Tag Archives: Commune de Fontgombaut

La mairie de Fontgombault (36) se refuse à célébrer des mariages homosexuels.

8 Nov

mairie

 Mairie de Fontgombault (3622O)

La délibération contre le mariage pour tous continue d’agiter la petite commune de l’Indre. Les regards sont tournés vers l’abbaye bénédictine du village. La contestation s’amplifie

A Fontgombault, on ne parle plus que de cela. Pour ou contre, les habitants de ce petit village de l’Indre de 300 habitants ne cessaient, hier, de commenter la délibération votée le 24 octobre par leur conseil municipal, révélée hier par la Nouvelle République. Ce soir-là, le maire, Jacques Tissier, connu pour ses prises de position radicales, et six élus ont exprimé, à bulletins secrets, leur refus de célébrer des mariages de personnes de même sexe . Ils considèrent qu’il existe « une loi naturelle, supérieure aux lois humaines » et que deux personnes homosexuelles sont incapables « d’éduquer, à titre de parents ». Ils évoquent aussi des raisons « de conscience et de religion ». S’ils sont contraints, menacent-ils, ils démissionneront.

Le texte, proposé par le maire lui-même, n’a pas suscité de débat lors de cette réunion. Si Jacques Tissier refuse de s’exprimer, dans le village, les langues se délient. Et les regards se tournent vers l’abbaye bénédictine Notre-Dame où vivent près de soixante-dix moines, soit plus d’un tiers des votants aux dernières municipales, à Fontgombault. Deux d’entre eux siègent au conseil. « Aujourd’hui, le conseil municipal est monopolisé par l’abbaye », estime un habitant du village.

L’agitation, à l’extérieur, tranche avec le calme qui règne au sein de l’abbaye. Les moines s’étonnent de la polémique. « Cette délibération, je la soutiens tout à fait, commente le Père abbé Pateau, supérieur du monastère. Je conteste que quelqu’un soit tenu de poser un acte contre sa conscience. » Le père Bernard Trémolet de Villers, conseiller municipal de Fontgombault, abonde : « Il y a eu une décision du Conseil constitutionnel qui nous a obligés à prendre position. » « L’Église a quelque chose à apporter à la vie de la cité », pense le Père abbé Pateau, qui assure que les moines, certes influencés par « leurs convictions », « n’ont pas voté en tant que chrétiens mais en tant qu’habitants de Fontgombault. »

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2013/11/08/Fontgombault-l-empreinte-des-moines-1679532