Tag Archives: Jean-Yves Pons

Quel beau pays que le notre ! Tirage au sort à l’entrée de certaines filières universitaires.

28 Avr

Quel beau pays dont nos responsables politique ne cessent de nous vanter la qualité de vie, le système social  » que la Terre entière nous envie « , les capacités d’accueil sans limite de toute la misère du monde mais aussi de tous les jeunes qualifiés d’  » isolés  » auxquels on promet un enseignement et des formations professionnelles que l’on est incapable d’assurer aux nôtres !

Mais quel beau pays aussi que celui dont les université, saturées et incapables d’accueillir nos propres enfants, n’ont plus d’autre choix que de sélectionner les heureux élus par….tirage au sort !

Ce si beau pays, c’est le notre. Dans lequel une circulaire, publiée ce jeudi par le gouvernement finissant de François Hollande et Emmanuel Macron, les autorise désormais à procéder au tirage au sort pour l’affectation des étudiants à l’entrée à l’université, lorsque la demande dépasse les capacités d’accueil.

Ce tirage au sort, dénoncé par les organisations étudiantes et les présidents d’université, se pratique déjà dans des filières dites « en tension » dans un flou juridique qui mène parfois à des contestations en justice. Avec succès. Mais encore faut-il se lancer dans une procédure administrative longue et couteuse.

Les filières « en tension » sont celles qui reçoivent des demandes d’inscription dépassant leurs capacités d’accueil et sont, suivant les années : le droit, la psychologie, la Paces (première année de médecine) et Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives).

Or le tirage au sort en première année de licence ou en Paces vient d’être autorisé « en catimini » à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, « sans dialogue » avec les organisations étudiantes, par une circulaire parue jeudi au Bulletin officiel de l’Education nationale qui détaille différents critères selon lesquels doivent être pris en compte les étudiants qui demandent à s’inscrire en licence ou Paces sur le portail Admission post-bac (APB).

On tient ainsi compte notamment du rang de leur voeu, des étudiants qui sont mariés, pacsés… Si après la prise en compte de plusieurs critères il reste des candidats  » ayant un même ordre de priorité « , un tirage au sort est effectué, précise le texte.

 

Un arrêté sur le tirage au sort avait déjà été envisagé en janvier mais, face au tollé déclenché dans le monde universitaire, il n’avait finalement pas été promulgué.

Notons que le code de l’éducation interdit la sélection à l’entrée à l’université pour les filières dites  » libres « , c’est-à-dire  » non sélectives « .

Serait-ce une bombe à retardement lâchée dans les universités à l’intention du prochain chef de l’Etat ?

Le 28 avril 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, Conseiller aux affaires intérieures, à l’ordre public et à l’organisation du territoire.

 

Ils nous bourrent le mou ! – Les tenants du padamalgam –

31 Juil

Pas un média officiel qui n’annonce  » la bonne nouvelle « . Chrétiens et musulmans, main dans la main, pour rendre hommage dans une même prière avec bien sûr chacun ses mots au Père Jacques Hamel, égorgé vif le 26 juillet dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, par deux terroristes islamistes.

Un nombre presque incalculable de cérémonies œcuméniques, comme si l’on applaudissait à autant de mariages mixtes.

Mais, en vérité, si l’on vit beaucoup de catholiques, de protestants et même des juifs, les musulmans furent bien peu nombreux à se rendre dans les églises. Seuls quelques officiels, membres la plupart du temps du Conseil français du culte musulman et donc en service commandé, honoraient de leur présence les manifestations religieuses de notre douleur. Même Libération, quotidien pu suspect de méfiance à l’égard de l’islam, avouait ce matin sur son site internet (http://www.liberation.fr/france/2016/07/30/pretre-tue-les-musulmans-prient-dans-les-eglises-par-solidarite_1469424) :  » Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi dimanche les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel « . Mais quand on se souvient que l’on ne dénombre pas moins de dix millions de musulmans en France, une telle manifestation oecuménique frise le ridicule !

