMALGAME », CANCER DE LA DÉMOCRATIE

2 Juin

padama10« PAS D’AMALGAME », CANCER DE LA DÉMOCRATIE (par Maurice D.

Vous souvenez-vous des bouddhas géants de Bamyian en Afghanistan, détruits par les talibans ? Bien sûr ! On a parlé dans toute la presse écrite et télévisée de « crime contre l’humanité », « crime contre la culture », etc. Vous souvenez-vous des tombeaux des saints et des bibliothèques de Tombouctou classés au patrimoine mondial de l’humanité et détruits par les djihadistes d’AQMI ? Oui, rebelote sur les « crimes » dans tous les médias. Vous souvenez-vous du musée de Ninive dont les œuvres ont été pulvérisées par E.I. ? Oui. Du massacre de touristes du musée de Tunis mitraillé ? Oui, c’est récent. De la ville sumérienne de Nimrud en Irak passée au bulldozer ? Encore oui. Crimes, crimes, crimes, tous commis par des djihadistes au couteau entre les dents, que la presse a abondamment relatés.

Vous souvenez-vous de l’église de Saint-Martin-le-Beau (Loir et Cher) incendiée ? Non ? De la statue de Saint-Louis de la collégiale de Poissy-sur-Seine pulvérisée à coups de masse le 30 avril dernier ? Non ? Comment, non ? La presse n’en aurait donc pas parlé ? Une statue commémorant le baptême du glorieux roi, symbole de la chrétienté en France ? Détruite le jour précis du 801ème anniversaire de sa naissance ? Non vraiment ? Vous ne lisez donc pas le Courrier des Yvelines ? Non, de toute évidence.

Des islamo-terroristes visiblement animés par la même idéologie qui veut effacer de nos mémoires tout ce qui est antérieur à Mahomet, tout ce qui rappelle que le monde est né avant l’islam, que d’autres religions l’ont précédé qui, elles, ne s’en sont pas pris à la mémoire de l’humanité, ont détruit un triple symbole avec la statue de ce roi : Chrétien, canonisé pour sa grande piété, il voulut toute sa vie reprendre aux colonisateurs musulmans les lieux les plus saints de la chrétienté. Personne en France n’en parle alors que ça s’est passé aux portes de Paris ? L’église de Saint-Martin-le-Beau dans le Loir et Cher avait été incendiée dix jours avant, seul le clocher du XIIème siècle a résisté. Dans ce cas la presse en a parlé… pour signaler que quatre voitures garées contre l’Eglise avaient brûlé aussi.

http://www.minurne.org/?p=2015

Niger : 20 églises (45 selon un bilan ultérieur) brûlées dans des manifestations anti-françaises. Et pourtant, les dessinateurs de Charlie-hebdo n’étaient sans doute (?) pas chrétiens (!).

18 Jan

Merci Charlie ? La parution de la nouvelle couverture de Charlie Hebdo a déclenché une vague de violence à travers le monde

Qui est responsable, qui est coupable ? Celui qui brûle ou celui qui lui en sert le prétexte sur un plateau ? Les deux sans doute, quand des musulmans brûlent des églises chrétiennes pour protester contre les dessins d’athées.

Samedi 17 janvier, c’est à Niamey, capitale du Niger, que les manifestations ont dégénéré. Les rassemblements étaient interdits. Ils ont tourné à l’émeute, chrétiens et français étant assimilés dans une même haine. La manifestation a débuté samedi tout près de la Grande Mosquée de Niamey, et les échanges de jets de pierre et de gaz lacrymogène n’ont pas tardé. Il aura fallu l’action d’une centaines de policiers antiémeute pour protéger la cathédrale de Niamey de groupes de jeunes manifestants décidés munis de gourdins, de barres de fer ou de pioches.

Eviter toute sortie

« Maudit soit Charlie et ses alliés » « A bas Charlie, à bas les Français », « Allah akbar ». Pendant que François Hollande arpentait les rues de Tulle, une vague de violence se répandait à travers le monde, en réaction à la couverture du dernier numéro de Charlie Hebdo. À Niamey, l’ambassade de France a appelé ses ressortissants à « éviter toute sortie ». Toute forme d’intérêt ou symbole français a été visé et vandalisé : PMU, Orange… La veille, à Zinder, deuxième ville du pays, des manifestations anti Charlie avaient déjà fait 4 morts et 45 blessés. Le Centre culturel franco-nigérien a été incendié et trois églises saccagées. Selon un bilan dressé par les journalistes de RFI, ce sont au total une vingtaine d’églises et de lieux de culte chrétiens qui auraient été brûlés à travers le pays.

