Tag Archives: CITH / Institutionnalisation de la division des Français

Politique : retour du roi ou République?

20 Jan

La chronique du médiateur « Quand nos lecteurs s’engagent » (Le Monde du 12 décembre) m’a donné l’envie d’ écrire moi aussi pour faire part de ma « sensibilité » politique particulière. D’abord, je remarque depuis longtemps que, dans la presse sérieuse -dont Le Monde est un exemple et mon journal quotidien depuis des décennies- il est un sujet politique tabou. Ici je ne fais pas cas de « la presse« pipol », ni de sites internet. Je prends le mot « tabou » dans son acception première: « Système d’interdictions de caractère religieux appliquées à ce qui est considéré comme sacré ou impur »(Petit Robert, 1993) Nuance: il ne s’agit pas de religion mais de politique. Et ce tabou politique est vraiment« impur » et absolu…On n’écrit rien sur le sujet qui m’occupe ici, ni en bien ni en mal. Silence! Ce thème n’existe pas!

Or, je vis ce non-dit comme un silence étouffant….Je ne crois pas être le seul. Depuis des mois, les candidats se pressent, se bousculent, s’invectivent réciproquement, nous promettent chacun monts et merveilles à la grande vente aux enchères publiques qu’est l’élection présidentielle. Celui qui sera le plus offrant -en voix!- emportera la place. Cette vente a lieu tous les cinq ans, après divers avatars historiques nombreux et bien souvent tragiques en coûts humains, depuis le 10 août 1792, l’assassinat du Roi le 21 janvier 1793 et tant d’autres tueries génocidaires non reconnues par le pouvoir…

Je n’écris pas que ces candidats sont indignes, ils sont tous probablement très honorables, c’est le système dans lequel ils évoluent et proposent leurs programmes politiques que j’accuse. Face à cette dramaturgie grotesque et indigne, qui peut nous faire rire parfois, mais qui humilie profondément les citoyens que nous sommes, il me semble que devrait s’établir un débat en France, dans la presse écrite, télévisée, radiodiffusée et sur les réseaux sociaux. Le thème pourrait se lire: « Reconnaître ou non la légitimité historique de la dynastie capétienne à la tête de l’Etat ». Ce grand, vrai et profond débat pourrait être suivi d’un référendum: « Sixième ( ?) République ou retour du Roi »

Evidemment, je propose ce grand changement constitutionnel dans un cadre démocratique et à la suite du débat démocratique national que je souhaite ici. La très haute fonction de Roi de France –ou de Reine, Chef d’Etat- que j’appelle de mes voeux ne pourrait recevoir la définition du Dictionnaire Furetière de 1690 (SNL Le Robert, 1978) : « Monarque qui gouverne seul et souverainement à une région de la terre » Nous ne pouvons ni ne voulons revenir à l’Ancien Régime. Le Roi de France à venir, héritier de la dynastie capétienne historique, serait le Chef de l’Etat, le premier Serviteur de la Nation constituée par le peuple français, le Souverain symbolique, incarnation personnelle de la souveraineté populaire, le premier des Français dans l’ordre protocolaire. Il serait son premier Représentant à l’intérieur de nos frontières et à l’extérieur.

