Tag Archives: Espagne
Image

Tableau généalogique synthétique des descendants de Louis XIIII.

6 Avr

11081204_10200451584809642_3032875829304623401_n

Publicités

Des manifestations contre l’islam interdites en Espagne, « pourraient poser un risque grave pour la sécurité publique »

28 Jan

main-upper_01

reconquista 

27/01/2015 – MADRID (NOVOpress) – Les gouvernements autonomes de Madrid et Valence ont interdit les manifestations anti-islamisation en face des deux des plus grandes mosquées du pays.

Un groupe inspiré par le mouvement allemand PEGIDA et un groupe identitaire appelé Alianza Nacional ont essayé d’organiser une manifestation en face de la plus grande mosquée de Madrid, mais le Bureau régional du ministère de l’intérieur espagnol leur a demandé de ne rien faire vendredi dernier en disant qu’une telle marche « pourrait poser un risque grave pour la sécurité publique. »

http://fr.novopress.info/181613/manifestations-contre-lislam-interdites-en-espagne-pourraient-poser-risque-grave-securite-publique/

Le roi et la reine d’Espagne au milieu de leurs sujets dans les jours de deuil aussi.

12 Nov
10380913_811201858936526_956380420960476483_n

Le roi et la reine d’Espagne sont visibles en bas au milieu de la photo.

Le roi Felipe VI d’Espagne et la reine Letizia assistent aux funérailles des victimes de l’accident d’autocar, à Bullas le 10 novembre 2014
La reine Letizia et le roi Felipe VI d’Espagne ont assisté ce lundi 10 novembre à Bullas, en Murcie, aux funérailles des quatorze victimes de l’accident de bus survenu dans la nuit du 8 au 9 novembre dans le sud de l’Espagne.

https://www.facebook.com/groups/lalicornetlelys/permalink/857925250904490/

Le roi et la famille royale savent être aux côtés de leurs sujets aussi dans ces moments dramatiques et pas pour essayer de capter leurs voix

Image

La forme monarchique du Gouvernement n’est pas exceptionnelle en Europe. Diffusez cette carte autour de vous.

1 Juil

10478171_10202946975213298_1664540448745909415_n

Tableau de la Succession royale Espagnole. Ligne féminine régnante. Ligne masculine dite Carliste*.

22 Juin

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlisme

La branche d’Anjou, ou d’Espagne, est issue de Philippe de France, duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, proclamé en 1700 roi d’Espagne sous le nom de Philippe V. Cette branche a régné en Espagne de 1700 à 1808, de 1814 à 1868, de 1878 à 1931 et depuis 1975, avec Juan Carlos de Bourbon jusqu’au roi actuel, Philippe VI (Felipe VI) intronisé le 19 juin 2014.

Famille royale espagnole qui s’est divisée au XIXe siècle en deux lignes rivales. La ligne masculine, issue de Charles de Bourbon, s’opposait à la ligne régnante, issue d’Isabelle II, reine d’Espagne, et de son mari François de Bourbon. Les « carlistes » n’acceptaient pas la succession féminine ; au nom de la loi salique, ils organisèrent plusieurs guerres civiles. La branche carliste s’est éteinte en 1931. Les carlistes actuels sont divisés. La ligne progressiste a pour chef un Bourbon d’une branche collatérale, Charles-Xavier de Bourbon Parme, fils d’Hugues de Bourbon-Parme. La ligne traditionaliste se reconnaît en Sixte-Henri de Bourbon-Parme, frère cadet de feu le prince Charles-Hugues.

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article504

Les monarchies d’Europe en mutation.

10 Juin

Le rôle du Roi alimente les controverses en Belgique et en Espagne, dans d’autres pays dotés d’une monarchie constitutionnelle, ce rôle n’est pas remis en question. En quoi les monarchies d’Europe se distinguent-elles les unes des autres ?

http://www.eurotopics.net/fr/home/presseschau/archiv/magazin/gesellschaft-verteilerseite/monarchie-2007-12/interne-links-monarchie/

NDLRB. En activant le lien ci-dessus, vous constaterez avec plaisir que le champ d’analyse de l’article est très vaste (Royaume-Uni; Belgique; Bulgarie; Luxembourg; Pologne; Roumanie: Espagne ; Suède.

