Tag Archives: Immigration

Immigration. Comment la Démocratie occidentale donne des armes à ceux qui veulent la détruire.

15 Mai

La colonisation moderne est un phénomène plus complexe. Il se constitue militairement des empires de hasard comme ceux d’Attila et de Napoléon. Mais, économiquement, ce n’est qu’une acquisition de richesses nouvelles, d’espaces nouveaux et de possibilités de vie. Tous ces avantages sont pour nous anéantis par le fait que, contrairement aux colonies primitives qui allaient d’un pays très peuplé vers un pays relativement vide, ces expéditions modernes vont d’un pays qui se dépeuple vers un pays souvent plus peuplé. Elles réussissent à leurs débuts parce que le Blanc a des fusils et que l’indigène n’en a pas. Mais le vainqueur, ayant commis l’insigne imprudence d’apprendre aux primitifs à se servir de ces fusils, ne peut plus espérer contenir longtemps ses sujets. Voyez les Indes. Et même, lorsque l’idéologie jacobine est en jeu, le désastre doit être plus rapide. Par idéal démocratique, le Blanc mêle l’indigène à sa politique, il lui accorde ou promet un bulletin de vote, il lui donne des droits sur la métropole elle-même. Voyez l’Algérie. Il ne réfléchit pas qu’il est, lui conquérant, une simple minorité dans son empire. Les missions sanitaires elles-mêmes, partant d’un bel idéal, favorisent l’accroissement de la population de couleur, donc préparent l’échec de la race blanche. Fatalement, dans l’avenir, cette population accrue, n’étant plus décimée par les maladies, doit se trouver à l’étroit et chasser les Blancs, peut-être même songer à conquérir la métropole dépeuplée, après l’avoir envahie pacifiquement. Le phénomène se dessine déjà nettement à Marseille, à Paris et dans toutes les zones industrielles de la métropole ».

in « Pages Bourguignonnes », recueil d’articles de Johannès Thomasset (celui-ci paru dans la revue bretonne « Stur », nouvelle série, N°6, Été 1943).

Le Sénateur Jean-Louis Masson a fait le procès de l’immigration clandestine le mercredi 14 octobre 2015…. et ce n’est pas triste.

23 Mar

https://www.youtube.com/watch?v=ON30bzJIHx4

« L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain » : tollé au Sénat après les propos du sénateur Masson »
Bronca mardi au Sénat après les propos du sénateur non-inscrit Jean-Louis Masson sur les immigrés. Il souligne que l’immigration actuelle ne permet plus d’avoir « de très bons Français » comme Marie Curie. Hors des « limites de la République » pour Didier Guillaume, « scandaleux » selon Pierre Laurent. Jean-Vincent Placé se dit « révolté ».
Par François Vignal
Hémicycle du Sénat, mardi après-midi. L’heure est aux explications de vote sur le projet de loi sur le droit des étrangers, durci par la droite. Le sénateur de Moselle Jean-Louis Masson prend la parole. S’il siège parmi les non-inscrits, il n’en est pas moins proche de l’extrême droite dans ses propos. Sa prise de parole a scandalisé les sénateurs, surtout de gauche, mais aussi à droite. Jean-Louis Masson s’est lancé dans un amalgame entre les populations immigrées de confession musulmane – tout en restant dans l’allusion – et les terroristes. Il a affirmé que « l’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain ».

Pour rappel, en octobre 2012, le sénateur divers droite de Moselle avait appelé l’UMP à « accepter de dialoguer avec Marine Le Pen », considérant que « le mur politicien entre le FN et la droite parlementaire traditionnelle » était « artificiel ».

« On a l’impression qu’on ne peut pas avoir, dans notre société ou cette assemblée, un avis sur l’immigration qui soit divergeant de ce que pensent les soi-disant bien-pensants. Je le dis très clairement : je suis hostile à l’immigration pour des raisons conjoncturelles et structurelles » a-t-il commencé devant un hémicycle quasi-plein pour cause de vote solennel sur l’ensemble du texte (voir la vidéo). « Actuellement, une veuve d’agriculteur touche beaucoup moins que ce que touche un immigré qui n’a jamais travaillé pour la France » lance-t-il, sous les applaudissements des deux sénateurs FN, David Rachline et Stéphane Ravier. Il siège d’ailleurs à leur côté dans l’hémicycle, en tant que non-inscrit.

