Tag Archives: France

Comparaison du financement des Pouvoirs publics centraux en France et en Allemagne

25 Avr

Comparaison n’est  pas  toujours raison , mais …

Puisque les politiciens prennent toujours l’Allemagne en exemple et que nos hommes politiques nous parlent sans cesse du modèle allemand,

Voici QUELQUES PRÉCISIONS

France

Allemagne

Gouvernement

1 Président de la République

+ 1 Premier Ministre

+ 25 Ministres

+ 9 Secrétaires d’état

TOTAL :36

1 Chancelier(e)

+ 8 ministres

TOTAL :9

 

Coût d’un ministre

17 millions d’Euros par an

3 millions d’Euros par an

le soir après le » boulot »

A Paris, le 1er Ministre se détend dans son logis de fonction(310m²) à Matignon tandis que ses collègues regagnent en limousines les hôtels particuliers que la République met généreusement à leur disposition

 

Angela MERCKEL rentre dans son appartement, dont elle paie le loyer, les factures d’eau et d’électricité. Comme chacun de ses 8 ministres

 

Personnel

906 personnes travaillent à la Présidence de la République

A peu près 300 personnes en Allemagne

 

Parc auto

Élysée :

121 véhicules

Chancellerie :

37 véhicules

Déplacements

1 «AirbusA330-200

2 « Falcon7X

2 « Falcon900

2 « Falcon 50

et

3 Hélicoptères Super Puma

Systématiquement en train ou sur des lignes aériennes régulières

 

Indemnités

Président de la République

21 026 EUR NET

Angela MERKEL

15 830 EUR Brut

(Attention : Salaire soumis à l’impôt)

 

Budget

L’Élysée culmine à

113 000 000 EUR

Chancellerie

36 400 000 EUR

Publicités

Ma vraie France (républicaine). Bien, mais peut mieux faire.

4 Août
11811379_1137688869579695_151791694795668038_n

On trouve de tout sur Facebook … même des déclarations d’amour à son pays : la France. Alain TEXIER, CJA.

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (23 juillet 2015)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

23 Juil

images-1

Le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture

Toujours dans l’urgence

La situation des éleveurs français est catastrophique depuis de nombreuses années. Pourtant, le gouvernement de François Hollande, comme à son habitude, fait mine de le découvrir et décide de parer au plus pressé plutôt que s’atteler à une profonde réorganisation de la filière. Exactement comme il l’a fait depuis trois ans avec le chômage : les chiffres de l’emploi sont mauvais ? Et voici quelques emplois subventionnés. Ça ne suffit pas ? En voilà quelques autres…

Alors voici les dernières trouvailles du Conseil des ministres de mercredi 22 juillet, alors que le pays est à feu et à sang :

images

1/ Afin de redonner un peu d’air aux éleveurs, « confrontés à des difficultés de remboursement de leurs emprunts », l’Etat s’engage avec les banques, au premier rang desquelles le Crédit agricole, dans un « travail de restructuration des dettes bancaires ». Notion décidément à la mode !

L’Etat va débloquer 600 millions d’euros pour les éleveurs  en difficulté, afin de les aider à alléger leur trésorerie (100 millions d’annulations de charges et de cotisations et 500 millions de reports). La Banque publique d’investissement, Bpifrance, va aussi pouvoir garantir 500 millions d’euros de crédit bancaire de trésorerie.

2/ Est également prévu le report de plusieurs mois des échéances de paiement des cotisations sociales, personnelles, salariales et patronales.
De la même façon, « sur demande », il sera possible aux éleveurs d’obtenir un « report des échéances de paiement des derniers acomptes de l’impôt sur le revenu et sur les sociétés, voire une remise gracieuse des taxes foncières ».

3/ Pour répondre aux besoins des régions touchées par la sécheresse et la canicule, le gouvernement envisage aussi la « mobilisation exceptionnelle » d’un fonds national de gestion des risques agricoles. Mais attention, « l’impôt sécheresse » n’est pas loin…

4/ De même, toujours dans l’idée de soutenir l’investissement, est prévue la « mobilisation du PIA (plan investissement avenir) ». Ce plan, piloté par le Commissariat général à l’investissement, a été mis en place pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire.