Un exemple parmi dix, parmi cent même*, la cérémonie qui eut lieu samedi 30 juillet en la cathédrale de Bordeaux.

Environ 400 personnes de toutes confessions et les représentants des communautés catholique, protestante, bouddhiste, israélite et musulmane ont participé, nous dit-on, à « un temps de recueillement et de prière » à la mémoire du père Jacques Hamel.

l-eglise-notre-dame-de-bordeaux-a-accueilli-ce-recueillement_3994006_1000x500

À Bordeaux, samedi 30 juillet. Cherchez bien…même à la loupe

Le père Jean Rouet, vicaire général du diocèse de Bordeaux, a d’abord invité les représentants des différentes communautés religieuses à une brève prise de parole dans l’église, puis a invité les participants, dont il faut l’avouer très peu de membres de la communauté musulmane, à se tenir la main et, « chacun selon sa foi et ses convictions, à se recueillir longuement« .

« C’est un moment important où toutes les religions doivent se réunir pour affronter cette aberration qui a touché hier les juifs, touche aujourd’hui les catholiques et touchera peut-être demain les musulmans, d’un terrorisme aveugle, nihiliste et destructeur, dont le but est de semer la division. La meilleure réponse est de se rencontrer, de distribuer une parole d’apaisement« , a déclaré à la presse l’imam de la mosquée de Bordeaux, le sulfureux et habile pratiquant de la Taqiya **, Tareq Oubrou.

Une vue de l’esprit d’un islamophobe invétéré ? Pas du tout si l’on en croit l’un des journalistes de France Inter, antenne de la dhimmitude s’il en est, relatant ce dimanche au journal de 7 heures ladite cérémonie bordelaise :  » Une messe a été célébrée à laquelle ont assisté beaucoup de catholiques mais également une poignée de musulmans.  » (voir https://www.franceinter.fr/programmes)

Les pouvoirs publics, aidés en cela par leurs habituels complices médiatiques, à quelques exceptions près, tentent d’acheter une fois de plus la paix civile car ils ont compris que, pour les Français, la coupe est pleine et que, pour eux, l’échafaud ne tardera pas à être dressé.

* Lire « Jeudi 28 juillet, Saint-Etienne-du Rouvray rendait hommage au Père Jacques Hamel » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/30/bulletin-climatique-du-week-end-3031-juillet-2016-de-la-republique-francaise/

Le 31 juillet 2016.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA, Conseiller aux Affaires intérieures, à la sécurité publique et à l’organisation du territoire.

** https://fr.wikipedia.org/wiki/Taqiya

Marie-Caroline de Bourbon des Deux-Siciles (fille de S.A.R. Carlo de Bourbon des Deux-Siciles) future « Reine de Naples ».

20 Mai

Le CER (Jean-Yves Pons, CJA)  s’est déjà fait vigoureusement l’écho de ce qu’il y avait lieu de penser de la « décision du prince Carlo (Charles) de Bourbon des Deux-Siciles de changer brutalement les règles de succession à la couronne du royaume des Deux-Siciles, nous avons cru à un poisson d’avril bien que nous fussions le 12 mai ! »

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/05/18/si-si-il-la-fait/

Hé  bien qu’elles  qu’aient été  les espérances  du Past-Président / Gouverneur (H) de la Charte de Fontevrault ,Hervé Volto, CJA,  lorsqu’il écrivait : il est possible qu’ils aient été mal conseillés, voire manipulés ! https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/wp-admin/edit-comments.php

Ce  changement  des lois fondamentales du royaume des Deux Siciles  parait  bien entré dans les faits, ainsi qu’en témoigne l’écho ci-dessous :

Bourbons-siciles

Le Figaro du 20 mai 2016 p.41.