A sa tâche symbolique devrait probablement s’ajouter un droit d’arbitrage qui s’exercerait dans les conditions à prévoir par la Constitution. Il ne serait pas l’otage du parti vainqueur puisque, héritier de la légitimité historique, donc non élu mais reconnu par la légitimité démocratique… Eduqué pour régner, pour être à l’écoute de ses compatriotes, il irait là où le peuple travaille pour magnifier le résultat de son travail, là où le peuple souffre pour manifester sa compassion et souffrir avec lui, là où le peuple se réjouit pour partager sa joie, lors de ses voyages officiels, accompagné de préférence par un membre du gouvernement. Il manifesterait discrètement sa proximité avec les couches sociales les plus défavorisées, aux périphéries : les jeunes chômeurs par exemple… Il ne serait évidemment pas le chef du pouvoir exécutif puisque ce serait le Premier Ministre, nommé formellement par lui, mais élu démocratiquement par le Parlement, qui exercerait ce pouvoir. Je vois plusieurs avantages à cette renaissance de la royauté capétienne : notre peuple envisagera plus sereinement son avenir, car il retissera le lien avec le passé lointain, retrouvant ainsi son identité après avoir rejeté la funeste maxime révolutionnaire : « du passé faisons table rase ». Les hommes politiques légitimement ambitieux et croyant en leur programme ne chercheront plus à s’emparer de la première place pour la simple raison qu’elle sera toujours prise. « Les rois ne meurent pas en France, Madame. Le Roi vivant, le voici ! » Ils  consacreront leurs forces à faire face aux problèmes et aux projets vitaux du pays, à convaincre les électeurs de la justesse de leurs idées. L’Etat fera l’économie des frais occasionnés par les campagnes électorales présidentielles à répétition tous les cinq ans. Les chiffres de comparaison avec les monarchies européennes démontrent que la République française coûte bien plus cher aux citoyens que ces monarchies. De tout temps et dans tous les régimes politiques, il y a des corrupteurs et des corrompus ; le Roi, lui, ne peut être tenté d’être l’un ni l’autre. Il occupe la première place, il est la source formelle des ordres et honneurs de l’Etat bien que les bénéficiaires doivent être choisis par le pouvoir exécutif, comme il est normal en démocratie. Son devoir est de servir son peuple avec une dignité simple et honnêteté : son service national ne prendra fin qu’avec sa mort.

Symbolique, sa mission éminente va bien au-delà de « l’inauguration des chrysanthèmes » ! Un symbole unit, rapproche les uns des autres. Et le Roi ne peut être que le plus haut symbole de la nation. Présent dans la durée, et non pas pour un court laps de temps, il contribue à son niveau élevé à faire de l’ensemble des citoyens une grande famille, fière d’elle-même, comme on le voit ailleurs en Europe, à donner une cohérence à la présence de la France dans un monde changeant et dangereux.

Et la laïcité de l’Etat ? Elle sera sans doute à redéfinir mais à conserver précieusement dans la société multiculturelle qu’est la nôtre. La dynastie capétienne est de tradition catholique ; à elle de reconnaître symboliquement mais officiellement la légitimité des autres spiritualités dans le respect des lois. Elle contribuera ainsi à ce que cette laïcité ne dégénère pas en laïcisme agressif qui considère les religions comme une sous-culture, vestige d’un passé révolu. Et l’hymne national ? La Marseillaise, avec remplacement des paroles guerrières : que de nouvelles paroles s’inspirent de celles, fraternelles, de l’hymne européen. Respect de la langue française : le français du Roi ! que des encouragements officiels soient faits pour remplacer les mots « franglish » en suivant les conseils de l’Académie française.

Avec le Roi, la France aura confiance en elle-même, elle retrouvera un nouveau dynamisme économique, culturel, diplomatique, et la langue française un rang respecté. En guise de conclusion, je rappellerai un humoriste de grand talent et de grande culture du milieu du vingtième siècle : Pierre-Jean Vaillard * (sauf erreur): « Les Français passent leurs dimanches à se proclamer républicains et le reste de la semaine à adorer la Reine d’Angleterre » et « les Français numérotent leurs Républiques comme d’autres numérotent leurs Rois ».Faisons donc comme les nautres : numérotons à nouveau nos Rois. Votre article s’intitulait : « Quand nos lecteurs s’engagent ». Voilà : je me suis engagé dans cette profession de foi politique.

Hugues Noel, Colayrac-Saint-Cirq  (Lot-et- Garonne

http://mediateur.blog.lemonde.fr/2016/12/16/politique-retour-du-roi-ou-republique/

                                                                                         CQFD. Ce Que le Roi Fera Demain.

 Il vous suffit pour le savoir de relire avec attention cet article  et les innombrables suggestions  qu’il contient.

images-1-1

Parler de « République des copains » est sans aucun doute un pléonasme. Comment l’élection pourrait-elle générer un état impartial?

27 Juil

Il est bien vrai que nous vivons sous une République de copains, que François Hollande n’a pas tenu sa promesse d’en renier les pratiques, encore moins d’instaurer cette République irréprochable qu’il avait fait miroiter; la réalité en est même l’exact contraire.

