Tag Archives: Emmanuel Macron

Retour sur l’amour de son pays. Président Macron versus reine Letizia.

19 Mai

En voyage en Algérie  en début de semaine, Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de « crime », de « crime contre l’humanité » et de « vraie barbarie », dans une interview à la chaîne algérienne Echorouk News, diffusée mardi 14 février 2017.

« La colonisation fait partie de l’ histoire française (…). Ça fait partie de ce passé que nous devons regarder  en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », a-t-il dit au cours de cet entretien.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/15/macron-qualifie-la-colonisation-de-crime-contre-l-humanite-tolle-a-droite-et-au-front-national_5080331_4854003.html#577UoIcAVf17eeik.99

NDLRB . Rien ne manque  dans  ce jugement  à coup de  hache et même pas d’avoir  été prononcée à l’étranger, contrairement  aux règles les plus élémentaires  du savoir-vivre politique.

 

Bonne nouvelle pour Marine le Pen. Barack Obama soutient Emmanuel Macron.

4 Mai

Et l’on sait ce qui est arrivé tant  à Hillary Clinton soutenue par Barrack Obama qu’ aux partisans du maintien du Royaume-uni dans l’union européenne. Voir  à ce sujet: Barack Obama met en garde les Britanniques contre un Brexit. http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/04/22/barack-obama-met-en-garde-les-britanniques-contre-un-brexit_4907377_3214.html

Par ailleurs , il fut un temps où c’était la couronne de France (Louis XVI) qui intervenait – et de quelle façon – dans les affaires de ce qui n’était pas en core les Etats-Unis. Aujourd’hui ce sont les USA qui se mêlent -et de quelle scandaleuse façon- de la vie politique de l’homme malade de l’Europe.

Cette obscure clarté qui tombe des propos de Valérie Pécresse.

30 Avr

         Je préconise  un plan de bataille en deux étapes. Il faut  battre Marine Le Pen  à la présidentielle  et se donner  comme objectif de faire triompher les idées de la droite et  du centre aux  législatives , pour  viser  la  cohabitation  dans la clarté  et sans ambiguïté  face à la gauche  et  face au Front national.  Ni compromission  avec Marine Le Pen à la présidentielle , ni compromission  avec Emmanuel Macron  aux législatives. Le Figaro . 28 avril 2017 p. 4

Vous avez  compris ? Non !

C’est pourtant limpide…

A l’élection présidentielle, la droite  doit  voter à gauche

Aux législatives, la  droite devra  voter à droite

     Apparement, Valérie Pécresse ne  s’interroge  pas sur la fidélité  à des idéaux guidant les votes et   qui ne devraient pas permettre des allers et retours entres des  convictions que  tout   (devrait) oppose(r). Elle ne  s’interroge pas non  plus  sur le succès  du « Front républicain » * qu’elle promeut  sans le dire au Législatives et  dont les expériences précédentes ont dé jà permis au FN de passer de 17,79 % des voix  en 2002 à peut -être  plus de 40 % des  suffrages en 2017. La République  a donc  bien atteint  son bût : la décérébration du cerveau des Français , eux  qui , jadis,  avaient un double objectif : servir Dieu et le roi.

    Aux personnes  qui pourraient s’interroger  sur la  contradiction entre ces deux votes successifs prônée par Mme Pécresse , à la ville Présidente du Conseil régional d’île de France depuis décembre 2015,  l’on répondra que cette leçon vaut  bien un fromage sans doute avec mes remerciements pour l’amicale collaboration de Jean de La Fontaine.

       Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Diplômé de de Science Politique ,Garde des Sceaux ,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.

CQFD. Ce Que le Roi  Fera Demain     

    

Prétez- vous suffisamment attention à ce que ce  blog  nomme les  » étiquettes »  et   que l’on peut  comprendre  , sans doute plus clairement , comme des mots clefs. Il s’agit là d’une intelligente façon d’analyser le  contenu des analyses  qui vous sont offertes et de les mettre en relation avec  des articles au contenu voisin. Mettons aujourd’hui l’accent  sur  deux  concepts  fondateurs du blog du CER, celui de CITH et  celui de CQFD.

