Tag Archives: Printemps arabes

perspectives de Restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.

16 Avr

English translation below : Forget the republic, bring back the monarchy ! / Oubliez la République , ramenez la monarchie !

Reproduction de l’article de Michael Davis sur les perspectives de restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.
Michael Davis pointe avec ironie que si le républicanisme semble connaître une certaine renaissance en Australie, il en va de même pour le monarchisme dans le monde arabe. Notant les progrès significatifs de l’Iran sous la monarchie des Pahlavi , il cite en exemple les rois  comme éléments de stabilité de leurs pays (les deux n’ayant pas soufferts de « printemps arabes »). La semaine dernière, le premier ministre Irakien a proposé comme ministre le prétendant au trône Sharif Ali Ben Hussein (c’est un peu comme si le président François Hollande proposait un poste au prince Louis-Alphonse de Bourbon nous dit le journaliste)

Et de nous rappeler que deux princes ont été candidats à l’élection présidentielle en Afghanistan en 2014 ou que des rumeurs de restauration de la monarchie sont constantes en Libye

Throughout much of the Middle East, monarchists offer a way to bring about modernity and tackle Islamism

The Prime Minister, to absolutely no-one’s surprise, has no plans to observe the Queen’s ninetieth birthday next month. Well, that’s not exactly true: Mr Turnbull is going to issue a stamp commemorating her double sapphire year. (That’s actually the gemstone associated with the big nine-oh – I googled it. Grandmothers, it’s never too soon to start dropping hints.) Even if he rolls out some last-minute festivities, there’s no way we’ll be able to compete with the United Kingdom. With celebrations spanning the better part of a week, complete with pageants and parades, they’re not going to see this momentous occasion pass without all due pomp and circumstance. Malcolm might be a republican, but surely there’s not much coming the way of national pride if Aussies are out-partied by the Brits.

Curiously, as republicanism is enjoying something of a renaissance in Australia, monarchism is rearing its head in the Middle East for the first time in decades. It’s no coincidence that this comes on the heels of the Arab Spring, from which sprung the likes of Isis and the al-Nusra Front. Islamic dynasties were, for the most part, a decidedly progressive force throughout the 20th century.

Pre-eminent among them was Iran’s Pahlavi shahs, a father/son duo who took power in 1927 and were ousted by Ayatollah Khomeini in 1979. Reza Shah, the elder, was a ferocious moderniser who shocked the world with his wide-ranging reforms. A bitter foe of the fundamentalists, he abolished sharia courts, replacing them with a French-style civil code. He employed French physicians to overhaul Iran’s healthcare system, founded its first medical school, and instituted compulsory vaccination. Disgusted with the position of women in his country, he banned the practice of wearing the veil in public and made female students eligible to study at the University of Tehran. And amidst all his social reforms, Reza Shah still found time to lay down 14,000 miles of railway and bring electric power to every city in his empire.

The majority of those Mid-Eastern monarchies still extant are decidedly within this reformist vein. While Moroccan Jews remain constantly under threat from Islamists, they have a strong ally in King Mohammed VI, who’s forged close ties to the Jewish community and has for years pleaded with émigrés in Israel to return. Jordan’s king, Abdullah II of the House of Hashim, won the West’s admiration last year for quite literally taking the fight to Isis: when the Islamic State captured and immolated a Jordanian fighter pilot, Abdullah responded by hopping into a jet and dropping bombs on Isis targets. To say we could use more Hashemites is an understatement.

And who knows? We may just get one – in Iraq. Last week, Iraqi Prime Minister Haider al-Abadi moved to reshuffle his cabinet and distributed a list of new potential ministers. Among them was one Sharif Ali bin al-Hussein. Sharif Ali is the leader of Iraqi Constitutional Monarchy, a centrist political party that advocates the restoration of the House of Hashim. He also happens to be the pre-eminent Hashemite pretender. That means the heir to the Iraqi throne might hold a senior post in his government while pushing his claim. It’d be like Francois Hollande giving the defense portfolio to Louis Bourbon of the Royalist Party.

Monarchism is becoming a small but considerable force in Afghanistan, too. The last Afghan king, Mohammed Zahir Shah of the House of Barakzai, returned from exile in 2002. Then-President Hamid Karzai greeted him with a warm embrace and bestowed on him the honorific ‘Father of the Nation’. This is no small peanuts: the monarchy has remained popular with tribal Afghanis – who’ve always been more inclined to conservatism than Islamism – since it was deposed in 1973. Some analysts speculate a majority of rural Afghanis would lend their support to a return to the monarchy. Meanwhile, Mohammed Daoud Khan – the King’s cousin, first president of Afghanistan, and an ambitious moderniser in the Pahlavi mold – is hailed by urban Afghani youths as a progressive icon. Even with more conventional voting blocs there’s little the way of stigma surrounding the monarchy. Two Barakzai princes, Zalmai Rassoul and Sardar Mohammad Nadir Naeem, ran for president as centrist independents in 2014. Naeem withdrew before voting began and endorsed Rassoul, who placed third.

