Tag Archives: CITH

La France n’est pas une république bananière, mais elle devrait se mettre au régime ( ne pas utiliser les lois pour favoriser ses amis)

14 Fév

Les députés socialistes effacent le redressement fiscal de Mediapart
25 Février 2014, 09:52am | Publié par le front anti-Hollande

Les députés ont demandé, mercredi 29 janvier au gouvernement, d’effacer le redressement fiscal du site d’informations Mediapart à l’occasion de l’examen en commission de la proposition de loi baissant à 2,1% le taux de TVA sur la presse en ligne, selon une source parlementaire.

Non seulement les socialistes effacent une grosse partie de la dette abyssale du journal communiste l’Humanité, non seulement ils mettent en place une TVA au rabais (2,1%) pour la presse écrite et quelques sites en ligne, mais en plus ils annulent un redressement fiscal à un site appartenant au gauchiste stalinien Plenel qui, il y a quelques années, a mis à genoux le journal Le Monde.

Ce texte, déposé par le groupe socialiste et adopté à l’unanimité en commission, prévoit une entrée en vigueur rétroactive au 1er février.

Aujourd’hui, Jean-Marc Ayrault veut couper les vivres au journal de droite le Figaro jugé trop « déstabilisant » pour François Hollande. Favoritisme ?

j’imagine ce que peuvent se dire un artisan ou un directeur de PME traqués par le fisc en apprenant ce genre de favoritisme de caste.

Avec Novopress et Morandini.

http://peupledefrance.com/2014/02/les-députés-socialistes-effacent-le-redressement-fiscal-de-mediapart.html

Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.

La France n’est pas une république bananière, mais elle devrait se mettre au régime (Simplification de l’intitulé de ses normes)

12 Fév

JORF n°0037 du 12 février 2017
texte n° 25

Arrêté du 9 février 2017 modifiant l’arrêté du 10 novembre 2016 fixant les régions concernées par les dispositions d’autorisation préalable au retournement ou de reconversion de prairies permanentes suite à la dégradation de leur ratio annuel de prairies permanentes relatives au paiement pour les pratiques agricoles bénéfiques pour le climat et l’environnement dit « paiement vert » prévu par la politique agricole commune

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034026373&dateTexte=&categorieLien=id

Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.

Politique : retour du roi ou République?

20 Jan

La chronique du médiateur « Quand nos lecteurs s’engagent » (Le Monde du 12 décembre) m’a donné l’envie d’ écrire moi aussi pour faire part de ma « sensibilité » politique particulière. D’abord, je remarque depuis longtemps que, dans la presse sérieuse -dont Le Monde est un exemple et mon journal quotidien depuis des décennies- il est un sujet politique tabou. Ici je ne fais pas cas de « la presse« pipol », ni de sites internet. Je prends le mot « tabou » dans son acception première: « Système d’interdictions de caractère religieux appliquées à ce qui est considéré comme sacré ou impur »(Petit Robert, 1993) Nuance: il ne s’agit pas de religion mais de politique. Et ce tabou politique est vraiment« impur » et absolu…On n’écrit rien sur le sujet qui m’occupe ici, ni en bien ni en mal. Silence! Ce thème n’existe pas!

Or, je vis ce non-dit comme un silence étouffant….Je ne crois pas être le seul. Depuis des mois, les candidats se pressent, se bousculent, s’invectivent réciproquement, nous promettent chacun monts et merveilles à la grande vente aux enchères publiques qu’est l’élection présidentielle. Celui qui sera le plus offrant -en voix!- emportera la place. Cette vente a lieu tous les cinq ans, après divers avatars historiques nombreux et bien souvent tragiques en coûts humains, depuis le 10 août 1792, l’assassinat du Roi le 21 janvier 1793 et tant d’autres tueries génocidaires non reconnues par le pouvoir…

Je n’écris pas que ces candidats sont indignes, ils sont tous probablement très honorables, c’est le système dans lequel ils évoluent et proposent leurs programmes politiques que j’accuse. Face à cette dramaturgie grotesque et indigne, qui peut nous faire rire parfois, mais qui humilie profondément les citoyens que nous sommes, il me semble que devrait s’établir un débat en France, dans la presse écrite, télévisée, radiodiffusée et sur les réseaux sociaux. Le thème pourrait se lire: « Reconnaître ou non la légitimité historique de la dynastie capétienne à la tête de l’Etat ». Ce grand, vrai et profond débat pourrait être suivi d’un référendum: « Sixième ( ?) République ou retour du Roi »