Juan-Carlos d’Espagne, la situation inconfortable d’un démocrate couronné.

3 Juin

L’abdication du roi Juan Carlos est un bon exemple du fonctionnement d’une démocratie couronnée. Dans ce système cohabitent un législatif-exécutif élu théoriquement coiffé par un monarque héréditaire dépourvu pratiquement de réels pouvoirs.  En Espagne, même l’abdication du roi doit être ratifiée par le parlement, c’est dire si son espace de décision est restreint. La machine claudique car dans un tel contexte l’utilité d’un roi n’apparaît pas clairement et c’est la raison pour laquelle l’homme de la rue à Barcelone à Madrid ou à Séville se pose la question de savoir à quoi il sert et pourquoi on le garde.
La plupart des républiques ( la troisième en France par ex)  ont un président, lui aussi sans réels pouvoirs sans que  personne ne pense à remettre l’institution en question. pourquoi ? Peut-être justement à cause de la discrétion institutionnelle du titulaire. C’est cette même  discrétion qui est la règle dans tout les pseudos royaumes notamment dans les pays scandinaves. La royauté espagnole aurait probablement continué à fonctionner si la famille royale avait su se faire discrète. Or on sait que ce ne fut pas le cas.
La cinquième république qui est en France est dotée d’un président omnipotent dont les pouvoirs, lorsqu’il est adossé à une majorité parlementaire à sa dévotion, sont très proches de ceux d’une monarchie dite absolue. Mais le parallèle s’arrête là car, différence majeure, la présidence est équipée d’un trône limité dans la durée ce qui limite la portée de son action au court terme et donne des espérances folles à des ambitieux aussi nombreux qu’actifs. En outre, le  président, fraîchement élu doit apprendre son métier ce qui lui prend la moitié de son mandat et ensuite il se concentrer sur son éventuelle réélection . Quand gouverne-t-il  autrement qu’à vue ?  Les problèmes de fond dont l’étude et la correction requièrent la durée ne sont donc jamais résolus. La France souffre beaucoup de cette situation.

La solution est bien évidement la monarchie héréditaire dont la forme la plus achevée est capétienne. Mais hélas pour de multiples raisons, principalement sociologiques, cette forme n’est pas ré-instaurable en France. Que faire puisque couronner une démocratie est, on le voit en Espagne, illusoire ?

La Vème république, dans sa conception et application gaulliènne,  donne une piste avec une séparation des fonctions régaliennes réservées au président et des fonctions administratives confiées à un premier ministre. Deux rouages importants ne sont pas électifs, le Conseil Constitutionnel et le conseil d’Etat sans que personne n’y trouve a redire. ce piont est révélateur et important.   Théoriquement le système tient la route sauf que la pratique en a rapidement montré les limites, à cause de la disponibilité du poste présidentiel qui suscite de pitoyables et dramatiques combats de vautours lors des réélections périodiques.

Et  c’est là que la royauté devient à la fois évidente et nécessaire.

Même aujourd’hui, un roi héritier qui assurerait la défense, les relations internationales, la justice et la conservation du patrimoine (physique, culturel et moral) serait probablement bien accepté.

Mais il ne faut pas qu’il trempe son sceptre dans l’administration, les histoires de partis, la sécu, l’EDF, la SNCF et tout le tremblement de la vie quotidienne.  En Bulgarie, Syméon s’y est enlisé. Le principe de subsidiarité doit ici être réellement appliqué pour que tout le monde détienne la fraction de pouvoir que sa compétence lui permet de maîtriser. On arrive à la fusée trois étages bien connue des royalistes : démocratie directe en bas, indirecte au milieu et monarchie en haut    

Paul Turbier. CJA.