Tag Archives: Homophobie

« Il aimait beaucoup trop les jeunes gens, condamné à trois ans de prison ferme pour agression sexuelles sur mineurs »

21 Mai

 

salle-du-conseil.jpgLe Populaire du centre   dans son édition du 18 mai 2013 vient  de délivrer  deux échos dont  le  contenu se  télescope  étrangement :

p. 4 :  Celui dont le  titre est  rappelé  ci-dessus   p.8 :  et celui là :Les associations  lesbiennes, gays  et transgenres préparent des animations contre  l’homophobie.

Vous me direz  peut-être : Alors là on ne  voit  pas le rapport. Quoiqu’ il devrait être assez  clair  qu’à partir  du moment où  les digues  dresséees  contre  des relations pendant longtemps  condamnées cédent, on ne  voit pas pourquoi on continuerait à poursuivre  pendant longtemps  l’homme  qui aimait beaucoup trop les jeunes gens.

Vous me  direz peut-être que  dans le cas  de  condamnation ci-dessus; il s’agit  de relations forcées avec  des mineurs. Certes, mais au train  où vont les  choses  comment être sûr  que  ce  qui est  condamné aujourd’hui ne sera pas  validé, autorisé, encouragé, médiatisé, en un mot  officialisé demain?

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER. CJA. Garde des Sceaux ,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

Les organisations de defenses homo et lesbiennes vont pouvoir tendre à nouveau la sébille.

25 Avr

220px-Sparschwein_Haspa01  

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sparschwein_Haspa01.j

Les professionnels de la subvention : Chronique hebdomadaire de Philippe Randa La loi autorisant le mariage homosexuel est votée !

  C’est fini ! Enfin non ! Enfin si ! Enfin, c’est selon… Un recours auprès du Conseil constitutionnel a immédiatement été déposé par l’opposition UMP, contestant la procédure des débats et l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe… et d’autres manifestations sont annoncées, prévues, organisées, datées…

    Combat d’arrière-garde ? Ultime soubresaut d’un camp vaincu ? Volonté délibérée d’harceler la majorité parlementaire ? On ne sait plus trop pour le moment, l’affaire se martelant pour beaucoup sur l’air d’« On a perdu une bataille, on n’a pas perdu la guerre… », un peu comme on se console d’un échec amoureux en se répétant « une de perdue, dix de retrouvée… », tandis que d’autres entonnent « On a gagné, on a gagné » sur l’air des lampions, mais en se demandant quand la tempête politique qu’ils ont déclenchée se calmera. Si elle se calme… Les messieurs vont pouvoir à l’avenir se passer la bague au doigt entre eux et les madames itou. Vive les marié(e)s ! Mais seront-ils si nombreux ? Si l’on s’en réfère – et pourquoi pas ! – aux couples homosexuels pacsés depuis la loi de 1999, il s’agit de… 6 % des Unions contractées… Et comme un mariage est bien plus contraignant qu’un PACS, notamment dans la perspective d’une éventuelle séparation, il est logique de penser que bien moins encore d’homosexuel(les) convoleront en justes noces. Tout ça pour ça ! Et dire que certains opposants ont annoncés la « fin d’une civilisation » ! À quoi tiendraient les choses, on se le demande ! Mais quoiqu’il en soit, que la bataille soit perdue ou gagnée selon les camps en présence, il est certain que la guerre, elle, va continuer.

Rappelons que lors des débats pour instaurer la loi sur le Pacs, tous les partisans de celle-ci juraient alors leurs grands Dieux que jamais, Ô grand jamais ! il ne serait question un jour de mariage… Question qui fut leur nouvelle revendication à la seconde même où le Pacs fut voté. Aujourd’hui, une partie des partisans du Mariage pour tous ont annoncé de même que « le mariage, bien sûr », mais la « procréation médicalement assistée (PMA), il n’en était évidemment pas question… dans le même temps que d’autres ne se gênent nullement de la réclamer. Soyons donc assurés qu’il s’agit désormais du prochain enjeu des multiples associations dont la plupart ne représentent que leurs responsables et les subventions qui les font vivres. Grassement, bien souvent. Car au-delà des convictions des uns ou des autres, on oublie souvent l’enjeu financier.

