Tag Archives: Commune de Paris (75000)

Najat Vallaud-Belkacem vers une Éducation, pas très nationale…

8 Juin
 L’Éducation, pas très nationale…
 6/6/2016

Suis je la seule à être effrayée par les dernières annonces de Madame la Ministre de l’Education Nationale, Madame la Maire de Paris, les largesses de Mr. Juppé et les autorisations de nos politiques de distribuer le coran ?

Mme Belkacem nous confirme que l’arabe sera bien enseigné à partir de la rentrée prochaine, dès la classe de CP, comme langue vivante un…comprenez première langue vivante.

« L’arabe sera enseigné dès lors que l’éducation nationale aura les moyens humains pour le faire, «soit nous aurons des professeurs d’école capable de le faire, soit nous n’en aurons pas, et nous ferons appel à des intervenants étrangers » nous dit elle…

Notre prochain livre d’histoire ressemblera sans aucun doute à celui du livre d’école enseignant l’islam aux enfants du primaire au Liban. Mme Belkacem argue du fait que l’arabe est la langue officielle de 26 états en Afrique, et dans la péninsule arabique, soit 430 millions d’habitants, elle considère donc qu’il ne s’agit pas d’une langue rare.

Oui, Mme Belkacem, dans 26 pays d’Afrique…..pas en Europe, et encore moins en France.

Oui, Mme Belkacem l’arabe est une langue étrangère sur notre territoire, mais elle n’est pas une langue neutre comme l’allemand, l’espagnol ou l’anglais.

La langue arabe, c’est le vecteur de diffusion de l’islam, en fait c’est bien plus qu’une langue communautaire, c’est la langue de la Oumma, ( oumma ou ummat, meme étymologie que mère, est la communauté des musulmans indépendamment de leur nationalité, de leurs liens sanguins et des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Le terme est synonyme de ummat islamiyya, « la Nation Islamique» ).

Car c’est bien de nation islamique qu’il s’agit aujourd’hui, c’est bien de la mise en place d’un califat nous privant de tous nos droits, détruisant notre démocratie, notre religion, nos valeurs, et c’est avec votre aide efficace, que ce gouvernement met en place l’enseignement obligatoire de l’arabe dans nos écoles.

Et Mme Hidalgo suit vos préceptes en annonçant l’ouverture d’ un camp de refugiés à Paris pour mettre à l’abri les 900 migrants arrivés depuis trois semaines dans le 18e arrondissement, Mme Hidalgo qui décide de cet hébergement modulaire avec « tout le confort » sic, pour accueillir tous les jours 100 migrants supplémentaires à Paris, pour les accompagner dans leurs démarches, démarches qui leur donneront tous les droits pour nous mettre dehors, nous français de souche.

Et Mr Juppé n’est pas en reste, avec l’annonce du prêt d’une salle de prière dans la Mairie de sa bonne ville de Bordeaux, alors qu’il interdit les crèches le 25 décembre arguant de la séparation de l’église et de l’état.

Et le parti socialiste autorisant les barbus en plein Paris à distribuer le coran comme s’il s’agissait de la chose la plus démocratique au monde.

Oui le califat est à nos portes, insidieusement, sournoisement, et aucun parti politique n’a le courage d’y mettre fin, jusqu’à Mme Le Pen et Mr Briois qui annoncent la construction de mosquées dans leur bonne ville d’Henin Beaumont.

Réveillez vous peuple de France, engagez vous dans la lutte contre l’islam. Rejoignez nous massivement et combattons pour notre LIBERTE.

Véronique

http://www.volontaires-france.fr/#!L’Éducation-pas-très-nationale…/c1q8z/5755eacb0cf2cc77abfa37f4

3 janvier. Fête de sainte Geneviève. Oh Geneviève, Sainte patronne de Paris, protégez la capitale, nous vous en prions, du retour des barbares.

3 Jan

« VALEURS REPUBLICAINES ».

Le 8 novembre 1793, la châsse de sainte Geneviève  fut transportée à la Monnaie, et le Conseil Général de Paris, décida de brûler la nuit même, en place de Grève, le reliquaire ainsi que les reliques de la sainte qui s’y trouvaient. La nouvelle châsse contient quelques reliques (un avant-bras et quelques phalanges) qui avaient été envoyées dans d’autres sanctuaires avant la Révolution et qui ont ainsi pu être préservées des destructions.