Libya is also experiencing something of a royal revival. The House of Senussi maintains a fond niche in Libyans’ national consciousness for their fierce resistance to Italian colonialism. While it can’t be said what kind of popular support a formal monarchist movement would garner, it’s sufficient to attract a few notable critics. In an interview for the New York Times, Abdulrahman Swehli, an influential politician from Misurata, said: ‘We can’t go back 60 years. People who talk about these things are living in cloud cuckoo land.’ Sputnik, Russia’s state media organ geared toward pushing the Kremlin’s agenda to the West, claimed the US-led coalition was planning to bring the ‘New World Order’ to Libya by restoring the House of Senussi. Is that just a bunch of conspiracy theory rubbish? Probably. But you’re judged by the strength of your enemies, as James Bond said.

It’s always baffled me that black-armbanders like Messrs Turnbull and FitzSimons see republicanism as an extension of their progressivism. That’s not to say I don’t understand the logic prima facia: of course there’s something a bit odd about a multiracial country like Australia guaranteeing it will have an Anglo-Saxon head of state in perpetuity. But anyone reasonably well-acquainted with the history of monarchy, especially in the Middle East, will know that republicanism has more often than not been the favorite tool of racists and sectarians. For the Islamic world, monarchy is synonymous with religious pluralism, ethnic cooperation, gender equality, and economic dynamism. Why shouldn’t it be for us? So, as we all privately celebrate the Queen’s 90th birthday, let’s also raise a glass to the Pahlavis, the Hashimites, the Barakzais, and the Senussis. ‘All will be well,’ the old Cavalier ditty goes, ‘when the King enjoys his own again.’

Michael Davis edits The Spectator Australia Facebook page
VIA la page FACEBOOK de la CMI de Fréderic de Natal, CJA

https://www.facebook.com/groups/monarchiste/permalink/10153874627879902/

Expansion de l’islam : La faute à Allah ?

9 Avr

Extrait de l’éditorial de Pierre Jeanthon dans Le Cri du Chouan:

Simultanément religion et système politique, l’islam s’étend en Afrique Noire, sur le pourtour méditerranéen et en Europe, d’autant plus facilement qu’il bénéficie des conséquences de la stratégie occidentale qui consiste à croire qu’il est possible de remplacer sans transition un régime autoritaire laïque par une démocratie laïque.

Tel fut hier le cas en Irak et aujourd’hui dans les États soumis à la douceur du printemps arabe. Suivant cette même logique, après avoir démocratiquement bombardé la Serbie, les Occidentaux ont reconnu l’indépendance du Kosovo islamisé et en février dernier François Hollande profitait de son déplacement à Ankara pour relancer le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE. Allah n’est pour rien dans ces événements.

Le cas de la France.

Pour pallier le besoin de main-d’œuvre des années 50, la France fit appel aux travailleurs africains, puis instaura le regroupement familial, prélude à l’immigration massive qui suivit, conséquence de la montée du chômage, la paupérisation des familles d’immigrés et l’échec des « politiques de la ville » pour réussir leur assimilation sont à l’origine du communautarisme qui s’est développé chez les musulmans installés en France.

Entre-temps le Concile Vatican II (ou, son interprétation par un épiscopat majoritairement moderniste ?) avait vidé les églises et relégué les confessionnaux au rang de pièces de musée ; mai 68 fit le reste, « tout le monde est  beau et gentil », « interdit d’interdire », « tout et tout de suite »…

Anesthésiée au relativisme et droguée au matérialisme, la France laissa la porte grande ouverte à tous ceux qui passaient devant sa maison.

Allah n’y est pour rien ; et pas davantage pour ce qui est du multiculturalisme, corollaire de l’idéologie mondialiste.

Le 22 juin 2011, le Conseil de l’Europe, jugeant toute politique d’assimilation vouée à l’échec et le concept de la Patrie dépassé, adoptait le principe de l’équivalence des cultures ; tout était bien dans le meilleur des mondes puisque l’immigration, chance pour compenser une démographie européenne poussive, s’accordait parfaitement avec le devoir moral « d’accueillir l’autre. »

Le problème français est que « l’autre » arrive avec des convictions religieuses et politiques bien affirmées dans un pays déboussolé qui doute des Évangiles et plus encore de ses politiciens.