Evidemment, je propose ce grand changement constitutionnel dans un cadre démocratique et à la suite du débat démocratique national que je souhaite ici. La très haute fonction de Roi de France –ou de Reine, Chef d’Etat- que j’appelle de mes voeux ne pourrait recevoir la définition du Dictionnaire Furetière de 1690 (SNL Le Robert, 1978) : « Monarque qui gouverne seul et souverainement à une région de la terre » Nous ne pouvons ni ne voulons revenir à l’Ancien Régime. Le Roi de France à venir, héritier de la dynastie capétienne historique, serait le Chef de l’Etat, le premier Serviteur de la Nation constituée par le peuple français, le Souverain symbolique, incarnation personnelle de la souveraineté populaire, le premier des Français dans l’ordre protocolaire. Il serait son premier Représentant à l’intérieur de nos frontières et à l’extérieur.

A sa tâche symbolique devrait probablement s’ajouter un droit d’arbitrage qui s’exercerait dans les conditions à prévoir par la Constitution. Il ne serait pas l’otage du parti vainqueur puisque, héritier de la légitimité historique, donc non élu mais reconnu par la légitimité démocratique… Eduqué pour régner, pour être à l’écoute de ses compatriotes, il irait là où le peuple travaille pour magnifier le résultat de son travail, là où le peuple souffre pour manifester sa compassion et souffrir avec lui, là où le peuple se réjouit pour partager sa joie, lors de ses voyages officiels, accompagné de préférence par un membre du gouvernement. Il manifesterait discrètement sa proximité avec les couches sociales les plus défavorisées, aux périphéries : les jeunes chômeurs par exemple… Il ne serait évidemment pas le chef du pouvoir exécutif puisque ce serait le Premier Ministre, nommé formellement par lui, mais élu démocratiquement par le Parlement, qui exercerait ce pouvoir. Je vois plusieurs avantages à cette renaissance de la royauté capétienne : notre peuple envisagera plus sereinement son avenir, car il retissera le lien avec le passé lointain, retrouvant ainsi son identité après avoir rejeté la funeste maxime révolutionnaire : « du passé faisons table rase ». Les hommes politiques légitimement ambitieux et croyant en leur programme ne chercheront plus à s’emparer de la première place pour la simple raison qu’elle sera toujours prise. « Les rois ne meurent pas en France, Madame. Le Roi vivant, le voici ! » Ils  consacreront leurs forces à faire face aux problèmes et aux projets vitaux du pays, à convaincre les électeurs de la justesse de leurs idées. L’Etat fera l’économie des frais occasionnés par les campagnes électorales présidentielles à répétition tous les cinq ans. Les chiffres de comparaison avec les monarchies européennes démontrent que la République française coûte bien plus cher aux citoyens que ces monarchies. De tout temps et dans tous les régimes politiques, il y a des corrupteurs et des corrompus ; le Roi, lui, ne peut être tenté d’être l’un ni l’autre. Il occupe la première place, il est la source formelle des ordres et honneurs de l’Etat bien que les bénéficiaires doivent être choisis par le pouvoir exécutif, comme il est normal en démocratie. Son devoir est de servir son peuple avec une dignité simple et honnêteté : son service national ne prendra fin qu’avec sa mort.

Symbolique, sa mission éminente va bien au-delà de « l’inauguration des chrysanthèmes » ! Un symbole unit, rapproche les uns des autres. Et le Roi ne peut être que le plus haut symbole de la nation. Présent dans la durée, et non pas pour un court laps de temps, il contribue à son niveau élevé à faire de l’ensemble des citoyens une grande famille, fière d’elle-même, comme on le voit ailleurs en Europe, à donner une cohérence à la présence de la France dans un monde changeant et dangereux.

Et la laïcité de l’Etat ? Elle sera sans doute à redéfinir mais à conserver précieusement dans la société multiculturelle qu’est la nôtre. La dynastie capétienne est de tradition catholique ; à elle de reconnaître symboliquement mais officiellement la légitimité des autres spiritualités dans le respect des lois. Elle contribuera ainsi à ce que cette laïcité ne dégénère pas en laïcisme agressif qui considère les religions comme une sous-culture, vestige d’un passé révolu. Et l’hymne national ? La Marseillaise, avec remplacement des paroles guerrières : que de nouvelles paroles s’inspirent de celles, fraternelles, de l’hymne européen. Respect de la langue française : le français du Roi ! que des encouragements officiels soient faits pour remplacer les mots « franglish » en suivant les conseils de l’Académie française.