Aprés les attentats qui ont désolé Paris le 13 novembre 2015, Louis XX s’exprime

28 Nov

Louis XX, « héritier des rois, héritier d’une tradition » ainsi qu’il le rappelle dans son discours ci-dessous

Chers Amis,

Alors qu’il y a quelques mois, nous apprenions qu’allait se tenir à Versailles la passionnante exposition Louis XIV et que nous organisions une soirée en hommage au grand roi, autour de la conférence qui nous a tant intéressés, personne n’imaginait que la France serait frappée par un acte d’une barbarie infinie. La France frappée, et en particulier Paris, sa capitale. Paris, que le Comte de Chambord en 1870 alors que les ennemis étaient en son cœur qualifiait, de « la ville de Clovis, de Clotilde et de Geneviève, (…) la ville de Charlemagne et de Saint Louis, de Philippe Auguste et d’Henri IV, (…) la ville des sciences, des arts et de la civilisation ». L’ennemi, une nouvelle fois, est là !

Frappée au plus profond d’elle-même car, répétant un geste que les révolutionnaires connaissent bien, les assassins ont pris les jeunes pour cibles. Faire mourir des enfants, c’est aussi pour une part, tuer les parents. Alors, ne supportons plus le déni, donnons leurs sens aux événements et aux mots, parlons en vérité : ceux qui ont commis ces massacres sauvages sont des assassins et des barbares sans foi ni loi.

Ma compassion et mes prières vont à toutes les victimes et à leurs familles meurtries et j’adresse mes encouragements et félicitations aux forces de l’ordre et aux autorités judiciaires dont l’action dangereuse s’est révélée efficace ainsi qu’aux médecins et infirmières qui ont secouru et soigné, confrontés à des blessures de guerre bien inhabituelles pour eux. Mais comme héritier des rois, comme héritier d’une tradition, ayant élevé au rang des principes intangibles de la politique, l’état de droit garanti par les lois fondamentales, je ne peux, comme vous tous, que ressentir au plus profond de moi la tragédie que représentent de tels actes perpétrés sur notre sol, perpétrés contre la France et les Français.

Evoquer cette tragédie en cette journée, où nous tenions à honorer le roi Louis XIV à l’occasion du tricentenaire de sa mort, apparait alors comme un vrai symbole, tant elle en est l’antithèse. En effet, qu’a voulu le roi, si ce n’est tendre vers le meilleur régime ? Le moins mauvais, en tout cas, sachant ce que sont les individus. Gouvernement d’équilibre entre Dieu et les hommes. Entre les égoïsmes de chacun et le bien commun pour tous. Entre tradition et progrès.

S’il fut un grand souverain, celui dont le professeur Jean Christian Petitfils nous a si bien parlé ce soir, c’est qu’il a découvert tôt dans sa vie, lorsqu’il a décidé de gouverner personnellement, ces principes qu’il s’est appliqué ensuite à mettre en œuvre. Pouvoir d’équilibre et de maîtrise du monde naturel comme des hommes ; du monde spirituel comme des institutions. Pouvoir pour ordonner la société comme un jardin à la française, c’est-à-dire lui donner du sens, mais aussi pour permettre aux Lettres et aux Arts d’acquérir leur plein épanouissement. Sa mort fut à l’image de sa vie comme Madame Saule l’a si bien évoqué dans la remarquable exposition qu’elle a montée à Versailles et qu’elle m’a fait visiter cet après-midi. Sa mort résume sa vie et la magnifie. L’astre a alors rejoint les cieux ! Mais celui que les hommes avaient peut-être jugé un peu vite, trop occupé de sa propre grandeur, ne la poursuivait pas pour lui-même mais pour la France dont il a fait un exemple donné au monde et un modèle de civilisation.