« Avec des gens qui viennent d’autres endroits, ce ne sont pas les premiers de la classe »

Jean-Louis Masson continue sa diatribe anti-immigrés : « Par le passé, nous avons eu d’énormes vagues d’immigration : des Polonais, des Italiens, des Portugais. Et c’était des gens qui ne posaient pas de problèmes… Et il faut le dire. Et c’était également le cas de gens venus du Sud-Est asiatique. Et très souvent, leurs enfants étaient les premiers de la classe. Actuellement, avec des gens qui viennent d’autres endroits, ce ne sont ni les premiers de la classe… Mais oui, mais oui » lance-t-il sous la bronca des sénateurs. Stéphane Ravier, lui, semble ne pas en croire ses oreilles et ne boude pas son plaisir. Hilare, il claque des mains en regardant en l’air (voir la vidéo).

« Par le passé l’immigration conduisait à l’assimilation. Aujourd’hui elle conduit au communautarisme. Il y a des quartiers où on ne va plus. Et ce sont les mêmes gens qui sont dans ces quartiers » poursuit Jean-Louis Masson. « Il n’est pas pensable qu’on ait aujourd’hui des piscines où on sépare les hommes et les femmes, qu’on fasse des menus communautaristes dans les cantines scolaires ». Il conclut : « Tout à l’heure, on nous a dit que l’immigration avait conduit à des gens qui étaient de très bons Français, des Français remarquables. C’est vrai : Necker, Madame Curie, etc. C‘étaient des Français remarquables. Simplement, j’aurais aimé que la liste continue. Mohamed Merah, Amedy Coulibaly, ce sont les terroristes aujourd’hui ! L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain ! » Huées des sénateurs, à l’exception des deux représentants du FN, qui applaudissent.

Joint par l’Est républicain, « Jean-Louis Masson dit ne rien regretter. Mis à part de n’avoir pu s’exprimer normalement. Ce bazar ambiant l’aurait poussé à prononcer une dernière phrase qui n’était pas prévue » écrit le quotidien de presse régionale. « Il y avait un tel cirque que je n’ai pu lire mon texte. Je ne voulais pas dire cela. Je voulais dire que les terroristes d’aujourd’hui sont le produit de l’immigration récente » explique le sénateur, qui pense n’avoir « rien dit de contraire au règlement ». Interrogé également par la chaîne de télévision locale Mirabelle TV, Jean-Louis Masson affirme avoir « dit tout haut ce que des millions de Français pensent tout bas. Et chacun des points que j’évoque correspondent à la stricte réalité » soutient le sénateur de Moselle.

« Toucher les instincts les plus vils »

Après l’annonce des résultats du vote, les rappels au règlement se succèdent à gauche pour dénoncer les propos du sénateur de Moselle. « Son intervention a dépassé les bornes et peut-être même les limites de la République française » selon Didier Guillaume, président du groupe PS du Sénat (voir la vidéo). « C’est pour toucher les instincts les plus vils. Tout simplement car ces gens-là (les Polonais, Italiens, Portugais, ndlr) sont des catholiques, alors que ceux qui viennent maintenant sont des musulmans » décrypte-t-il. Il demande au président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, de « vérifier si les propos de notre collègue sont dans le champ de la République et nous en tirerons les conséquences » le cas échéant

https://www.publicsenat.fr/lcp/politique/l-immigration-d-aujourd-hui-terroristes-demain-tolle-senat-propos-senateur-masson-1082

NB : il est vrai qu’il avait à sa disposition un an et demi de publications sur le blog du CER, particulièrement instructives et édifiantes sur le sujet ! Tout y était depuis les causes jusqu’aux conséquences vécues aujourd’hui. Dommage qu’on l’entende moins actuellement alors que l’avenir de notre pays est plus que jamais en jeu, pour ces mêmes raisons.