Avec le Roi, la France aura confiance en elle-même, elle retrouvera un nouveau dynamisme économique, culturel, diplomatique, et la langue française un rang respecté. En guise de conclusion, je rappellerai un humoriste de grand talent et de grande culture du milieu du vingtième siècle : Pierre-Jean Vaillard * (sauf erreur): « Les Français passent leurs dimanches à se proclamer républicains et le reste de la semaine à adorer la Reine d’Angleterre » et « les Français numérotent leurs Républiques comme d’autres numérotent leurs Rois ».Faisons donc comme les nautres : numérotons à nouveau nos Rois. Votre article s’intitulait : « Quand nos lecteurs s’engagent ». Voilà : je me suis engagé dans cette profession de foi politique.

Hugues Noel, Colayrac-Saint-Cirq  (Lot-et- Garonne

http://mediateur.blog.lemonde.fr/2016/12/16/politique-retour-du-roi-ou-republique/

                                                                                         CQFD. Ce Que le Roi Fera Demain.

 Il vous suffit pour le savoir de relire avec attention cet article  et les innombrables suggestions  qu’il contient.

images-1-1

Les noms des nouvelles « régions » françaises métropolitaines . Etat d’un désastre.

14 Jan

Beaucoup de  choses pourraient être reprochées aux nouvelles régions en  particulier  l’ éloignement  considérable de certains des nouveaux centres de  décision  .   Conséquence immédiate de ce big-bang territorial …. certaines zones se retrouvent distancées de leur préfecture.

Il y a ainsi 290 kilomètres (et 3h20 de route)  entre Guérêt  (Creuse)  et le chef lieu  de la Nouvelle-Aquitaine Bordeaux, ou encore  Nîmes  (Gard) et la capitale de l’Occitanie : Toulouse.

Mais c’est la région Grand-Est, et sa préfecture Strasbourg, qui bat tous les records : 360 kilomètres (3h40 de route) séparent la capitale européenne de Charleville-Mézières (Ardennes) et il faut même compter 385 kilomètres (4 heures de route) pour rallier la métropole alsacienne depuis Nogent -sur-Seine  (Aube) . http://tempsreel.nouvelobs.com/nouvelles-regions/20160629.OBS3620/avant-apres-decouvrez-les-13-noms-des-nouvelles-regions-de-france.html

Autre inconvénient majeur, l’éclatement des centres de décisions qui va  rendre oh combien plus  couteux , et l’on nous parlait d’économies, le  fonctionnnement  journalier de la région  Bourgogne-Franche-Comté par exemple. Jugez-en. Le siège de la collectivité  territoriale   régionale se trouve à Besançon tandis que l’assemblée et les commissions se réunissent à Dijon. C’est également à Dijon que se trouve la préfecture  de région mais les grands  services régionaux  de l’État sont répartis entre Besançon et Dijon. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bourgogne-Franche-Comté

Dans le cadre de cette analyse , nous insisterons  plus spécialement, nous l’avons dit,  sur le nom que des édiles   souvent  complètement  coupé du réel et nous leurs attribuerons une note.

Les régions Bretagne, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’azur et Pays-de-la-Loire conservent leur périmètre, leur nom et leur préfecture. La région Centre-Val de Loire ne voit que son nom modifié.

Les 16 autres anciennes régions ont en revanche fusionné en 7 nouvelles : Normandie, Hauts-de-France, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Bourgogne-Franche-ComtéAuvergne-Rhône-Alpes.

15253544_10154139107622602_5092373715233474450_n

Mettons d’ores et  déjà à part  la région Centre-Val de Loire ( Chef-lieu : Orléans)  qui a  fort heureusement  complêté  son nom par l’adjonction  » Val de Loire », ce  qui n’est pas anormal à raison du rôle structurant  que joue  ce fleuve dans ce territoire. Notons cependant , qu’il existait  déjà une région nommé  « Pays  de Loire » ( Chef-lieu : Nantes) mais abondance de  biens ne nuit pas.