Or, n’est-ce pas le message que l’on attend actuellement ? Notre société a besoin de sens et de modèles auxquels se référer. Ne faut-il pas, une nouvelle fois, rappeler la phrase si prophétique de saint JeanPaul II, « France qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » La France tient-elle toujours sa place ? Au fond d’elle-même peut-elle toujours dire qu’elle est un modèle à donner aux autres nations quand elle renie la vie, quand elle ne sait plus éduquer ses enfants, quand elle abandonne ses vieillards, quand elle baisse la garde alors que depuis près de 15 ans la menace était visible, quand elle oublie l’essentiel de son histoire et méprise la réalité au profit de l’idéologie ?

Pour pouvoir être un modèle auquel le monde peut et veut adhérer, encore faut-il être exemplaire. La France vient de montrer qu’elle était capable de l’être dans le malheur et lorsqu’elle est attaquée, en retrouvant une certaine union ainsi que réalisme et lucidité. Elle doit continuer à le montrer à l’avenir. Reprendre sa place de veilleur et de sentinelle dont la vocation est de protéger et de promouvoir ses idéaux puisés aux sources chrétiennes et ses valeurs nées de l’héritage gréco-romain et polies par quinze siècles d’histoire. « Ne l’oubliez pas, c’est du retour à ses traditions de Foi et d’honneur, que la grande nation, un moment affaiblie, recouvrera sa puissance et sa gloire », écrivait le Comte de Chambord toujours si pertinent dans ses jugements.

C’est cette France que le monde attend et espère surtout quand les barbares sont à ses portes, prêts à répandre la mort, le désespoir, la ruine et la désolation. Chacun à leur manière, Madame Saule et Monsieur Petitfils, à qui je tiens à redire tous mes remerciements, l’ont grandement montré. La première par l’exposition qu’elle offre à Versailles et qui j’en suis persuadé recevra de très nombreux visiteurs ; le second par ses talents d’historien et tous ses travaux dont la conférence de ce soir nous a donné un aperçu trop bref mais si convaincant.

La dynastie capétienne depuis les premiers temps, a toujours accompagné la France dans ses moments de gloires comme dans ceux d’épreuves : à Bouvines et à Rocroi, comme à Crécy et Malplaquet. Chaque fois, elle a apporté son message d’espoir. Incarnée dans une famille, elle sait, plus que tout autre, qu’il y a toujours une génération pour prendre la relève. Louis XIV laissant la France aux mains d’un enfant de 5 ans le savait. Son héritier incarnait la jeunesse du monde. La jeunesse de la France sans cesse renouvelée, celle qui porte notre avenir. Par l’intercession de Saint Louis, protégeons notre pays et transmettons notre héritage à nos enfants. Merci de m’avoir écouté.

Louis de Bourbon, duc d’Anjou

http://leblogdumesnil.unblog.fr/2015/11/24/2015-99-ne-loubliez-pas-cest-du-retour-a-ses-traditions-de-foi-et-dhonneur-que-la-grande-nation-un-moment-affaiblie-recouvrera-sa-puissance-et-sa-gloire/

Et ça ne fait que commencer ! Des méthodes autoritaires pour faire place aux »réfugiés ».

8 Sep

Voici une information, communiquée par Antonia (Conseiller du CER à l’Information, aux moyens de Communication et à leur usage dans la Société) et parue dans le Bulletin municipal de la mairie du XVe arrondissement de Paris (INFO QUINZE N° 25 -septembre, octobre, novembre 2015- distribué régulièrement dans les boites aux lettres de l’arrondissement)* :

DEUX CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE POUR MIGRANTS IMPOSES PAR LA MAIRIE DE PARIS

La Mairie centrale a décidé en avril dernier, dans l’improvisation et sans aucune concertation avec la Mairie du 15e d’ouvrir un centre d’hébergement d’urgence rue du Bessin dans un immeuble destiné initialement à accueillir une crèche. Au total, plus d’une centaine de personnes en grande précarité et, pour la plupart, en situation irrégulière sont désormais installées sur les cinq étages.

Quelques semaines plus tard, au coeur de l’arrondissement, dans le square du Clos-Feuquières, un bâtiment destiné à accueillir des agents municipaux a été réquisitionné par l’Etat et la Mairie centrale pour, là encore, accueillir des familles de sans-papiers.

Outre le procédé autoritaire et scandaleux, ces deux opération sont en totale opposition avec la loi « Solidarité et Renouvellement Urbain » (SRU) censée favoriser une offre de logement adaptée à la demande locale et non l’implantation de structures inadéquates dans des quartiers déjà fragilisés.

Ajoutons à cette heureuse nouvelle une autre information transmise également par Antonia, au sujet d’un centre dans le Ve arrondissement de Paris, abritant des personnes dans la précarité. Ces personnes ont été délogées de ce centre au printemps dernier par des sbires à la solde d’Anne Hidalgo, maire de Paris. Demandant la raison de cette explusion, on leur a répondu « on doit loger 500 Syriens« . Un SDF a même vu ses livres passés par la fenêtre lors de ce vidage !

*Le maire du XVe est Monsieur Philippe GOUJON maire et député de Paris.

 

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (6 août 2015)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

6 Août

final-2

Quelles missions pour l’armée face à l’islamisme ?

«Pour la première fois depuis que je suis sorti de Saint-Cyr, il y aura désormais plus de militaires en opération sur le territoire national que sur les théâtres extérieurs. C’est une évolution considérable de notre métier« , témoignait il y a peu un jeune colonel qui vient de prendre le commandement d’un régiment d’infanterie. Ce constat en dit long à la fois sur la détérioration de notre tissu social par le « Grand Remplacement« , voulu et imposé par l’oligarchie au pouvoir, mais aussi sur l’absence d’une doctrine militaire réfléchie et solide d’emploi de nos forces armées.

Décidé par l’Elysée, dans l’urgence au lendemain des attentats de janvier, ce «changement stratégique» se traduit par l’implication permanente de l’armée dans les missions de sécurité intérieure contre le terrorisme. Les grands chefs militaires le reconnaissent à mi-voix : tout cela se fait dans une grande improvisation doctrinale et sans beaucoup de débats publics. Comme le dit un vieil adage militaire : «Allez-y et… faites au mieux !». On verra bien après.

1389842_3_906e_des-soldats-francais-a-showal-en

L’actualisation de la loi de programmation militaire prévoit bien un «renforcement de la posture de protection terrestre» pour faire face à la «la hausse de la menace terroriste et à sa continuité». L’armée de terre doit être capable de déployer «dans la durée» (en clair : tout le temps) 7000 hommes, avec la possibilité de «monter en quelques jours jusqu’à 10.000 hommes pour une durée d’un mois». Les effectifs ont ainsi été revus à la hausse, avec le maintien de 18 750 postes qui devaient initialement être supprimés.

Cette nouvelle «posture permanente de sûreté» terrestre doit, selon le ministère de la Défense, «permettre de contribuer, au profit de l’autorité civile et en renfort des forces de sécurité intérieure et de sécurité civile, à la protection des points d’importance vitale, à celles des flux essentiels pour la vie du pays, au contrôle de l’accès au territoire et à la sauvegarde des populations». Voilà pour la théorie.

Mais en pratique ?

militaires-deployes-a-paris-dans-le-cadre-du-plan-vigipirate-11337776fvrcp

Actuellement, l’essentiel des missions de l’opération Sentinelle consiste à la surveillance de sites religieux…juifs et musulmans, alors que le plan Cuirasse a renforcé la protection des installations de défense. Mais, sur le fond, il manque un concept, des moyens, des capacités, une organisation, une chaîne de commandement. Et ce sont donc les mêmes fantassins qui sont à Bangui ou à Paris, à Gao ou à Bordeaux. Ce choix pose toutefois un sérieux problème : comment maintenir l’entraînement de haut niveau d’une armée que l’on envoie désormais faire la guerre en Afrique, au Proche-Orient ou même ailleurs ? «Sans augmentation des effectifs, on aurait assisté à une perte de savoir-faire en deux ans. L’armée d’aujourd’hui vit sur ses acquis et n’a pas le temps de les renouveler»avoue-t-on au ministère de la Défense. «Dès lors que la menace est élevée, l’intervention des armées sur le territoire national se justifie» assure-t-on dans l’entourage du ministre, Jean-Yves Le Drian.