Sommaire de Médias-Presse-Info

19 Août

arton1238

banniere1

L’info libre et sans concession / Antichristianisme / Islamisation / Mondialisme / Lobbies

http://www.medias-presse.info

Notre sélection d’articles :

Politique :
– Elections régionales de décembre : déroute socialiste en vue (Léo Kersauzie)
– Mensonge de François Hollande (Vidéo) à propos du gouffre financier de la non-livraison des Mistrals à la Russie (Emilie Defresne)
– Question à Anne Hidalgo : qui a fait appel à la Ligue de Défense Juive pour la sécurité de « Tel Aviv sur Seine » ? (Pierre-Alain Depauw)
– Manuel Valls fait de « Tel Aviv sur Seine » une cause gouvernementale (Pierre-Alain Depauw)
– Le FN, de plus en plus sioniste, favorable à « Tel Aviv sur Seine » à Paris Plages (Pierre-Alain Depauw)

Immigration :
– Un immigré viole une fillette de 12 ans et est condamné à… 180 heures de travaux d’intérêt général ! (Pierre-Alain Depauw)
– Viols et agressions sexuelles, ces autres conséquences d’une immigration hors contrôle à Calais, Sangatte,… (Pierre-Alain Depauw)
– Le cri de détresse de Françaises de souche à Calais (PAD)
– Au moins 50 immigrés porteurs d’une maladie inconnue sont entrés en Hongrie (Pierre-Alain Depauw)
– Les immigrés créent des émeutes en Catalogne : la police obligée de tirer (Pierre-Alain Depauw)
– Les immigrés créent de graves incidents sur l’île grecque de Kos : « On va vers un bain de sang », prévient le maire (PAD)
– Les immigrés prennent d’assaut les trains macédoniens pour entrer en Hongrie et en Serbie (PAD)
– 67% des Britanniques souhaitent que l’armée empêche les immigrés d’entrer au Royaume-Uni (PAD)
– « La race blanche est en danger », répète Kristiina Ojuland, ex-ministre estonienne des Affaires étrangères, à propos de l’immigration massive (Pierre-Alain Depauw)

Etat Islamique, djihadisme et manipulations :
– C’est confirmé : 60.000 soldats irakiens formés et équipés par les USA ont reçu l’ordre de fuir et d’abandonner leur matériel à 500 djihadistes de l’Etat Islamique (Léo Kersauzie)
– L’Etat Islamique s’est emparé d’un point frontalier avec le Liban et s’approche des grecs-catholiques melkites de Qaa (Léo Kersauzie)
– L’Etat Islamique viole des petites filles au nom d’Allah (Léo Kersauzie)
– L’Arabie Saoudite et ses liens avec les djihadistes : la Syrie dénonce, Israël félicite (Léo Kersauzie)
– En Egypte, au nom de la « lutte contre le terrorisme », il est désormais interdit de contredire les communiqués officiels (Pierre-Alain Depauw)
International :
– Idriss Déby appelle l’Afrique à « frapper sa propre monnaie » et à se débarrasser du Franc CFA (Fresnel Bongol Tsimbal)
– L’Afrique, cobaye de Big Pharma (Fresnel Bongol Tsimbal)
– 8000 déserteurs ukrainiens ont rejoint les rangs des insurgés de Novorossiya – Vidéo d’enfants-soldats à Kiev (Emilie Defresne)
– Nouvelles menaces contre les Européens au Mali sur fond de rivalité entre factions djihadistes (Léo Kersauzie)
– « Aux sources de la russophobie occidentale », entretien vidéo avec Guy Mettan, député suisse, et journaliste (Emilie Defresne)
– Economie américaine : la crise de 2007 ne commence-t-elle pas plutôt en 1999 ? (Fortunin Revengé)

Société :
– A Ferguson, les Oath Keepers, des citoyens armés de fusils d’assaut, sont bien décidés à rétablir l’ordre (Pierre-Alain Depauw)
– A Dortmund, des patrouilles de « Protection urbaine » sont organisées par les militants nationalistes (PAD)
– Amnesty International lance la décriminalisation totale des trafics de la prostitution (Emilie Defresne)
– ONU : retournement de situation sur la santé reproductrice (JP Dickès)
– ONU : nouvelles manœuvres en faveur de LGBT (JP Dickès)
– Un enfant livré à trois hommes et deux femmes pour être « éduqué » (Xavier Celtillos)