En présentant la dernière parution de Valeurs actuelles, dans la vidéo qui suit, Yves de Kerdrel a donc toutes sortes de justes raisons pour dénoncer « la République des copains ! ». « Nominations de complaisance, recasages discrets, en trois ans, le pouvoir socialiste a fait main basse sur l’État et satisfait l’appétit de ses courtisans ».

Que le niveau des copains ait baissé, soit. Il ne cesse de baisser depuis longtemps et descend quelques crans à chaque nouvelle mandature. Ce qui rend le dit copinage toujours plus criant et plus insupportable.

Mais il serait un peu juste et tout à fait faux de laisser croire que ce système a été apporté par François Hollande; qu’il est le propre des socialistes; que leurs prédécesseurs en sont innocents. Et – pourquoi pas ? – leurs éventuels successeurs.

La vérité est que, si tout Pouvoir instaure un certain niveau de copinage, la République aggrave grandement cette inclinaison naturelle parce que le Chef de l’Etat lui-même est issu d’un clan, qu’il en est l’émanation, qu’il lui doit en partie son élection, qu’il aura besoin de lui pour son éventuelle réélection et qu’il doit donc être, pour les hommes qui le composent, reconnaissant et généreux. Et, bien-sûr, ceci ne vaut pas que pour François Hollande et ses socialistes.

On nous excusera de rappeler ces simplicités et cette évidence que la République est non pas accidentellement mais essentiellement un système de copinage; qu’elle l’est par nature, de fondation. Qu’elle l’a toujours été et le sera toujours, pour le temps qui lui reste à vivre. Pourvu que Dieu lui prête vie, comme on dit couramment et comme nous ne le souhaitons pas. Pas plus, par exemple, que Michel Houellebecq

C’est qu’aucune autorité impartiale – au sens plein du terme – ne surplombe le système et n’y impose un minimum de retenue à la loi du copinage et un minimum de sens du bien commun.

Tel est le vice de notre République et son incomplétude, ce qui renvoie aux déclarations d’Emmanuel Macron qui, en l’occurrence, va nettement plus loin et plus profond que le propos, pourtant fort juste et sympathique, d’Yves de Kerdrel. Pourquoi n’y réfléchirait-il pas ?

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2015/07/24/medas-vaeurs-actuelles-a-raison-mais-la-republique-des-cop-5661811.html

Réforme territoriale républicaine . Provinces inanimées aviez vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?

20 Nov

images-1 Ce Que le roi Fera Demain

8- BIBLIOTHEQUE DES APPORTS FONTEVRISTES. Pour une Constitution du Royaume de France et de Navarre. Eléments d’une “charte” concédée par le roi à ses peuples

Point 4 de la Charte concédée par le roi. – DES TROIS NIVEAUX  DE  L’ADMINISTRATION PUBLIQUE   ROYALE FRANCAISE

 Art. 41 . Deux  niveaux  d’administration, en sus de  celui de l’état  central royal,  permettront la pleine mise en œuvre du principe de subsidiarité.

    Par principe même, et en application d’une des trois  maximes  composant la devise du royaume de France, la Charte constitutionelle s’interdit  de vouloir règler à un niveau supérieur des questions qui le seront plus efficacement  à un niveau  plus proche des Sujets du roi.

          Art. 41/1. Les Terroirs ci-devant  intercommunalités

  Le représentant  du roi y est le bourgmestre ( Lord-maire si la localité  chef-lieu du terroir assume des armoiries au chef fleurdelysé) élu en son sein par les  membres  des Etats  propre au terroir assisté des Echevins nommés et révoqués  par lui au sein de ce Conseil 

    Les membres des Etats  propres aux  terroirs  sont élus au scrutin de liste proportionnel avec répartition des restes à la plus forte moyenne par tous les Sujets du roi français âgés d’au moins dix-huit ans y résidant.