Général d’armée J-P Bosser

bosserouv«Je ne veux pas rester en dehors du match», répond, pour sa part, le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre. La lutte contre le terrorisme lui offre l’occasion de maintenir ses effectifs et de sauver ses garnisons et son budget. Il souligne aussi que les attentats ont bouleversé le tempo des réformes, et, en matière de doctrine d’emploi des forces dans la sécurité intérieure, il admet «se retrouver à courir derrière» les événements. Et vient alors cette réflexion pleine de bon sens du général Bosser : «Nous devons capitaliser nos expériences et les mettre en perspective en se posant des questions comme : qui fait quoi ? Face à quel ennemi ? Si l’on doit jouer un rôle dans la sécurité intérieure, jusqu’où veut-on aller ? Qu’est ce qui n’est pas notre métier ?»

Les mêmes questions se posent à l’état-major des armées, où l’on ne souhaite pas voir les militaire devenir des « variables d’ajustement des effectifs » de la police et de la gendarmerie: « Quelle est la menace d’un point de vue militaire ? Quels sont nos modes d’action ? Quels sont nos objectifs, l’effet final recherché ? Qu’est ce que l’armée peut apporter de spécifique face à la menace terroriste ?  » Pour l’instant, beaucoup de questions mais pas de réponses claires d’un pouvoir sourd-muet et qui n’en peut mais.

French soldiers from third RIMA (Marine Infantry Regiment) take part in a drill, on February 14, 2013 in Meucon, western France.      AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

Créé en 1991, le plan Vigipirate est permanent depuis 1996. L’armée a été engagée dans des missions outre-mer, en Nouvelle-Calédonie dans les années 80, et en Guyane, avec la mission Harpie, toujours en cours, de lutte contre l’orpaillage clandestin. Elle est régulièrement sollicitée lors des catastrophes naturelles, comme elle serait en cas de crue centennale de la Seine ou d’accidents nucléaires ou chimiques. Mais qui ose parler aujourd’hui d’une « cinquième colonne » et du nettoyage nécessaire des casbah ? Sans même se pencher sur le terrible problème de l’état de nos institutions….

Il est urgent de penser.

 

Il n’y a pas que les églises que l’on détruit

Un jeune de La Bassée regarde le 13 mai 2003 les engins de travaux publics en train de démolir l'église de la commune, atteinte de la maladie du béton. Seul le clocher sera épargné et replacé au sommet de la nouvelle église qui sortira de terre en 2004.

La décroissance démographique et le déclin économique ronge aussi les villes de France.

Plus d’un tiers des aires urbaines sont touchées, selon Nicolas Cauchi-Duval, maître de conférences à l’Institut démographique de l’université de Strasbourg. Ce spécialiste a calculé que 298 des 771 aires urbaines de France, principalement des villes de petite ou moyenne importance, ont perdu des habitants entre 2006 et 2011, notamment de jeunes ménages, au profit des métropoles.

« Amorcé dès 1975 pour 22 % de ces villes, par exemple dans le Nord et le Centre, le phénomène perdure, avec une accélération dans les années 1990, puis avec la crise de 2008, explique-t-il. Ainsi, trente nouvelles aires urbaines sont concernées, touchant de nouveaux secteurs, telles Compiègne, Saint-Malo, Dieppe, Alençon et, dans le sud, Valréas, Bagnols-sur-Cèze, Nyons… »

j-y-ai-perdu-mon-mari-et-eleve-mes-petits-enfants-la-fin-de_451894_510x255Commune de

Dans ces villes, les logements vides attendent des occupants, y compris dans le parc social. Mais faute de candidats, il faudra démolir. Jusqu’ici, le sujet était tabou chez les bailleurs sociaux et chez les élus. Les premiers ont du mal à admettre que l’avenir ne soit pas fait que  d’inaugurations d’immeubles neufs. Les seconds ne veulent pas entendre parler de déclin, mais plutôt de… « mutation », comme le préfère Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de Paris et présidente de la Fédération nationale des coopératives HLM.