People :
– Christophe Lambert dénonce « les pédophiles, qu’on connaît dans la politique » et se fait traiter de complotiste (PAD)
– Frigide Barjot danse en petite tenue avec le curé de Saint-Tropez (PAD)

Bioéthique et santé :
– Planning familial américain : les nouvelles péripéties de Planned Parenthood, du trafic d’organes de fœtus à la corruption de politiciens (Dr JP Dickès)
– La route de la mort : priver les personnes d’hydratation, d’alimentation et de soins (Dr JP Dickès)
– L’épouse du président péruvien soutient l’avortement, comme le demandent les Etats-Unis qui financent les campagnes mortifères au Pérou (Joaquim de Alburquerque)
– Le contraceptif injectable « Depo-Provera » dénoncé comme dangereux pour la santé des femmes (Fresnel Bongol Tsimba)

Religion :
– Discours de l’abbé de La Rocque lors de la procession du 15 août 2015 à Paris (MPI TV)
– Paris – Procession du 15 août, seule et véritable fête Nationale de la France (Cyrille de Pranal)
– Protestantisme et LGBT : une femme lesbienne à la tête de l’Eglise Unie du Canada (Pierre-Alain Depauw)

Histoire et Culture :
– 14 août 1480 : les Turcs massacrent 800 chrétiens d’Otrante qui refusent de se convertir à l’islam (Xavier Celtillos)

La Boutière qui s’étrangle en postant ce qui suit : Italie : Pour les évêques « accueillir les immigrés est une réparation pour la colonisation ».

22 Juin

imagesItalie : Pour les évêques, « accueillir les immigrés est une réparation pour la colonisation ». Où comment aller plus loin que le pape ou la conférence des évêques de France, qui poussent déjà assez loin le bouchon de l’immigrationnisme.

Alors que la résistance monte en Italie contre le déferlement sans fin des clandestins, la hiérarchie catholique s’est engagée dans une surenchère immigrationniste de plus en plus violente. Mercredi, lors de l’audience générale, le pape François, comme l’écrit il Giornale   « a lancé un anathème contre ceux qui refusent d’accueillir les immigrés » :

Je vous invite tous à prier, a-t-il lancé, pour que les personnes et les institutions qui repoussent ces frères demandent pardon.

Mardi après-midi, le secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, Mgr Nunzio Galantino a expliqué  de son côté  sur TV 20 000 qu’aujourd’hui, accueillir les immigrés est une sorte de réparation. Une réparation pour les dommages que nous avons accomplis pendant des années et les vols que nous avons commis.

Selon le prélat, « nous devons l’hospitalité aux migrants pour ce que nous avons fait par le passé dans leurs pays, où nous ne sommes allés que pour voler, coloniser et exploiter. Bref, nous avons été répugnants ».
Mgr Galantino a illustré ces propos par le cas du Congo (ex-Zaïre), où, d’après lui « la Belgique fit réaliser une très longue route, construite non pas pour les Congolais, mais pour mieux transporter les matières premières qui sont volées ». « Parler de honte, a-t-il conclu, n’est même pas assez fort ».

Il y a quand même un point difficile à comprendre. Comment l’accueil des immigrés peut-il être à la fois un enrichissement pour l’Europe et le moyen d’expier la colonisation de l’Afrique ? Si les immigrés sont une ressource si précieuse – on nous le ressasse assez –, où est la réparation ? Et inversement…

http://www.europe-israel.org/2015/06/italie-pour-les-eveques-accueillir-les-immigres-est-une-reparation-pour-la-colonisation/

Lire aussi, et  surtout :

Retenons le mot d’un économiste belge du XIXe siècle, Gustave de Molinari : « De toutes les entreprises de l’État, la colonisation est celle qui coûte le plus cher et qui rapporte le moins ».

http://www.herodote.net/Le_passe_colonial_revisite-article-169.php

Ajoutons, dans un grand éclat de rire,  qu’assurément  les peuples  que nous avons  colonisés étaient si  malheureux  sous notre férule  qu’une fois nous partis, ils n’ont apparemment de cesse  que de  vouloir à toute force  revenir  chez nous et à plein bateaux.

la Reine Margrethe II demande aux nouveaux arrivants dans le Royaume d’en respecter les règles.

