Tag Archives: CITH / Concession de priviléges indus

Messieurs les ex-présidents et bientôt ex-président de la République, un geste citoyen pour réduire la dette !

12 Sep

images-1

CQFD. Ce Que le Roi Fera Demain.                                                                                                                                                Lorsque  vous aurez pris connaissance  du texte  ci-dessous , vous ne pourrez  qu’être d’accord avec la proposition dont  nous  faisons un CQFD /Supprimer aux anciens présidents de la République leurs avantages devenus  indus/. Autant  , en effet, il n’est pas inconcevable de permettre aux  présidents – tant  qu’ils sont en exercice- de mener une  vie  en rapport avec le prestige  ( et encore) du pays  qu’ils s’efforcent de diriger, autant  ceux-ci sortis de  charges , doivent  vivre avec leurs économies, sous réserve  du versement  d’une modique  pension de retraite  calculée  selon les régles du secteur public ( 5 ans  de  fonctions en principe)  sans parler des sources  de rémunération complémentaires  énumérées  non sans  humour- Ah le petit business de livraison de viennoiseries à domicile-  dans les lignes suivantes : en intégrant des sociétés du secteur privé, en écrivant et publiant des livres, en faisant du conseil et en donnant des conférences, ou en se lançant dans les affaires en montant un petit business de livraison de viennoiseries à domicile.

Il est à peine  besoin d’ajouter que, dans ce domaine aussi, la supériorité de la monarchie  sur la République est  éclatante . Ce n’est pas au royaume de France  qu’il se trouvera à la charge des sujets , quatre  anciens monarques … le royaume d’Espagne, et ce n’est pas le plus fréquent  n’en entretient  ainsi qu’un

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA,  Garde des Sceaux,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux Devoirs et aux Droits des Citoyens et Conseiller aux Réformes institutionnelles

——-

Cette dette monstrueuse contractée, puis aggravée depuis quarante ans par des gouvernants irresponsables est une véritable bombe à retardement qui pèse sur nos libertés, sur notre indépendance, sur notre dynamisme économique. Elle menace à chaque instant d’exploser nous menant nous et nos enfants à la ruine, et nous reléguant pour longtemps au rang de nation mineure sans aucun poids pour peser sur la marche du monde.

Tous les citoyens devront faire des efforts pour réduire cette dette, à commencer par le premier d’entre eux à savoir le président de la République.

N’oubliez-pas chers compatriotes contribuables, qu’actuellement vos impôts, cotisations, taxes diverses servent entre autres à payer les retraites et avantages de trois ex-présidents, et bientôt d’un quatrième dès juin 2017.

Je demande donc à ceux-ci un geste citoyen pour contribuer à la diminution de la dette. Que Messieurs Giscard d’Estaing, Chirac, Sarkozy et bientôt Hollande, renoncent à leur retraites et autres avantages d’anciens président de la République.

Ce qui leur a déjà été versé par la nation devrait leur permettre de continuer à vivre plus que confortablement, et qu’ils s’estiment heureux de ne pas avoir à payer de dommages et intérêts au peuple de France pour avoir mené notre pays au bord du gouffre. J’invite d’ailleurs chacun de ces messieurs à communiquer en toute transparence les montants de leurs retraites, indemnités et autres avantages perçus.

Et s’ils veulent continuer à bénéficier de gardes du corps, de secrétaires, de chauffeurs, de bureaux de fonction, qu’ils se les paient eux-mêmes, et si besoin en travaillant. Étant l’élite de l’élite, ils devraient retrouver sans problème d’autres sources de rémunération à la fin de leur mandat, par exemple en intégrant des sociétés du secteur privé, en écrivant et publiant des livres, en faisant du conseil et en donnant des conférences, ou en se lançant dans les affaires en montant un petit business de livraison de viennoiseries à domicile.

Le président en place doit dès à présent participer aussi à la réduction de la dette. Je demande donc à monsieur Hollande de mettre un terme aux fastes de le République, ce qui me semble normal pour un président qui se voulait normal.

Les fastes du « palais de l’Élysée », avec ses gardes républicains en grand uniforme, ses huissiers en costume queue de pie, ses chauffeurs, ses jardiniers, ses cuisiniers, combien tout cela coûte-t-il au contribuable ? Quelle indécence dans un pays en crise et comme c’est indigne d’une République moderne, soucieuse de la bonne santé économique de la nation.

Je préférerais que l’on affiche sur le parvis de l’Élysée un compteur donnant en temps réel le montant de la dette de la France, pour rappeler à tous ces messieurs, qu’ils vivent à crédit, pour nous rappeler à nous peuple de France que nous vivons à crédit.

………….

http://www.mesopinions.com/petition/politique/mettons-fin-aux-rentes-avantages-vie/15554

 

 

Les députés n’ont pas aboli les privilèges qui leur bénéficient.