La Fédération des offices publics de l’habitat (FOPH)a mené une enquête et a conclu que la moitié de son parc (soit 835 700 logements) est situé dans ces zones « en mutation« . Or, lorsque la vacance dépasse 10%, les pertes de loyers, les charges et les coûts d’entretien qui eux persistent, mettent à mal le logement social. Bizarre ce taux de 10% que l’on retrouve aussi face à la tolérance des populations allogènes dans un pays ! Et pour ce qui est des effets psychologiques (sur les habitants) et esthétiques (sur l’environnement urbain) de ces logements abandonnés ou murés, ils sont terribles…

Le directeur général de la FOPH affirme « devoir démolir entre 10 et 20% de ce patrimoine« , soit « entre 8 350 et 16 700 logements par an pendant dix ans« . Auxquels il faut ajouter la réhabilitation de 40% de ce parc.

photo-41278590428.1279041782.thumbnail

Comme à La Courneuve, par exemple

Mais les effets de cette situation touchent aussi le parc privé de ces villes, mis en concurrence avec le public, moins cher et souvent mieux entretenu. « Dans ces villes où les marchés sont étroits, le moindre immeuble neuf vide les anciens et l’importante production de logements défiscalisés a produit des réactions en chaîne dévastatrices pour l’ensemble du secteur« , précise le directeur général de la FOPH.

photo-51278590443.1279041691

Ils arrivent, ils sont là…

N’en doutez plus, les pouvoirs publics ne vont pas tarder à profiter de l’occasion pour trouver là matière à de nouveaux hébergements alimentés par l’afflux des hordes migrantes sur nos côtes méditerranéennes !

CQFD. Et cela porte un nom : le « Grand Remplacement« .

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord

armoiries_MARCHE

Si vous avez la chance de séjourner ou même de voyager dans notre belle province de la Marche, ne vous privez pas de venir participer aujourd’hui à la Journée médiévale de Crozant (23160).

4241947

L’association « Les Amis du Château Médiéval de Crozant », en partenariat avec plusieurs associations du Pays Dunois vous invite, comme chaque année, à la fête médiévale de Crozant.

11164777_1559836137612592_3707511557761442067_n
Elle débutera par une grande parade réunissant tous les participants, suivie par l’inauguration officielle.

Creuse-2013-0672

Vous y verrez de nombreuses animations en rapport avec le Moyen Age : représentations théâtrales historiques, pantomimes, danseurs et musiciens. Et bien d’autres activités : des jeux pour enfants et adultes, initiation au tir à l’arc, un grand nombre d’artisans locaux, la présentation et la visite d’un jardin médiéval, la découverte de plats et saveurs du Moyen Age,
des cavalcades avec chevaux et cavaliers, et piétons (nobles et manants),
des expositions, une évocation du monde médiéval à travers l’installation et l’animation de campements médiévaux, un tournoi d’échecs, etc….

igp6247

Vous pourrez aussi vous initier à la calligraphie et même redécouvrir l’art du blason (peut-être en profiterez-vous pour imaginer, si vous n’en avez pas, vos propres armoiries).

jy-crozant-1

Une belle journée, enracinée dans notre histoire.

Le 06 août 2015.
Jean-Yves Pons, CJA.

La Boutière. Le gouvernement autorise la circulation alternée mais après le premier tour des élections départementales

21 Mar

C’est « la »(sic! ) maire de Paris, Anne Hidalgo, qui l’a annoncé samedi 21 mars 2015 sur I Télé  et sur Twitter «Je me réjouis que l’État ait accepté de mettre en place lundi 23 mars 2015 la circulation alternée, que je demandais depuis plusieurs jours», a déclaré Anne Hidalgo alors que l’Ile-de-France connaît depuis mardi dernier (17 mars) un important épisode  de pollution aux particules fines.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/03/21/25001-20150321ARTFIG00124-circulation-alternee-anne-hidalgo-a-obtenu-gain-de-cause.php

NDLRB.  Il faut être  républicain jusqu’à la moelle pour ne pas avoir remarqué  qu’au mépris le plus complet  des exigences élémentaires de la santé publique, le  gouvernement  n’a pas pris les mesures  pouvant  diminuer la pollution dés le  début de cet épisode mortifère ( Mardi 17 mars, quand même!) . Il a attendu pour ce faire  que  le premier  tour  des élections ex cantonales se soit déroulé. Oser mettre en parallèle  la  vie  humaine  et  l’éventuelle montée en puissance du Front national , voilà à quoi pense le petit personnel qui tente desespèrément  de nous gouverner.