   L’homophobie avait quasiment disparue ces dernières années. Mauvais plan pour les professionnels de la subvention. Ils connaissaient la crise, eux aussi ! Heureusement, le débat sur le Mariage pour tous a ramené le problème au premier plan des préoccupations des uns… et de l’intérêt sonnant et trébuchant des autres ! Les médias ont largement rapporté ces derniers jours trois ou quatre tabassages d’homosexuels à travers le pays, dûs, s’ils sont réels, à quelques tarés en état d’ébriété. Bingo ! À vot’ bon cœur, messieurs-dames, par ici l’argent public, ou même privé si un reçu de déduction fiscale est possible. Ce n’est pas demain la veille qu’une association sera délocalisée. Un professionnel de la subvention est un patriote, à n’en pas douter.

http://francephi.com/

images CQFD. Ce Qui Fonderait Demain… l’action du roi à venir.                                                  La  subventioninte  aïgue est un mal trés républicain . Je peux en témoigner  doublement  , D’abord parce que les idées  que je défends ne m’ont jamais permis d’en obtenir ne serait-ce que l’once d’une et ensuite parce que  beaucoup de personnes professant  des idées opposées aux miennes  en recoivent , elles, beaucoup.

    Il apparait  donc possible, au vu de ces navrantes  expériences que le principe même de la  subvention publique  soit bannie par le  Gouvernement  royal et ceci, notamment,  parce que les Pouvoirs publics  ont un tropisme naturel  à subventionner leurs amis tout en refusant leurs largesses à ceux  dont ils savent, ou croient savoir, que l’argent  qu’ils leur  donneraient  serait « mal »utilisé. Voilà des façons de  faire  qui, vous en conviendrez naturellement sont indignes du gouvernement du roi qui ne saurait oeuvrer à la division des français..

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, Garde des Sceaux,Conseiller à la Justice, aux Libertés publiques, aux devoirs et aux droits des Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelles.

Communiqué de l’Agrif.La double victoire du lobby LGBT-OGM

10 Avr

Communiqué de l’Agrif après le vote de l’article 1 er du projet de loi sur le pseudo-mariage des homosexuels:

« MARIAGE » homo : ouvrira-t-on les yeux sur les raisons de la double victoire du lobby LGBT-OGM ?

Comme on pouvait s’y attendre, le Sénat entérine le vote de la chambre des députés en faveur de la loi de dénaturation du mariage, non sans le secours à la gauche d’un certain nombre de sénateurs dits de droite.

Une fois de plus la franc-maçonnerie aura assuré la cohésion de la gauche par ailleurs divisée et elle aura comme à l’ordinaire débilité la dite droite.

Cette loi a été imposée par le très puissant et très riche lobby de la minorité LGBT-OGM, agent actif de l’individualisme nihiliste révolutionnaire. Son activisme de groupe de pression politique a culminé en une guerre psychologique utilisant tous les moyens possibles de désinformation dans un constant bombardement médiatique.

Il a notamment encore utilisé à plein la technique d’intimidation et de sidération de la dialectique grossière mais éprouvée de l’antiracisme. Tout le réseau de propagande LGBT-OGM s’est employé simplistement mais efficacement à opposer le camp du bien de la bonne et obligatoire homophilie et le camp du mal de la non-homophilie désignée comme celui de la barbarie homophobe.

Les dirigeants de la réaction de masse contre la loi sont quasi unanimement tombés dans ce panneau. En ne cessant de se disculper de l’accusation, ils se mettaient ainsi en permanence en position de complexés sur la défense. Malgré les moyens d’expression qu’ils avaient, aucun d’entre eux et surtout pas la surnommée Frigide Barjot, n’aura pris le temps de comprendre, de démonter et de dénoncer les grosses ficelles terrorisantes de la pieuvre LGBT-OGM.

