Tag Archives: Louis XIV

300 e anniversaire de la mort de Louis XIV sur France 2 . Le 1 er septembre 2015.

22 Juil

Le 1er septembre prochain, la France célébrera (NDLRB . « commémorera »  aurait été plus adapté)  le 300 ème anniversaire de la mort de Louis XIV.

A cette occasion, France 2 proposera une soirée spéciale Versailles, comme le rapporte Télé Star

Les téléspectateurs découvriront un numéro de  » Secrets d’Histoire » .

La chaîne diffusera également un docu-fiction.
En savoir plus sur : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-340085-france-2-prepare-une-soiree-sur-versailles-a-l-occasion-du-300e-anniversaire-de-la-mort-de-louis-xiv.html#m6O4fGHrpQvYgsYz.99

L’hôpital royal de Versailles (78000) au service des Pauvres et des malades afin de leur soigner le corps et l’âme.

28 Avr

En 1781, Louis XVI ordonne la construction d’un  nouvel établissement hospitalier (plans de Charles-François d’Arnaudin, architecte de Louis XVI) , pour remplacer le vieil hospice datant de Louis XIV. Un siècle plus tôt, en 1670, pour répondre à l’accroissement de la population et à la main d’œuvre abondante travaillant à la construction du château, le roi Louis XIV avait établi une «  maison de charité » tenue par les religieuses de Saint Vincent de Paul ; celles-ci étaient chargées de nourrir, de préparer les médicaments et d’apporter les premiers soins aux malades. Toutes les opérations étant assurées par les médecins de la Cour.

Ce fut au début un simple dispensaire, placé en haut de la rue de la Paroisse ; puis on l’établit sur un terrain d’abord loué au grand père de l’abbé de L’Epée, puis acheté en 1707 par Louis XIV qui alloua une rente annuelle. A sa mort, la cour ayant quitté Versailles, la dotation cessa, mais cinq ans plus tard, Louis XV, par lettre patente, rétablit la dotation sur le domaine de Versailles et érigea l’établissement en hôpital royal. En 1722, une première aile abrite l’infirmerie, en 1724, Tannevoie ajoute une deuxième aile. Mais en 1761 Gabriel détruit les vieux bâtiments pour en édifier de plus adaptés, mais les travaux sont interrompus par la guerre. Ce n’est que vingt ans plus tard que l’hôpital est reconstruit selon  les dessins et les plans de Charles-François d’Arnaudin, inspecteur des Bâtiments du Roi, par ordre de Louis XVI. L’hôpital prend la forme d’un H et s’articule autour d’un corps central réservé aux vieillards, flanqué de deux ailes destinées aux malades. La chapelle d’inspiration néo-classique s’inspire du panthéon de Rome avec son plafond à caissons, et la galerie de l’étage communique directement avec les chambres ce qui permet aux malades d’assister aux offices sans se déplacer.

Le Roi Louis XVI a affecté à l’établissement une dotation à prendre sur les revenus des domaines de Versailles, Marly et Meudon  et crée un véritable hôpital d’avant-garde avec de vastes salles balayées trois fois par jour, des couchettes individuelles à deux matelas isolées par des rideaux et pourvues de couvertures de laine et de courtepointes. L’ordinaire comporte de la viande  trois fois par semaine et souvent de la volaille et du gibier offert par le roi. Le fonctionnement étant toujours assuré par les Filles de la Charité. Les grands noms de la médecine viennent y opérer, comme Mauger médecin des Enfants de France.

La Révolution interrompit encore les travaux, et de 1790 à l’an VII, l’hôpital ne subsista qu’à l’aide d’aumônes et des crédits obtenus difficilement par la Commission administrative. La loi  du 14 Messidor an VII( 1799) autorisa la ville de Versailles à établir un octroi municipal de bienfaisance dont le produit devait être affecté notamment à l’entretien de l’hôpital. En 1813 les travaux d’achèvement des bâtiments furent repris puis cessèrent pour reprendre grâce à l’argent accordé par Louis XVIII , puis Charles X, puis de nouveau cesser jusqu’en 1853 date à laquelle la ville  finança les derniers travaux qui s’achevèrent en 1860, l’hôpital royal ayant pris le titre d’Hospice civil de Versailles en 1858.
Le 24 mai 1971, le Ministère de la Santé autorisa la réalisation d’un nouvel établissement au Chesnay, l’hôpital André Mignot –maire de Versailles de 1947 à 1977- et seuls les services de spécialité chirurgicale et la psychiatrie demeurèrent dans les vieux locaux.