5/ Une aide de 10 millions d’euros sera prodiguée aux filières porcines, bovines et produits laitiers pour les aider à faire leur promotion. Des mesures de soutien à l’export sont également prévues, comme la mise en place d une plateforme « Viande France export », regroupant tous les exportateurs français.
Le président pourrait également mandater l’un de ses secrétaires d’Etat, Matthias Fekl ou Harlem Désir, pour promouvoir la viande française en Europe. Avec eux, nous sommes tranquilles ! Tout ira mieux.

Unknown

Mais hélas, aucune décision à l’encontre de ceux par lesquels le drame s’est noué : les industriel de l’agro-alimentaire et la grande distribution, responsables des cours ridiculement bas de la viande française qui amènent les éleveurs à produire à perte et qui préfèrent importer des viandes d’origine étrangère pour peser sur les prix.

François Hollande s’était voulu apaisant, samedi 18 juillet en marge d’un déplacement en Lozère, en lançant un « appel » à la grande distribution. Mais cette sortie n’avait pas suffi. Devant l’extension de la contestation, l’exécutif a sonné le branle-bas de combat, mardi 21 juillet. En trois temps.
Le ministre de l’agriculture, Stéphane le Foll, d’abord, a annoncé que le rapport du médiateur, sur l’évolution des prix de la viande de porc et la viande de bœuf, lui serait remis avec vingt-quatre heures d’avance. M. Hollande, ensuite, a décidé la présentation d’un « plan d’urgence » dès le lendemain. M. Valls, ensuite, a convoqué une réunion de ministres et en a appelé à « la responsabilité » des « industriels » et de la « grande distribution »…qui s’en soucient comme d’une guigne.

C’est lundi après-midi, lors d’un tête-à-tête avec M. Le Foll, que le président a pris le parti d’« accélérer » et de présenter un plan dès le conseil des ministres de mercredi. « Il y avait un risque de constitution d’un kyste », a-t-il expliqué devant plusieurs conseillers. Un ministre confirme : « Il y a eu une crainte que le truc s’emballe au milieu de l’été et devienne violent. Cela peut aller très vite, ils ont les moyens de bloquer pas mal de choses ». Pas question de prendre le risque de l’enlisement et donc d’un quelconque dérapage qui, dans la torpeur estivale, n’en aurait que davantage de retentissement. C’est d’ailleurs pourquoi François Hollande a décidé, aujourd’hui même, de s’impliquer directement en recevant des représentants des éleveurs mais en érodant davantage encore sa fonction suprême de chef de l’Etat dont il ne restera bientôt plus grand chose.

Bref, après les « Bonnets rouges« , on redoute les jacqueries paysannes. 

 

Grèce : Rien ne va plus ?

Un nouveau défi politique attendait mercredi le Premier ministre grec, Alexis Tsipras : stopper l’érosion de sa majorité lors du vote au Parlement d’un deuxième train de réformes exigé par les créanciers avant de valider l’aide financière internationale. Le vote survenait une semaine après l’adoption par les députés d’un premier ensemble d' »actions préalables » exigées par les « institutions » créancières (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) aux termes d’un accord conclu à Bruxelles le 13 juillet.

4693901_6_d9d6_les-deputes-grecs-vont-devoir-voter-mercredi_eb5ea10ddc2fc2ce5d0f5b09370297ab

Le drapeau grec en lambeaux.

Ce deuxième train de réformes transpose dans la loi grecque des dispositions européennes sur le sauvetage des banques et réforme le système judiciaire pour en accélérer le cours et en réduire le coût. Les premières mesures – hausse de la TVA, réforme des retraites, des règles de négociation collective, du droit de grève et des licenciements, des privatisations – ont été approuvées il y a une semaine avec le soutien de l’opposition du centre et de la droite, alors que 39 élus de Syriza, le parti de la gauche radicale élu en janvier en promettant de mettre fin à cinq ans d’austérité, ont voté contre ou se sont abstenus. Cette fronde a obligé Alexis Tsipras à remanier ce week-end son gouvernement.

greceok

Et cette nuit, le Parlement grec a de nouveau voté les lois présentées (par procuration) par Alexis Tsipras mais avec principalement les voix de l’opposition de droite et du centre et après la défection d’une partie de sa propre majorité ! Il est clair que ce parcours du combattant, mené à cloche-pied, ne pourra pas durer longtemps.