BULLETIN CLIMATIQUE DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

29 Fév

unknown31114

Absent pour une semaine, votre serviteur vous prie de bien vouloir lui pardonner de ne pas publier (sauf urgence !) de Bulletin climatique quotidien de la République française jusqu’à son retour, lundi 7 mars…

Il vous remercie de votre patience et de votre fidélité.

Le 29 février 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Des armoiries au logo de Vincennes (94300).

24 Fév

Il y a deux jours, Alain Texier, CJA, pointait du doigt l’absurde remplacement des armoiries de la ville de Verdun par un logo sans histoire et, évidemment, sans âme : (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/23/des-armoiries-au-logo-de-verdun-55100-de-la-perfection-au-neant/).

Il y a hélas d’autres exemples semblables mais il y en a aussi de moins critiquables. Nous pourrions citer la ville de Vincennes en ce qu’elle est particulièrement démonstrative d’une réflexion intéressante.

Les armoiries de Vincennes furent imaginées (car, chose étonnante, elle n’en possédait pas auparavant) par le grand héraldiste du XXe siècle Robert Louis, peu après la dernière guerre mondiale :

vincennes

Elles se blasonnent ainsi : « De gueules au château d’argent donjonné et crénelé, posé sur un chemin de ronde aussi crénelé, flanqué à dextre et à senestre d’une échauguette, le tout posé sur une risberme, d’argent maçonné et ajouré de sable, accompagné en pointe de trois boulets mal ordonnés aussi d’argent; au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or. »

Le meuble principal du blason est la silhouette stylisée du château. Le semé de lis qui orne le chef du blason rappelle les armes de France que portait Saint-Louis. Les trois boulets évoquent le souvenir de l’héroïque défense du château par Daumesnil (Pierre Yrieix ) en 1814, et sont également le rappel de l’école d’application d’artillerie. Le bois de Vincennes est concrétisé par les deux branches de chêne qui soutiennent le blason. Le souvenir de Saint-Louis rendant la justice sous un chêne est évoqué par le sceptre et la main de justice qui figurent sur son sceau de Majesté.

La devise de la ville est : « Liliis Justitia Lapidibus Fama« , ce qui peut se traduire par : la justice par les lis, la renommée par les pierres. Cette devise fait allusion à la fois au blason et à l’histoire de Vincennes.

Lorsque la vogue des logotypes atteignit cette jolie ville historique, la municipalité crut bon de demander à une agence parisienne spécialisée de « repenser » son emblème dans l’esprit du temps présent ce qui donna lieu à quelques échanges vigoureux entre le maire de l’époque et les héraldistes locaux (dont votre serviteur). Finalement, une « sortie de crise » fut trouvée dans la forme suivante :

1/ les armoiries de Vincennes (bien que récentes) furent conservées pour tous les actes d’importance (elles figurent sur les documents officiels) ainsi que lors des manifestations historiques ou culturelles mais

2/ un logotype était accepté pour les usages courants à la condition qu’il garde un caractère héraldique en reprenant, sous une forme plus moderne, les éléments principaux des armoiries :

aide-a-domicile-vincennes

Tout cela n’était sans doute pas nécessaire mais…permettait de « sauver les meubles » du blason !

Le 24 février 2016.

Jean-Yves Pons, CJA

Retour sur l’idée de Jean-Yves Pons : Fondation d’une garde d’honneur autour de la tombe de nos rois à Saint-Denis.

21 Fév

Le propre des  bonnes idées est  de ne jamais mourir. Alors, qu’il nous soit permis de vous rappeler celle-ci :

Alors, il nous vient une idée.

