Tag Archives: République

perspectives de Restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.

16 Avr

English translation below : Forget the republic, bring back the monarchy ! / Oubliez la République , ramenez la monarchie !

Reproduction de l’article de Michael Davis sur les perspectives de restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.
Michael Davis pointe avec ironie que si le républicanisme semble connaître une certaine renaissance en Australie, il en va de même pour le monarchisme dans le monde arabe. Notant les progrès significatifs de l’Iran sous la monarchie des Pahlavi , il cite en exemple les rois  comme éléments de stabilité de leurs pays (les deux n’ayant pas soufferts de « printemps arabes »). La semaine dernière, le premier ministre Irakien a proposé comme ministre le prétendant au trône Sharif Ali Ben Hussein (c’est un peu comme si le président François Hollande proposait un poste au prince Louis-Alphonse de Bourbon nous dit le journaliste)

Et de nous rappeler que deux princes ont été candidats à l’élection présidentielle en Afghanistan en 2014 ou que des rumeurs de restauration de la monarchie sont constantes en Libye

Throughout much of the Middle East, monarchists offer a way to bring about modernity and tackle Islamism

The Prime Minister, to absolutely no-one’s surprise, has no plans to observe the Queen’s ninetieth birthday next month. Well, that’s not exactly true: Mr Turnbull is going to issue a stamp commemorating her double sapphire year. (That’s actually the gemstone associated with the big nine-oh – I googled it. Grandmothers, it’s never too soon to start dropping hints.) Even if he rolls out some last-minute festivities, there’s no way we’ll be able to compete with the United Kingdom. With celebrations spanning the better part of a week, complete with pageants and parades, they’re not going to see this momentous occasion pass without all due pomp and circumstance. Malcolm might be a republican, but surely there’s not much coming the way of national pride if Aussies are out-partied by the Brits.

Curiously, as republicanism is enjoying something of a renaissance in Australia, monarchism is rearing its head in the Middle East for the first time in decades. It’s no coincidence that this comes on the heels of the Arab Spring, from which sprung the likes of Isis and the al-Nusra Front. Islamic dynasties were, for the most part, a decidedly progressive force throughout the 20th century.

Pre-eminent among them was Iran’s Pahlavi shahs, a father/son duo who took power in 1927 and were ousted by Ayatollah Khomeini in 1979. Reza Shah, the elder, was a ferocious moderniser who shocked the world with his wide-ranging reforms. A bitter foe of the fundamentalists, he abolished sharia courts, replacing them with a French-style civil code. He employed French physicians to overhaul Iran’s healthcare system, founded its first medical school, and instituted compulsory vaccination. Disgusted with the position of women in his country, he banned the practice of wearing the veil in public and made female students eligible to study at the University of Tehran. And amidst all his social reforms, Reza Shah still found time to lay down 14,000 miles of railway and bring electric power to every city in his empire.

The majority of those Mid-Eastern monarchies still extant are decidedly within this reformist vein. While Moroccan Jews remain constantly under threat from Islamists, they have a strong ally in King Mohammed VI, who’s forged close ties to the Jewish community and has for years pleaded with émigrés in Israel to return. Jordan’s king, Abdullah II of the House of Hashim, won the West’s admiration last year for quite literally taking the fight to Isis: when the Islamic State captured and immolated a Jordanian fighter pilot, Abdullah responded by hopping into a jet and dropping bombs on Isis targets. To say we could use more Hashemites is an understatement.

And who knows? We may just get one – in Iraq. Last week, Iraqi Prime Minister Haider al-Abadi moved to reshuffle his cabinet and distributed a list of new potential ministers. Among them was one Sharif Ali bin al-Hussein. Sharif Ali is the leader of Iraqi Constitutional Monarchy, a centrist political party that advocates the restoration of the House of Hashim. He also happens to be the pre-eminent Hashemite pretender. That means the heir to the Iraqi throne might hold a senior post in his government while pushing his claim. It’d be like Francois Hollande giving the defense portfolio to Louis Bourbon of the Royalist Party.