Pour la presse grecque, un congrès de Syriza pourrait d’ailleurs avoir lieu dans les prochaines semaines, et des élections anticipées sont à prévoir dès la rentrée de septembre. D’ores et déjà, des représentants des créanciers sont attendus vendredi à Athènes pour rencontrer des membres du gouvernement. L’objectif de la Grèce est de boucler les négociations sur un plan d’aide, le troisième depuis 2010, d’ici au 20 août, date d’une importante échéance de remboursement à la BCE de 3,4 milliards d’euros (Lire « Programme pétrole contre nourriture (suite)…mais sans nourriture« : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/07/21/bulletin-climatique-quotidien-21-juillet-2015de-la-republique-francaise/).

rtr3ew6w

De son côté, Romano Prodi, qui a présidé la Commission européenne entre 1999 et 200, a  livré quelques réflexions à la suite de l’accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers. Selon lui, les conditions imposées à la Grèce pour son sauvetage « ont été imposées de la pire manière qui soit. On a transformé un petit problème en un énorme problème. Si on avait fait preuve de bonne volonté dans un contexte de solidarité qui prévalait autrefois, tout aurait été plus facile. La confiance qui doit être à la base des relations entre les pays européens a été anéantie. Nous avons évité le pire, mais nous avons créé le mal. » Et, à la question « Faut-il restructurer la dette d’Athènes ?« , voici sa réponse : « Tout le monde sait depuis longtemps que la Grèce ne pourra pas rembourser la totalité de sa dette. Réduction forte, abaissement des taux d’intérêt ou allongement des durées de prêt ? Au fond, cela ne fait pas une grande différence pratique. Mais quand un malade est dans un état grave, il faut mieux agir de façon chirurgicale. » Voilà quelqu’un qui lit manifestement le blogue du CER !

Et d’insister sur la fracture entre l’Allemagne et les pays du sud de l’Europe : « Cette fracture existe sans aucun doute. Pourtant, le nord de l’Europe, et disons plus clairement l’Allemagne, a su profiter de l’euro. Je m’attendais de sa part à une plus grande attention à l’intérêt commun, vu que ses intérêts nationaux ont été satisfaits. Mais l’opinion publique allemande a beaucoup changé. »

Comme nous le rappelons souvent et comme François Hollande ne l’a pas compris, la crise de la zone euro n’est pas derrière nous mais devant.

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

11164777_1559836137612592_3707511557761442067_n

Nous vous donnons rendez-vous jeudi 6 août 2015 pour la Fête médiévale de Crozant (province de la Marche et département de la Creuse)

Forteresse-de-Crozant_visionneuse

Les vieilles pierres du château de Crozant vont s’éveiller le temps d’une journée au mois d’août lors de la Fête médiévale de Crozant. De nombreuses animations vous seront proposées afin de vous faire replonger au temps du moyen âge. Venez en famille ou entre amis découvrir ou redécouvrir les us et coutumes de l’époque. 

les-aigles-decapitees,-tome-10---l-heritier-de-crozenc-269147

Le CER y sera représenté pour initier ceux qui le souhaiteront à la science du blason.

images

Le 23 juillet 2015.

Jean-Yves Pons, CJA.

Conseil de l’Europe : Grèce ; le référendum ne correspond pas aux « standards » européens

3 Juil

NDLRB. Il fallait  s’attendre à ce que les Eurocrates de tout poil ne laissent pas  s’exprimer librement  les opposants  à la sortie de la Grèce de la zone euro dans un premier temps et peut-être même ultérieurement  de l’Europe.

L’on se souvient

  1. du referendum français négatif  sur le traité établissant une constitution pour l’Europe du 29 mai 2005 et de la  façon dont le Traité de Lisbonne du 13 décembre 2007 a méconnu le rejet des Français comme d’ailleurs du royaume des Pays-Bas. https://fr.wikipedia.org/wiki/Référendum_français_sur_le_traité_établissant_une_constitution_pour_l’Europe
  2. du second  référendum constitutionnel a eu lieu en Irlande  le 2 octobre 2009  pour rendre possible la ratification du Traité de Lisbonne   après le rejet lors du référendum constitutionnel  irlandais de 2008. https://fr.wikipedia.org/wiki/Référendum_irlandais_de_2009_sur_le_traité_de_Lisbonne

        Les eurocrates qui nous gouvernent  ont  donc une peur  bleue de la libre expression de leurs peuples , d’où le recours systématique au vote des parlements moins attachés  que leurs  électeurs à la liberée et à l’indépendance de le leur pays.

  Et voici pourquoi  le résultat potentiellement négatif  du référendum Européeen est  condamné par avance … A suivre peut-être une annulation de ses résultats … ?

————–

Le référendum que veut organiser dimanche le gouvernement grec ne correspond pas aux « standards » fixés par le Conseil de l’Europe, en raison notamment du délai trop court entre l’annonce et sa tenue, a déclaré mercredi le porte-parole de l’organisation paneuropéenne.

« Il est évident que le délai est trop court vis-à-vis de nos standards », a dit Daniel Höltgen, le porte-parole du secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjoern Jagland, interrogé par l’AFP.

Les « standards » évoqués correspondent aux recommandations de la Commission de Venise, organe d’expertise juridique du Conseil de l’Europe, qui sont très suivies en matière constitutionnelle.

« Il y a au moins trois critères où le Conseil de l’Europe a des doutes sur la validité du référendum proposé », a détaillé M. Höltgen.

« Les votants devraient avoir les questions d’un référendum au moins deux semaines » avant sa tenue, « or ce n’est visiblement pas le cas », a-t-il souligné.

Du fait de ce délai trop court, « il n’y a pas de possibilité d’avoir une observation internationale », a-t-il ajouté, alors que la Commission de Venise recommande d’autoriser la présence d’observateurs étrangers.

« Les questions d’un référendum doivent être très claires et compréhensibles », a-t-il aussi noté, estimant que ce n’était pas le cas à ce stade.

Ce référendum, crucial pour le sort du pays dans la zone euro et l’Union européenne, doit porter sur l’approbation ou non des mesures d’austérité que les créanciers ont soumises au gouvernement d’Alexis Tsipras, pour que le pays puisse continuer de bénéficier de prêts internationaux.

Billet d’Argolide : Grèce; à qui profite le crime ?

2 Juil

rtr2d7wn

On nous annonce que le torchon brûle entre Angela Merkel et François Hollande au sujet de la Grèce.

En marge d’une visite à Lyon, le chef de l’Etat français a déclaré : « Il faut être clair : l’accord, c’est tout de suite, il ne peut pas être différé, il faut qu’il vienne. » Pas question, selon lui, d’attendre le vote des Grecs : « Je veux qu’on puisse trouver un accord en fonction des règles européennes. Il doit être trouvé avant le référendum, ça n’aura plus grand sens après la consultation. S’il ne peut pas être trouvé, alors le référendum aura lieu avec les conséquences que l’on sait. »

Le président français a ainsi pris le contre-pied de la chancelière allemande, qui avait rejeté, lundi 29 juin, devant les députés de la CDU, toute idée de reprise des négociations avant le référendum qui doit se dérouler en Grèce, dimanche 5 juillet. Pour Angela Merkel, de nouvelles discussions sont possibles, seulement si le référendum est annulé ou si le oui l’emporte.

Visiblement agacé par la tournure des événements, François Hollande a mis en garde contre « les affirmations péremptoires » et « les ruptures brutales » : « Je pense que nous devons toujours rechercher l’accord, la négociation, la raison, encore faut-il que tout le monde en soit convaincu. (…) La France, elle, se bat, elle n’est pas dans le veto, elle n’est pas dans la brutalité. »

Mais l’Elysée, qui sait qu’il ne fait pas le poids, a rapidement minimisé mercredi la portée de ces déclarations : « Le président a redit, de façon plus incisive, ce qu’il ne cesse de répéter depuis plusieurs jours : oui, un accord est possible, mais pour cela, il faut négocier », explique l’un de ses conseillers, qui précise que les propos s’adressent autant à Angela Merkel qu’à Alexis Tsipras.