Le drapeau français brûlé à Alger

Dès vendredi, c’est une vague de manifestations plus ou moins violentes qui se sont déroulées un peu partout sur la planète, en réaction à la dernière Une de Charlie Hebdo. Au Mali, au Pakistan, au Sénégal… Tous protestaient contre cette nouvelle caricature du prophète Mahomet. Symbole fort s’il en est, le drapeau français a été brûlé vendredi par des manifestants, juste après la sortie de la grande prière du vendredi. Alors que l’hebdomadaire satirique a été interdit de vente dans le pays, plus d’un millier de manifestants a scandé « Kouachi, martyr » devant l’Assemblée nationale.

http://www.aleteia.org/fr/international/article/niger-20-eglises-brulees-dans-manifestations-anti-francaises-5772197465423872

      Au 19 janvier à midi, le nombre des églises  brûlées atteint  le  chiffre  hallucinant de 45; mais  qui s’en soucie tout particulièrement en France ?

 

La statuette de la Vierge, sise 15 rue neuve à Bordeaux, fracassée par des personnes ne craignant pas Dieu.

14 Oct

Vierge-Bordeaux-copie-620x300

Origine des illustrations : http://www.christianophobie.fr/breves/une-statue-de-la-vierge-fracassee-a-bordeaux

Mauvaise surprise, hier matin dimanche 13 octobre, pour les riverains du 15, rue Neuve : leur voisine, une vierge aux bras étendus, logée dans une petite niche cornière, n’était plus qu’un tas de gravats sur le trottoir. Policiers et responsables des services concernés à la mairie se sont rendus sur les lieux en fin de matinée. Pour déblayer le plus gros et essayer de comprendre.

En fait, tout ce que l’on sait avec certitude c’est que la statue était encore là samedi soir mais que l’emplacement était vide à 2 heures du matin. Une chute accidentelle ? Possible, étant donné l’état de la pierre, mais le socle est intact. Un vol ? Mais les voleurs auraient été bien maladroits puisque la statue s’est brisée au sol. Un pari qui tourne à la dégradation ? Peut-être, mais il a fallu grimper à plus de trois mètres de haut sans véritables prises au mur. La tête a disparu Un voisin qui découvrait la disparition hier en fin de matinée imaginait volontiers des individus s’en prenant à la statue au lasso pour la faire basculer mais ni lui ni les autres n’ont rien entendu. Toujours est-il que la tête de la Vierge a bel et bien disparu. Elle n’a pas été retrouvée dans les gravats le lendemain matin. Lesquels gravats ont été soigneusement ensachés en attendant d’en savoir plus.

Cette statue modeste (elle n’est apparemment pas classée) est tout de même l’une des plus photographiée de Bordeaux : elle se trouve à un endroit stratégique pour les touristes, juste à l’angle de l’impasse rue Neuve, bordée de quelques-unes des plus anciennes maisons de Bordeaux. La statue, elle, n’est pas si ancienne. Albert Rèche rapporte dans « Dix siècles de vie quotidienne à Bordeaux » qu’elle a remplacé une statue de Saint-Jean-Baptiste mise à terre sous la Révolution et dont la propriétaire avait emporté les restes à la campagne, songeant à la remettre debout avant de disparaître…

images

http://www.sudouest.fr/2013/10/14/le-mystere-de-la-vierge-1198346-2780.php#xtor=EPR-260-%5BNewsletter%5D-20131014-%5Bzone_info%5D

Précis de dhimmitude.

16 Jan

Après la promotion de M. Tareq Oubrou, imam de la mosquée de Bordeaux, au grade de chevalier de la Légion d’honneur, voici sa biographie édifiante parue sur le site Dreuz.info :

«  Tareq Oubrou est membre d’une des organisations les plus radicales de l’islam en France, l’UOIF, dont la devise est « Le Coran est notre Constitution ».

Lors d’une conférence publique (1), il déclarait : « L’Islam touche à tous les domaines de la vie. Comme le veut le Coran, C’est un Etat, c’est un pays, dans le sens géographique, c’est à dire qu’il regroupe toute la communauté dans une géographie où il n’y a pas de frontières. La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam… La politique des Musulmans ce n’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge ».

En 2011, il a soutenu le mouvement « les fils de France » dont Camel Bechikh est le représentant. Bechikh, rapporte l’AFP en 2008, collectait, au travers du CBSP (2) « des fonds pour les familles des terroristes-suicide du Hamas » par le biais de l’UOIF.

Son double langage, spécialité des Frères musulmans, est caché sous une fine pellicule, si fine que personne ne me fera croire que le meilleur d’entre nous, son principal sponsor, ne l’a pas remarqué.