Lorsque le Conseil de l’Europe « invite toutes les communautés musulmanes à abandonner toute interprétation traditionnelle de l’islam qui nie l’égalité hommes-femmes et restreint les droits de la femme », il omet (sciemment ?) le lien qui, dans l’islam, attache le politique au sacré ; et suppose que l’immersion des nouveaux arrivants dans une société laïque les convaincra de confiner leurs valeurs religieuses à l’intérieur de leurs sphères privées.

Erreur profonde comme le prouvent leurs revendications en matière de santé, d’alimentation, d’horaires spéciaux sur le lieu de travail et à la piscine.

Une autre erreur serait de surévaluer la résistance de la cloison entre islamistes modérés et radicaux ; les premiers ne peuvent éliminer physiquement les seconds car les valeurs partagées priment sur ce qui les sépare, mais la réciproque n’est pas vraie.

Après le baptême de Clovis, les diverses peuplades implantées en Gaule ont fait l’apprentissage du « vivre ensemble » qui a forgé l’identité des Peuples de France.

Imaginer qu’ils puissent partager leur territoire avec un peuple qui a toujours combattu les « infidèles » et dont les croyances et coutumes perturbent l’ordre social et qu’il en résulte une société multiculturelle harmonieuse constitue un de ces « dénis du réel » dont les héritiers de la Révolution de 89 ont le secret.

La révolution du XXIe siècle est celle du mondialisme qui abolit les barrières à l’immigration et vise à éradiquer le sentiment religieux quel qu’il soit.

Car il est bien connu que « l’obscurantisme religieux » pourrait nuire gravement à la prospérité du commerce international d’une « hyper profusion » de biens matériels.

Je ne suis pas sûr qu’Allah voie d’un bon œil ses fidèles adorer ces nouvelles idoles.

Dernière question, l’islam est-il conquérant ?

Au lieu d’ajouter mon grain de sel dans ce débat, je préfère poser le problème différemment : sous quelle forme l’islam peut-il envisager d’envahir la planète ? Invasion militaire ou, par référence au Camp des Saints, invasion des armées de la misère ?

Pour les mondialistes, plus de Nations donc plus d’armées nationales donc plus d’invasions militaires ; reste celles des armées de la misère, pas de problème puisqu’elles sont pacifiques…Du moins en théorie si on se donne la peine de considérer les guerres civiles en gestation ou déclarées dans les sociétés multiculturelles.

Le risque de voir se développer ce type de conflit est d’autant plus grand qu’à côté de la misère bien réelle de ceux qui souffrent de la faim, les théories mondialistes du libre-échange ont créé une nouvelle forme de misère chez tous ceux qui se sentent frustrés de ne pas avoir accès à la possession de la totalité de l’hyper-profusion des biens matériels issus des usines multinationales.

Allah n’y est pour rien…comment lui reprocher d’utiliser cette forme de misère qui fragilise la résistance morale de nos sociétés occidentales ?

Finalement j’en arrive à éprouver davantage de sympathie pour un musulman qui s’incline devant une loi qui le dépasse qu’envers un mondialiste qui se signe au « nom du pèse, du fric et de la bourse. »

Pierre Jeanthon

Membre du Conseil dans l’Espérance du Roi. 

Et pour recevoir désormais  le cri du Chouan:

France royaliste 14690 Le Bô . Mob. 06-71-02-26-47 Cotisation annuelle : 30€ soit 0, 54 € par jour. Etudiants, Chômeurs : 15 € / Bienfaiteurs : A partir de 40 €/

Résistance, vous avez dit résistance ?

1 Mar

Nous vous proposons de lire l’avant-dernier éditorial politique de Thomas Legrand sur France Inter. Il revenait sur la disparition de Stéphane Hessel mais se risquait à donner son opinion sur la notion de « résistance ». Mais pas n’importe laquelle, la résistance vue par l’un des membre les plus ardents du clergé de la pensée conforme et obligatoire.

