Tag Archives: Norvège
Image

La forme monarchique du Gouvernement n’est pas exceptionnelle en Europe. Diffusez cette carte autour de vous.

1 Juil

10478171_10202946975213298_1664540448745909415_n

Norvège libre !

28 Juin

 File:Armoiries Norvège.svg

 Armoiries de Norvège

                                                  De gueules, au lion couronné d’or, tenant dans ses pattes une hache d’argent emmanchée aussi d’or.

 

 Le gouvernement saoudien et de riches donateurs privés d’Arabie

 Saoudite, voulaient financer des mosquées en Norvège à hauteur de

 dizaines de millions d’euros.

 

 Légalement, ils en ont le droit; conformément à la loi norvégienne il

 est permis aux pays étrangers de soutenir financièrement les

 communautés religieuses, mais vu l’importance de ces sommes, le

 gouvernement doit approuver le financement.

 

 Or, le ministère des Affaires étrangères vient non seulement de

 refuser d’approuver ce financement, mais il a également répondu au

 Centre islamique Tawfiiq, qu’il serait « paradoxal et contre nature

 d’accepter le financement venant d’un pays qui n’accepte pas la

 liberté religieuse.»

 

 Le ministre norvégien des Affaires étrangères Jonas Gahr Støre a

 déclaré à la Presse : «Nous aurions pu simplement dire non, le

 ministère n’approuve pas, mais nous avons profité de l’occasion pour

 ajouter que l’approbation serait paradoxale, tant que vouloir établir

 une communauté chrétienne en Arabie saoudite sera considéré comme un crime « .

 

 Encore une nouvelle qui nous parvient par le net. Elle est pourtant

 transmise par toutes les agences de pressemais probablement sur une

 fréquence que le service audiovisuel national français ne reçoit pas…

 

Billet d’humeur de Pierre Jeanthon : monarchiste ou royaliste ?

13 Fév

 

Début février la Reine Béatrix des Pays-Bas annonçait son abdication prévue le 30 avril 2013, jour de la fête nationale, en faveur de son fils, le Prince Willem Alexander.

Information majeure au pays des polders, peu relayée dans la « grande presse », mais largement présente sur nos sites royalistes qui entendent bien s’emparer de l’évènement pour promouvoir les bienfaits de la monarchie.

Le Larousse définit les royalistes comme des gens attachés à la monarchie, elle-même présentée comme un régime politique dans lequel l’autorité est exercée par un seul individu.

La monarchie est dite absolue si le pouvoir du monarque n’est contrôlé par aucun autre (en vigueur en France sous l’Ancien Régime, elle était en fait limitée par les lois fondamentales du royaume).

Elle est constitutionnelle quand l’autorité du prince est soumise à une Constitution.

Dernier cas, celui de la monarchie parlementaire qui est une monarchie constitutionnelle dans laquelle le gouvernement est responsable devant le Parlement.

Aux moqueries républicaines qui évoquent un régime d’un âge révolu, nous avons coutume de rétorquer qu’au XXIe siècle, l’Europe compte7 monarchies préservées des furies révolutionnaires qui ravagent la France, tout spécialement en ces temps de mariage pour tous. Eh bien je vous propose une virée en Europe !

–        Aux Pays-Bas, monarchie parlementaire,   le mariage homo est légal depuis 2001

–        En Belgique, monarchie constitutionnelle, …………………………………………………. 2003

–        En Espagne, monarchie parlementaire,       …………………………………………………. 2005

–        En Norvège, monarchie constitutionnelle,  …………………………………………………. 2009

–        En Suède, monarchie parlementaire,           …………………………………………………  2009,        

avec une disposition qui oblige l’Eglise à trouver un pasteur pour célébrer ce mariage à titre religieux.

Au Danemark, monarchie constitutionnelle, les choses ont évoluées comme suit :

  • 1989 – autorisation de l’union civile des couples homos.
  • 1999 – reconnaissance du principe d’homoparentalité : les homos sont autorisés à adopter les enfants de leur conjoint.
  • 2006 – légalisation de l’insémination artificielle pour les lesbiennes.
  • 2009 – l’adoption est étendue aux enfants extra conjugaux.

–        Les « couples homos » peuvent recevoir la bénédiction de l’Église luthérienne d’État (au 1er janvier 2012, 4,5 millions de fidèles, soit 80% de la population).