 Le Conseil dans l’Espérance du Roi propose la création d’une garde d’honneur chargée, par sa présence,  de « perpétuer la mémoire » des rois qui firent la France et reposent dans la nécropole royale de la basilique cathédrale de Saint-Denis

Le 11 novembre 2014

jean-Yves Pons , CJA.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/11/11/bulletin-climatique-quotidien-11-novembre-2014de-la-republique-francaise/#comments

Il  va maintenant  nous revenir d’aider à une diffusion la plus grande possible de ce souhait  si conforme à l’esprit des royalistes. Oui vraiment  que la devise « Honneur et fidélité » flotte  sur la Toile  avant  que de flotter  sur les bannières de ces  braves qui, en enjambant les siècles, s’efforceront d’unir le passé  souvent prestigieux  à un avenir qui pourrait l’être au mépris des époques qui n’ont pas su mettre leurs pas dans les  pas de ceux qui les avaient précédés.

Alain Texier, CJA.

21 février 2016.

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (21 janvier 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

21 Jan
Unknown

                    Ecroulement du pont Wilson à Tours (37000) , le 9 avril 1978, à 9 h 27.

L’interruption temporaire de nos liaisons informatiques nous prive du plaisir de  communiquer une  fois de plus  avec  vous . Nous  vous prions de  bien vouloir  nous  en excuser  et  avons  hâte de pouvoir reprendre ces échanges  quotidiens.

Pour autant , nous  vous demandons d’être patients, la répararation de l’importante panne in- formatique  qui nous frappe pourrait prendre  quelques jours.

Pour Jean -Yves Pons, Régent  du CER, Alain TEXIER.

 

Pépite ! Le « Régent », CJA, Jean-Yves PONS préfigure ce que sera le CER dans le Journal Présent du 15 avril 2008

23 Déc

Il y avait sans doute un peu de temps que Jean-Yves PONS réfléchissait à ce que serait le Conseil dans l’Espérance du Roi (CER) .

Pour en être,  vous aussi, convaincus, prenez connaissance de cette pépite que nous vous offrons comme cadeau de Noêl  2015.  Vous y verrez déjà comme sortit tout armée la déesse Pallas-Athéna (Minerve) du cerveau de Jupiter, le CER qui, déjà, pointait sous l’Institut Henri IV.
pons henri ivVoir aussi : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/04/24-mars-2011-naissance-du-cer-par-jean-yves-pons/

Lettre ouverte à Madame Françoise Fressoz qui confond les notions de Patrie et de République

30 Nov

salle-du-conseil

Madame,

Nous lisons toujours avec intérêt vos chroniques politique publiées dans Le Monde et adhérons parfois aux points de vue que vous y exprimez. Mais permettez-nous aujourd’hui de dire notre colère à la lecture de celle du samedi 28 novembre 2015, intitulée « Le temps perdu ne se rattrape jamais » (Le Monde n°22042).

Commencer, en effet, cette chronique par ces mots « Cette fois ils ont compris. La République est en danger » nous apparaît d’une violence intolérable pour tous ceux qui ont payé de leur vie un tel aveuglement, pour leurs proches (y compris désormais plusieurs dizaine d’orphelins) comme pour tous ceux qui avaient compris depuis longtemps quelles étaient les menaces qui pesaient sur notre pays et réclamaient les mesures préventives qui s’imposaient. Nous sommes de ces derniers.

Nos publications sur le blog du Conseil dans l’Espérance du Roi en témoignent depuis sa fondation, il y aura bientôt quatre ans. Et pour mémoire, nous rappellerons au moins deux de nos textes les plus importants : d’abord celui qui proclamait le 11 octobre 2012 « La Patrie en danger« , et non pas la République, comme vous l’écrivez en confondant république et démocratie, car pour nous la monarchie française, c’est aussi la République par sa recherche et sa défense constantes du bien commun, (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/16/consilium-consulte-n-2012007-du-11-octobre-2012-proclamant-la-patrie-en-danger/) et ensuite celui qui ordonnait, métaphoriquement, le 1er janvier 2013 « La mobilisation générale » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/?s=mobilisation+générale&submit=Recherche).