 » Oui le succès d’« Indignez-vous » prouve que Stéphane Hessel avait su formuler (après la crise de 2008) ce besoin de résistance face à la logique dominante de la performance et de la rentabilité, de la compétition dans tous les domaines de la vie, avec l’argent comme seul étalon. Une logique qui a raison de nos systèmes de solidarité élaborés dans la clandestinité par la génération de Stéphane Hessel. Son message est radical et fait en même temps référence à des figures humanistes modérées : Jean Moulin, René Cassin, Pierre Mendès-France. Mais la  notion de résistance est ambigüe en démocratie. Hessel nous enjoint de nous indigner, de retrouver l’esprit de résistance tout en convenant que l’interdépendance des problèmes du monde actuel rend les motifs d’indignation moins évidents à déceler qu’à son époque plus binaire. Résister nous dit-il !… mais contre quoi ? Contre qui ?… Les tyrannies contre lesquelles il faudrait lutter aujourd’hui sont vaporeuses, insaisissables… Souvenez-vous de la tirade de François Hollande : « Il n’a pas de nom, pas de visage, mon adversaire c’est le monde de la finance »… cette envolée lyrique et engageante, directement inspirée du message d’Hessel nous reste sur les bras aujourd’hui… Justement parce que l’adversaire « n’a pas de nom, ni de visage ! ». Stéphane Hessel en 40 avait su choisir le camp du bien, risquer sa peau. Il a subi la torture. De nos jours, c’est à la fois plus complexe et moins dangereux. Le concept de résistance, qui imprègne encore les générations d’après-guerre est-il vraiment adapté à ce que nous vivons ? La résistance, mythifiée, ne peut se concevoir que comme une lutte contre une domination majoritaire et oppressante. Or en démocratie, de nombreux minoritaires radicaux, qui se sentent écrasés brandissent l’étendard de la résistance et en détournent le sens. De prétendus « résistants » affirment souvent s’opposer au politiquement correct, à l’idéologie dominante, à la pensée unique, c’est-à-dire en réalité à la majorité. Le mot de « résistance » cache souvent une forme de conservatisme quand ce n’est pas une attitude purement réactionnaire.

La résistance dont parle Stéphane Hessel ne peut donc pas s’entendre dans le champ de la politique classique ?

De nos sociétés démocratiques et ouvertes, non ! Mais plutôt dans le champ des expériences de vie alternative. Les ouvriers qui tentent de sauver leur entreprise en formant des Scop sont les vrais résistants, ils prennent des risques pour eux même, les activistes de mouvements alternatifs, de Notre-Dame des Landes, de certains squats, ceux qui s’interrogent sur les folies de la croissance et du toujours plus en adaptant leur propre mode de vie à leur idées, ceux qui tentent produire différemment, de façon plus respectueuse de la nature, ceux qui prennent des risques pour aider des migrants, ceux et celles qui s’opposent frontalement, ici ou dans les révolutions arabes aux nouveaux fondamentalistes religieux, obscurantistes et sexistes. C’est souvent, hors des partis qui font l’actualité politique et parmi une population très jeune que se trouvent les précurseurs et les résistants d’aujourd’hui. Et ça tombe bien que l’occasion nous soit donnée de le souligner ici, à Toulouse, ville à forte tradition de mouvements alternatifs. »

Vous l’aurez compris, vous n’avez aucune chance d’être reconnus comme « RESISTANTS » puisque , citons l’auteur de ces lignes, « La résistance, mythifiée, ne peut se concevoir que comme une lutte contre une domination majoritaire et oppressante« . Et que « en démocratie, de nombreux minoritaires radicaux (c’est-à-dire vous et nous), qui se sentent (sic) écrasés brandissent l’étendard de la résistance et en détournent le sens« … Et qu’enfin, cerise sur le gâteau, « De prétendus ‘résistants’ affirment s’opposer au politiquement correcte, à l’idéologie dominante, à la pensée unique, c’est-à-dire en réalité à la majorité. Le mot de ‘résistance’ cache souvent une forme de conservatisme quand ce n’est pas une attitude purement réactionnaire ». Vous avez bien entendu. La majorité c’est bien l’idéologie dominante. Et les mêmes iront jusqu’à prétendre que « La force prime le droit » (Bismarck) ou, comme André Laignel, le 13 octobre 1981, que « Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires » ! Vous n’avez aucune chance car vous n’appartenez pas à la caste dominante (dans laquelle on accepte cependant, et devinez pourquoi, de mettre pêle-mêle les Scop, Notre-Dame-des-Landes, les apôtres de la décroissance, l’aide aux migrants ou les adeptes des « printemps arabes »). Vous devez être préalablement reconnus et adoubés. Vous devez recevoir un brevet de bien-pensance, pour prétendre résister.

Alors, faites comme nous, souvenez-vous des fortes paroles du prince Alphonse de Bourbon, duc d’Anjou et de Cadix : « Je ne prétends pas, je suis« . Et résistez.

Le 1er mars 2013.
Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Jean-Yves Pons, Ministre de la Maison du Roi, Conseiller aux Affaires intérieures, à la Sécurité publique et à l’Organisation du Territoire.