      Le chef-lieu du terroir  sera fixé  dans   la  localité la plus importante  des ci-devant communes regroupées en son sein; il en ira de même des armoiries du terroir. Il n’en irait autrement que si, parmi ces  localités,  l’une d’entre elles disposait  d’armoiries au chef fleurdelysé. En cas de pluralité de ces  communes , la priorité serait  donnée à la plus peuplée

Art. 41/2. Les  Provinces telles que nous les a léguées l’Ancien Régime

       Au nombre de 35, le représentant  du roi y est l’Intendant assisté d’un certain nombre de Subdélégués  à la compétence ratione materiae  ou ratione loci

     Les membres des Etats  particuliers des provinces sont  élus pour un mandat de cinq ans

      Ces  membres appartiennent  à deux  catégories:

– Pour  moitié d’entre eux , ils sont élus par  au scrutin de liste proportionnel avec répartition des restes à la plus forte moyenne par tous les Sujets du roi français y résidant.

– Pour l’autre moitié  , ils sont  élus par les  corporations travaillant dans la province

       Art. 41/3.    L’Etat central royal oeuvre des ” quarante rois qui , en mile ans, firent la France” est dirigé par le roi en ses Conseils

….

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/8-rfn-1-pour-une-constitution-du-royaume-de-france-et-de-navarre-elements-dune-charte-concedee-par-le-roi-a-ses-peuples/

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux, Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles

L’Algérie, des Aurés aux Champs Elysées; la République, peut-être, mais La France avait-elle vraiment mérité celà ?

9 Juil

C’est la première fois que l’Algérie participera officiellement aux cérémonies du 14 juillet à Paris . Certes, ce ne sera pas un gros bataillon, mais la présence de trois militaires lors d’une animation initiale sur la place de la Concorde devant les officiels de l’ancienne puissance coloniale est assez symbolique des relations que les deux pays veulent désormais entretenir.

Conscients de l’image qui pourrait heurter les récalcitrants ou certains nostalgiques de l’Algérie française hostiles à leur présence, les militaires algériens ne défileront pas. Ils seront simplement présents, place de la Concorde, précise-t-on au ministère français de l’Intérieur.

Dimanche, le ministre algérien des Affaires étrangères a confirmé la participation algérienne. Le chef de la diplomatie algérienne a assuré que «le peuple algérien honore ses propres contributions à la liberté à travers le monde et assume toute son histoire (…) L’Algérie participera, dans le même format et dans les mêmes conditions que quatre-vingt autres nations dont des citoyens sont tombés sur les champs de bataille de la 1ère Guerre mondiale à la manifestation  prévue à Paris à cet effet». Pour lui, cette participation va rendre «à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leurs vies pour la liberté d’autrui et la leur propre».

http://www.brujitafr.fr/article-14-juillet-l-algerie-participera-bien-au-defile-124091116.html

NDLRB . La lecture du communiqué immédiatement supra démontre encore une fois qu’Hollande a tout faux

– l’Algérie vient beaucoup moins honorer les morts de la Grande guerre que les siens propres tombé pour la «  libération » de « leur «  territoire. Que l’on relise seulement : cette participation va rendre «à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leurs vies pour … la leur propre».

 Si , le président Français voulait vraiment que soit honorés les morts de la Grande guerre issus de territoire à l’époque sous administration française , cela aurait dû être par le biais des drapeaux et étendarts des unités- fussent –elles dissoutes aujourd’hui

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles

Depuis que les Femen figurent sur les timbres, gageons que même les BUSTES en PLATRE de MARIANNE finiront par s’écailler

5 Août

Dieu que Marianne  était jolie… 

Une Marianne qui mêlait les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité qui rassemblent les Français au-delà de leurs convictions politiques avec cette féminité qui nous rappelle que l’esprit français repose sur un commerce apaisé entre les sexes, héritage de l’amour courtois et  de la galanterie, qui fait que les femmes ont toujours eu en France une place que les pays latins d’un côté, les pays anglo-saxons de l’autre, leur déniaient.

marianne-femen-565x250

Marianne, aujourd’hui, a un nouveau visage qui apparaît sur les timbres que nous sommes tous amenés à utiliser. Il est d’ailleurs affiché depuis quelques jours dans tous les bureaux de poste. C’est le visage d’une jeune femme blonde avec des fleurs dans les cheveux. Passons sur le kitch du dessin, qui relève d’un mauvais goût assez pompier. Le problème vient du discours qui entoure ce dessin, et notamment de la part des artistes, David Kawena et Olivier Ciappa, qui en sont les auteurs. Car, d’après ceux-ci, il s’agit d’un portrait d’Inna Shevchenko, la jeune Ukrainienne chef de file des Femen. Bon, la ressemblance n’est pas frappante, tous les artistes ont voulu imprimer un peu de douceur sur le visage de leur personnage. Mais l’intention est là, et elle en agace plus d’un.