Avec l’aimable autorisation de Bénédicte Deschard et du journal VERSAILLES+

http://www.les-amis-de-richaud.fr/content/view/79/4/

Louis XX et la princesse Marie-Marguerite à Lorient fin mai 2014.

20 Avr

NDLRB . le  blog  du CER vous a déjà informé en détail de  la  visite princière des 29, 30 et 31 mai prochain ( in fine du lien ci-dessous) :https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/04/07/bulletin-climatique-quotidien-7-avril-2015de-la-republique-francaise/

Pour autant, une  aussi longue  visite mérite  bien que l’on en reparle.

Leurs Majestés le Roi Louis XX et la Reine Marie-Marguerite se rendront les 29, 30 et 31 mai prochains en visite officielle en leur bonne ville de Lorient (56100) pour y commémorer le 300ème anniversaire de la mort de Louis XIV, fondateur de cette ville.

lorient3                                                                                                                                Blasonnement  Français : de gueules à un trois-mâts d’argent, équipé et flammé du même, voguant sur une mer de sinople, accompagné d’un soleil d’or se levant derrière trois monts d’argent posés à dextre issants de la mer; au franc canton d’hermine; au chef cousu d’azur semé de besants d’or.                                       Devise: « Ab oriente refulget » (L’orient la fait resplendir)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blason_ville_fr_Lorient_(Morbihan).svg

NB. Le  lien cité au tout  début  de ce post  vous permettra de plus de disposer de trés  belles armoiries  anciennes  de la ville, mais abondance de  biens ne nuit pas.

 ……. Ainsi est la ville de Lorient, fille de France par son père, Louis XIV, fille de Bretagne par sa mère, cette terre granitique du Morbihan ouverte sur l’océan et fiancée de L’Orient dès sa naissance par les liens du commerce des Indes.

Louis XX et la Reine Marie-Marguerite ne peuvent qu’apprécier avec fierté le parcours historique de leur bonne ville de Lorient et se rendent assurément avec grand plaisir à l’invitation qu’elle leur a adressée.

………

 http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/1321-lorient-fille-de-roi-ville-de-tous-les-defis

*   *   *

Image

L’opéra comique (Salle Favart) fondé le 26 décembre 1714 (Règne de Louis XIV) fête son tri-centenaire.

13 Nov

FAVART bis

Armoiries de Saint Germain en Laye, Ville natale de Louis XIV.

7 Nov

images1505409_940037976011758_368633457465531377_n   Armoiries de Saint-Germain-en-Laye (78100) , lieu de naissance du futur roi Louis XIV , de Louis XIII  et d’Anne d’Autriche le 5 septembre 1738

https://www.facebook.com/pages/Heraldry-Society-of-Louisiana-Société-héraldique-de-la-Louisiane/319110158104546

D‘azur au berceau semé de fleurs de lys d’or, accompagné en chef d’une fleur de lys du même et en pointe de cette date : 5 7bre 1638, aussi d’or

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/4/4a/Paris_Saint-Germain_Football_Club_(logo).svg

Vous remarquerez  les armories de la  ville de Saint Germain « en pointe »  dans le logo du club de football Paris-Saint Germain.

Une merveille du grand siècle : LA MACHINE DE MARLY

6 Nov

1779964_734532649954717_4640196414483103934_n

La machine de Marly est un gigantesque dispositif de pompage des eaux de la Seine, construit sous le règne de Louis XIV à Bougival (78380). Elle était destinée à alimenter en eau les jardins du château de Marly et le parc de Versailles. Construite entre 1681 et 1682, elle était sans doute « une des machines les plus complexes de son temps.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=734532649954717&set=gm.10152863403251468&type=1&theater

Louis XIV, Libéral Bruant, Jules Hardouin-Mansart et l’Hôtel royal des Invalides

10 Oct
303699

Le roi Louis XIV visite les Invalides le 26 août 1706. Tableau de Pierre-Denis Martin *.

