Tag Archives: Guerre de 14-18

Ce qui n’a pas été dit sur les mutineries de la Grande Guerre et sur « l’Union sacrée »

30 Oct

arton2430-41838-9dc39obeir_1_-01442

Les lettres explosives des Poilus

L’école de la République enseignera-t-elle les raisons de leurs mutineries ?

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-lettres-explosives-des-Poilus-42073.html

Bataille de la Somme: Hollande sèche la cérémonie. Une injure faite à nos alliés anglo-saxons

7 Juin

Philippe David est journaliste et auteur de « Virons Dieu du débat politique ! » (Ed. Fauves).

Publié le 06 juin 2016 / Histoire Politique

Mots-clés : Bataille de la Sommedevoir de mémoireFrançois Hollandepremière guerre mondialeVerdun

Après la pantomime de Verdun, le président piétine à nouveau la mémoire de 14-18 en boudant les commémorations de la bataille de la Somme, au cours de laquelle plus de 200 000 soldats du Commonwealth périrent en héros.

On était encore bouche bée de la manière dont le centenaire dela bataille de Verdun   avait été commémoré le dimanche 29 mai qu’une informationrelayée par France 3 Picardie http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/francois-hollande-n-assistera-pas-aux-ceremonies-du-centenaire-de-la-bataille-de-la-somme-1012837.html est passée quasi inaperçue : François Hollande ne participera pas aux commémorations de la bataille de la Somme qui auront lieu le 1er juillet prochain. La raison de cette absence serait, toujours selon France 3 Picardie, l’absence de la reine d’Angleterre qui, faut-il le rappeler, vient de fêter ses 90 ans.

Pourtant, de nombreux chefs d’Etat sont attendus pour cette cérémonie car, si pour les Français la plus grande bataille de la première guerre mondiale est Verdun, pour les pays du Commonwealth, c’est la Somme.

Dans cette terrible bataille plus d’hommes sont tombés qu’à Verdun, ce qui veut tout dire. Les troupes du Commonwealth y ont perdu en cinq mois de combats 203 000 hommes, les Français 66 000 (163 000 à Verdun) et les Allemands 170 000 (143 000 à Verdun). On comprend mieux en lisant ces chiffres l’importance de cette bataille pour les Britanniques, Canadiens, Néo-Zélandais, Australiens ou Sud-Africains.

Le 1er juillet 1916, jour de l’offensive alliée, est le jour le plus meurtrier de toute l’histoire militaire britannique puisque ce jour là, plus de 19 000 « Tommies » ont laissé leur vie sur le champ de bataille. Le régiment royal de Terre Neuve, composé de Canadiens, perdit le même jour 801 de ses hommes sur 865, ce qui fait un taux de perte de 92%…

La moindre des choses serait, puisqu’il n’est pas encore trop tard, que le président de la République se rende à Thiepval (80300), lieu des commémorations comme il s’est rendu à Verdun pour rendre hommage à nos alliés qui ont perdu plus d’un million d’hommes à nos côtés dans cette terrible guerre. Finalement, qu’importaient l’Alsace et la Lorraine à l’Australien de Sydney, au Néo-zélandais d’Auckland, au Sud-Africain de Durban, au Canadien de Montréal ou à l’Ecossais de Glasgow ?

Après les attentats du 13 novembre, alors que l’équipe de France de football devait aller jouer à Wembley contre l’Angleterre, le stade britannique fut pavoisé aux couleurs de la France et de la devise « liberté, égalité, fraternité ». Le Premier ministre David Cameron et le prince William étaient même venus déposer des gerbes de fleurs au bord de la pelouse avant de chanter avec le public pour qui les paroles défilaient sur le tableau d’affichage La Marseillaise.

On a senti ce soir-là une empathie et un soutien magnifiques de l’autre côté de la Manche qui fit chaud au cœur en ces jours de deuil. Aussi, on aimerait que la France ne brille pas par son ingratitude le 1er juillet prochain en mémoire de ces hommes venus du bout du monde mourir pour nous.

