Tag Archives: https://fr.wikipedia.org/

Les mauvais coups portés par la fusion à marche forcée des communes . Nouvelle commune de « Val d’Oire et Gartempe » (Haute-Vienne)

5 Sep

  Nous ne sous-estimons pas les effets positifs  que peut avoir la  fusion communale  analysée ci-après  et  dont se fait l’ écho le   Populaire du centre du 1 er  septembre 2018 p. 16 en bas  mais la disparition des  quatre anciennes  communes  au bénéfice de la nouvelle entitée  communale Val d’Oire et Gartempe  Bussière-Poitevine – Saint-Barbant – Darnac – Thiat n’est pas sans  conséquence  sur la mémoire collective des habitants et touristes.

Haute-Vienne 1 Nouvel intitulé : Val d’Oire et Gartempe Chef-Lieu :  Bussière-Poitevine 1732 4 Anciennes  communes : Bussière-Poitevine – Saint-Barbant – Darnac – Thiat 1er janvier 2019

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_communes_nouvelles_cr%C3%A9%C3%A9es_en_2019

  • Jugez -en:  « Saint-Barbant » passe à la trappe . C’est toujours cela de gagné pour les laicards. C’est l’abréviation populaire de « Sainte-Barbe-en Poitou » devenu en Saint’ Barb’En. dans le langage populaire. Le prénom Barbe apparu au Moyen Age constitue lui-même un diminutif du latin Barbara (étrangère ou barbare). Selon d’autre spécialistes, la localité rend hommage à saint Barbentius, évêque de Bénévent au sud de l’Italie ayant vécu au VIIe siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Barbant

  • Le nom de Bussière vient de buis. Il existe un village qui s’appelle les Buis sur la commune, et Poitevine est expliqué par le rattachement de la commune au diocèse de Poitiers jusqu’en 1801. Depuis, à celui de Limoges. ici c’est la référence à un diocèse qui passe à la trappe. C’est toujours cela de gagné pour les laicards.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bussi%C3%A8re-Poitevine

Armoiries de Bussière-Poitevine (87320)

Ajoutons la disparition des armoiries souvent trés originales :

Bussière-Poitevine. D’azur au templier vêtu et coiffé de mailles d’argent, croisé et ceinturé de gueules, accosté de deux rameaux de buis d’or, au chef d’argent chargé de trois croisettes ancrées de gueules.

NDLRB. Et pour moi c’est un peu de ma mémoire  qui s’en va. Me rendant en Poitou où est située la ferme de mes grands parents, la traversée de Bussière-Poitevine me permettait  d’avoir un avant goût de mes vacances en Poitou. 

Armoiries de Thiat (87320)

Thiat.  Coupé : au premier d’azur aux deux cuviers d’or, au second de  gueules au cuvier d’argent

Alain TEXIER, CJA.diplômé des Sciences politiques.

 

L’islam a encore frappé en France.

23 Mar

L’islam a encore frappé aujourd’hui en France, à Carcassonne et sa proche banlieue (Trebes dans l’Aude). Trois personnes son mortes et plusieurs autres sont blessées, parfois grièvement.

L’auteur de ces crimes est un Franco-Marocain de 25 ans, un certain Radouane Lakdim, connu des services de police pour port d’arme prohibée et trafic de stupéfiants, suivi par les services de renseignement depuis 2013 pour ses relations avec les milieux salutistes et fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Il avait par ailleurs déjà été incarcéré quelques semaines en 2016 pour des faits de droit commun mais, comme trop souvent, rapidement relâché. Au cours des méfaits commis aujourd’hui, il s’est revendiqué clairement de son attachement à l’islam radical et, plus précisément, à l’organisation Etat islamique.

Lors de l’assaut donné par les forces de l’ordre contre le super-marché dans lequel le criminel s’était retranché avec ses otages il a été abattu sans autre forme de procès, privant ainsi la justice d’importants moyens d’enquête et même si celle-ci ne fait que commencer.

Car, un certain nombre d’éléments d’une considérable gravité vont devoir être explicités :

1/ le terroriste a-t-il agi seul ou disposait-il de complicités ?