En ne cessant de se proclamer « la fille à pédés » (sic !), en ne cessant de faire acclamer des histrions homosexuels, Frigide vraiment Barjot ne voyait pas qu’elle n’en ferait jamais assez ! Qu’elle ne faisait qu’apporter de l’eau au moulin LGBT. Qu’il était totalement absurde et contre-productif de ne cesser d’exalter avec Bongibault le modèle homosexuel.

Comme s’il n’avait pas suffi de dire une fois pour toutes que le combat pour le mariage naturel  n’était pas celui de la haine contre les homosexuels !

Et donc de ne pas déplacer le combat sur le terrain dialectique choisi par la subversion LGBT-OGM. Moyennant quoi, Frigide Barjot et son soviet de bien gentils naïfs, quels que soient leurs titres prestigieux auprès des bonnes masses chrétiennes, auront accompli un grand travail de promotion de l’homosexualité que n’auraient pas imaginé ses prosélytes idéologiques. Le lobby a donc remporté une double victoire : celle de la loi et celle de la promotion panhomosexuelle.

On ne saurait non plus oublier pour autant que c’est l’élection de François Hollande qui a entraîné le vote de cette loi, qui n’eut pas été si vite et si facilement imposée avec une majorité de députés dits de droite. On ne saurait pas davantage oublier que si l’épiscopat français s’était jadis mobilisé contre la loi Chirac-Veil légalisant le meurtre  d’enfants à naître, jamais l’actuelle loi de panhomocratie ne serait passée.

Aussi le combat contre la culture de mort, les combats pour la vie ne doivent-ils pas cesser mais se développer à partir d’une analyse sans complaisance des échecs.

Ils devront être menés avec la claire volonté de les placer non pas certes dans une perspective de politiciennerie mais dans une claire priorité de combat politique, bien sûr éclairé par la morale véritable qui ne saurait se réduire à la vigilance fiscale.

Bernard Antony

Le 10 avril 2013.  

Un temps d’Hommerie…

9 Déc

Nous reproduisons ici, in extenso, l’article qu’Alexis Arette a confié, à la suite d’autres, au journal l’Eclair mais que celui-ci a refusé de publier, sans explication. Annonçant ce que l’auteur appelle « une nouvelle phase de Tyrannie sur la presse ». Cet article a été repris par Le Cri du Chouan, organe de l’association France royaliste, de décembre 2012.

Saint François de Salles disait: « Partout où il y a des hommes, il y a de l’hommerie ! »

Le terme n’a pas fait fortune parce que les Saints n’en font pas, et les Francs-Maçons et les philosophes du genre lui ont préféré le terme d’ « humanisme », histoire d’ennoblir un peu le cochon qui sommeille dans l’homme. Nous en sommes à cet ennoblissement législatif et le débat sur le mariage « Gay » en est la conséquence. On a beau savoir que les homosexuels en majorité sont discrets, et qu’ils sont seulement 1% à vouloir égaler leur relation à celle des couples traditionnels, c’est cette minorité que le Hollandisme désire prendre en compte. Pourquoi ? Parce qu’un gouvernement de gauche doit tenter de faire oublier son incapacité politique par les flonflons de la fête et les guirlandes du bordel ! Un des premiers actes du soviétisme en Russie, fut de faire obligation aux jeunes militantes communistes, de se tenir à la disposition sexuelle des jeunes mâles ! (Congrès de 1923). Mais comme on avait ajouté à ces festivités le droit à l’avortement, les conséquences sanitaires furent tellement désastreuses, qu’il fallut assez vite réviser la loi. Nos socialistes sont dans le même esprit de licence, l’hygiène en plus, avec tout de même à leur décharge, le fait que les sociétés giscardienne, chiraquienne et sarkoziznnz, ont également pataugé dans la porcification.