Ce changement de ton de la part du président français a pourtant surpris à Berlin. A aucun moment depuis l’élection d’Alexis Tsipras, en février, François Hollande n’avait mis son poids politique dans la balance politique face à Angela Merkel. Mais c’est un appel à contretemps car, peu de temps après, Alexis Tsipras a déclaré qu’il maintenait son référendum sur les mesures d’austérité demandées par le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne. Dans une intervention à la télévision grecque, le premier ministre a par ailleurs réaffirmé que voter non lui permettra d’obtenir « un meilleur accord » des créanciers après le scrutin.

Cette divergence de vues entre Paris et Berlin intervient à un moment de très forte crispation. Et la raison en est simple même si personne ne vous en parle dans notre beau pays.

Le gouvernement français, qui redoute les conséquences imprévisibles d’une sortie de la Grèce, (entendez qu’il a enfin compris ce que dit depuis longtemps le Conseil dans l’Espérance du Roi), veut croire contre tout bon sens qu’il est encore possible de garantir l’intégrité de la zone euro. D’où les tentatives de François Hollande de convaincre directement Alexis Tsipras de renoncer au référendum, ou au moins le dissuader de faire campagne pour le « non » aux offres européennes, précise un officiel français.

Pour le gouvernement allemand, au contraire, une sortie de la Grèce de la zone euro serait moins dommageable à l’Allemagne qu’une zone euro anarchique. A Berlin, la ligne dure de la CDU estime que l’Allemagne est assez solide pour surmonter sans trop de dommages un « Grexit ». Autrement dit, l’Allemagne accepte clairement de sortir de la zone euro « par le haut« , poussée par le délitement des autres pays (principalement ceux du sud de l’Europe, France comprise), plutôt que de subir une sortie « par le bas » imposée par l’extension de la paupérisation des économies du sud.

C’est pourquoi Angela Merkel ne cèdera pas aux sirènes de l’Elysée.

Le 2 juillet 2015.
Jean-Yves Pons, CJA, pour le CER.

À lire. LA FRANCE Un pays en voie de décomposition

18 Juin

Nous vous proposons la lecture d’un article digne d’intérêt de Michel Lhomme, publié le 16 juin 2015 par le site Metamag (http://metamag.fr), et intitulé

LA FRANCE
Un pays en voie de décomposition

France_décomposition

 

La France, pays barrésien par excellence, c’est-à-dire hautement traditionnel fut le fer de lance de l’expérimentation mondialiste. A partir des années 80 puis s’accélérant dans les années 90 et 2000, le pays a vécu un processus de désintégration culturelle et de tentative de construction d’une nouvelle culture, d’un  »homme nouveau », unisexe, multiculturel, pluriethnique et sans aucune sacralité.

Ce fut le double discours de l’antiracisme et de l’intégration-assimilation qui s’achève aujourd’hui dans la caricature du discours  »républicain », du front  »républicain » alors que les banlieues de l’Islam sont en rébellion  »traditionnelle ». La France a donc vécu – comme l’Espagne – la dépolitisation, la désintégration de l’Etat à travers la chasse aux nationalistes, à tout ce qui affirmait le primat identitaire et culturel. Résultat : que reste-t-il de la France « nation européenne de race blanche et de religion chrétienne » comme disait De Gaulle ? Que reste-t-il de la France comme nation cultivée ?

L’antiracisme idéologique fut le soft power de l’européisme mondialiste qui a vu la France se convertir en une sorte de musée-prototype du monde idéal sans frontières, un monde dans lequel la France n’est plus que la péninsule à peine vivable d’une autre Europe, l’Europe du contexte global de l’arraisonnement du monde, de la réification générale du monde par le marché. C’est ainsi que la France comme avant-garde du mouvement global a éradiqué tout facteur de caractère ethnique, sexuel, racial et culturel qui ne se conformait pas au modèle de l’in-distinction générale. Toute allusion directe ou explicite chez un penseur ou un professeur à la Tradition devient ainsi systématiquement suspecte face au modèle laïc imposé, Nicolas Sarkozy, positivant même cela à Saint Jean de Latran, devant Benoit XVI en évoquant un “laïcisme positif” !