10/10 Région Normandie, intitulé  qui met  fin à une  scission entre haute et basse Normandie dont les raisons  étaient plus politiques qu’historiques https://fr.wikipedia.org/wiki/Réunification_de_la_Normandie 

9/10 Région Nouvelle-Aquitaine, intitulé  résultant  d’un rare  consensus nourri de solides fondements  historiques.

3/3 . Région Bourgogne -Franche-Comté,  intitulé fruit de la  » réflexion » de technocrates qui , désireux de ne méconnaître aucun de leurs électeurs issus de  huit départements Côte-d’Or , Doubs, Jura , Nièvre , Haute-Saône , Saône-et-Loire, Yonne , Territoire de Belfort ont  prudemment  fait  le  choix de marier la carpe et le lapin. Un tel renoncement  ouvrirait la porte, dit-on  à l’élégant acronyme  « BFC » pour désigner  ce nouveau territoire.

2/10 Région Grand-Est, intitulé  d’une originalité  confondante ce qui nous dispensera  d’en dire beaucoup plus. Il est  vrai que la tâche était  quasiment impossible  tant  cette  nouvelle  structure née  de la  fusion , le 1 er janvier 2016,  des régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine compte  de  spécificités   que lui ont légués les dix  départements  qu’elle abrite  ( Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges).

2/10 Région Auvergne-Rhônes-Alpes, intitulé  sur lequel , là aussi , il n’y a rien de  bien original à écrire sauf à rappeler  qu’elle  était  formée de  huit départements (l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie) et de la métropole de Lyon.

1/10 Région  Occitanie. Ce monstre  souffre  d’au moins deux défauts . Il ne fait  aucune place à sa  composante languedocienne- et pourtant  que  de souvenirs attaché à la langue d’Oc et il met indument le grappin sur l’intitulé Occitanie   alors que l’Occitanie historique  couvre une région infiniment plus vaste . La carte  ci-dessous  vous permettra d’en juger.

560px-occitania_blanck_map

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Occitanie_(région_culturelle)

0/ 10  Région Hauts-de-France, ce  qui est le  comble du ridicule pour le « plat  pays » sauf à considérer  que les apprentis  géographes étaient obnubilés par les cartes du géographe Vidal-Lablache  solidement  fixées sur le tableau des écoles primaires de la III éme République.

regions

                              Présent. 23 décembre 2016 p. 3

 

      Le lecteur  curieux trouvera  sans  doute intérêt  à  lire  pour  se rincer l’esprit la liste des trente-trois (33)  Intendances composant le royaume  de France  telle  que la donne  l’art 42 du TEXTE DE LA CHARTE CONSTITUTIONELLE DU ROYAUME DE FRANCE ET DE NAVARRE  proposé par la Charte de Fontevrault                                                                                                                                                       https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/8-rfn-1-pour-une-constitution-du-royaume-de-france-et-de-navarre-elements-dune-charte-concedee-par-le-roi-a-ses-peuples/

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Docteur en Droit, Garde des Sceaux, Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles

Fin du quinquennat de François Hollande.

1 Déc

unknown31114

Ainsi que nous l’avions prévu dès les premiers mois de son quinquennat, François Hollande vient de mettre un terme à l’exercice de son pouvoir en renonçant à briguer un second mandat présidentiel, ce qui revient, de fait, à une démission.

Pouvait-il en être autrement ?

La présidence de François Hollande a été la plus catastrophique de notre histoire républicaine. En bientôt cinq ans, François Hollande a systématiquement détruit tout ce qui faisait la force, la vitalité et l’espérance de notre pays. Mais il ne l’a pas fait seul. Il l’a fait avec la complicité et la collaboration directe de tous ses ministres, des parlementaires mais aussi de la plupart des médias, des milieux culturels et d’un grand patronat affairiste, cosmopolite et mondialiste. 

Tous ont participé à l’organisation et au développement du « Grand Remplacement » de la population de notre pays par des hordes barbares venues des lieux les plus reculés de la planète et qui sont avides de s’approprier les fruits des deux mille ans de notre histoire.

Tous sont donc responsables de la situation présente et, en particulier, des crimes commis sur notre territoire par les terroristes islamistes au cours de ces derniers mois. Tous ont aujourd’hui le sang de nos compatriotes sur les mains.

Tous seront, tôt ou tard, appelés à comparaître devant le tribunal de l’Histoire ainsi que le Conseil dans l’Espérance du Roi l’avait annoncé lors de la création de la Chambre d’instruction pour le tribunal de l’Histoire (CITH) le 10 février 2013 (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/02/10/consilium-consulte-n-2013002-portant-creation-de-la-chambre-dinstruction-pour-le-tribunal-de-lhistoire-cith/).

