Tag Archives: Joseph Ernest Renan

Des citations de personnes qui n’hésitent pas à faire l’éloge de la forme monarchique de Gouvernement

9 Juin

http://www.la-couronne.org/citations/

       Certes le  blog  » La Couronne » est orléaniste et  cela se ressent  quant on voit  l’origine des  citations .. mais  cet Orléanisme est beaucoup  moins présent  lorsqu’on  lit le texte  des citations présentées… Alors  bonne lecture . Vous ne reviendrez  pas  bredouille de votre marché.

Selon François Fillon la France veut un Roi

Citation de Monseigneur le comte de Paris

Citation de Monseigneur le prince Jean de France, duc de Vendôme

Citation de la députée Marion Maréchal-Le Pen

Citation de Jean Raspail

Pour Emmanuel Macron, il manque un roi à la France

Citation de M.Jean Raspail

Citation de Frédéric Rouvillois

Citation de Mr Tony Blair

Citation du mois de Jean de La Fontaine

Citation d’Ernest Renan

Citation de Salvador Dalí

13428412_1765264977053208_5845220769150345539_n

Les traits de la France royale de dessinent peu à peu.

Tant qu’il reste un seul descendant direct d’Hugues Capet, né d’un mariage catholique réputé valide au moment de la naissance, il reste un Roi en France.

1 Fév

C’est avec un plaisir extrême que je veux vous faire connaître un texte de circonstance jailli de la plume élégante (même s’il fut écrit au moyen d’un clavier) de l’un de nos amis, porte-parole du Cercle Légitimiste d’Ile de France, et publié sur le Forum Légitimiste.
En quelques lignes percutantes et sûres, il y rectifie les approximations et erreurs, d’une chronique parue sur le site Boulevard Voltaire, motivées sans doute par de « bonnes intentions » (sont-ce celles-là même dont est pavé l’enfer ?), mais qui n’en induisent pas moins le lecteur à une espèce de romantisme qui n’a rien à voir avec la réalité de ce que fut – de ce qu’est toujours ! – la Royauté Française légitime : le romantisme s’enlise dans les approximations d’une sentimentalité qui se complaît en ses humeurs bileuses, alors que la Monarchie Capétienne traditionnelle – dans son réalisme vital et sa pragmatique logique – est toujours forte d’une joyeuse et invincible espérance !

Lully.

A propos du martyre du Roi Louis XVI :

« Chaque 21 janvier, la même histoire recommence.
De braves chroniqueurs, journalistes, éditorialistes improvisés, plus ou moins catholiques, plus ou moins royalistes, y vont de leur article sincèrement désolé sur la mort de Louis XVI.

L’intention est louable.

Et chaque année, faute de culture politique et historique digne de ce nom, c’est la catastrophe.
Cette année, c’est Monsieur Philippe Rodier, sur le site mal heureusement nommé Boulevard Voltaire, qui tombe dans le panneau (cf. > http://royaume-de-france.clicforum.com/t2867-A-propos-du-martyre-du-Roi-Louis-XVI.htm

.

Que Monsieur Rodier commette un pléonasme en parlant d’ « incarnation charnelle » (comme si une « incarnation » pouvait être autrement que « charnelle »), nous le lui pardonnerons volontiers puisque l’idée demeure juste.
Louis XVI, parce que Roi de France, était bien l’incarnation du pays tout entier.

Mais enfin, quelle drôle d’idée de dire qu’ « en tuant la reine, les révolutionnaires tuaient la royauté » !
En quoi la Reine de France était-elle à ce point identifiée à la fonction royale qu’en la tuant on supprimât aussitôt la dite fonction ? Sous prétexte qu’elle ne pouvait plus avoir d’enfants royaux ? Certes, mais le Roi était mort avant elle, et le Roi Louis XVII son fils mourut après. 
La logique de Monsieur Rodier m’échappe absolument.

Rappelons donc seulement la vérité qu’un docteur en droit ne devrait pas ignorer : en France, la fonction royale ne meurt pas !

Tant qu’il reste un seul descendant direct d’Hugues Capet, né d’un mariage catholique réputé valide au moment de la naissance, alors il reste un Roi en France (note *).
A la mort de Louis XVI, toute tragique qu’elle fut, le Dauphin Louis, Duc de Normandie, devint aussitôt par la grâce de Dieu Sa Majesté Très-Chrétienne le Roi Louis XVII. 
Et cela, la Reine Marie-Antoinette ne l’ignorait pas, pas plus que les Vendéens et Chouans des quatre coins de France et de Navarre.

Enfin je m’insurge vivement contre la citation, séduisante mais fausse, du sinistre Renan : « Le jour où la France coupa la tête à son roi, elle commit un suicide. »
Certes, il est séduisant d’utiliser au profit de la royauté une caution républicaine telle que Renan.
Pourtant Renan a tort, car en aucun cas ce n’est la France qui tua le Roi, mais bien la République, et elle seule.
La France, révulsée d’horreur et de douleur devant ce crime qui criait vengeance à la face de Dieu, ne devait plus tarder à se révolter massivement contre la tyrannie républicaine, qui déjà usurpait les noms de « France » et de « patrie ».
En conséquence, la France n’a commis aucun suicide. Bien au contraire, le martyre de son Roi ouvrit l’une des plus belles pages de son histoire : les épopées vendéennes et chouannes.

Combien donc il y a loin du désespoir latent de Monsieur Rodier à la forte Espérance qui ne peut que nous animer en ce jour !
Que notre Roi Louis XVI « le Bienfaisant », du haut du Ciel où il est sans doute allé tout droit, hâte le jour de la Restauration et veille sur le Royaume des Lys qui fut, par la grâce de Dieu, le sien. »

Michel Berryer,
porte-parole du Cercle Légitimiste d’Ile de France.
Forum du Royaume de France, « A propos du martyre du Roi Louis XVI »,
mercredi 20 janvier 2016. http://royaume-de-france.clicforum.com/t2867-A-propos-du-martyre-du-Roi-Louis-XVI.htm 

Article relayé par :

http://leblogdumesnil.unblog.fr/2016/01/23/2016-7-tant-quil-reste-un-seul-descendant-direct-dhugues-capet-ne-dun-mariage-catholique-repute-valide-au-moment-de-la-naissance-il-reste-un-roi-en-france/

Lorsqu’Ernest Renan fait l’éloge de la monarchie.

20 Jan

 » On se figura que l’état, qui s’était incarné dans le roi, pouvait se passer du Roi, et que l’idée abstraite de la chose publique suffirait pour maintenir un pays où les vertus publiques font trop souvent défaut. Le jour où la France coupa la tête à son roi, elle commit un suicide (…) La France était une grande société d’actionnaires formée par un spéculateur de premier ordre, la maison capétienne. Les actionnaires ont cru pouvoir se passer du chef, et puis continuer seuls les affaires. Cela ira bien, tant que les affaires seront bonnes; mais, les affaires devenant mauvaises, il y aura des demandes de liquidation.  »

Ernest Renan (1823-1892)

Écrivain, philosophe et historien
En savoir plus sur http://www.la-couronne.org/blog/citation/citation-royaliste-du-mois-de-janvier-2015.html#xoidwfXe7vT21lS7.99

Origine du texte.

http://www.la-couronne.org/blog/citation/citation-royaliste-du-mois-de-janvier-2015.html#DXMfzGb2Bw7hZwoV.01