Vous écrivez aussi « Tout ce qui n’a pas été entrepris entre janvier et novembre, alors que le pays avait déjà subi une tragique alerte, est mis au passif de l’exécutif (…). » Comment voudriez-vous qu’il en fût autrement tant votre constat pointe la cécité et l’inertie des pouvoirs politiques successifs qui refusent depuis si longtemps (nous pourrions même dire depuis des décennies) d’entendre ceux qui, à l’évidence, avaient raison avant tout le monde. Il serait trop facile de reprendre ici les paroles d’Emile de Girardin, « Gouverner c’est prévoir« , et pourtant…

Mais il y a pire que « ce qui n’a pas été entrepris« . Il y a tout ce qui est fait, depuis plus longtemps encore, pour créer les conditions de l’émergence de ces tragédies. De l’ouverture irresponsable des frontières à l’accueil laxiste de toute la misère du monde, des aides sociales inconsidérées qui sont autant d’illusions d’un eldorado inatteignable à l’emploi subreptice mais toléré et si fréquent de migrants clandestins dans trop de nos entreprises, des simagrées indécentes de nos dirigeants ou de nos édiles lors des ruptures du jeûne de ramadan aux folles politiques de la ville qui sont des abîmes financiers sans espoir, des reculs de l’Etat de droit face à la violence dans les banlieues aux trahisons de la justice qui libère tant de criminels, du refus affligé de voir partir nos djihadistes en Syrie ou au Yemen à l’accueil bon enfant de ceux qui nous feraient la joie de revenir, des bombardements irréfléchis de la Lybie au dangereux copinage avec le Qatar ou l’Arabie saoudite, etc.

Nous pourrions hélas multiplier presque à l’infini les marques de l’irresponsabilité autant que de l’incurie des détenteurs du pouvoir en France depuis des dizaines d’années.

Comment voulez-vous donc que les Français, après qu’ils aient avalé tant de couleuvres, ne souffrent pas d’indigestion et ne versent pas ces constats « au passif de l’exécutif » ?

Faut-il rappeler ici qu’en 1793 par exemple (année de référence pour beaucoup de républicains aujourd’hui au pouvoir), on trancha la tête de beaucoup de malheureux pour beaucoup moins que cela…

Veuillez néanmoins croire, Madame, à notre respect pour votre travail ainsi qu’à nos sentiments les plus distingués.

Jean-Yves Pons, CJA, pour le Conseil dans l’Espérance du Roi.

Retour * sur les armoiries de la famille de Séze via le blog « Les rois souterrains »

18 Oct
600px-Blason_fr_famille_de_Sèze_après_1817.svg

Armoiries  de Raymond de Seze et de ses descendants.

« Seules les portes gothiques de la grande salle de la Tour sont conservées au château de Vincennes. Des gravures, des tableaux, des maquettes, des plans, des écrits en gardent le souvenir. Louis XVIII accorde au dernier défenseur de son frère, l’avocat de Sèze, de faire figurer, dans ses armoiries, la Tour du Temple entourée de fleurs de lys. La concession lui est accordée par ordonnance du 12 novembre 1817, Nous lui avons permis et permettons des substitutions dans ses armoiries, au croissant et aux trois tours qui s’y trouvent, des fleurs de lys sans nombre et une tour figurant la Tour du Temple et pour devise extérieure 26 décembre 1792. La Tour et la date de la plaidoirie sont donc liées, évoquant la prison et la mort de la famille royale, au travers de celle du Roi ».                                                                                                                              http://lesroissouterrains.over-blog.com/2015/10/dominique-sabourdin-perrin-les-oublies-du-temple.html  

NDA. Alain Texier , CJA. Les indications héraldiques figurant  ci-dessus sont  beaucoup moins fiables que celles données par  notre régent, Jean-Yves Pons , CJA dans l’article dont les références figurent  dans la première ligne de ce post. Si nous avons pourtant  estimé souhaitable de mettre en ligne l’écho ci-dessus  c’est que peu fréquents  sont les blogs  qui  parlent  d’héraldique et  que  ce  qu’il dit des seuls  vestiges subsistants  de la Tour du Temple  m’a paru intéressant.