Concept de CITH

Voir le Consilium – Consulte n° 2013/002 , portant création de la Chambre d’Instruction pour le Tribunal de l’Histoire (CITH).  https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/02/10/consilium-consulte-n-2013002-portant-creation-de-la-chambre-dinstruction-pour-le-tribunal-de-lhistoire-cith/

Concept de CQFD

Voir  le post- page  intitulé : Et après la République? De la notion de CITH et de celle de CQFD

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/et-apres-la-republique-de-la-notion-de-cith-et-de-celle-de-cqfd/

Une grande nouvelle ! L’union des patriotes au second tour des élections présidentielles françaises 2017.

28 Avr

Invité dans le journal de 20 heures de France 2, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé qu’il soutiendra Marine Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle et qu’il fera campagne avec elle. Le leader de Debout la France a obtenu près de 5% des voix lors du premier tour.

Nicolas Dupont-Aignan sur France 2 : « Ce soir, j’annonce officiellement que je soutiendrai Marine Le Pen« 
 
« Nous avons beaucoup discuté cette semaine, j’ai pris mon temps, a expliqué Nicolas Dupont-Aignan. Nous avons signé un accord de gouvernement avec une évolution de son programme, des éclaircissements et des ajouts de mon programme. »
 
« Je pense que la France est à la croisée des chemins, je pense que notre pays est très mal parti, a vécu cinq ans terrible avec Hollande. Je pense que Macron est un Hollande puissance 10 et que tout est fait pour l’imposer à la tête de notre pays. Tous ceux qui ont échoué en France depuis trente ans sont avec Emmanuel Macron. »

A déclaré le président de  » Debout la France « .

Voici enfin venue l’union des patriotes.

Le 28 avril 2017.
 

 

Ni Marine, Ni Macron. Ni Patrie, ni Patron. Les fruits amers de la République.

27 Avr

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/04/27/ni-marine-ni-macron-ni-patrie-ni-patron-oh-morts-pour-la-france-a-quoi-a-servi-votre-sacrifice/

Image

A qui appartiennent les instituts de sondage ? CQFD !

5 Avr

Reconnaissance à Richard pour son envoi.

Pourquoi nous sommes un peuple », la scandaleuse tribune d’Emmanuel Macron au Figaro

17 Mar

En quoi sommes-nous un peuple ? Depuis plusieurs années, des groupes et des responsables politiques nous empêchent de répondre à cette question vitale pour la survie du projet français. Les uns font leur nid au creux de notre identité. Leur premier combat fut de stigmatiser ceux qui ne leur ressemblaient pas et leur première victoire fut la naissance du ministère  de l’identité nationale.  Alors que depuis toujours notre culture prétend à l’universel, ils l’ont réduite à une lignée. Alors qu’elle n’a cessé de donner aux individus les moyens de leur autonomie, ils l’ont enchaînée à une religion. Alors qu’elle s’est bâtie dans la richesse des formes et la pluralité des arts, ils l’ont rétrécie à un étroit corpus d’œuvres et d’auteurs.

Je crois qu’il est urgent de sortir de l’alternative mortifère dans laquelle nous nous sommes enfermés.

D’autres tentent au contraire de renier et de dissoudre la Nation française. Ils croient à des particularismes indépassables et imaginent que leur religion, leur communauté et les lois qu’ils se donnent sont supérieures à la République. Eux aussi sont les promoteurs du repli, du déni et de l’enfermement. Ils ne voient pas que le communautarisme est l’autre nom du ghetto. La crise qui dure est économique et sociale. Mais elle est également civilisationnelle et morale. C’est pourquoi je crois qu’il est urgent de sortir de l’alternative mortifère dans laquelle nous nous sommes enfermés.