27 Juin

L’Assemblée a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés en 2014

27 juillet 2014 |  Par Mathilde Mathieu

Mediapart a épluché la liste, désormais publique, des collaborateurs de députés, complétée de nos propres informations. En 2014, au moins 20 % des députés ont rémunéré un membre de leur famille proche.

http://www.mediapart.fr/journal/france/270714/lassemblee-remunere-52-epouses-28-fils-et-32-filles-de-deputes-en-2014

Vous devez de l’argent à l’Etat? Adressez- vous au Gouvernement … Il ne manque pas d’Humanité (Sic).

6 Déc

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 décembre 2013

PLFR 2013 – (N° 1547)

AMENDEMENT N°410 présenté par le Gouvernement

———-

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 33,

insérer l’article suivant: Les créances détenues sur la Société nouvelle du journal L’Humanité au titre du prêt accordé le 28 mars 2002, réaménagé en 2009 et imputé sur le compte de prêts du Trésor n° 903‑05, sont abandonnées à hauteur de 4 086 710,31 euros en capital. Les intérêts contractuels courus et échus sont également abandonnés.

EXPOSÉ SOMMAIRE

L’article 24 de la loi organique relative aux lois de finances précise que « toute échéance qui n’est pas honorée à la date prévue doit faire l’objet, selon la situation du débiteur :

– soit d’une décision de recouvrement immédiat, ou, à défaut de recouvrement, de poursuites effectives engagées dans un délai de six mois ; – soit d’une décision de rééchelonnement faisant l’objet d’une publication au Journal officiel ;

– soit de la constatation d’une perte probable faisant l’objet d’une disposition particulière de loi de finances et imputée au résultat de l’exercice dans les conditions prévues à l’article 37. Les remboursements ultérieurement constatés sont portés en recettes au budget général. »

Or, la Société nouvelle du journal L’Humanité ne peut faire face au remboursement de sa dette contractée auprès de l’État (prêt du fonds de développement économique et social – FDES), sur le capital et les intérêts, parce que ses résultats financiers sont très faibles et qu’elle ne possède plus d’actifs.

Par conséquent, il est nécessaire d’abandonner cette créance détenue par l’État sur cette société.

Ce prêt a été initialement accordé à partir du compte de Trésor n°903‑05 « Prêts du fonds de développement économique et social ». Les opérations portées sur ce compte ont été reprises sur le compte de concours financiers « Prêts et avances à des particuliers ou à des organismes privés » dans le cadre de la loi de finances pour 2006.

La nouvelle carte cantonale, une réforme républicaine, oh combien !

27 Nov

Vous avez peut-être appris que Le Président Sarkozy  avait  institué  des conseillers territoriaux, communs à la région et au département, conseillers qui auraient remplacé les actuels conseillers régionaux et généraux. Last  but not  the least, et  source d’économie  budgétaire non négligeable en ces temps  difficiles,  la création du conseiller territorial  réduisait de moitié le nombre d’élus dans les départements et les régions, qui passera de 6.000 à 3.000

Hé  bien le président Hollande n’a rien trouvé de mieux  que de supprimer  cette réforme  tout en  imposant la sienne. Et la sienne  consiste  certes à réduire de moitié le nombre de  cantons …. Mais en maintenant  inchangé  le nombre de Conseillers généreaux. Par quel miracle vous direz  vous sans doute ? mais tout  simplement en prévoyant  que  chacun de ces nouveaux  cantons -dont  on peut avoir ici ou là l’impression que leur nouveau découpage  défavorise la  droite ( !) – serait représenté  par un binôme  homme / femme.

Bref, ce sera  la  vie de  couple dans  ce  qu’elle  a  de plus mauvais à chaque  fois  qu’il faudra prendre une décision …  ce qui arrive  quand même  souvent  dans la  vie d’un Conseiller général.

Enfin, comment ne pas regretter aussi  que  les anciens  Cantons qui avaient  fini par acquérir- à la longue- une certaine légitimité, eux et leurs chefs-lieux, disparaissent  corps et  biens dans l’aventure. Dans le même temps,  la modeste , mais   non négligeable pour autant,  titulature  « chef -lieu de  canton » cédera  dèsormais la place  à l’intitulé pas vraiment festif : « Bureau centralisateur » (Sic). Ah, poésie républicaine , quand  tu nous tiens !

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux, Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

1 000 eme Post sur le blog du CER ! Marylise LEBRANCHU se serait-elle pris les pieds dans le tapis en supprimant, pour des raisons électoralistes, le jour de carence dans la Fonction publique territoriale ?

15 Juin

1537909857

http://lafautearousseau.hautetfort.com/media/02/00/3406093052.jpg

Une étude de Sofcap * montre qu’il a fait chuter l’année dernière de 43,2 % le nombre d’arrêts ­maladie d’une journée dans les   collectivités territoriales.