Je n’ai pas compris que l’Eclair, ait outré le propos des Evêques à Lourdes, en rapportant qu’ils avaient « fustigé » le mariage gay. « Fustigé » possède un sens violent, et le Cardinal Vingt-Trois n’a rien fustigé du tout. Il a rappelé la position traditionnelle de l’Eglise en y ajoutant la leçon de l’histoire, laquelle démontre qu’il est des actes préjudiciables à le vie des sociétés, et que le rôle du législateur est de favoriser ce qui construit contre ce qui détruit. La pater-maternité débouche sur la vie. Toute autre forme de sexualité, débouche sur le néant et la recherche vaine de nouvelles sensations. Une personnalité paloise dont je fus l’ami sans en partager les goûts, me confiait un jour que sa magnifique santé lui permettait d’avoir 7 amants à la fois ! C’est dire que la législation du mariage gay ouvre obligatoirement la porte à la « polygamie » sodomite, puisque le vagabondage sexuel est une pratique très commune du genre. En fait, si l’homophobie est répréhensible, c’est surtout l’homofolie qui menace la société.

François Bayrou a voulu marquer sa différence avec l’Eglise de Rome, en introduisant la notion de « charité » dans le débat. L’argument avait déjà servi lors de la légalisation de l’avortement, quand Jean Lecanuet et Claudius Petit apportèrent leur voix à ce que l’Eglise appelle « Le crime abominable ». Petit alla jusqu’à dire qu’il voyait le vista torturé du Christ dans le visge des femmes qui se faisaient avorter. Par contre, il ne vit rien sur le visage des enfants démembrés et jetés dans les incinérateurs. La République commençait sa descente aux enfers avec une nouvelle « Shoah », mais on sait que pour elle, depuis le massacre des harkis, il y a de bons génocides. Pour cela je deviens plus réactionnaire de jour en jour, me refusant de confondre le « Aimez-vous les uns les autres » de l’Evangile avec le « Aimez-vous les uns sur les autres » de notre république. C’est pourquoi je souhaite autre chose…

Alexis Arette.

Le 7 novembre 2012.

Le « mariage homosexuel », « Ce n’est pas une question d’égalité ».

20 Oct

 Ou le bon sens près de chez vous  (en tout cas, sur le blogue du CER) :

« Cela fait de  déjà de  longues années que la  conception française  de l’égalité républicaine  a  sournoisement  fait place  , notamment  sous l’influence  du multiculturalisme anglo-saxon et, via le droit  européen, à la notion  absolument  fourre-tout de « non-discrimination ».

 Systématiquement  utilisée dans la rhétorique  victimaire des  minorités militantes, des transsexuels aux Roms en passant par les handicapés ou  les locuteurs des langues régionales, la non-discrimination est progressivement  synonyme  d’abolition du discernement., d’interdiction de porter un jugement  de  valeur sur les moeurs et  comportement  où de hiérarchiser  de  quelconque  façon les  croyances et les  cultures. A ce train là, il devient  interdit  de distinguer  sa gauche de sa droite et nous sommes tous gentiment priés  de  bien vouloir prendre  des vessies pour des lanternes , sauf à risquer  de se faire poursuivre au tribunal  pour cause de phobie  pénalement  sanctionnée. L’interdiction de discriminer  se mue ainsi en obligation de tout  confondre  et en aplatissement des encéphalogrammes, on fabrique petit à petit  une société lobotomisée par  ce que Renaud Camus appelle  judicieusement «  l’industrie de l’hébétude » et que d’autres ont dénoncé, s’agissant de l’école comme  la «  fabrique  du crétin ».

L’argumentaire  avancé en faveur  du « mariage homosexuel » participe assurément  de cette idiotie généralisée  et  du triomphe du «  n’importequoiisme » en nous faisant passer  l’impossibilité naturelle et factuelle  de deux  hommes ou de deux femmes  de se marier  pour une  discrimination  juridique  dont  se rendrait  coupable  une méchante  législation homophobe. »

Anne-Marie Le Pourhiet. Professeur de droit public. Le Figaro, 18 octobre 2012 p. 18.