22 Avr

Le chef de l’Etat Danois, sa Majesté la Reine Margrethe II, a accordé une interview pour son 75ème anniversaire. Une interview qui provoque la panique dans le monde du politiquement correct. Qu’a-t-elle donc fait de si grave ?

« Celui qui s’installe au Danemark doit se conformer au normes et valeurs Danoises » déclare-t-elle. « Nous pouvons les accueillir, mais nous devons aussi leur dire ce que nous attendons. Car il s’agit de notre société, dans laquelle ils se rendent. Ils doivent comprendre dans quel monde ils sont venus. » Et la Reine de devenir plus précise encore : « Nous faisons volontiers de la place. Cependant, ils sont venus dans notre société et ne peuvent pas attendre pouvoir perpétuer leur modèle de société chez nous. Ils peuvent se rendre dans les mosquées, s’ils le veulent, mais s’ils font des choses incompatibles avec le modèle de la société Danoise, ils doivent reconnaitre que cela n’ira pas. »

http://www.europe-israel.org/2015/04/panique-au-danemark-la-reine-refuse-le-modele-multiculturel/

Vous trouverez sous la signature de Jean-Yves Pons , CJA, sur ce blog du CER même d’autres renseignements utiles sur la reine du Danemark et sa famille in fine de l’article auquel conduit le lien suivant : 

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/04/16/bulletin-climatique-quotidien-16-avril-2015de-la-republique-francaise/

Notre cher « modèle social » bientôt peut-être inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité ? Anne-Lys.

1 Mai

Notre cher « modèle social »

Il n’y a rien de surprenant à ce que les bénéficiaires les plus modestes des largesses de l’État-Providence ne s’étonnent pas de sa générosité et même la considèrent comme un dû, puisque personne ne leur a jamais expliqué qui payait pour les assister.

Il n’est pas difficile non plus d’expliquer que les hommes politiques socialistes se gardent bien de remettre en question ce mirifique « modèle social français » puisque celui-ci leur vaut un électorat qui restera d’autant plus fidèle qu’il continuera à recevoir « toujours plus » et à devoir « toujours moins » ;

En revanche, il est extrêmement surprenant que le « peuple de gauche » (les bobos, les fonctionnaires, les cadres moyens – tous gens dotés d’une intelligence normale ou supérieure et ayant accès aux informations) continue à vivre et à s’exprimer comme s’il croyait qu’il existe quelque part une réserve inépuisable d’argent (l’argent de l’État) qui a pour vocation d’être distribuée aux moins favorisés selon leurs besoins et même selon leurs envies et persiste à fermer les yeux sur le fait que l’argent que, au travers de leurs associations, leurs syndicats, leurs relais médiatiques, ils font distribuer larga manu, ne tombe pas du ciel, que l’État n’a pas d’autre argent que celui qu’il prélève sur le gain légitime de ceux qui travaillent, cotisent aux organismes sociaux et paient des impôts, bien que, le plus souvent, ils en fassent eux-mêmes partie. Ils ont vécu jusqu’ici dans l’illusion que les impôts n’augmenteraient que pour les « riches » dont ils estiment ne pas faire partie et cette illusion est dure à dissiper.

Certains vont même jusqu’à justifier que les bénéficiaires de cette manne l’obtiennent par la fraude, sous le prétexte que s’ils fraudent pour les obtenir, c’est qu’ils en ont besoin et donc qu’il serait immoral de les empêcher de frauder. C’est l’opinion d’un certain nombre des agents des organismes sociaux qui estiment d’ailleurs qu’ils ne peuvent exercer de contrôle de la légitimité des demandes qu’ils reçoivent (bien que ce contrôle fasse en principe partie de leurs fonctions) parce que s’ils contrôlaient ces demandes, ils se comporteraient en policiers et mériteraient l’injure suprême : « Flics ! ».

