Tag Archives: Marie-Christine Grave du Bourg

Les Ostensions Limousines et Marchoises au pain sec et à l’eau.

1 Mar

Au nom de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le Conseil d’Etat a interdit, le 15 février, aux collectivités territoriales de financer les plus spectaculaires manifestations religieuses régionales : les Ostensions septennales, célébrées dans une vingtaine de communes en Haute-Vienne mais aussi en Creuse et en Charente limousine. Certains osent y voir « une victoire de la laïcité et de la Libre Pensée » !

Ces Ostensions, à la magnificence quasi andalouse, sont pourtant millénaires.

En 994, le Limousin a été ravagé par « le Mal des Ardents », « une pestilence » selon le bénédictin Adémar de Chabannes (989-1034) : « Des corps innombrables d’hommes et de femmes étaient dévorés par un feu invisible, et partout la terre retentissait de plaintes. » Le crâne de saint Martial, premier évêque de Limoges, sorti de son reliquaire, fut promené dans les rues et le mal disparut. Le rituel s’est étendu aux paroisses avoisinantes et depuis, ces reliques sont présentées à l’imploration des fidèles dès qu’une calamité menace.

Au XVIe siècle, l’Eglise en a organisé la pratique : les Ostensions, encadrées par des confréries, sont devenues septennales (les dernières, les 71e, ont eu lieu en 2009 ; les prochaines, si Dieu le veut, seront célébrées en 2016, ouverture processionnaire le mardi de Pâques, clôture à l’été.

Le caractère patrimonial des Ostensions – pénitents encagoulés, bannières et symboles corporatifs, vêtements et outils traditionnels… – leur vaut le soutien de collectivités pourtant peu portées sur la religion. Les communes les subventionnent – de 2 000 à 20 000 euros selon leurs moyens – et, en 2009, le conseil général a contribué à hauteur de 23 360 euros, le conseil régional, lui, à hauteur de 41 497 euros.

C’est alors que 21 militants limousins ont saisi le tribunal administratif de Limoges pour infraction à la loi de 1905 – « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Celui-ci leur a donné raison et ordonné, le 24 décembre 2009, la restitution des sommes allouées. Six confréries religieuses ont fait appel auprès de la cour de Bordeaux, qui a confirmé le premier jugement, puis trois associations ont à leur tour échoué devant le Conseil d’Etat.

Cette décision rompt le consensus. Les maires, élus départementaux et régionaux, majoritairement de gauche et souvent francs-maçons, votent traditionnellement à l’unanimité les crédits. Et Saint-Junien, bastion historique du communisme limousin, soutient sans réserve ses Ostensions, qui sont parmi les plus spectaculaires. Au nom du respect d’une tradition qui déborde largement le cadre catholique, et d’un intérêt touristique indéniable (les Ostensions attirent tous les sept ans plus de 100 000 visiteurs).

Une demande d’inscription au patrimoine immatériel de l’humanité est en cours auprès de l’Unesco. Mais, d’ici là, il faudra mobiliser et encore mobiliser pour soutenir ces manifestations. Le Conseil dans l’Espérance du Roi se joindra à toutes les démarches en ce sens.

(armoiries de Limoges avec le chef de Saint-Martial)

Le 1er mars 2013.

NDLRB. Il est aussi possible  de  consulter l’ouvrage de Mmme marie-Christine Grave-du-Bourg  et Alain Texier ( membre du CER)   « Les  clefs des Ostensions Limousines et Marchoises« . Nouvelles Presses du Centre 2009.

Publicités