Pour comprendre cette nouvelle guerre que certains qualifieront un peu vite de picrocholine, il faut d’abord rappeler le processus qui a abouti à ce choix. Car il nous raconte les merveilles de la démagogie ordinaire. En effet, parmi les diffférents dessins proposés par les artistes sollicités, le président de la République a voulu que ce soient des lycéens qui décident lequel deviendrait l’image de Marianne sur ce petit bout de papier crénelé qui incarne le service public à la française. Hommage à la jeunesse, l’avenir de la France, les futurs citoyens… c’est beau comme un discours électoral.

Moralité, les jeunes gens ont été conformes à ce qu’on attendait d’eux, ils ont choisi un dessin du plus parfait mauvais goût, mais qui, surtout, était agrémenté du discours le plus politiquement correct qui soit. D’après Olivier Ciappa, voilà donc une Marianne « égalité des droits – mariage pour tous ». Parce que les Femen, hurlant « Pope no more », seins nus, avec des cornettes de bonnes sœurs, Inna Shevchenko expliquant avec arrogance que le féminisme, avant les Femen, c’était « des vieilles femmes malades qui lisent des livres », c’est « l’égalité des droits ». Dans un sens, ce n’est pas faux. Droit à l’hystérie, à la caricature, à l’intolérance… Les Femen nous prouvent que nous sommes dans une société libre, où elles peuvent exprimer toutes les idées qui leur seraient interdites ailleurs, et c’est toute la grandeur de la France. Encore faut-il qu’il ne soit pas interdit de proclamer publiquement sa consternation devant l’inanité de leur action.

Mais le fait de choisir une Femen comme visage pour Marianne, qui est censée symboliser la République, la capacité de la communauté nationale à décider de son destin, prouve que personne, chef de l’Etat en tête, n’a plus en considération le caractère essentiel de l’unité nationale. Mettre en avant un personnage qui clive à ce point le pays, notamment en insultant une part de ses habitants, c’est ne pas voir que la France souffre déjà gravement de ses diverses fractures idéologiques qui se creusent et qui font s’affronter des pans entiers de la société.

Moi président, nous avait promis François Hollande, on ne dresserait plus les Français les uns contre les autres. La Marianne qu’il a contribué à afficher dans tous les bureaux de poste de France a eu cette déclaration sur Twitter, qui résume assez bien la haine et le mépris de certains pour ceux qui ne pensent pas comme eux, et qui ont le mauvais goût de ne pas être du côté de la modernité triomphante : « Désormais, tous les homophobes, extrémistes et fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre ! » Etant entendu que sont homophobes, extrémistes et fascistes les Français qui ont exprimé non seulement leur opposition, mais même leur simple réticence au mariage pour tous. Marianne n’est plus la France. Parce que la France n’est plus la France, mais un amas d’individus sans valeurs communes.

Natacha Polony
Le Figaro
3-4/08/2013

Correspondance Polémia – 4/08/2013

http://www.polemia.com/quand-marianne-nest-plus-la-france/?utm_source=La+Lettre+de+Polémia&utm_campaign=fae88ed4a3-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-fae88ed4a3-55407101

Le 9 février2014. MISE A JOUR. 

D’ailleurs, coup de théâtre récent dans le vaudeville qu’est devenue la vie politique française : les Femen ont elles-mêmes demandé le retrait du timbre, s’estimant « cocues » de la politique de François Hollande. Ça, pour le coup, elles ne sont pas les seules…

http://www.bvoltaire.fr/charlottedornellas/le-timbre-femen-ne-passe-plus,50123?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=04d02539b1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-04d02539b1-30399893