Le « peuple de gauche » n’est absolument pas conscient d’un fait qui pourtant crève les yeux : habituer toute une fraction de la population à vivre aux crochets d’une autre fraction a malheureusement, pour ses bénéficiaires eux-mêmes, un effet délétère : leurs besoins croissent avec les sommes qu’ils reçoivent sans contrepartie et ils sont souvent conduits, pour disposer d’assez d’argent pour faire face à ces nouveaux besoins, à participer à des trafics plus ou moins criminels ; quant à leurs enfants, habitués dès la petite enfance à ne voir personne, autour d’eux, travailler pour « gagner son pain » et dont certains s’engagent dans ces trafics dont ils tirent très jeunes plus d’argent que ce qu’ils peuvent raisonnablement espérer gagner dans leurs premiers emplois légitimes, ils rechignent à toute étude, toute formation et se préparent un avenir que pourtant leurs parents ne souhaitent pas pour eux.

 Quant aux populations des pays les plus pauvres du monde que cette générosité attire par centaines de milliers, il est certain qu’elle finit par faire leur malheur : ils ont soit sacrifié tout ce qu’ils possédaient pour payer des passeurs, soit pris des risques insensés, soit les deux, pour s’apercevoir que s’ils peuvent survivre chez nous grâce à cette assistance, ils ne peuvent y trouver ni logement décent – même selon leurs normes moins exigeantes que les nôtres – ni travail. Ils sont donc voués à former un sous-prolétariat vivant dans des ghettos, à la fois craints et méprisés, parfois haïs (même si personne n’ose l’avouer) et leurs enfants n’ont aucun avenir.

Billet d’humeur de Paul TURBIER : Immigration et royalisme; ce que pourrait faire le roi de France.

28 Déc

50296470_pL’immigration est l’une des préoccupations importantes pour les français, principalement pour ceux qui vivent dans les périphéries des grandes villes. C’est peut-être même le sujet  sur lequel une très large majorité se retrouve pour partager des sentiments d’inquiétude, voire de rejet car les choses s sont singulièrement aggravées à cause de l’inflation numérique des flux

     Cette immigration majoritairement venue d’Afrique du nord et d’Afrique noire, est le résultat de trois facteurs.

      Le premier est l’attraction des niveaux de vie occidentaux face au situations de misère des pays d’origine, attraction qui, aiguisée par les images télévisuelles et cinématographiques devient irrationnelle. Le monde occidental  ( Europe, US et Canada)  est vu comme un eldorado que les jeunes des villages et des villes  sont avides de découvrir.

Le second est sanitaire . En effet, les compétences de la médecine pratiquée en France et la gratuité des soins sont perçus comme de puissants attracteurs.  Ces deux facteurs, niveau de vie et santé ont en commun des racines économiques trouvent par conséquent leur remèdes dans des mesures également économiques pourvu qu’un peu de volonté soit manifesté. En ce qui concerne la santé par exemple , il serait probablement moins ruineux d’installer sur place des dispensaires et/ou d’associer les hôpitaux locaux  à ceux de nos grandes villes pour que la compétence des uns renforce celle des autres.

      Un troisième, d’une toute autre dimension et de loin beaucoup plus inquiétant  l’expansionnisme militant et intolérant des migrants musulmans. Les pires difficultés ne viennent pas des arrivants récents, illégaux ou  légaux, dont le flux pourrait diminuer sinon tarir si la mise en synergie d’une double politique, fermeté ici et fixation là-bas, était mise en œuvre.  Elles viennent d’une insurmontable  impossibilité de cohabitation tenable entre un code social qui mêle inextricablement religion, justice, défense et comportements sociaux  et celui radicalement différent , le nôtre , dans lequel ces éléments sont clairement disjoints .