  • 2011 – le 15 septembre, élection des 179 députés de l’Assemblée du peuple (Folketing) : taux de participation 87%, 89 députés pour le bloc de gauche, 86 pour celui de droite et 4 divers.
  • 2012 – fidèle aux promesses électorales de la gauche, M. Sareen, ministre des Cultes, propose une loi qui accorde aux couples homos les mêmes droits que ceux dont jouissent les hétéros : le libre choix de se marier à l’église où à la mairie.
  • 7 juin 2012 – Par 89 voix pour, 24 contre et 2 abstentions, le Parlement adopte ce texte, entré en vigueur le 15 du mois.

–        Pour éviter tout conflit avec le tiers du clergé opposé à cette loi, il est prévu qu’un pasteur puisse refuser de célébrer ce « mariage » sous réserve que les autorités ecclésiastiques lui trouvent un remplaçant.

–        Là-bas comme ailleurs la presse bien-pensante souligne que ce texte  « adopté » à une large majorité (89 pour sur 179 !) constitue un grand pas en avant »… il n’est pas précisé vers où ?

Enfin, en Grande-Bretagne le 5 février 2013 les députés votaient par 400 voix contre 175 en faveur du mariage homo en laissant aux différentes institutions religieuses le choix de célébrer ou non cette union.

À considérer le côté peu sympathique de ces « monarchies people », je reste un simple royaliste attaché à la monarchie absolue limitée par les lois fondamentales du royaume, par les lois non écrites et par les commandements ; afin que le roi règne et gouverne dans une France où « l’autorité serait en haut et les libertés en bas ».

En résumé, avec le profond respect que je porte à sa Majesté Béatrix, je décline toute participation à une éventuelle manifestation concernant son abdication prochaine.

le 13 février 2013.

Pierre Jeanthon, membre du CER.

Molière dixit : « Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa milus… *

12 Fév

…Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »

Nous avons connu récemment un vent de panique dans les médias (toujours à la remorque), à propos des contraceptifs hormonaux (cf. notre article du 6 février 2013, intitulé « Contraceptifs hormonaux: trop c’est trop« ). Ce vent froid nous venait du nord. Les pays nordiques seraient-ils en effet des modèles pour l’épidémiologie ? Des effets secondaires des pilules de 3e génération à ceux d’un vaccin contre la grippe H1N1, beaucoup d’alertes en proviennent.

Qu’il s’agisse de données concernant la consommation et les effets secondaires de médicaments, la santé des enfants, les cancers ou les pathologies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires…), les études menées dans ces « petits » pays – dont le plus peuplé, la Suède, avec 9,5 millions d’habitants – font souvent référence. Elles sont régulièrement publiées dans des revues médicales de haut niveau, et peuvent venir à l’appui de décisions de santé publique à l’échelle internationale. Des performances qui reposent en bonne partie sur l’exploitation d’un système très développé de registres.

Le principe de ces bases de données, auxquelles ont recours de nombreux pays, notamment anglo-saxons, est de recueillir des informations de façon continue et exhaustive dans une population géographiquement définie, à des fins de santé publique et de recherche.

Les registres des pays nordiques présentent de nombreux avantages : ils existent depuis longtemps, dans de multiples domaines, et sont pour la plupart nationaux, c’est-à-dire qu’ils couvrent l’intégralité de la population. Des atouts précieux en santé publique.

Dans l’épineux dossier des pilules contraceptives, la quantification des risques thromboemboliques veineux des différentes pilules s’est ainsi largement appuyée sur les résultats de recherches conduites au Danemark.

Pour mener à bien leurs enquêtes de pharmaco-épidémiologie – notamment publiées en 2009 et 2011 dans le British Medical Journal -, Œjvind Lidegaard (université de Copenhague) et ses collègues ont consulté et croisé les informations de quatre bases de données. Il y a tout d’abord celles du registre des « statistiques du Danemark », qui contient des informations de type état civil sur les 5,74 millions de citoyens. Les chercheurs ont ainsi estimé avec précision la population des femmes âgées de 15 à 49 ans entre 1995 et 2009.