Ainsi, il déclare à l’Express, pour amadouer cette gauche si lente à la détente : « Quant au voile, je n’ai trouvé aucun texte qui oblige la femme à se couvrir la chevelure »

Alors qu’à la page 216 de son livre entretien avec la sociologue Leïla Babès: Loi d’allah, loi des hommes, il écrit : « Le khimâr (cachant les cheveux et le cou) et le jilbâb (qui cache le reste du corps) sont des prescriptions vestimentaires divines qui ne sont abrogées par aucun autre texte. Objectivement, s’il y avait le moindre soupçon sur cette norme, je serais le premier à prôner sa levée. »

Vous avez compris ? On appelle cela la Taqiya, la dissimulation, ordonnée par le coran, pour tromper celui qu’on projette de vaincre.

Choqué par le massacre commis par Merah ? Pas du tout !

A-t-il dénoncé la sauvagerie de la tuerie antisémite de Toulouse et antifrançaise de Montauban, commise par un musulman qui suit les mêmes préceptes religieux que lui ?

Pas du tout ! Interrogé par Libération (3) qui lui demande ce qu’il a ressenti, il répond : « Un choc. Tout le monde était choqué ». Ah tout de même…. mais attendez… contre quoi a-t-il été choqué ? Par le massacre ? Pas du tout ! Ce qui l’a choqué, ce sont les conséquences pour les musulmans : « On savait qu’on allait en subir longtemps les conséquences. Une affaire comme celle-ci laisse des séquelles dans l’esprit de nos concitoyens, qui risquent de voir en chaque musulman un terroriste potentiel. »

Contre qui s’est-il élevé ? Contre la christianophobie qui a fait 100 000 morts en 2012, ou bien contre l’islamophobie qui a offensé quelques personnes ?

A t-il dénoncé de toutes ses forces, et appelé les musulmans de France à dénoncer le terrorisme, le jihad ?

A t-il demandé à l’UOIF, dont il fait partie, de ne pas inviter de prêcheurs violemment antisémites, homophobes, favorables à la lapidation des femmes, à donner des conférences en France ?

Non et non et encore non.

Une de nos lectrices témoigne :

Je le connais (JPG: Oubrou), l’ayant rencontré à plusieurs reprises dans le cadre de rencontres de l’amitié judéo-musulmane, auxquelles j’ai décidé de ne plus participer. Ce type est un “faux-derche”, un hypocrite mielleux. Je pense effectivement que Mr Juppé se fait avoir par lui, ou alors… Sa sympathie, et plus, pour les Frères Musulmans ne fait pas de doute.

En revanche, toujours dans Libération il explique qu’ « il faut que l’histoire de la France soit réécrite à la lumière de la présence musulmane aujourd’hui ».

Pour un gouvernement qui trouve l’histoire de France « contestable idéologiquement » (4), cela valait bien les honneurs de la Légion. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.infos-bordeaux.fr/2013/actualites/lislamiste-tareq-oubrou-nomme-chevalier-de-la-legion-dhonneur-3769
(2) http://www.upjf.org/fr/3021-cbsp_paul_landau.html
(3) http://www.liberation.fr/societe/01012397757-cette-affaire-va-laisser-des-sequelles
(4) http://www.dreuz.info/2012/09/aurelie-filippetti-declare-lhistoire-de-france-contestable-ideologiquement-et-annule-le-projet-de-la-maison-de-lhistoire-de-france/

Face à une situation phaléristique aussi désolante, nous ne pouvons résister au rappel des huit considérations figurant dans notre Consilium-Consulte du 1er août 2012, portant création de l’ordre royal de Sainte-Jeanne d’Arc:

1. Considérant que depuis des temps immémoriaux il est non seulement de coutume mais juste et nécessaire d’honorer les mérites éminents ou distingués;

2. Considérant que les ordres de Chevalerie et les ordres de Mérite les plus anciens, instaurés par les Rois de France entre le XV ème et le XIX ème siècles, et qui avaient maintenu « ne varietur » la juste récompense des mérites éminents, ont tous cessé d’être reconnus ou attribués officiellement à partir de la révolution de 1830 et de la Monarchie de Juillet qui les qualifia alors d’ordres dynastiques;

3. Considérant que ces ordres anciens (ordre de Saint-Michel, ordre du Saint-Esprit, ordre de Saint-Louis), aujourd’hui à la discrétion des prétendants au trône de France, se trouvent être, par le fait même, à la fois objets et victimes des querelles dynastiques qui divisent la Maison de France;

4. Considérant que les critères qui déterminent aujourd’hui la promotion dans l’un ou l’autre des deux ordres nationaux actuels récompensant ces mérites (ordre national de la Légion d’honneur et ordre national du Mérite) ont perdu leur pertinence autant que leur lisibilité, au point de bafouer les principes mêmes qui ont amené à leur instauration;