Si les Français forment un peuple, ce n’est pas parce qu’ils partagent une identité figée et rabougrie. Le fondement de la culture française, c’est une ouverture sans pareil. Notre culture est toujours parvenue à se dépasser elle-même, à voguer vers le neuf, l’imprévu, l’inconnu. Elle n’a cessé de se réinventer face à l’abîme, se portant toujours là où on ne l’attendait pas. C’est pourquoi le terme même d’identité ne peut être accolé à celui de «culture française». L’identité promue par nos réactionnaires, c’est l’invariance, la sèche continuité. «En art, il n’y a pas d’étrangers», disait Brancusi. C’est pourquoi j’ai pu dire qu’il n’existe pas une culture française, comme si l’on pouvait réduire tant de richesses à un visage unique, à une parole univoque, à une histoire uniforme. La culture française est un fleuve nourri de confluents nombreux, la rencontre de la tradition et de la modernité.

Le fondement de la culture française, c’est de prétendre à l’universel. Si les Français forment un peuple, ce n’est pas non plus parce qu’ils coexistent passivement. Le fondement de la culture française, c’est de prétendre à l’universel. Aller vers Hugo, Gide, Duras, Glissant ou Yourcenar, c’est l’inestimable opportunité donnée à chacun de vivre la vie des autres, de dépasser sa condition. C’est la raison pour laquelle la France est plus qu’une somme de communautés. Elle est cette idée commune, ce projet partagé, dans lesquels chacun, d’où qu’il vienne, devrait pouvoir s’inscrire.

Partir de ce que nous avons en commun: voilà le cœur de mon projet présidentiel. Ce que nous avons en commun, d’abord, c’est la langue française. C’est elle, notre territoire. Savoir lire et écrire, ce n’est pas seulement augmenter ses chances de trouver un emploi. C’est d’abord s’enraciner en France, dans notre Nation. Parler français, penser en français, sentir en français est le viatique véritable pour tout individu désireux de s’inscrire dans la République. «Ma patrie, c’est la langue française», disait Albert Camus: c’est cette patrie qui nous fait grands, qui nous fait rayonnants. La langue française n’est pas un vecteur de rejet. Elle est la condition de notre projet. C’est pourquoi notre pays triomphe lorsque ses écrivains se nomment aujourd’hui Marie NDiaye, Leïla Slimani, Alain Mabanckou et hier Joseph Kessel, Henri Troyat, Guillaume Apollinaire. Et lorsqu’ils ne sont pas français, mais ont pour nom Léopold Sédar Senghor, Kateb Yacine, Ahmadou Kourouma, Salah Stétié, c’est que nous avons réussi à faire rayonner notre meilleure part.

Ce que nous avons en commun, ensuite, c’est l’héritage culturel de notre pays. Autant je veux lutter contre une conception de la culture comme identité qui exclut, comme monde fermé aux autres, autant je voudrais redire aux Français qu’ils doivent être fiers de leur héritage. Or, parcourant le pays depuis des mois, que vois-je ? Je vois une France qui n’a pas renoncé à perpétuer les arts et les lettres qui l’ont faite si grande. Elle continue de s’enorgueillir de ses écrivains, de ses peintres, de ses architectes, de ses musiciens, qui forgent, façonnent, dessinent les contours et les reliefs de notre pays.

Ne croyons pas les professionnels du pessimisme, des regrets : la culture française conserve son rang parmi les nations. Ce que nous avons en commun, enfin, c’est une ambition folle. Cette volonté d’accéder à l’universel est un projet qui nous dépasse. Il n’est pas une université au monde qui ne convie nos romanciers, pas une ville qui ne passe commande à nos architectes, pas un salon sans nos peintres, pas un concert sans que soient joués nos compositeurs. Ne croyons pas les professionnels du pessimisme, des regrets: la culture française conserve son rang parmi les nations. Elle reste ce modèle vers lequel tournent les yeux ceux qui cherchent un surcroît de sens. Elle est ce havre où la liberté de l’esprit est une réalité. Mais il y a plus. Dans ce monde qui change si profondément, qui menace d’effacer les frontières, de nous fondre de façon indistincte, notre culture est un atout maître. Par elle nous savons dialoguer avec le monde. Grâce à elle, nous savons que la puissance des valeurs est plus grande que les forces de l’argent. Avec elle, nous avons conscience que la diversité n’est pas une faiblesse mais une force.