Parallèlement, ils ont pu comptabiliser les cas de phlébites et d’embolies pulmonaires grâce au registre national des patients, qui collecte tous les diagnostics posés lors des hospitalisations dans des établissements publics ou privés danois depuis 1977. Le registre national des causes de décès a permis de recenser les morts par thromboembolies veineuses.

Enfin, les prescriptions des différents contraceptifs ont été déterminées à partir du registre national des produits de santé, créé en 1994 pour suivre de façon exhaustive les ventes de médicaments – sur ordonnance ou non – dans toutes les pharmacies du pays.

Chaque Danois étant identifié par un numéro unique, qui est utilisé dans tous les registres publics, les bases de données du pays peuvent être assez facilement reliées entre elles. Par sécurité, les autorisations ne sont cependant délivrées que dans le cadre de projets scientifiques bien définis.

Au final, en croisant ces quatre sources de données, l’équipe danoise a pu confirmer que le risque de thrombophlébite sous pilule de 3e ou 4e génération (dont le progestatif est du desogestrel, du gestodène ou de la drospirénone) est doublé par rapport à celui des pilules de 2e génération (à base de lévonorgestrel). Mais qui, somme toute, reste peu élevé et inférieur au même risque lors d’une grossesse. « Les registres permettent une estimation fiable des risques pour tous les médicaments peu d’années après leur mise sur le marché, souligne Œjvind Lidegaard. C’est aussi avec ces outils que nous avons pu, par exemple, étudier l’influence des traitements hormonaux de la ménopause sur les risques de maladies cardio-vasculaires ou la prévention des cancers de l’ovaire. » Et c’est aussi avec les mêmes outils que les co-facteurs de risque, tel l’usage du tabac, sont identifiés.

Des exemples parmi bien d’autres… Le Danemark a une longue tradition de bases de données, dans le domaine médical mais aussi d’autres tels que l’éducation. Le premier des registres danois a été créé en 1875 pour recenser les décès, souligne un numéro spécial du Scandinavian Journal of  Public Health paru en 2011. Depuis, bien d’autres ont été mis en place pour étudier diverses maladies (cancers, diabète, pathologies psychiatriques…). Le Danemark dispose aussi, depuis 1870, d’un registre des jumeaux, qui est l’un des plus anciens au monde. Il existe même un registre danois des enfants adoptés.

La Suède, la Norvège, l’Islande et la Finlande sont également dans cette stratégie des registres nationaux. Et ils s’unissent même dans certains domaines. Une base commune des prescriptions de médicaments dans tous ces pays est ainsi opérationnelle ; elle permet d’obtenir des données sur une population de 25 millions d’habitants, de faire des comparaisons par pays… Dans un domaine proche, un rapport du Sénat français daté de juillet 2012 souligne le rôle crucial des registres suédois, danois, mais aussi australiens dans la surveillance des dispositifs médicaux.

Le document signale notamment « la capacité des registres suédois à détecter très en amont les dysfonctionnements présentés par certains dispositifs », ce qui explique en partie le nombre limité de marques de dispositifs médicaux – prothèses de hanche par exemple – commercialisées en Suède par rapport au reste de l’Europe. Le prix peut-être de la sécurité.

Souriez, vous êtes…fichés.

Le 12 février 2013.

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Hippocrate, Conseiller à la Santé publique.

* (amphigouri# de Sganarelle dans le Médecin malgré lui, de Molière)
# L’amphigouri est une accumulation d’idées ou d’arguments telle qu’elle produit un discours obscur voire incohérent.

La Norvège est parfois exemplaire… Pas de mosquée tant que …

19 Jan

Est-ce le prélude à une prise de conscience réaliste de l’Europe ? La France suivra-t-elle cet exemple ? Et non …

Pas de mosquée saoudienne en Norvège, tant qu’il n’y a pas de liberté religieuse en Arabie Saoudite !

Le gouvernement saoudien et de riches donateurs privés d’Arabie Saoudite, voulaient financer des mosquées en Norvège à hauteur de dizaines de millions d’euros.
Légalement, ils en ont le droit; conformément à la loi norvégienne il est permis aux pays étrangers de soutenir financièrement les communautés religieuses, mais vu l’importance de ces sommes, le gouvernement doit approuver le financement.