Le jour de carence dans la fonction publique n’aura vécu au final que deux ans, entre 2012 et 2014, mais il n’aura pas été sans effet. Il a fait chuter l’année dernière de 43,2 % le nombre d’ arrêts maladie d’une journée dans les   collectivités territoriales, montre une étude de Sofcap, groupe d’assurances des collectivités locales. Les arrêts de deux jours ont quant à eux diminué de 18 % et ceux de trois jours, de 12,2 %. «Sans doute faut-il attribuer ces évolutions à la mise en œuvre d’un jour de carence», observent les experts de Sofcap. Ce même jour de carence que la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, jugeait au moment de le supprimer en février «injuste, inutile et inefficace»au motif que son effet sur l’absentéisme «n’était pas démontré». Revers de la médaille, Sofcap observe une forte hausse des arrêts maladie de plus de quatre jours: + 34,4 %, par exemple, pour les arrêts de 31 à 90 jours ….

* Assurance  des  collectivités territoriales et des établissements hospitaliers.

  • images3CQFD. Ce Qui Fonderait Demain… l’action du roi à venir.        Lorsque  des  chercheurs  se lanceront dans l’ histoire des dégats causés   par  l’électoralisme  en république , il faudra qu’ils prévoient  pas mal de temps  étant donné  qu’il y aura  beaucoup de  coups partis, de coups tordus, de  coups fourrés à relater  et l’histoire  que je  vous raconte ce jour est assez exemplaire ( Si j’ose m’exprimer ainsi). De quoi est-il question ? d’un ministre  qui entend protéger ses électeurs et  qui, pour ce faire, n’hésite pas  à confèrer  à des privilégiés, car  sur  un certain nombre  de points , les fonctionnaires  sont  bien des privilégiés,  d’avantage de privilèges  encore.  Et tout  ceci pourquoi, pour ne pas perdre  leurs  voix ? Lamentable ! Où est la prise en compte de l’intérêt  général ? Où est le  peuple souverain  si  les  fonctionnaires sont  aux yeux de certains hiéraques républicains  plus souverains  que le reste des Français ? oh pardon pas  des Français, des électeurs ! En république , il y a là plus qu’une nuance.
  • Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER. CJA. Garde des Sceaux , Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

 

Selon que vous serez puissant ou misérable…

28 Fév

Tous les Français victimes de cambriolages (on ne les compte plus et les services de police ne se donnent même plus le mal d’enregistrer leurs plaintes) applaudiront sans aucun doute à la célérité de la justice nantaise telle qu’elle est relatée dans l’information qui suit.

Le député François de Rugy (EELV) victime d’un cambriolage

27 février 2013

Le député François de Rugy (EELV) victime d’un cambriolage

27/02/2013 – 14h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – 
Les quatre hommes interpellés lundi matin alors qu’ils cambriolaient le domicile de François de Rugy, député EELV de Loire-Atlantique, à Orvault ont été condamnés dès l’après-midi à des peine de prison ferme et incarcérés !

L’affaire n’a pas trainé. Dès lundi après-midi les quatre présumés voleurs ont comparu devant le tribunal correctionnel de Nantes, dans le cadre de la procédure de comparution immédiate. Suivant les réquisitions du parquet, le tribunal a condamné trois d’entre eux à trois mois de prison ferme et le dernier, qui conduisait sans permis,  à quatre mois de prison ferme. Primo délinquants, les quatre hommes ont tous été incarcérés à l’issue de l’audience (On sait que pour des faits de cambriolage, l’article 311-4 du Code pénal prévoit – théoriquement – des peines de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende).

En vacances aux sports d’hiver, François de Rugy a tenu à saluer « l’efficacité des forces de l’ordre » et le « réflexe  citoyen » de son voisin qui avait donné l’alerte. « C’est la première fois que cela nous arrive en cinq ans, a déclaré le député des Verts. Les cambrioleurs ont fracturé les volets et la fenêtre d’une chambre avant de tout fouiller. C’est désagréable même si le préjudice, au final, devrait être limité puisqu’une partie du butin a été retrouvée et que les voleurs n’ont pas eu le temps d’emporter le reste. » (Presse-Océan 26/02/2013).

Le député de Loire-Atlantique n’ignore certainement pas qu’il se produit un cambriolage toutes les 1,5 minutes en France, soit près de 985 cambriolages par jour (323 000 en 2011 et 359 500 en 2012) selon les chiffres publiés par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

La ministre de la Justice doit présenter, avant le mois de juin, un projet de loi qui vise à refondre le système des peines utilisées en droit français. Christiane Taubira, opposée au « tout carcéral » – qui n’a jamais été appliqué en France, loin de là – entend mettre en place des peines de probations, supprimer les peines planchers et rendre automatique les remises de peine.

« La prison est nécessaire mais elle ne peut pas être la seule peine de référence, justement parce qu’elle est créatrice de récidive », affirme la garde des Sceaux. Nul doute qu’avec une telle loi les statistiques des cambriolages devraient s’améliorer notablement ! Une loi que Monsieur de Rugy et son groupe votera sans nul doute des deux mains !

A quand l’abolition des privilèges ? 

Crédit photo : LCP Assemblée nationale, via Flickr, licence CC.