Tag Archives: Commune de Perpignan (66000)

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : Surtout, Padamalgame

27 Août

Comprime-padamalgame

C’est un crime passionnel, qu’ils disent…

Alors, c’est un ordre, IL FAUT LES CROIRE.

Kader, le petit ami d’Érika est passé aux aveux mercredi dans la matinée. Ce garçon de 18 ans, d’origine algérienne, a reconnu avoir tué sa petite amie retrouvée morte mardi après-midi près du lycée Maillol à Perpignan. Il a expliqué avoir donné quatre coups de couteau et l’avoir ensuite égorgée parce qu’elle voulait rompre. C’est donc bien la piste du drame passionnel qui est maintenant privilégié par les enquêteurs…et non pas celle du mouton de l’Aïd, comme certains mauvais esprits pourraient être tentés de le faire.

Mais Saïda Troadec El Fakir, la maman d’Érika crie sa douleur et sa colère. Elle n’avait plus la garde de sa fille depuis plusieurs mois, elle était placée en famille d’accueil. Mais elle affirme que sa fille se savait menacée et elle demande aujourd’hui justice.

« Je savais que ça allait mal se passer, je savais qu’il allait tuer ma fille, il est venu plusieurs fois ici pour me menacer, il la tapait, elle me disait « maman j’ai peur, j’ai peur ». Ma fille commençait une autre vie, elle s’était inscrite à la mission locale pour travailler, elle ne voulait plus le voir, elle voulait tourner la page. Mais il l’ a chopée, rattrapée, il l’a poignardée, il l’a égorgée !! » Et Saïda d’ajouter : « J’ai le cœur déchiré, j’ai plus la foi, il a pris mon âme, il a pris ma foi, il a pris ma fille. C’était ma fille unique, elle allait avoir 18 ans dans un mois. Ma fille c’était mon ange, elle était belle, c’était ma princesse, c’était mon âme, c’était ma fleur. Elle était toute mignonne, toute mignonne. J’espère qu’il ne prendra pas 15 ans, je ne peux aucune remise de peine, je veux perpète ! Tant qu’il ne partira pas en enfer je ne vivrai pas. »

Quant à Kader, ne serait-il pas tout bêtement radicalisé ? C’est la question que tout le monde se pose en raison de la manière dont il a tué la jeune femme : Erika a été poignardée à quatre reprises, mais aussi égorgée. La mère de l’assassin, Aïcha Djidel, d’origine algérienne dément elle aussi que son fils ait été un islamiste radical. « Il va à la mosquée, il est pratiquant, mais il n’est pas du tout dans la radicalisation. Il pense surtout aux filles et aux animaux. Kader était très très amoureux d’Erika, ils étaient ensemble depuis deux ans, et avaient rompu à plusieurs reprises déjà »

Pourtant…il y a un mais ! Car on apprend on apprend aussi que Kader avait été signalé en début d’année au service du renseignement territorial des Pyrénées-Orientales, à la suite d’un incident survenu dans son lycée. Et que ce signalement avait fait l’objet d’une note confidentielle datée du 8 janvier dernier, soit au lendemain de l’attaque du siège de Charlie Hebdo à Paris. Les policiers y évoquaient l’exclusion définitive de Kader de son établissement pour « mauvais comportement » (ce qui signifie aussi qu’il fallait se méfier de ne pas lui adresser…. » un mauvais regard « ). Le lycée Maillol s’inquiétait d’une « dérive sectaire » du jeune homme. Mais le document fait aussi état des propos tenus par la mère de Kader au proviseur. Elle craignait que son fils, « maintenant livré à lui-même » et « suite aux récentes actualités », soit tenté de « faire une bêtise ». Les policiers du service local de renseignement avait, par la suite, pris attache avec la mère. Elle affirmait alors regretter ses propos, assurait que son fils ne tenterait rien contre la République et qu’il ne semblait pas tenté par un départ pour le jihad.

Vous imaginez facilement ce qui arriva : aucune suite n’a alors été donnée à ce signalement, les policiers ayant conseillé à la mère de Kader de tout faire pour « re-scolariser » son fils.

Le résultat ne s’est pas fait attendre : une jeune femme poignardée et égorgée. Comme d’habitude.

Car, ne l’oubliez jamais (mais il est vrai que nous le répétons si souvent), ces gens-là arrivent chez nous (même quand, grâce à la lâcheté de la République, ils y sont nés) avec leur religion (l’islam), leurs coutumes (égorger vivants les moutons), leurs moeurs (les femmes sont…des mouton) et, bien sûr, leur art de vivre qui devient «  un crime passionnel « . 

Vive la République ! Vive la France ! Qu’ils disent aussi…

Le 27 août 2015.
Du Plessis (qui vient de prendre sa gélule de  » Padamalgame « )