Or, le ministère des Affaires étrangères vient non seulement de refuser d’approuver ce financement, mais il a également répondu au Centre islamique Tawfiiq, qu’il serait

 » paradoxal et contre nature d’accepter le financement venant d’un pays qui n’accepte pas la liberté religieuse . »

Le ministre norvégien des Affaires étrangères Jonas Gahr Støre a déclaré au journal VG:
 » Nous aurions pu simplement dire non, le ministère n’approuve pas, mais nous avons profité de l’occasion pour ajouter que l’approbation serait paradoxale, tant que vouloir établir une communauté chrétienne en Arabie saoudite sera considéré comme un crime « .

Encore une nouvelle qui nous parvient par le net.
Elle est pourtant transmise par toutes les agences de presse, mais probablement sur une fréquence que le service audiovisuel national français ne reçoit pas…

 

Le 19 janvier 2013.

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : Après le pamphlet de Richard MILLET sur l’affaire Breivik…le choeur indigné des vierges effarouchées.

14 Sep

L’écrivain Richard Millet, membre du comité de lecture et éditeur chez Gallimard,  a fait paraître récemment, un pamphlet intitulé « Eloge littéraire d’Anders Breivik« . Auteur d’une oeuvre déjà abondante et d’une grande qualité, généralement très appréciée du monde de l’édition, Richard Millet a déclenché par cet ouvrage un tonnerre d’indignations dans les milieux de la bien-pensance parisienne.  De quoi s’agit-il précisément ?

Richard Millet a publié son pamphlet alors que la justice norvégienne rendait son verdict dans le procès d’ Anders Breivik, ce norvégien qui se rendit coupable du meurtre de 77 personnes, le 22 juillet 2011, à Oslo et sur l’île d’Utoya (où se tenait une réunion des jeunes militants socialistes – le symbole de cette atteinte à la jeunesse et donc à l’avenir – est particulièrement fort et violent), au motif qu’il entendait , par cet acte  « atroce mais nécessaire » préserver la Norvège d’un « multiculturalisme nuisible » à son identité (il visait alors explicitement l’immigration musulmane en Europe, selon les arguments du mouvement politique counterjihad). Anders Breivik fut condamné le 24 août dernier à la peine maximale encourue, 21 ans de prison (nous y reviendrons) puisqu’il fut reconnu pénalement responsable de ses actes. Le prévenu réclamait d’ailleurs à être reconnu « sain d’esprit », ce qui donnait toute sa force symbolique à l’ acte commis.  Le tribunal lui reconnut néanmoins des « troubles de la personnalité » (il eut été difficile de faire moins) sans psychose.

Or, que dit Millet de cet homme? Il s’attaque d’abord, dans le style raffiné qui est habituellement le sien, à la démocratie (principalement dans sa forme sociale-démocrate) et aux scories du communisme dont il montre comment elles ont engendré l’ignorance, le conformisme intellectuel et politique mais aussi l’affaiblissement de la langue (« Oui j’ai une patrie, la langue française » écrivait Albert Camus). Il s’attaque aussi à l’immigration extra-européenne qui s’y ajoute et contribue à l’effondrement de l’Europe, continent défait où « une guerre civile est en cours » et, pour résumer, au « nihilisme multiculturel« . Et il prend argument, pour cela, dans l’acte d’Anders Breivik. Il affirme ainsi que le norvégien n’est pas un malade mental mais le « signe désespéré, et désespérant, de la sous-estimation par l’Europe des ravages du multiculturalisme« . Son crime (qu’il condamne) lui apparaît « au mieux comme une manifestation dérisoire de l’instinct de survie civilisationnel« , ajoutant gravement: « Dans cette décadence, Breivik est sans doute ce que méritait la Norvège, et ce qui attend nos sociétés qui ne cessent de s’aveugler pour mieux se renier« . (1)