On nous parle toujours du fameux « devoir de mémoire », il serait bon cette fois-ci d’y ajouter un devoir de présence…

http://www.causeur.fr/bataille-somme-hollande-14-18-38566.html

et aussi :

http://blogs.ac-amiens.fr/lamarckcentenaire/index.php?post/2014/11/20/La-bataille-de-la-Somme

 

Le Capitaine Danrit (Emile Driant). Ecrivain patriote et visionnaire. Mort pour la France à Verdun le 22 février 1916

22 Fév

Émile, Augustin, Cyprien Driant (Neufchâtel-sur-Aisne, 11 septembre 1855 – Beaumont-en-Verdunois, 22 février 1916) est un officier de carrière français. Gendre du général Boulanger, écrivain sous le pseudonyme de Danrit ou capitaine Danrit, député de Nancy, il reprend le service au début de la Première Guerre mondiale. Il meurt à Verdun à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs, en février 1916.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Émile_Driant

Ouvrage du Capitaine Danrit . L’invasion noire (1895)

 Ci-après dédicace de l’ouvrage à Jules Verne .

Mon cher maître, Permettez-moi de vous en remercier en vous déviant ce nouveau livre l’invasion noire c’est-à-dire l’invasion future de l’Europe par les masses musulmanes Afrique fanatisés par un sultan de génie

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106260h

ouvrage du Capitaine Danrit. L’Invasion jaune 1905                                                                                         http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5598999d

Et aussi :

il meurt, le 22 février 1916, lors du combat du Bois des Caures, à Verdun ( NDLRB . Il y a exactement un siècle, aujourd’hui lundi 22 février 2016) .

http://mletourneux.free.fr/auteurs/france/danrit/danrit.htm

http://www.editions-lepolemarque.com/products/driant-danrit/

http://www.priceminister.com/s/danrit+capitaine

http://www.livre-rare-book.com/t/main/101103262-danrit/books/AUTHOR_AZ/0/en;jsessionid=16CB7B80C1EC2DA66B8CFF333EC3CBED

http://www.actusf.com/spip/L-Invasion-noire.html

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5469903r.r=Driant.langFR

Et  bien d’autres  références en collant le mot « Danrit » dans la barre de  votre navigateur

 

8 février 1867. Naissance de l’Autriche-Hongrie

9 Fév
 Il y a 149 ans, le 8 février 1867, l’empire autrichien cède la place à une double-monarchie austro-hongroise.

Le nouvel État, appelé Autriche-Hongrie, se présente comme l’union de deux pays indépendants simplement unis par l’allégeance à un même souverain ( Union réele en droit).

De l’Autriche à l’Autriche-Hongrie (1850-1914)
À l’issue de la tourmente napoléonienne, la famille des Habsbourg recueille les fruits de six siècles d’effort. Elle se constitue un empire au coeur de l’Europe.

Cette construction multinationale improbable doit faire face aux nouveaux États-Nations, en premier lieu la Prusse. S’ensuit une tentative de confédération, l’Autriche-Hongrie. Elle durera un demi-siècle…

La montée des Habsbourg

La création de l’Autriche-Hongrie est l’aboutissement d’une très longue histoire qui a permis à une famille issue du modeste château des Habsbourg, en Suisse, de dominer toute l’Europe centrale grâce à de fructueuses alliances matrimoniales.

En 1806, les  Hasbourg  échangent le titre symbolique d’empereur d’Allemagne contre celui d’empereur d’Autriche.

Espoir d’une fédération danubienne

L’Empereur François-Joseph Ier

Le 3 juillet 1866, battu à  Sadowa par la Prusse, l’empereur d’Autriche  François-Joseph Ier  renonce à ses prétentions sur l’Allemagne et choisit de s’intéresser désormais à ses différents peuples.

Il prend conseil auprès de son épouse, Élizabeth, une princesse bavaroise sensible au charme des Hongrois. Surnommée « Sisi », l’impératrice est une belle femme dotée d’une opulente chevelure. Son destin tragique nourrira une abondante littérature… et fera la gloire de l’actrice Romy Schneider.

François-Joseph 1er partage ses États entre les Autrichiens de langue allemande et les Hongrois.