Pour nous, la messe est dite. Aucun candidat à cette lamentable succession n’est en mesure de redresser la France. Seul le Roi saura y parvenir.

Prions pour que ce moment tant attendu advienne au plus vite. Il y va de la survie de la France .

Le 1er décembre 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La preuve par 9… Les  » A côtés » du Grand Remplacement

24 Nov

…que le  » Grand Remplacement « , auquel se sont attelées nos élites depuis des décennies, ne nous apporte que des désagrément qui se trouvent, comme le diable, dans les détails.

Il en est ainsi d’une maladie exotique devenue banale chez nous, la drépanocytose*. Cette maladie hématologique est particulièrement fréquente dans les populations d’origine africaine subsaharienne, des Antilles, d’Inde, du Moyen-Orient et du Maghreb. On estime que 50 millions d’individus en sont atteints dans le monde. C’est probablement la première maladie génétique dans le monde. Mais elle est aussi devenue la première en France, de par les flux migratoires, principalement maghrébins et africains.

À Paris, l’hôpital européen Georges Pompidou possède un centre d’accueil de ces malades, devenu centre de référence national pour la drépanocytose. Ce service assure désormais 250 hospitalisations par an, contre 6 il y a dix ans. Etudes cliniques, éducation thérapeutique, travail sur le parcours de soins, etc. y sont pratiqués.

Actuellement, cette maladie concerne environ 26 000 patients en France, avec chaque année 450 naissances de nouveaux malades. En Ile-de-France, cela représente environ 12 000 hospitalisations par an, autant que les infarctus du myocarde.

Les responsables politiques n’ont manifestement pas encore mesuré la dimension de cette tragédie sanitaire importée.

Le 24 novembre 2016.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la santé publique.

* Lire ce que nous écrivions déjà à ce sujet en décembre 2012 sous le titre « Drépanocytose ? Vous avez dit drépanocytose ? » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/12/15/bulletin-climatique-du-week-end-1516-decembre-2012-de-la-republique-francaise-2/).

 

En 2014, l’Assemblée nationale a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés

11 Nov

 

images-1

                            Un beau ruban sur un cadeau …ce n’est pas plus mal.

Enquête · 3 sep. 2014 à 13:26 ·

NDLRB . Cette enquête est un peu ancienne  mais  ce serait  dommage  de ne pas lui donner l’écho qu’elle mérite.

Famille de député à l’Assemblée
On a failli passer à côté de l’info : cet été 2014, Mediapart a épluché la liste, désormais publique, des collaborateurs de députés. « En 2014, au moins 20 % des députés ont rémunéré un membre de leur famille proche », explique le site d’info. 115 députés (sur 577) ont salarié un membre de leur famille, en CDD ou CDI, sur un temps plein ou partiel. Huit élus sont même allés jusqu’à rémunérer deux de leurs proches« .

Exemple ? Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a sa femme comme collaboratrice. Même chose pour Jean-François Copé. Des embauches tout à fait légales, mais encadrées par la loi. « La seule règle supposée prévenir les abus touche au salaire : pour un proche, il est plafonné à 4 750 euros brut par mois. Sinon, un député peut choisir librement son équipe et “distribuer” jusqu’à 9 504 euros mensuels de façon discrétionnaire entre ses divers collaborateurs« , précise Mediapart.

Certes, rien ne permet de dire qu’il s’agit d’emplois fictifs et Mediapart précise que « les députés ont raison de rappeler que des dizaines de conjoint(e)s ou d’enfants effectuent des tâches bien réelles, à Paris comme dans les permanences de circonscription ». Seulement, pour empêcher tout risque de dérives, l’Assemblée pourrait adopter la réglementation du parlement européen : à Strasbourg, un eurodéputé ne peut embaucher un proche afin d’éviter tout poste de complaisance.

NDLRB.  On peut  qualifier ce  népotisme de  » dérives  » mais il n’en reste pas moins  que c’est là  un parfait  exemple des  » valeurs républicaines  »  dont nos élus se – et nous- gargarisent.

*** Source
– Mathilde Mathieu, « L’Assemblée a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés en 2014 », Mediapart, 27.07.2014

http://www.politique.net/2014090302-epouses-fils-filles-de-deputes.htm