L’Hôtel national des Invalides

Prestigieux ensemble du XVIIème siècle, l’Hôtel national des Invalides comprend le musée de l’Armée avec l’Historial Charles de Gaulle, l’église Saint-Louis et l’Institution nationale des Invalides. L’église du Dôme abrite le tombeau de Napoléon.

Au milieu du XVIIe siècle, Louis XIV souhaite créer une institution, destinée à recevoir les officiers et soldats invalides, vieux ou sans ressources. Les multiples projets antérieurs n’ayant jamais abouti, le droit d’oblat, qui impose à certaines abbayes l’entretien d’un vieux soldat, infirme ou démuni, a été maintenu. Louis XIV dévoile son grand projet dans l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye du 15 avril 1670. L’édit de création de l’institution est pris en 1674. Le roi confie à Louvois, ministre de la guerre, la tâche de superviser la réalisation de son grand projet. L’emplacement est choisi sur la plaine de Grenelle. L’architecte retenu est Libéral Bruant trente-six ans, qui vient d’achever la construction de l’hospice de la Salpêtrière. La première pierre de l’institution est posée le 30 novembre 1671. Dès octobre 1674, l’hôtel des Invalides reçoit ses premiers pensionnaires, qui sont accueillis par Louis XIV en personne.

Louis XIV visite les Invalides le 26 août 1706. Pierre-Denis Martin

Après des débuts difficiles, le succès de l’Hôtel des Invalides s’affirme. Destiné à recevoir 1 500 pensionnaires, il accueille jusqu’à 4 000 pensionnaires à la fin du XVIIe siècle, en dépit de conditions d’admission draconiennes. Louis XIV et Louvois ont réussi à obtenir la cohabitation harmonieuse de plusieurs milliers de pensionnaires de tous âges, de toutes provinces et de tous grades, en imposant à l’institution une organisation militaire. L’Hôtel des Invalides est assimilé à une place de guerre, et les pensionnaires, distribués en compagnies, doivent se plier aux règles militaires et religieuses. Le 14 juillet 1789, la Révolution commence à l’Hôtel des Invalides par le pillage de 32 000 fusils entreposés dans les caves. L’Assemblée nationale envisage la suppression de l’institution, jugée trop coûteuse. Rebaptisée le 30 avril 1791 par la Constituante « Hôtel national des militaires invalides », elle est finalement sauvée. L’hôtel perd toutefois ses emblèmes royaux, l’église devient un Temple de Mars, où le culte de la guerre remplace le culte de Dieu.

http://gavroche60.com/2014/04/10/lhotel-national-des-invalides/

* Pierre-Denis Martin
(1673 – 1742)
Musée Carnavalet – Histoire de Paris
Vers 1706
Huile sur toile
110 cm x 160 cm
P 1610

L’église à coupole de Jules Hardouin-Mansart est le sujet principal de l’important tableau  Visite de Louis XIV à l’Hôtel royal des Invalides, le 26 août 1706, peinture de Pierre-Denis Martin. Élève de Van der Meulen, Martin le jeune (ainsi surnommé pour le distinguer de son oncle Jean-Baptiste) a peint comme son maître et ce dernier des batailles et des vues de villes.
La visite officielle dont cette œuvre, précise et brillamment colorée, fixe le souvenir, donnait au roi l’occasion d’admirer, achevée pour le gros œuvre, la nouvelle église de Jules Hardouin-Mansart, avec son dôme élancé qui en fait l’un des plus beaux monuments de Paris. La vue est prise du Midi, la campagne entourant encore l’hôtel au début du XVIIIe siècle.
On reconnaît Louis XIV, seul couvert au milieu d’un petit groupe, devant le carrosse royal, et c’est probablement Mansart qui, à sa droite, lui désigne l’église encadrée par les constructions plus sévères de Libéral Bruant. Au fond, vers la droite, on distingue les premières constructions du faubourg Saint-Germain, la coupole de l’Assomption, au-delà de la Seine, enfin la butte Montmartre, avec ses moulins et sa double abbaye de Bénédictines.

http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/visite-de-louis-xiv-l-eglise-de-l-hotel-des-invalides-nouvellement-achevee-le-26-aout