Voila qui ne manque pas de nous interpeller car, s’il est évident pour tout être de raison et de foi, que l’assassinat n’est pas une réponse acceptable à de telles critiques (« Tu ne tueras point » , nous rappelle le cinquième commandement du Décalogue) il est licite de s’interroger sur le lien que l’on pourrait trouver entre l’acte de Breivik et le tyrannicide, tant débattu au cours de l’histoire, et qui s’inscrit dans le droit naturel de résistance à l’oppression. Nous remarquerons d’ailleurs que la plupart des tyrannicides furent toujours des êtres psychologiquement complexes, aux « troubles de la personnalité » probables, arrivés au bout de leur capacité de résistance et chez lesquels la « maîtrise de soi » finit par être défaillante. Des êtres fragiles (mais pas toujours exempts de lucidité), proies néanmoins faciles à diverses manipulations. L’abandon dont il fut l’objet de la part de ses maîtres à penser intellectuels, au cours de son procès, plaide d’ailleurs en faveur de cet argument. Tout comme les hurlements d’horreur qui ont fait suite à son acte , en provenance de tout ce que peut recéler l’intelligentsia de la pensée conforme et obligatoire, si impliquée pourtant dans les reniements évoqués par Richard Millet. Comme pour s’en dédouaner. Ajoutons à ces hurlements une intéressante contradiction: ceux-là même qui se réjouirent que la condamnation de Breivik à 21 ans de prison soit en fait une rétention à perpétuité qui ne dit pas son nom (puisque la loi norvégienne précise que tout condamné à cette peine maximale peut n’être jamais libéré s’il est considéré comme étant encore dangereux après 21 ans ) sont les mêmes qui militent, avec des trémolos d’indignation dans la voix, contre le maintien en détention (rétention de sureté) des criminels les plus dangereux en fin de peine …en France !

En d’autres termes, qui est responsable, en première intention, de la tuerie d’Utoya? Celui qui, au bout du désespoir et pensant qu’aucune autre voie ne s’offrait plus à lui, a tiré sur les jeunes socialistes norvégiens ou ceux qui, par leur haine de soi, leur idéologie mortifère, leur allégeance à la barbarie, leur lâcheté l’ont abandonné au point d’ armer son bras?

C’est là le propos de Richard Millet. Mais c’était sans compter avec l’habituel choeur indigné des vierges effarouchées et des Grands Prêtres droit-de-l’hommistes, toujours plus prompts à sonner l’hallali qu’à réfléchir à leurs responsabilités. Et Même si l’auteur parvient à se délecter en apparence de la polémique que son livre a engendré: « Je suis un des écrivains français les plus détestés. Position intéressante, qui fait de moi un être d’exception« .  Y aurait-il du Breivik dans Millet?

Si l’on en croit les médias français il semble que les Norvégiens vont à présent « tenter de tourner la page et se consacrer à panser les plaies qui restent à panser« . Mais ils devront aussi « penser » et, pour cela, garder en mémoire la mise en garde de la présidente du tribunal qui a jugé Breivik: « les vues du meurtrier sur l’immigration sont partagées par beaucoup... »  Peut-être conviendrait-il de s’interroger sur les raisons de ce « partage ».

Le 14 septembre 2012.

Du Plessis.

(1) Ceux qui n’ont jamais mis les pieds en Norvège, qui n’ont donc pas été bouleversés par la magie des fjords découverts au cours d’une croisière avec l’expresse côtier, qui n’ont pas davantage prié dans l’impressionnante cathédrale de Trondheim ou, mieux encore, dans l’une des extraordinaires églises en bois debout qui sont les vestiges de la foi médiévale scandinave, qui n’ont pas découvert les mystères du soleil de minuit à l’extrême pointe du continent européen comme ceux des étranges bateaux vikings d’Oslo, ceux qui n’ont pas connu non plus la joie d’un pêche sauvage de la truite de mer au fond du Sognefjord…ne peuvent pas comprendre les désastres de ce multiculturalisme au pays de Saint-Olaf.

En 2012, IL EXISTE DOUZE MONARCHIES ( Royaumes et Principautés) EN EUROPE. ALORS POURQUOI PAS LA FRANCE ? Travaillez-y avec le CER !

18 Juil

Les monarchies en général …et en particulier

« Le monde entier est en révolte. Bientôt il ne restera plus que cinq rois : le roi d’Angleterre, et ceux de Pique, de Trèfle, de Cœur et de Carreau » déclarait, en 1948, le roi Farouk d’Égypte. S’il voyait juste pour lui-même, contraint peu après à l’exil, l’Europe, pour sa part, a conservé ses monarchies – Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Norvège –, auxquelles s’est ajouté en 1975 le royaume d’Espagne, et ses principautés – Luxembourg, Liechtenstein, Monaco, Andorre.

http://avantlecouchant.blogspot.fr/2012/02/les-monarchies-en-general-et-en.html