Qu’en reste-il quarante ans après ? Les « J’accuse » coupables d’un Régis Debray, se présentant devant nous comme un résistant de la dernière heure ?!… En fait, il en reste une nation démembrée, désarticulée, dépolitisée, une nation de tribus éparses et délétères. Il en reste des citoyens anéantis, renfrognés sans espérance et sans joie, dépressifs par défaut de verticalité et de transcendance. Il en reste l’anomie sociale et les incivilités de toute sorte. Le mondialisme est en tout cas – c’est le suprême constat ! – incapable de construire la religion civile. Il est l’empire du chaos et l’ordre des francs-tireurs, le futur hexagonal d’une démocratie carcérale à l’américaine.

Ainsi, le discours d’Hillary Clinton, candidate démocrate aux présidentielles US, est plus qu’un discours électoral adressé aux Américains. Il est plus qu’un programme d’intentions. Il est le programme du nouvel ordre mondial, celui qui consiste à détruire les identités culturelles et les religions traditionnelles. Il importe de ne pas se tromper d’ennemis et de choisir ses alliés. Nous ne serons pas en banlieues forcément du côté de la police. Si Hillary Clinton finit par évoquer dans son discours programmatique le recours à l’état d’urgence ou à la force coercitive de l’Etat, il est inévitable que nous nous retrouvions avec certains « fanatiques » en face à face avec la gauche française ou la classe politique  »républicaine » qui est sans doute en Europe la classe politique la plus pernicieuse, la plus soumise au dictat clintonien qui consiste à éradiquer au plus vite et par la force, dit-elle, le substrat identitaire et culturel du peuple, d’organiser ainsi le nivellement totalitaire de la masse et ce, bien sûr, au nom d’une vision universaliste et progressiste du monde.

Nonobstant – et c’est notre espoir ! -, nous comprenons beaucoup mieux pourquoi ce projet clintonien est à la fois si avancé dans notre pays mais y rencontre autant de résistance et de dissidence car n’en déplaise aux incultes, on ne se débarrasse pas si facilement d’une nation littéraire. On comprend aussi que sans identité collective, sans codes culturels partagés, la cohésion sociale sur un petit pays même irradié par la pensée « arc-en ciel » est surtout bien loin d’être assurée.

Michel Lhomme.

ARF. MESSES ET HOMMAGES POUR LE ROI LOUIS XVI. Amis royalistes, cette rubrique est la vôtre. Enrichissez -là.

15 Jan

                             L’ AGENCE (de presse) ROYALISTE DE FRANCE   (ARF)  communique :

En témoignage de reconnaissance  au  blog «  Le Petit Conservateur Palaisien » – aujourd’hui inactif qui donnait depuis  plusieurs années les références célébrées pour le  roi  Louis XVI et pour la France

————

Louis_XVI-231x300

Amis royalistes , cette rubrique est la vôtre.  Merci d’indiquer  EN COMMENTAIRE  sous ce post tous les renseignements utiles  pour   que  vos activités , en  ces jours  anniversaires  du  222 éme  assassinat  du roi Louis XVI, soient mieux connues.

—-

Testament  du roi Louis XVI 

http://www.messes-louisxvi.com/#!testament-du-roi-louis-xvi/c3ny

Prière pour le ROI de France 

DIEU de tendresse et de Miséricorde, Nous Vous offrons nos coeurs et nos vies, Nous Vous offrons l’âme de notre pays. Sanctifiez-nous. Purifiez-nous.

Edifiez Votre règne parmi nous. Règne de Justice, de Paix et d’Amour, Règne de la Volonté Divine. Que triomphe le Coeur Immaculé de Marie, Uni à Votre Sacré Coeur Douloureux. Par Vos Saintes Plaies, Par Votre précieux Sang. O Coeur de Jésus, Nous Vous en supplions.

 Donnez-nous ce « Roi » selon Votre Coeur, Que nous Vous demandons à genoux, Par l’intercession de Votre très Sainte Mère Que Votre règne arrive. Que Votre Volonté soit faite, Venez Seigneur Jésus.