.  L’arrivant résolu à s’installer dans un pays qui lui est étranger est en face d’une alternative simple : soit il adopte plus ou moins rapidement les us, coutumes et  lois du pays qui l’accueille, soit il s’adapte a minima en vue d’un retour à ses sources. Cette attitude fut celle  des immigrants intra-européens  de la seconde moitié du 20 éme siècle . Polonais, Italiens, Espagnols ou Portugais étaient chrétiens et occidentaux de sorte qu’en une génération ou deux les différences culturelles déjà faibles étaient totalement effacées

    Les immigrants musulmans sont de plus en plus nombreux a faire  explicitement un tout autre choix. Leur objectif  clairement défini par leurs prédicateurs est de constituer dans un premier temps des enclaves communautaires, avant qu’à terme, asservir complètement le pays qui les héberge. Cet objectif est évidemment inacceptable par les autochtones et porte en lui les germes d’une possible guerre civile.

       Le problème se complique singulièrement à cause d’une partie de la société française, nullement majoritaire mais disposant en quasi exclusivité des moyens de communications les plus efficaces, la presse, la radio et la télévision qui favorise au delà du raisonnable le mouvement invasif  pour des raisons idéologiques de charité mal comprise ( dans la propagation des quelles  l’église n’est pas absente ) . Cette fraction se comporte en appelants pour de basses, illusoires et sordides considérations électorales. portes de leurs demeures privées, souvent vastes et peu remplies.  Le droit à l’identité est non seulement admis mais bien plus exigé pour l’arrivant et, à contrario, considéré comme une abomination pour l’autochtone. Il est clair que le clientélisme congénital républicain interdit aux dirigeants issu de ce sérail de résoudre cette quadrature du cercle. Que peuvent faire des gouvernants élus sur des considérations partisanes et de plus enfermés dans le court terme électoral,  pour  résoudre les problèmes induits. Rien, à cause justement, de leurs attaches idéologiques, partisanes et mondialistes. Ce que ces politiciens professionnels ne peuvent pas faire, un roi s’il nous en était donné un, le pourrait-il ?

     Probablement et pour les raisons qui vont suivre .

     Il n’est pas impossible de le penser car un roi de tradition capétienne et donc chrétien, serait forcément mieux respecté à cause de l’autorité naturelle liée à sa fonction et à son héritage.  La protection accordée par le roi à ses sujets sous-entend une allégeance à sa personne.  Un roi réinstauré ferait donc procéder par ceux de ses ministres dont ce serait la compétence, à l’octroi d’un brevet de naturalité dont tout les français d’origine bénéficieraient automatiquement pour des raisons de filiation et d’adéquation culturelle. Les résidents bien implantés et notoirement acculturés pourraient s’en voir accorder après allégeance sous serment et renonciation à toute attache nationale extérieure. Les autres pourraient vivre en paix dès lors qu’ils se comporteraient pacifiquement mais il ne pourraient pas bénéficier des préférences faussement égalisatrices instaurées précédemment par les gouvernements républicains

      Cette clarification faite, le royaume ne se désintéresserait pas du sort des ressortissant de pays qui en d’autres temps, avaient contribué militairement à sa défense, ou qui auraient adopté le français comme langue d’usage. Cet intérêt se manifesterait sur place par des soutiens sanitaires, des bourses d’études, ou des participations à de grand travaux d’intérêt général comme par exemple dans le domaine de la distribution d’eau potable ou agricole, Cet ainsi que leurs ressortissants aujourd’hui déracinés reprendraient contact avec leurs terres natales .

       Le  roi, est conscient de la destinée à long terme du royaume, il pourrait  librement engager son gouvernement dans des voies à la fois fermes et justes. Plus encore, et en particulier en ce qui concerne l’immigration musulmane, le roi de  France de tradition capétienne et chrétienne est , par le contenu et l’ancienneté  de cet héritage,  le rempart naturel, le phare, qui indique clairement que la France est terre chrétienne. Ce caractère et  la catholicité du roi, seraient incomparablement  mieux pris en compte par une population très sensible au fait religieux et fortement méprisante pour un laïcisme vide de sens. Le problème musulman est religieux  et c’est sur le terrain de la religion qu’il sera possible de le résoudre.

  Conséquence concrète : pas d’église chez le roi d’Arabie, pas de mosquée chez le roi de France La Charia , c’est là-bas, le décalogue c’est ici.