2/ Pourquoi un islamiste connu pour son radicalisme était-il en liberté quand on connaît le risque élevé de passage à l’acte terroriste de ces criminels potentiels (les exemples ne manquent pas) ?

3/ Pourquoi les autorités de notre pays persistent-elles à refuser la déchéance de la nationalité française à des islamistes connus pour leur radicalisme et, qui plus est, condamnés pour des faits de droit commun dont le trafic de stupéfiants ?

4/ Pourquoi les mêmes autorités refusent-elles notre exigence de réinstaurer la peine de relégation dans un bagne dédié, dès leur premier délit, à défaut de les déchoir de leur nationalité et de les expulser vers leur pays d’origine ?

5/ Pourquoi ces mêmes autorités ne s’efforcent-elles pas de réduire drastiquement le nombre de musulmans dans notre pays (au lieu de copiner avec un prétendu islam DE France), alors qu’il est facile de comprendre que plus on réduit le nombre de musulmans et plus on réduit le risque de voir se développer un islam radical et criminel ?

6/ Enfin, de façon complémentaire, pourquoi ne travaille-t-on pas à mettre au point des méthodes de neutralisation rapide mais non létale, applicables à ces situations, afin d’éviter de voir disparaître les auteurs de ces attentats par mort brutale et de mettre ainsi un terme à l’action judiciaire les concernant (la médecine vétérinaire a depuis longtemps étudié et résolu la question) ?

En résumé, rappelons que trois innocents ont perdu la vie et d’autres ont été plus ou moins grièvement bléssés dans cet acte de terrorisme. Rappelons aussi qu’une fois de plus les services de renseignement comme les autorités responsables de la sécurité publique ont été défaillants.

Posons donc une fois encore (combien faudra-t-il le répéter ?) la question suivante : ceux qui laissent commettre ces actes ne sont-ils pas au moins aussi coupables que ceux qui les pratiquent ? Et, pour nous en tout cas, 

TOUS ONT DU SANG SUR LES MAINS.

Le 23 mars 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attaques_terroristes_islamistes

En passant

NON, Monsieur DERRIDA* ! NON.

24 Jan

NON, Monsieur DERRIDA* ! NON.

Dans l’une des impostures dont il a le secret, le quotidien Le Monde s’est servi du défunt philosophe Jackie Elie (dit Jacques) Derrida -1930-2004- pour durcir le ton de sa campagne en faveur des migrants clandestins et soutenir la cause du lobby immigrationniste. Les auteurs de cette manipulation ont en effet publié un texte du philosophe (d’origine algérienne et naturalisé Français grâce au décret Adolphe Crémieux de 1870 –  https://fr.wikipedia.org/wiki/Décret_Crémieux), datant de 1996 et confié au Groupe d’information et de soutien des immigrés n° 34. L’auteur s’exprimait alors sur la loi permettant de poursuivre, voire d’emprisonner, ceux qui hébergent et aident des étrangers en situation jugée illégale.

Jacques Derrida étant, par la magie du Monde, revenu parmi nous il nous est devenu possible (le CER n’existait pas en 1996)…de lui répondre.

Que disait alors le philosophe ? Ceci en était l’introduction.

«  L’an dernier, je me rappelle un mauvais jour : j’avais eu comme le souffle coupé, un haut-le-cœur en vérité, quand j’ai entendu pour la première fois, la comprenant à peine, l’expression   » délit d’hospitalité « . En fait, je ne suis pas sûr de l’avoir entendue, car je me demande si quelqu’un a jamais pu la prononcer et la prendre dans sa bouche, cette expression venimeuse, non, je ne l’ai pas entendue, et je peux à peine la répéter, je l’ai lue sans voix, dans un texte officiel.

Il s’agissait d’une loi permettant de poursuivre, voire d’emprisonner, ceux qui hébergent et aident des étrangers en situation jugée illégale. Ce  » délit d’hospitalité  » (je me demande encore qui a pu oser associer ces mots) est passible d’emprisonnement. Que devient un pays, on se le demande, que devient une culture, que devient une langue quand on peut y parler de  » délit d’hospitalité « , quand l’hospitalité peut devenir, aux yeux de la loi et de ses représentants, un crime ? « 

On y trouve déjà tous les poncifs, les approximations, les amnésies,  les pleurnicheries et même les fautes sémantiques de cette littérature militante.

Commençons, une fois n’est pas coutume, par la fin. La faute sémantique : par définition, le  » délit d’hospitalité « , comme il l’appelle, n’est pas un  » crime  » tant il devrait être connu de tous que, même si les deux sont des actes délictueux, la gravité du premier ne relève que du tribunal correctionnel alors que celle du second mérite la cour d’assise.

Hélas, le reste ne vaut guère mieux. Ainsi, s’indigner que l’on poursuive  » ceux qui hébergent et aident des étrangers en situation jugée illégale  » revient à nier la réalité et la force de la loi en même temps que l’on cautionne l’intelligence avec l’ennemi ou, en tout cas, l’envahisseur. De quel côté aurait été M. Derrida lorsque la France fut envahie par les armées nazis ? Nous ne le saurons jamais car il vivait alors en Algérie, dans une famille juive séfarade, et qu’il était trop jeune pour s’engager politiquement. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que sa scolarité fut difficile du fait de mauvaises relations avec ses maîtres. Il voyait déjà, en effet, les enseignants venant de métropole comme oppresseurs et normatifs, normalisateurs et moralisateurs…De la rébellion à la trahison, il n’y a qu’un pas. Comme des  » Grandes Invasions  » au  » Grand Remplacement « .

Il le précise d’ailleurs plus loin dans son texte, avec une emphase qu’il affectionne souvent :

«  (…) Nous habitons désormais des abris sous haute surveillance, des quartiers de haute sécurité – et, sans oublier la légitimité de tel ou tel instinct de protection ou besoin de sécurité, nous sommes de plus en plus nombreux à étouffer et à avoir honte d’habiter ainsi, de devenir les otages des phobiques qui mélangent tout, exploitent cyniquement la confusion à des fins politiques, ne savent plus ou ne veulent plus distinguer entre la délimitation d’un chez-soi et la haine ou la peur de l’étranger et ne savent plus que le chez-soi d’une maison, d’une culture, d’une société suppose aussi l’ouverture hospitalière.  » Nous le rappelions :

 » Wilkommen ! « 

Et l’imposture va plus loin encore avec ceci :

 » (…) Un décret-loi de mai 1938, dans un langage qu’on retrouve aujourd’hui dans toutes les rhétoriques politiciennes, prétendait, je cite,  » ne pas porter atteinte aux règles traditionnelles de l’hospitalité française « . Le même texte, simultanément, argumentait comme aujourd’hui, et de façon aussi peu convaincante, pour rassurer ou flatter les fantasmes d’un électorat et déclarait, je cite (c’est en  1938, au moment de l’arrivée encombrante de certains réfugiés au faciès ou à l’accent jugés parfois caractéristiques; comme tous ceux qui leur ressemblent, ces discours nous rappellent aujourd’hui, dans leur anachronie même, à une sorte de veillée pré –  » vichyste « ) :Le nombre sans cesse croissant d’étrangers résidant en France impose au gouvernement (…) d’édicter certaines mesures que commande impérieusement le souci de la sécurité nationale, de l’économie générale du pays et de la protection de l’ordre public. « 

C’était en 1938, pas en 2018…

Alors, M. Derrida, appelons un chat un chat. Un migrant clandestin est un délinquant qui contrevient gravement, par son intrusion (on pourrait même dire son effraction), à la loi du pays qu’il a choisi pour cible. Il doit être au moins expulsé vers son point de départ et, au plus, être puni pour ce délit. Toute personne physique ou morale qui participe à la réalisation de son entreprise est, aux termes de la loi, son complice (et nous pourrions même dans certaines circonstances l’appeler un « collabo« ). Il doit, lui aussi, être puni.

DURA LEX SED LEX !