À l’est d’une rivière nommée Leitha, la Transleithanie,  François-Joseph Ier inclut la Hongrie historique mais aussi la Croatie, la Transylvanie, la Slovaquie, Cracovie… Sa capitale est Pest (aujourd’hui Budapest).

Le reste de l’empire devient la Cisleithanie, avec une majorité d’Allemands ainsi que des Slaves et des Italiens, et pour capitale Vienne.

Les Tchèques, qui se réclament du prestigieux royaume de Bohême, sont les grands perdants du compromis austro-hongrois. Mais ils placent leurs espoirs dans l’avènement d’une triple monarchie.

Gloire et mort de l’Autriche-Hongrie

Avec sa structure politique très souple, l’Autriche-Hongrie est un précurseur de l’Europe actuelle.

Elle va bénéficier pendant près de cinquante ans d’un immense rayonnement  culturel. De Trieste à Cracovie, toute l’Europe centrale en conserve la nostalgie dans son architecture comme dans son art de vivre.

Mais au terme de la Grande Guerre de 1914-1918, le président américain Woodrow Wilson et le Français Georges Clemenceau encourageront l’éclatement de la «Mitteleuropa» (Europe centrale en allemand) en invoquant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

 

L’Autriche-Hongrie, forte de 50 millions d’habitants, avec une capitale rivale de Paris, Londres ou Berlin, va céder la place à plusieurs Etats rivaux, arc-boutés sur le mythe de leur identité nationale, linguistique ou ethnique : Autriche, Hongrie, Roumanie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie.

Publié ou mis à jour le : 2014-02-16 19:08:4

Jeanne d’Arc héroïne des combats passés et à venir.

6 Oct

Guerre 14-18 : une population transformée. Des morts, des veuves , des Orphelins et des enfants qui ne naîtront jamais.

26 Août

data1418_2Guerre 14-18 : une population transformée

01.01.2014
Au lendemain de la guerre, les Puissances alliées et les Empires centraux comptent leurs morts, leurs blessés, leurs soldats rentrés estropiés ou la « gueule cassée ». Bilan en chiffres, dans le monde et en France.

 

L’Algérie, des Aurés aux Champs Elysées; la République, peut-être, mais La France avait-elle vraiment mérité celà ?

9 Juil

C’est la première fois que l’Algérie participera officiellement aux cérémonies du 14 juillet à Paris . Certes, ce ne sera pas un gros bataillon, mais la présence de trois militaires lors d’une animation initiale sur la place de la Concorde devant les officiels de l’ancienne puissance coloniale est assez symbolique des relations que les deux pays veulent désormais entretenir.

Conscients de l’image qui pourrait heurter les récalcitrants ou certains nostalgiques de l’Algérie française hostiles à leur présence, les militaires algériens ne défileront pas. Ils seront simplement présents, place de la Concorde, précise-t-on au ministère français de l’Intérieur.

Dimanche, le ministre algérien des Affaires étrangères a confirmé la participation algérienne. Le chef de la diplomatie algérienne a assuré que «le peuple algérien honore ses propres contributions à la liberté à travers le monde et assume toute son histoire (…) L’Algérie participera, dans le même format et dans les mêmes conditions que quatre-vingt autres nations dont des citoyens sont tombés sur les champs de bataille de la 1ère Guerre mondiale à la manifestation  prévue à Paris à cet effet». Pour lui, cette participation va rendre «à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leurs vies pour la liberté d’autrui et la leur propre».

http://www.brujitafr.fr/article-14-juillet-l-algerie-participera-bien-au-defile-124091116.html

NDLRB . La lecture du communiqué immédiatement supra démontre encore une fois qu’Hollande a tout faux

– l’Algérie vient beaucoup moins honorer les morts de la Grande guerre que les siens propres tombé pour la «  libération » de « leur «  territoire. Que l’on relise seulement : cette participation va rendre «à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leurs vies pour … la leur propre».

 Si , le président Français voulait vraiment que soit honorés les morts de la Grande guerre issus de territoire à l’époque sous administration française , cela aurait dû être par le biais des drapeaux et étendarts des unités- fussent –elles dissoutes aujourd’hui

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Garde des Sceaux,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles