Tag Archives: Président Emmanuel Macron

Mais que ferait Emmanuel Macron si Louis XIV n’avait pas existé ?

23 Jan

Le président actuel de la République est décidément un  » fan  » du Roi-Soleil et du château de Versailles. Après avoir fêté son élection en grande pompe au Palais du Louvre puis reçu Vladimir Poutine tout aussi solennellement à Versailles, il y avait, dès juillet, convoqué le Parlement pour exposer aux députés et aux sénateurs réunis en Congrès l’ensemble de ses projets politiques.

Six mois plus tard, à peine, Emmanuel Macron a récidivé en recevant au château de Versailles, dans les pas des rois de France, lundi 22 janvier, quelque 140 patrons de multinationales étrangères et françaises, lors d’un sommet baptisé  » Choose France  » ( » Choisir la France  » eut été préférable), auquel a également participé une partie du gouvernement. Objectif : leur vendre l’Hexagone comme  » le lieu où il faut être « , selon l’expression d’un conseiller du chef de l’Etat.

Merci, Sire, devait-il penser en recevant ces acteurs économiques…

Pour persuader ces  » global leaders «  de faire un détour par la France sur la route du Forum économique de Davos (Suisse), prévu du 23 au 26  janvier, l’Elysée a mis les petits plats dans les grands : déjeuner avec le premier ministre Edouard Philippe, rencontres en  » format speed dating «  avec quinze membres du gouvernement, dont Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire et Agnès Buzyn, conférence sur l’intelligence artificielle avec le mathématicien et député La République en marche (LRM) Cédric Villani, etc.

M. Macron était lui-même à Versailles en fin de journée, où il s’est notamment entretenu en tête-à-tête avec Sheryl Sandberg, la numéro  2 de Facebook, et Sundar Pichai, le PDG de Google. Il a également prononcé un discours – en anglais – devant les chefs d’entreprise présents, dont Lloyd Blankfein (Goldman Sachs), Goldman Sachs) (Novartis), Jamie Dimon (Jamie Dimon ), James Quincey (Coca-Cola) ou (Danone). Il a ensuite participé à un dîner signé par le chef étoilé Alain Ducasse et servi dans la galerie des Batailles, la plus vaste pièce du château, où sont exposés trente-trois tableaux représentant les plus grandes victoires françaises.

Versailles : la galerie des Batailles

 » Sur la route de Davos, nous avons profité du fait que les leaders économiques venaient en Europe pour faire un stop à Paris, inviter 100 PDG des plus grands groupes mondiaux et construire avec eux 100 projets pour la France « , justifie l’entourage du chef de l’Etat, qui assure qu’une dizaine de projets d’investissement seront dévoilés à cette occasion, pour un montant total d’environ 3 milliards d’euros qui seront  » déployés sur trois à cinq ans « , selon l’Elysée.  » Emmanuel Macron fait le pari de l’attractivité et il sait que cela passe aussi par des symboles, car derrière ces symboles il y a des entreprises et donc des emplois « , approuve Christophe Castaner, délégué général de LRM et secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement.

Dans la foulée de Versailles, le président de la République se rendra à Davos (Canton des grisons , Suise) , mercredi, pour y rencontrer le gotha économique et politique mondial, qui se réunit tous les ans dans la station suisse des Grisons afin de réfléchir sur l’avenir de la planète.  » Les deux événements sont liés et s’inscrivent dans la vision de la diplomatie française du chef de l’Etat, dont l’attractivité fait partie intégrante « , explique un proche de M. Macron. L’ancien banquier d’affaires y prononcera un discours où, selon son entourage, il posera  » un diagnostic lucide de la mondialisation «  et  » proposera une vision (…) pour le monde de demain « .

Mais en s’affichant à Versailles, puis à Davos, aux côtés des plus grands patrons de la planète, Emmanuel Macron prend également le risque de donner de la consistance à l’étiquette de  » président des riches «  que lui collent depuis plusieurs mois.  » Qu’un chef de l’Etat se préoccupe d’attirer des investissements internationaux, qui s’en désolerait ? Mais Emmanuel Macron leur parlera-t-il aussi de leurs responsabilités sociales, environnementales, fiscales ? « , interroge Boris Vallaud, député (PS) des Landes. Sans compter les critiques de quelques responsables Les Républicains sur le choix du lieu de l’invitation aux chefs d’entreprises et qui, à court d’arguments, jugent qu’il existe  » des lieux davantage républicains que Versailles pour faire la promotion de la France « . Pauvres imbéciles…

Conscient du danger, l’Elysée a décidé que le sommet  » Choose France  » se déroulerait à huis clos, loin des caméras et des journalistes. Une première pour un tel événement : les précédents conseils stratégiques de l’attractivité organisés à l’Elysée avaient tous été couverts par les médias. 

Alors, ne nous retenons plus et crions 

VIVE LE ROI !

Le 23 janvier 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

 

Publicités
Image

Macronie . Trahir ses idaux ET EN MÊME TEMPS aller à la soupe.

21 Déc

Le Sénat augmente le salaire de certains « grands » élus de… 40 % !

16 Déc

Le Sénat augmente le salaire de certains « grands » élus de… 40 % !

  • Le sénateur LR Pierre Cuypers hier au palais de Luxembourg.
    Le sénateur LR Pierre Cuypers hier au palais de Luxembourg. | Capture Public Sénat.

Les maires des villes de plus de 500 000 habitants, les présidents de Région et de Département vont voir leur salaire bondir de 40 %. Une belle augmentation qu’ils doivent aux sénateurs mais qui doit encore recevoir l’aval de l’Assemblée.

L’info est quasiment passée inaperçue. Sauf peut-être pour les principaux intéressés…. Lundi, au détour du débat sur le projet de loi de finance pour 2018, les Sénateurs ont voté un amendement autorisant une augmentation de 40 % du salaire des maires des grandes villes (500 000 habitants), et des présidents de Région et de Département.

Cet amendement a été porté par le sénateur Jean-Marc Boyer. Comme l’indique Public Sénat,ce dernier a défendu la création d’« une indemnité de sujétion spéciale » égale à 40 % de l’indemnité de fonction des élus concernés. Ce, pour compenser des « contraintes » subies dans l’exercice de leur fonction par les édiles.

Jusqu’ici, la rémunération d’un président de Région, d’un Département ou d’une très grande ville s’élevait à 5 512 €. Si l’amendement adopté lundi par le Sénat n’est pas retoqué par les députés, ce salaire pourrait donc être porté à 7 716 €.

« Compétences étendues »

Rapporteur du texte au Palais du Luxembourg, le sénateur LR Pierre Cuypers justifie ainsi cette augmentation : « après les réformes territoriales comme la loi NOTRE, les présidents de région ont vu leurs compétences augmenter avec l’économie, les transports l’aménagement du territoire. Les présidents de départements sont responsables des politiques de solidarité, de haute importance pour notre cohésion sociale ».

Pour Pierre Cuypers, « après les réformes territoriales comme la loi NOTRE, les présidents de région ont vu leurs compétences augmenter avec l’économie, les transports l’aménagement du territoire. Les présidents de départements sont responsables des politiques de solidarité, de haute importance pour notre cohésion sociale. »

Cet amendement n’est pas anodin. Et va surtout à contre-courant de la ligne tracée par le gouvernement. Comme l’a rappelé en juillet dernier le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, les collectivités locales sont invitées à réduire leurs dépenses de 13 milliards d’euros d’ici 2022.

Le Sénat doit encore valider au cours d’un vote solennel l’ensemble du projet de loi ce mardi. Ce sera ensuite aux députés de dire ce qu’il pense de cet amendement.

https://www.ouest-france.fr/politique/institutions/senat/le-senat-augmente-le-salaire-de-certains-grands-elus-de-40-5441376

Emmanuel Macron devient chanoine du Latran . Les voies de Dieu sont impénétrables.

30 Sep

Emmanuel Macron devient chanoine du Latran grâce à l’abbaye de Clairac

LOT-ET-GARONNE

Lu sur le site de Sud Ouest

Le saviez-vous ? Macron devient chanoine grâce à l’abbaye de Clairac (47)

Les bâtiments de l’abbaye de Clairac. ARCHIVES « SO »

Les bâtiments de l’abbaye de Clairac. ARCHIVES « SO »

Explications : Henri IV avait fait don au Latran (la cathédrale du pape) de l’abbaye bénédictine de Clairac. Depuis, tous les présidents français ont droit à ce titre canonial

Comme tous ses prédécesseurs à l’Élysée, Emmanuel Macron va devenir premier et unique chanoine honoraire de la basilique majeure de Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape à Rome.

Un titre qu’il doit à Louis XI, en 1482, et qui a été renouvelé en 1604 par Henri IV : après avoir renoncé au protestantisme, ce dernier a fait don au … lire la suite sur Le saviez-vous ? Macron devient chanoine grâce à l’abbaye de Clairac (47) – Sud Ouest.fr

Lire aussi :

Emmanuel Macron devient chanoine de la basilique romaine du Latran

Le nouveau président français Emmanuel Macron hérite de relations entre la France et la Saint-Siège qui se sont nettement améliorées au cours du quinquennat de son prédécesseur. Lire la suite sur www.la-croix.com où l’on apprend également que le nouveau président portera d’autres titres religieux :

Nombreux autres titres religieux

Emmanuel Macron sera ainsi de droit proto-chanoine de la cathédrale d’Embrun (Hautes-Alpes). Ce titre fut donné pour la première fois à Louis XIII et le dernier président à le réclamer fut le général de Gaulle.

Le président de la République est en outre chanoine honoraire de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne (titre exigé par François Ier lors de l’invasion de la Savoie en 1536) et proto-chanoine de la basilique Notre-Dame de Cléry (Loiret). Ce dernier titre a été concédé à Louis XI par le pape Sixte IV et comporte, outre le droit de siéger dans le chœur, celui de porter le surplis, la chape et l’aumusse (courte pèlerine de fourrure).

Enfin, toujours par héritage des rois de France, les présidents de la République sont chanoines honoraires des cathédrales Saint-Julien du Mans, Saint-Maurice d’Angers, Saint-Jean de Lyon, Saint-Étienne de Cahors et Saint-Étienne de Chalons et des églises Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Martin de Tours et Saint-Germain des Prés, à Paris.

http://patrimoine.blog.pelerin.info/2017/05/16/emmanuel-macron-devient-chanoine-du-latran-grace-a-labbaye-de-clairac/

L’Europe de demain vue par Emmanuel Macron : accrochez-vous, ça va décoiffer !

27 Sep

Pour plus de simplicité, commençons par le résumé de l’exposé du président de la République française. Ça vous permettra éventuellement d’en rester là, sans lire en détail ses principales propositions :

C’EST LA MORT PROGRAMMEE DES NATIONS ET, EN PARTICULIER POUR LA FRANCE, LA SORTIE DE L’HISTOIRE .

Mais ne vous avions-nous pas prévenus ? (Lire « À moins d’une semaine… » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/04/18/bulletin-climatique-quotidien-18-avril-2017-de-la-republique-francaise/et aussi « Comme le temps passe ! » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/05/16/comme-le-temps-passe/).

Sans compter ceci qui n’est pas piqué des hannetons :

Vous rendez-vous compte de ce que dit ce malade ? « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens« …C’est le goulag.

Mais à tout hasard ou pour ceux qui voudraient se faire du mal, voici les idées du chef de l’Etat sur le sujet sachant que tout n’est pas à jeter aux orties mais que l’on imagine mal qu’il ait souhaité proposer que l’UE soit une auberge espagnole…

  • Sécurité et défense

Le chef de l’Etat a proposé de renforcer l’Europe de la défense et de la sécurité en créant notamment :

  • une « force commune d’intervention » européenne pour 2020
  • un budget de défense commun et une « doctrine commune » pour agir
  • une académie européenne du renseignement pour « assurer le rapprochement de nos capacités de renseignement ».
  • un parquet européen contre le terrorisme

Sur la sécurité, le président a aussi abordé l’aspect écologique : « Les bouleversements climatiques menacent. » Il appelle à la création d’une « force européenne de protection civile mettant en commun les moyens de secours et d’intervention pour répondre aux catastrophes de moins en moins naturelles comme les séismes et les inondations ».

  • Migrations

« La crise migratoire est un défi durable. Nous manquons d’efficacité comme d’humanité », a lancé Emmanuel Macron. Il veut créer un office européen de l’asile et une police européenne des frontières, « pour maîtriser efficacement nos frontières, accueillir dignement les réfugiés (…) et renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles au droit d’asile ».

L’objectif est d’accélérer et harmoniser les procédures ; mettre en place des fichiers interconnectés et des documents d’identité biométriques sécurisés.

Il veut aussi installer un programme européen de formation et d’intégration pour les réfugiés.

  • Economie et social

Concernant le volet économique, le président français souhaiterais voir se créer au niveau européen « une taxe sur les transactions financières », qui serait « affectée intégralement à l’aide » au développement. « Il y a deux pays en Europe qui ont une taxe sur les transactions financières » : la France et la Grande-Bretagne. « Prenons cette taxe, généralisons-la à l’ensemble de l’Europe », a-t-il lancé.

Le président souhaite également, d’ici à 2020, une « fourchette de taux » commune d’impôt sur les sociétés. « Son respect ouvrirait le droit aux fonds structurels », détaille-t-il. Il souhaite également un salaire minimum, adapté à la réalité économique de chaque pays, et l’encadrement de la concurrence par les niveaux de cotisations.

Pour rester concurrentiel à l’échelle mondiale, Emmanuel Macron a abordé la question du renforcement de la zone euro, et la nécessité de créer :

  • « un budget plus fort au cœur de la zone euro », qui permette de financer des investissements communs, avec des impôts liés à ce budget
  • un ministre des finances de la zone euro
  • un contrôle démocratique
  • Développement durable

Concernant la transition énergétique, le président propose de fixer au niveau européen un « juste prix » pour le carbone – dont les échanges permettent de pénaliser les industries polluantes. Ce prix devra être « suffisamment élevé », d’au moins 25 à 30 euros la tonne, pour encourager la transition écologique.

Il a aussi proposé de mettre en place aux frontières européennes une taxe sur le carbone qui pèserait sur les importations issues d’industries polluantes, afin « d’assurer l’équité entre les producteurs européens et leurs concurrents ».

  • Numérique et innovation

Sur le volet numérique, le président souhaite créer une agence européenne pour l’innovation, capable de financer en commun des champs de recherche nouveaux, comme l’intelligence artificielle.

« Créons dans les deux ans une agence européenne pour l’innovation, pour être en position d’innovateur et non de suiveur. »

Il a cité pour modèle l’agence américaine de recherche militaire DARPA, agence du département de la défense des Etats-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies, qui dans les années 1970 a été à l’origine de la création d’Internet.

Le président veut créer des « champions européens » dans la transition numérique. « Le marché unique du numérique est une occasion à saisir pour protéger les données économiques de nos entreprises », a-t-il par ailleurs déclaré. Emmanuel Macron a aussi rappelé sa volonté de taxer les entreprises numériques en taxant la valeur « là où elle se crée », et de réguler les grandes plateformes.

  • Institutions et démocratie

« Nous devons refonder le projet européen par et avec le peuple », a déclaré Emmanuel Macron, en appelant à « un vaste débat sur l’Europe dans les pays qui le souhaitent ». « Un débat ouvert, libre, transparent et européen » pour « offrir un contenu à l’Europe avant les élections européennes de 2019 ».

Le président français propose :

  • de renforcer le Parlement européen par des listes transnationales, dès 2019
  • Qu’en 2024 la moitié du Parlement européen soit élue sur ces listes transnationales
  • « Une Commission européenne à quinze membres ».
  • Jeunesse

Devant les étudiants de la Sorbonne, Emmanuel Macron a déclaré vouloir « que chaque étudiant parle au moins deux langues européennes d’ici 2024 ». Il souhaite également que chaque jeune Européen ait passé au moins six mois dans un autre pays européen (la moitié d’une classe d’âge en 2024). « L’Europe du multilinguisme est une chance », a-t-il déclaré.

Il veut aussi créer des universités européennes, réseaux d’universités qui permettent d’étudier à l’étranger et de suivre des cours dans deux langues au moins.

C’est beau la jeunesse. Surtout celle des chefs d’Etat ! Mais c’est hélas si éloigné des réalités et des faits dont ils oublient…qu’ils sont têtus. Un exemple au hasard : comment ce plan macronien sera-t-il compatible avec les résultats des élections législatives en Allemagne, pas plus tard que dimanche dernier ?

Mystère et boule de gomme !

Le 27 septembre 2017.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

Anne-Lys. L’état d’impréparation de notre pays devant la catastrophe naturelle qui a frappé deux de nos îles antillaises.*

14 Sep

Impréparation

Une simple image, vue à la télévision il y a deux ou trois jours, suffit à faire toucher du doigt l’état d’impréparation de notre pays devant la catastrophe naturelle qui a touché deux de nos îles antillaises. Il s’agissait du Bâtiment de projection et de commandement   Tonnerre, dont l’imposante capacité d’emport permettait d’apporter à nos compatriotes désemparés de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin des matériels lourds et volumineux, nécessaires au déblaiement et à la remise en activité des services essentiels. Hélas, plusieurs jours après le passage d’Irma, l’embarquement était loin d’être terminé et exigeait encore un délai important. Or, comme en témoigne d’ailleurs la situation moins difficile des habitants de la partie néerlandaise de Saint-Martin où des moyens importants avaient été envoyés avant le passage du cyclone, la puissance et la force d’Irma étant connues plusieurs jours d’avance, il aurait été possible de commencer plusieurs jours plus tôt à réunir les matériels à charger sur le Tonnerre et à charger celui-ci.

C’est ce qui rend d’autant plus intolérable le sourire satisfait (« Je suis satisfait de moi ») de M. Macron. Ce sourire rappelle une histoire vieille de précisément un siècle, quand un autre président de la République, Raymond Poincaré, se vit affublé du surnom « l’homme qui rit dans les cimetières »( quoiqu’il s’en soit défendu, prétendant qu’il n’avait pas ri dans le cimetière où reposaient des morts pour la France, mais grimacé à cause du soleil.) Pour les Antillais, M. Macron sera-t-il désormais l’homme qui sourit devant les décombres et les morts ?

Le 14 septembre 2017.

Anne-Lys, CJA.

* lire aussi « Saint-Martin : il paraît que l’Etat a été à la hauteur du défi » : 

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/09/12/saint-martin-il-parait-que-letat-a-ete-a-la-hauteur-du-defi/

Le président Macron aime son peuple et il le dit.

11 Sep