Tag Archives: Duc d’Anjou
Image

Le prince Louis de Bourbon et son épouse seront en visite officielle (Morbihan) du 29 au 31 mai 2015.

20 Mai

11011748_935172273192843_350051695213896762_n

Le Président est mort. Vive le Roi !

1 Déc

roi-de-france

Ce week-end, sur Paris-Première, j’ai vu Zemmour et Nauleau, Jean-Marie Le Guan et Thomas Legrand auteur de « Arrétons d’élire les Présidents » évoquer l’impuissance à gouverner de l’actuel Président de la République. J’ai vu des magazines titrer sur sa nullité, d’autres être très irrévérencieux. J’ai vu, le même jour, comme un appel, un reportage de la presse espagnole sur une charmante famille, un Prince, sa jeune et élégante épouse et leurs bambins dont deux jumeaux à croquer. Et je me suis tout naturellement dit que l’Élysée devrait être leur résidence principale puisque ce Prince n’est qu’autre que Louis de Bourbon, duc d’Anjou, descendant direct de Louis XIV qui avait mis, en 1700, son petit-fils Philippe sur le trône d’Espagne.

Un Roi de France au XXIème siècle pour rattraper les erreurs passées de cinq Républiques dont trois guerres. Folle pensée ? Et pourtant, il suffirait d’un Président courageux pour rendre à la France, via un référendum, une raison de croire en elle-même.

L’Europe actuelle compte douze monarchies qui, exceptée celle d’Espagne, sont toutes en meilleure forme que notre pauvre République. Sans un Roi, il y a longtemps que la Belgique aurait explosé. Que la Grande-Bretagne serait divisée en petits royaumes. Car le Roi, c’est le ciment d’un peuple. Son incarnation. Un lieu indestructible entre la France et les Français. Un homme qui représente non pas un parti mais un peuple dans son entité, dans son identité, un peuple issu du plus profond de son Histoire comme de la plus récente acquisition de la nationalité, un peuple de toutes origines, de toutes races, de toutes religions. Le Roi, c’est le rassembleur, et non pas le diviseur élu par à peine la moitié d’électeurs souvent démotivés.

La République coûte cher. Le train de vie de l’Élysée est très largement supérieur à celui de la Cour de Versailles. Élire un Président tous les cinq ans engloutit des fortunes avec un résultat dont on voit depuis 20 ans où il nous mène. Un Président de la République n’est pas éduqué pour représenter la France. Un Roi héréditaire si : il est éduqué dès son plus jeune âge à gouverner un pays et à en faire respecter ses valeurs, avec l’aide d’un vrai Premier ministre qui dirige un Gouvernement sous la coupe d’un Parlement. Le roi d’une monarchie parlementaire, comme nous aimerions la voir à nouveau, n’interviendrait qu’en cas de manquement grave aux valeurs fondamentales. Cas où il ferait appel par voie référendaire au vote des Français. Et puis, un Roi, c’est l’image d’un pays, autrement plus prestigieux qu’un homme étriqué dans un costume trop grand, sans allure, sans distinction, sans éducation, sans réel savoir-vivre.

Depuis l’an 751, ils sont 52 Rois à avoir dirigé le beau Royaume de France. Quel pourrait être le 53ème ? Un Orléans ? Un Bourbon ? Mon choix est fait, je suis pour la Légitimité incarnée par le jeune Louis le 20ème du nom, heureux père de ces enfants qui formeraient la plus belle famille princière d’Europe ! Il est né en Espagne mais de nationalité française, comme Manuel Valls. Il a un bel accent madrilène mais maîtrise parfaitement notre langue, l’Histoire, la diplomatie, l’économie puisqu’il est banquier, et un avantage non négligeable, il est cousin avec toutes les têtes couronnées d’Europe. Il a de l’allure, un beau sourire, une culture sans faille, une famille pour laquelle il est très attentif. Il a traversé dans sa vie de multiples épreuves : le divorce de ses parents, la mort à l’âge de 11 ans de son frère aîné François, dans un accident de voiture, dont son père et lui même ont échappé non sans de multiples blessures, puis la tragique et brutale disparition de son père, le Prince Alphonse, décapité par un câble sur une piste de ski dans le Colorado, 204 ans après que son ancêtre Louis XVI ait été guillotiné.

Alors, oui, après la malmenée présidence de Jacques Chirac, la malaimée présidence de Nicolas Sarkozy et la détestable présidence de François Hollande et leurs multiples échecs, plutôt que de s’aventurer dans l’inconnu d’un septième président ou présidente de la Vème République, il ne serait pas inconvenant d’envisager le retour d’un roi qui redonnerait à la France une raison d’espérer.

Le Président est mort. Vive le Roi !

http://www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/le-president-est-mort-vive-le-roi-2,142699?utm_content=buffer2d1ab&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Image

Rencontre au sommet entre LL. AA. RR en l’honneur de Saint Louis. Notre -Dame 17 mai 2014.

17 Mai

20140517_151547

Discours du prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, le 30 juin 2012 lors de la présentation des princes aux Invalides.

26 Août

Discours du prince Louis, duc d’Anjou, le 30 juin 2012                                                                                                                                                                                                                   Reproduction intégrale du discours du prince :

Monsieur le Ministre,                                                                                                                                                                                                                                                                                       Monsieur le Gouverneur militaire de Paris,                                                                                                                                                                                                                                               Mesdames et messieurs les parlementaires,                                                                                                                                                                                                                                             Mesdames et messieurs les élus,                                                                                                                                                                                                                                                                                 Mesdames et messieurs les représentants de la société civile religieuse et militaire,                                                                                                                                                                       Mesdames et messieurs,

Nous voici tous réunis dans ce très beau lieu qu’est l’Hôtel des Invalides, lieu de mémoire de la France, créé par mon grand-père Louis XIV pour aider ses soldats. Permettez-moi de remercier très vivement en votre nom, le général d’armées Bruno Dary, gouverneur militaire de Paris, qui nous fait l’honneur de nous y accueillir.

Avec mon épouse la princesse Marie Marguerite, nous avons souhaité que vous puissiez mieux connaitre nos enfants, la princesse Eugénie, qui a maintenant 5 ans, et les princes Louis, duc de Bourgogne, et Alphonse duc de Berry qui viennent, récemment, de fêter leurs deux ans.

Nous avons la joie d’être parents. L’arrivée d’un ou plusieurs enfants, c’est un événement dans un foyer. Ce sont de vrais changements. D’adulte, il faut passer à l’état de parents. Nous avons une immense responsabilité : avec amour, apporter à nos enfants les valeurs auxquelles on croit, les accompagner, les faire grandir.

Un enfant qui arrive, il faut bien l’ancrer dans sa famille. La famille, certes, petite cellule familiale bien chaude, mais aussi structure sociale qui s’inscrit dans le temps et qu’il faut que l’enfant puisse comprendre, appréhender, s’approprier. C’est ainsi que se forme la filiation, la tradition, et par là même l’avenir.

L’enfant est un tout qui montre ou rappelle que transmettre la Vie est loin d’être banale. Saint Paul enseignait aux enfants de respecter les parents, et à ceux-ci de les élever.

Quant à vous, mes chers enfants, j’ai reçu de mon regretté père, votre grand père, un héritage formidable dont j’aurais tellement aimé qu’il me parla plus longuement, comme un père. Dieu en a voulu autrement. Son héritage, je l’assume et avec mon épouse, votre chère mère, nous voulons vous le transmettre.

Regardez, mes enfants, ce que la France vous lègue : 1000 ans d’Histoire capétienne, 1000 ans de territoires rassemblés par vos aïeux pour construire notre France d’aujourd’hui. Vous êtes nés français, français, vous devez vivre, comprendre et transmettre cet héritage. Que cela ne vous monte pas à la tête, mais portez haut les couleurs et les traditions de notre pays, … soyez en la tête.

Notre rôle de parents est de vous aider à aimer la France, à comprendre votre histoire, à aimer les femmes et les hommes qui en sont la richesse. Chacun ici est aussi un maillon indissociable pour la construction de la France de demain

Nous devons, nous parents, vous aider à vous inscrire dans cette tradition de la Maison de Bourbon qui ne nous appartient pas et qu’après nous vous devrez transmettre. Ne regardez pas seulement le passé, visez l’avenir !

Mes chers enfants, vous êtes les joyaux précieux de vos parents que nous devons de protéger, d’aimer, d’ élever. Vous êtes aussi les joyaux de cette France qui doit se souvenir et transmettre. Je n’incarne pas un héritage du passé. J’assume d’être l’héritier des rois qui ont fait la France. Je crois en la France de demain qui assume ses forces et ses faiblesses. Comme un père, je ne condamne pas mais comprends et encourages.

Mes enfants, aimez votre pays, aimez ceux qui y vivent, qui y travaillent, qui deviendront comme vous des parents.

Notre famille, notre Maison, c’est la France et vous allez un jour apprendre que cette famille, il y a deux cents ans a été mise à l’épreuve. Qu’aujourd’hui, encore, La Famille est parfois agitée de soubresauts. Vous aurez alors à montrer l’exemple. La France, ce sont de multiples petites cellules familiales où des parents unis par un lien sacré s’engagent dans l’éducation de leurs enfants. Ces petites familles forment une seule et grande famille qui doit, elle aussi, assumer son héritage, grandir, s’épanouir, transmettre.

La France de demain, notre famille doit l’assumer. C’est aussi la conjugaison de tous ces talents issus de parents qui nous ont précédés. Et ce sont les pères et les mères d’aujourd’hui et de demain qui auront cet héritage.

Et comme un enfant apprend sous le regard de ses parents la confiance, vous avez reçu le baptême qui vous inscrit, comme fille et fils de Saint Louis, dans la longue tradition de la France chrétienne qui doit avoir confiance en Dieu.

Montjoie Saint Denis ! Le cri de ralliement de la France, celui qui rassemble cette nation, famille à laquelle nous appartenons.

Voici mon héritage, voici votre héritage.

Louis, duc d’Anjou

http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2012/08/25/discours-du-prince-louis-duc-d-anjou-le-30-juin-2012.html

Voir aussi sur ce  blog même :                                                                                                                                                                                                                                                                        https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/07/02/en-ce-jour-de-la-saint-martial/

EN L’HOTEL DES INVALIDES ET EN CE JOUR DE LA SAINT-MARTIAL…

2 Juil

…apôtre des Gaules et premier évêque de Limoges nous eûmes la joie de la présentation des princes Louis de Bourbon, duc de Bourgogne, et Alphonse, duc de Berry, par leurs parents, Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou, aîné des capétiens et chef de la maison de Bourbon et la princesse Marie-Marguerite, duchesse d’Anjou, accompagnés de leur fille aînée la princesse Eugénie. Ces jeunes princes, nés en mai 2010, foulaient pour la première fois la terre de France, la terre de leur aïeul notre grand roi Louis XIV. Et ils le faisaient en l’Hôtel des Invalides qui, chacun le sait, fut fondé en 1677 par le même roi Louis XIV. Quel symbole !

Mais la charge symbolique de cette journée ne s’arrêta pas là. En effet, dans un émouvant discours, le prince Louis, duc d’Anjou, s’adressa à la fois à ses enfants et aux nombreuses personnalités présentes. Il rappela combien la petite princesse Eugénie puis ses deux frères furent désirés et attendus au sein de leur famille, fruits de l’union et de l’amour d’un homme et d’une femme. Une famille comme toutes celles qui devraient composer la nation française, insistant sur le rôle et l’importance fondamentale de la cellule familiale, sans laquelle toute société ne peut que se défaire: la France « est la somme de toutes de ces familles, la famille de France, aujourd’hui Maison de Bourbon, n’étant, dans une vision historique, que la première d’entre elles,  au sein de laquelle toutes se rassemblent ». Le prince Louis exhorta ses enfants à se souvenir non seulement qu’ils sont français (ils sont d’ailleurs élevés simultanément dans les deux langues, française et espagnole), même si les circonstances de la vie font qu’ils vivent actuellement en Espagne, mais qu’ils devront connaître l’histoire de leur famille et de leur maison comme celle de la nation française, en ne perdant jamais de vue les liens qui les unissent entre elles.

Peut-être avait-il à l’esprit les paroles de son aïeul Louis XIV, dans une lettre à son petit-fils, et qui procèdent, au fond, de cette même vision de la famille : « La France est un Etat monarchique dans toute l’étendue de l’expression. Le roi y représente la nation entière, et chaque particulier ne représente qu’un seul individu envers le roi. Par conséquent, toute puissance, toute autorité résident dans les mains du roi, et il ne peut y en avoir d’autres dans le royaume que celles qu’il établit (…). La nation ne fait pas corps en France; elle réside tout entière dans la personne du roi. »

Mais en ce même jour de la Saint-Martial, Paris eut à connaître aussi le vacarme revendicateur de la marche diabolique de la Gay Pride, dite par antiphrase « Marche des Fiertés » ! Un autre monde mais pas un autre temps: au même moment, le prince Louis de Bourbon, petit-fils du roi Louis XIV, nous rappelait aux devoirs comme aux droits de la famille, dans le cadre historique et superbe de l’Hôtel des Invalides, et des malheureux fêtaient dans la débauche la prochaine loi d’exception autorisant les mariages et les adoptions d’enfants par les couples homosexuels…Les Romains avaient raison:  » Ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous« .

Le 30 juin 2012.

Jean-Yves Pons

L’INSTITUT DUC d’ANJOU communique : Réunion du 30 juin 2012

30 Mai

Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou et Madame la duchesse d’Anjou ont le plaisir de vous convier à la réception donnée à l’occasion de la présentation de LL.AA.RR. le prince Louis de Bourbon, duc de Bourgogne et le prince Alphonse, duc de Berry, le samedi 30 juin 2012 de 11 heures 30 à 13 heures, dans les salons du Gouverneur Militaire de Paris, Hôtel des Invalides, 129, rue de Grenelle 75007 Paris.

Renseignements et inscriptions:                                                                                                                                                                                                                                                                                   Institut duc d’Anjou,                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     24, rue du Texel 75014 Paris                                                                                                                                                                                                                                                                                                       ou  secgal@institutducdanjou.fr