Amen.

http://www.psbenlyonnais.fr/messe-2015-pour-le-roi-louis-xvi/

Samedi  17  janvier 2015

Paris : Chapelle Expiatoire, 10h30.

10407486_430179223804424_96412780861348846_n

  • Paris : Chapelle Expiatoire, 10h30. A l’occasion du 222e anniversaire de la mort du roi Louis XVI, l’Institut duc d’Anjou et l’Institut Maison de Bourbon vous invite à assister à la messe qui sera célébrée à 10h30 en présence de Monseigneur le duc d’Anjou Chef de la Maison de Bourbon, et de Madame la duchesse d’Anjou pour la France et la Famille Royale en la Chapelle Expiatoire 29, rue Pasquier, 75008 Paris.
  • La messe sera suivie d’un déjeuner à 12h30 à la Brasserie de la Pépinière – 6 place Saint Augustin Paris VIIIe .Réservation pour le déjeuner : contact.royaute@wanadoo.fr

Mercredi 21 janvier 2015

  • Caen (14) Chapelle St Pie X. 18 H 30. Messe suivie  d’un diner  convivial à la Brasserie des Lys Réservations avant le 19 janvier. 06 14 21 11 28
  • Fabrègues (34) Messe le 21 janvier 2015 au Prieuré Saint-François de Sales, 1 rue Neuve des Horts. Abbé Renaud JOUBERT de LA MOTTE (Fraternité St Pie X)
  • Lyon (69)
  • Chaque année, plusieurs centaines de lyonnais se réunissent pour un moment de prière et de recueillement en mémoire de Louis XVI, assassiné le 21 janvier 1793. Des cérémonies qui devraient être particulièrement suivies en cette période troublée.Église Saint Denis de la Croix-Rousse
    Mercredi 21 janvier 2014 à 19h
    Sous la présidence de M. l’abbé Jérôme Billioud. A l’appel de l’Œillet Blanc et de l’Action Française.
    4, rue Henon – Lyon 4
  • Marseille (13)image002

10428606_773079992745038_5095667973405325469_n

Paris. 12h
Saint-Germain-l’Auxerrois, paroisse des Rois de France, 2 Place du Louvre.
Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc, pour le roi, la reine et Madame Elizabeth et tous les martyrs de la révolution Française en présence de Mgr le Comte de Paris

tract_louis_xvi_-_20151450681_774383209281383_855098991014232763_n

 

Perpignan (66)                                                                                                                                                                                             19H en l’Eglise St Mathieu, 12 Rue Grande la Monnaie à Perpignan

Saint-Denis  (93) :
Messe à 12h Basilique de St Denis
BELGIQUE
Mercredi 21 Janvier 2015 :
 Une messe sera célébrée le 21 janvier 2015, à 11h, en Mémoire du Roi Louis XVI en la Chapelle du château de Rixensart, (1330)  dans la province du Brabant Wallon.

A Tournai, chaque année depuis 1844, une Messe pour Louis XVI est célébrée en la cathédrale…

L’Institut  du Christ-Roi  Souverain Prêtre en Belgique fera  célébrer la messe des morts  de Marc-Antoine Charpentier  à 19 heures  en l’église du couvent sainte Anne , avenue Léopold-Wiener, 28 à Bruxelles  (1170)

                                                                                                     SUISSE  

  Mercredi 21 Janvier 2015 : 

 Fribourg : 18h30 Basilique Notre-Dame messe chantée à la mémoire de Louis XVI et de la Garde Suisse de 1792 avec la participation des Trompes de Chasses du Pays de Fribourg

http://www.trompesdugibloux.ch/

Samedi 24 janvier 2015

Ramberge (85– La Gaubretière), à 11 h 00

Louaillles (72)

ob_3704d4_img346

Dimanche 25 janvier 2015

Brignoles (83)

Repas au restaurant  « Lou Paleisoun »  à partir de midi  en présence de SAR  le prince Sixte-Henri de Bourbon Parme . Messe à 17H30 en la Baslique Ste Marie–Madeleine  à St Maximin la Ste Baume Renseignement, Réservations (  avant le 18 janvier) . Madame Elizabeth Woehrel-Boiscot au 04 94-72-02 95 ou 06 86 94 64 62