imagesCe Que le roi Fera Demain.  L’article ci-dessus saurait pu être écrit par une royaliste… ce qu’elle est peut-être au demeurant . La République ne peut en effet  fonctionner  que  sur  l’exclusion et la necessité de dresser  des  clans les uns  contre les autres . Et comme les Français se répartissent  quasi mathématiquement  sur les  questions structurantes  à peu prés à 50 / 50 ,  il faut aller  chercher dans les minorités minoritaires si j’ose ainsi m’exprimer pour arriver  à faire une majorité…. Difficile de  faire  plus  « con si ». Tant  que j’y suis rappelons  que la tradition dans les monarcies est de faire  figurer  rois et princes  sur les timbres  et  que  , ce  faisant , on n’alimmente pas la  division dont  la  splendide déclaration ci-dessus : « Désormais, tous les homophobes, extrémistes et fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre ! »  donne un exemple topique  mais on renforce au contraire l’unité nationale. Vivement  donc, le retour d’un roi qui règne et  qui gouverne et  dont le portrait  figurera alors nécessairement  sur les timbres qu’emettra le royaume de France.  Mais nous, royalistes,  contrairement  aux  républicains , du  passé nous n’entendons pas faire table rase . Ces  bustes de Femen qu’ils soient  sur les timbres ou sur les étagéres des bâtiments publics parce  que l’on va  y avoir droit,  ne les détruisons pas,  non portons les plutôt   chez Emmaus  pour  que  ceux  qui auront gardé cette nostalgie mamadive puissent au moins la nourrir en leur particuler.

13365099-espagne--circa-1981-un-timbre-imprime-dans-l-39-espagne-montre-le-roi-juan-carlos-i-roi-d-39-espagne

 images

margrethestamps4

Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

900 e POST ! – Le financement des partis politiques républicains : Un tonneau des Danaïdes

18 Mai

images-1  Références de l’image  ci-dessous: http://es.wikipedia.org/wiki/Danaides

   Les Danaïdes sont les cinquante filles du roi Danaos. Ce roi fit venir ses cinquante neveux qui lui expliquèrent leur désir d’épouser ses filles. Danaos accepta. Pour leurs noces, il offrit à ses filles une dague puis leur fit promettre de tuer leurs époux pendant la nuit. Toutes le firent, sauf Hypermnestre, qui épargna Lyncée. Plus tard, Danaos organisa des jeux pour marier ses 49 filles. Mais Lyncée tua les 49 filles pour se venger de ses frères. Aux enfers, les Danaïdes reçurent une punition qui consistait à remplir d’eau éternellement un tonneau percé.

http://latin.collegejeanjaures-cransac.org/danaides.htm

A lire les lignes  ci-sessous, on comprendra  facilement le  succés  continuel des  micros partis  donr l’insertion  au Journal officiel– également mise en ligne ci-dessous- donne un exemple  topique et trés actuel. pour  autant , l’on n’oubliera pas  que ces partis , même  petits, contribuent à la  division des Français et  creusent , eux aussi, de plus en  le  déficit de l’Etat. Volà deux   bonnes  raisons qui devraient entraîner leur  suppression si la République  n’était pas … républicaine.

imagesCQFD. Ce Qui Fonderait Demain… l’action du roi à venir

Nous ne  voudrions pas lasser l’attention de nos lecteurs mais  comme la pédagogie est  à base de répétitions, rappelons  que la République , la gauche   certes, mais la doite aussi, ne peut naître et  prospérer  que  sur le terrain putride de la division des Français (Hommes /Femmes ;  Gauche / Droite ;  Croyants/ Laïcs ; Patrons / Ouvriers ; Titulaires de revenus  du travail /Titulaires de revenus  du capital…. ) et les partis politiques républicains sont les  moyens  privilégiés de cette  division. Par  conséquent le  gouvernement  royal à venir  aura à coeur  de  supprimer  dés l’origine le financement  public  des  partis politiques . Quant  au financement  privé, la suppression de la  déduction fiscale au  bénéfice des généreux (?)  donateurs devrait  désamorcer  la pompe  à Phynances  selon  la savoureuse expression d’Alfred Jarry. Ne  quittons  pas  le domaine du financement public sans indiquer  que l’argent ainsi économisé sera partagé en deux parts égales  , l’une servira au financement  de la liste  civile  du roi et  du dauphin , l’autre contribuera au remboursement  de la dette  publique . L’argent  sale de la  division sera ainsi  « blanchi » au  bénfice de  fort louables intentions

 Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER. CJA. Garde des Sceaux ,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

Les dons aux partis politiques ouvrent  le droit à une réduction d’impôt sur le revenu de 66% du montant de leur montant, dans la double limite de 20% du revenu imposable et de 15 000 € de dons par foyer fiscal.
La loi du 11 mars 1988 réglementant le financement de la vie politique interdisait les dons supérieurs à 7.500 euros par personne physique pour le financement d’un même parti politique, mais ne limitait pas le nombre de partis bénéficiaires, entraînant la multiplication de micro-partis.
JORF n°0113 du 17 mai 2013 page
texte n° 41 
DECISION

Décision du 15 avril 2013 portant agrément d’associations de financement d’un parti ou d’une organisation politique



Par décisions de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en date du 15 avril 2013 :
                                                 * L’association de financement J’aime le 7e, dont le siège social est situé 68, avenue de La Bourdonnais, 75007 Paris, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique J’aime le 7e pour exercer ses activités à l’intérieur du territoire de la République française.                                                       
* L’association pour le financement de Réflaixion, dont le siège social est situé 150, avenue Eugène-Mazenod, 13100 Aix-en-Provence, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique Réflaixion (NDLRB: orthographe du journal officiel) pour exercer ses activités à l’intérieur du département des Bouches-du-Rhône.
                                                                                                           * L’association de financement Agir Paris – Paris au centre, dont le siège social est situé 41, rue Ramey, 75018 Paris, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique Agir Paris – Paris au centre pour exercer ses activités à l’intérieur du territoire de l’Ile-de-France et du Grand Paris.                
                  * L’association de financement Reconquête 18e, dont le siège social est situé 41, rue Ramey, 75018 Paris, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique Reconquête 18e pour exercer ses activités à l’intérieur du territoire de Paris.

Un monument aux morts n’est pas un terrain de jeux même quand on est à quelques mois d’obtenir le droit de vote

16 Mai

Vivonne (86370) . Il ne venait rien commémorer du tout. Il venait juste faire le beau, épater la galerie, faire rire ses copains de virée, jouer à celui qui monterait le plus haut sur le monument aux morts.

Il y est monté. Tout en haut. Il en est redescendu aussi. Très vite. Une chute de près de quatre mètres fort douloureuse pour cet escaladeur amateur de 17 ans et demi. Il est aux environs de minuit, dans la nuit de vendredi à samedi, quand un groupe de jeunes arrive près du monument aux morts. « Il est monté sur le socle puis sur le soldat pour arriver à la croix qui surmonte le tout », explique le maire, Maurice Ramblière. « Il a tiré sur la croix, il l’a arrachée et il est tombé. »

Une chute qui se solde par de multiples fractures au poignet, au genou et au fémur. La victime a été hospitalisée. Le maire a porté plainte pour dégradations dès le lendemain contre cet acte qui relève selon ses mots d’une « imbécillité malsaine ». En plus de la croix, la tête casquée du soldat inconnu a été abîmée. Elle présente un éclat important. Une entreprise est venue hier pour établir le devis des réparations. Une enquête a été ouverte par les gendarmes.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/05/14/Il-chute-du-haut-du-monument-aux-morts-1464918

images CQFD. Ce Qui Fonderait Demain…. l’action du roi à venir.                                    Le gouvernement  du roi à venir  s’efforcera  de limiter  grandement les effets  néfaste  du  vote politique  présenté  comme étant à tort un vote populaire alors  qu’il n’est en réalité  qu’un moyen  qu’ont trouvé la droite et la  gauche pour  se succéder  régulièrement  au pouvoir et  ceci sur  fond de  déchirures nationales  . Le  vote peut informer le  roi mais il ne devrait pas avoir  de  conséquences décisionnaires  surtout pout la tête de l’Etat.   Ce  vote devra aussi faire la place  à des representants  des activités professionnelles. Enfin, il parait  équitable  étant  donné l’immaturité  grandissante  de  « jeunes » à qui on a perdu depuis longtemps l’habitude  d’interdire  des  choses  ou de recommander des  comportements de retarder l’âge de la majorité  légale  jusqu’à 21 ans.

                                                                                                                                       Alain TEXIER