« La fonction d’un écrivain est d’appeler un chat un chat. Si les mots sont malades, c’est à nous de les guérir. Au lieu de cela, beaucoup vivent de cette maladie » écrivait d’ailleurs votre ami Jean-Paul Sartre dans Qu’est-ce que la littérature ? dans Situations philosophiques.

Portez-vous mieux, M. Derrida.

Le 24 janvier 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

 * Jacques Derrida (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Derrida)

Nouvelles du royaume d’Araucanie * via Tourtoirac (24390).

29 Août

http://www.francetvinfo.fr/france/nouvelle-aquitaine/dordogne/micro-nation-le-prince-de-dordogne-au-chili_2345279.html

Et pour en savoir plus sur ces « royaumes » d’au delà du  Pacifique https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_d%27Araucanie_et_de_Patagonie             dont le  fondateur  fut Antoine de Tounens  https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_de_Tounens

Trésors de l’ébénisterie à secrets

27 Juil

David Roentgen

Secrétaire à cylindre mécanique

Et aussi :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                http://www.terre-meuble.fr/les-meubles-a-secrets-de-david-roentgen/                                                                                                                                                                                                                                                                    https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Roentgen http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/                                                                                                                                                                                                     http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/

Le destin tragique de certains monarques Ethiopiens : Haïlé Sélassié Ier, Prince Alemayehu Théodoros

21 Déc

L’Éthiopie, aujourd’hui constitutionnellement laïque, est un pays où de nombreuses croyances coexistent. Après l’Arménie, c’est la deuxième plus ancienne nation chrétienne au monde. S’y trouvent aujourd’hui des orthodoxes monophysites, des catholiques et des protestants. Par ailleurs, un tiers de ses habitants sont musulmans et des minorités religieuses comme les Falachas ou des animistes y vivent aussi

Le 12 septembre 1974, Haïlé Sélassié Ier est déposé et arrêté, les anciens dignitaires sont emprisonnés, les grèves et manifestations sont interdites Le Derg, la junte militaire, commence à s’installer au pouvoir. Les étudiants sont envoyés dans les provinces afin de mener des campagnes d’alphabétisation et diffuser la nouvelle idéologie, d’inspiration soviétique L’État prend contrôle de l’économie, plusieurs entreprises sont nationalisées. Enfin, un grand parti unique « le      Derg » est mis en place sur une base nationale et socialiste

Dans le contexte de la guerre froide, alors que la politique du Négus est plutôt favorable à l’occident, le bloc est-européen soutient le mouvement de contestation, pris en main par un comité de militaires appelé Derg qui parvient en septembre 1974 à destituer Haile Selassie Ier et à renverser la plus vieille monarchie du monde

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89thiopie

Les médias relayèrent la nouvelle de la mort de l’empereur en prison le 27 août 1975, évoquant tantôt les complications d’une opération de la prostate, tantôt une mort par strangulation, mais le régime communiste empêchant toute enquête indépendante, il ne fut pas possible de vérifier les circonstances de sa mort. Sa dépouille est dissimulée dans les soubassements du palais impérial, où elle est découverte en 1992, un an après la chute du régime de Mengistu défait en 1991
https://fr.wikipedia.org/wiki/Haïlé_Sélassié_Ier

Depuis 2007, le gouvernement éthiopien réclame toujours que lui soit restitué les restes du Prince Alemayehu Théodoros , fils du négus Théodoros II Salomonide qui fut kidnappé et emmené comme trophée à Londres avant d’être placé sous la protection de la Reine Victoria Ière. Recevant une éducation britannique, le prince meurt de pleurésie à 18 ans en 1879. Il fut enterré dans la chapelle Saint Georges du Château Windsor. A ce jour aucun accord n’est intervenu entre les deux pays afin que le prince retrouve la terre de ses ancêtres. Le gouvernement éthiopien a prévu des funérailles nationales pour le prince impérial en cas de restitution.

http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/sep/07/britain-kidnapped-ethiopian-prince

Via CMI   de Frédéric de Natal, CJA
https://www.facebook.com/groups/monarchiste/10153594241614902/?notif_t=group_activity