Dans ce siècle qui prend forme sous nos yeux, la première exigence est de savoir ce que nous avons à faire ensemble. Ne nous laissons pas dissuader par les aigris et les rétrogrades. Regardons en face qui nous sommes, notre appartenance commune. C’est ainsi que nous pourrons nous dépasser, bâtir ensemble, comprendre le monde, influencer sa marche et faire entrer la France dans cette ère nouvelle.

http://www.en-marche.fr/article/emmanuel-macron-tribune-figaro-culture-francaise-pourquoi-nous-sommes-un-peuple

Le chauffeur du bus d’Emmanuel Macron fait une embardée. Il aurait confondu la droite et la gauche. Tiens. Tiens.

2 Mar

6a00d83451619c69e201b8d265890b970c-800wihttp://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e201b8d265890b970c-pi

Les Habits neufs de l’empereur ou (le roi) Macron est nu.

31 Jan

vign-empereur-djw_9v9-1

       Vous avez  sûrement  lu , si vous appartenez  à la  génération de  ceux  qui lisaient, étant enfants,  le  comte d’Andersen sous titré  » le roi est nu« .  https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Habits_neufs_de_l’empereur. Or  voici  maintenant qu’Emmanuel Macron nous en offre aujourd’hui une  sorte de remake; Je sais  que les lecteurs   de ce  blog n’aiment pas le franglais … Mais  comme je ne trouvais que   » ressucée », j’ai préféré m’abstenir.

Voilà un homme  qui ne dit  rien ou si peu de son programme et  voici le même homme qui caracole en tête des sondages, voici celui pour  qui un grand nombre d’Hommes ( NDLRB . Ce  qui englobe naturellement  et gramaticalement  aussi les femmes) de  gauche, et  quelques uns de droite, aussi sans doute,  ont les yeux de Chimène.

Et pourtant, il doit  bien avoir des idées  sur  ses actions futures, vraisemblablement ,  mais  comme il est intelligent  , il se garde  bien de dire  précisément  ce qu’il fera  si jamais il accédait à la « magistrature suprême ». Les Français s’extasient donc sur  ce  qu’il ferait  si jamais il était élu mais au fond, personne  n’en sait  rien.

Le roi Macron, comme l’empereur du conte d’Andersen, est donc nu et  bien nu.

Emmanuel Macron en visite ? ou en pélerinage ? dans la Basilique de Saint-Denis.

30 Jan

Bruno Roger-Petit*  que l’on ne savait pas porté sur les choses de Cour nous confie qu’après sa déclaration de candidature, de retour vers Paris, Emmanuel Macron a fait une halte là où les pierres parlent. Loin des caméras et des micros, le néo-candidat à l’élection présidentielle s’est arrêté en la Basilique de Saint-Denis, tombeau des Rois de France. Seul en son destin face aux Transis. Qu’est-il venu chercher là, dans ce grand silence de marbre où dort l’âme de la France ? Conviction. Onction. Transmission. Inscription. Tout cela à la fois sans doute. Les voies qui mènent aux Forces de l’esprit sont impénétrables.

Le geste de Macron rappelle qu’il est deux catégories de candidat à l’élection présidentielle: ceux qui hantent les lieux de mémoire, en quête d’encens, et ceux qui occupent les plateaux de télévision, en perte de sens.

Plus qu’un frémissement…

http://royalartillerie.blogspot.fr/2017/01/anniversaire-de-la-mort-du-roi.html