5. Considérant que l’obligation faite, depuis le décret de juillet 2008, d’une égale parité entre les hommes et les femmes auxquels sont attribuées ces récompenses est à la fois inique et stupide, le sexe n’étant ni une qualité ni un défaut et n’offrant droit à aucune faveur particulière;

6. Considérant que cette dernière règlementation a mis un terme au sens et à la valeur de la récompense des mérites éminents qui doivent reposer sur des motifs authentiques;

7. Considérant que les malheurs des temps présent et à venir ne vont pas manquer de révéler des talents et des mérites nouveaux nécessaires au salut de la France, comme cela fut le cas de 1429 à 1431 sous l’étendard de Jeanne d’Arc;

8. Considérant que, depuis la fondation du Conseil dans l’Espérance du Roi, il est devenu nécessaire et possible d’instaurer une nouvelle décoration qui honore incontestablement et loyalement les mérites;

Qui justifient, à nos yeux, le refus déterminé de toute promotion dans les ordres nationaux actuels et le renvoi systématique de leurs insignes à la Grande Chancellerie.

Et pour rappel, avant qu’elles ne vous deviennent totalement inconnues, voici les véritables et historiques armoiries de la bonne ville de Bordeaux :

de gueules, à la Grosse-Cloche ouverte, ajourée et maçonnée de sable et sommée d’un léopard d’or ; à la mer d’azur chargée d’un croissant d’argent ; au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or. L’écu est timbré d’une couronne murale à sept créneaux (ville de premier ordre) d’or. Les supports sont deux antilopes blanches colletées d’une couronne fleurdelisée d’or et enchaînée du même. La devise de Bordeaux est « LILIA SOLA REGVNT LVNAM, VNDAS,CASTRA, LEONEM » (Les lis seuls règnent sur la lune, les flots, le château et le lion.)

Le léopard provient des armoiries des rois d’Angleterre. Le château représente l’ancien hôtel de ville (le seul vestige subsistant étant la Grosse Cloche.) La mer évoque la Garonne. Le croissant rappelle la forme du port de la lune. Les fleurs de lys d’or sur azur sont les armoiries des « bonnes villes de France ». Les antilopes enchaînées et à collier fleurdelisé dateraient de l’occupation anglaise de Bordeaux

« L’exécution publique de la foi chrétienne » en France

11 Jan

Un billet de Daniel Hamiche sur christianophobie.fr

  » Dans l’Antiquité, lorsqu’on voulait effacer de la mémoire collective le souvenir d’un adversaire ? on martelait sur les monuments publics toutes les inscriptions le concernant. C’est ainsi que l’on connaît foule de généraux et de souverains dont les noms ont été ainsi éradiqués des stèles, pyramides, arcs de triomphe, nécropoles et autres édifices religieux ou funéraires.

Un ciseau et un burin suffisaient à la besogne. Enfin… momentanément. Car cette pratique du martèlement a-t-elle empêché l’Histoire de se souvenir de ces hommes dont les ennemis avaient voulu effacer la moindre trace ? Nullement et même au contraire : il est dans la nature de l’homme de vouloir toujours connaître ce qu’on s’efforce de lui cacher !

De nos jours c’est le marteau-pilon médiatique qui fonctionne : quand un adversaire vous embête la méthode est simple. Il suffit, par tous les moyens – moraux et immoraux – de tenter de lui clouer le bec. Il en va ainsi actuellement de la religion chrétienne. Quand j’étais adolescent Guy Béart chantait « La vérité » dans laquelle le refrain dit : « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ». L’exécution publique de la foi chrétienne est en marche si j’en juge au matraquage médiatique actuel. Mais qu’est-ce qu’une démocratie sans opposition, sans possibilité pour la minorité de se faire entendre ? Pour avoir la paix il faudrait donc se taire, contre ses convictions, contre sa conscience. Les uns auraient tous les droits, y compris d’éradiquer toute forme de contestation, les autres n’auraient que celui de rentrer dans le rang. Étrange conception des « valeurs de la République »…

L’interdiction de débattre est donc à l’ordre du jour. Pour l’instant on en reste encore aux grandes invectives : le marteau-pilon frappe à droite et à gauche mais son efficacité actuelle n’est pas encore si dangereuse. Jusqu’à quand ? Je suis plongé dans un livre sur la Révolution et je m’étonne de la rapidité avec laquelle on est passé des attaques verbales aux atteintes juridiques. Entre 1792 et 1793 le virage a été rapide pour qualifier les opposants politiques en délinquants et pour décréter la contestation comme un délit puis comme un crime. On connaît la suite. »

Le 10 janvier 2013.

Père Robert Poinard, vicaire général du diocèse aux Armées françaises…