Monarchism is becoming a small but considerable force in Afghanistan, too. The last Afghan king, Mohammed Zahir Shah of the House of Barakzai, returned from exile in 2002. Then-President Hamid Karzai greeted him with a warm embrace and bestowed on him the honorific ‘Father of the Nation’. This is no small peanuts: the monarchy has remained popular with tribal Afghanis – who’ve always been more inclined to conservatism than Islamism – since it was deposed in 1973. Some analysts speculate a majority of rural Afghanis would lend their support to a return to the monarchy. Meanwhile, Mohammed Daoud Khan – the King’s cousin, first president of Afghanistan, and an ambitious moderniser in the Pahlavi mold – is hailed by urban Afghani youths as a progressive icon. Even with more conventional voting blocs there’s little the way of stigma surrounding the monarchy. Two Barakzai princes, Zalmai Rassoul and Sardar Mohammad Nadir Naeem, ran for president as centrist independents in 2014. Naeem withdrew before voting began and endorsed Rassoul, who placed third.

Libya is also experiencing something of a royal revival. The House of Senussi maintains a fond niche in Libyans’ national consciousness for their fierce resistance to Italian colonialism. While it can’t be said what kind of popular support a formal monarchist movement would garner, it’s sufficient to attract a few notable critics. In an interview for the New York Times, Abdulrahman Swehli, an influential politician from Misurata, said: ‘We can’t go back 60 years. People who talk about these things are living in cloud cuckoo land.’ Sputnik, Russia’s state media organ geared toward pushing the Kremlin’s agenda to the West, claimed the US-led coalition was planning to bring the ‘New World Order’ to Libya by restoring the House of Senussi. Is that just a bunch of conspiracy theory rubbish? Probably. But you’re judged by the strength of your enemies, as James Bond said.

It’s always baffled me that black-armbanders like Messrs Turnbull and FitzSimons see republicanism as an extension of their progressivism. That’s not to say I don’t understand the logic prima facia: of course there’s something a bit odd about a multiracial country like Australia guaranteeing it will have an Anglo-Saxon head of state in perpetuity. But anyone reasonably well-acquainted with the history of monarchy, especially in the Middle East, will know that republicanism has more often than not been the favorite tool of racists and sectarians. For the Islamic world, monarchy is synonymous with religious pluralism, ethnic cooperation, gender equality, and economic dynamism. Why shouldn’t it be for us? So, as we all privately celebrate the Queen’s 90th birthday, let’s also raise a glass to the Pahlavis, the Hashimites, the Barakzais, and the Senussis. ‘All will be well,’ the old Cavalier ditty goes, ‘when the King enjoys his own again.’

Michael Davis edits The Spectator Australia Facebook page
VIA la page FACEBOOK de la CMI de Fréderic de Natal, CJA

https://www.facebook.com/groups/monarchiste/permalink/10153874627879902/

Lettre ouverte à Madame Françoise Fressoz qui confond les notions de Patrie et de République

30 Nov

salle-du-conseil

Madame,

Nous lisons toujours avec intérêt vos chroniques politique publiées dans Le Monde et adhérons parfois aux points de vue que vous y exprimez. Mais permettez-nous aujourd’hui de dire notre colère à la lecture de celle du samedi 28 novembre 2015, intitulée « Le temps perdu ne se rattrape jamais » (Le Monde n°22042).

Commencer, en effet, cette chronique par ces mots « Cette fois ils ont compris. La République est en danger » nous apparaît d’une violence intolérable pour tous ceux qui ont payé de leur vie un tel aveuglement, pour leurs proches (y compris désormais plusieurs dizaine d’orphelins) comme pour tous ceux qui avaient compris depuis longtemps quelles étaient les menaces qui pesaient sur notre pays et réclamaient les mesures préventives qui s’imposaient. Nous sommes de ces derniers.

Nos publications sur le blog du Conseil dans l’Espérance du Roi en témoignent depuis sa fondation, il y aura bientôt quatre ans. Et pour mémoire, nous rappellerons au moins deux de nos textes les plus importants : d’abord celui qui proclamait le 11 octobre 2012 « La Patrie en danger« , et non pas la République, comme vous l’écrivez en confondant république et démocratie, car pour nous la monarchie française, c’est aussi la République par sa recherche et sa défense constantes du bien commun, (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/16/consilium-consulte-n-2012007-du-11-octobre-2012-proclamant-la-patrie-en-danger/) et ensuite celui qui ordonnait, métaphoriquement, le 1er janvier 2013 « La mobilisation générale » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/?s=mobilisation+générale&submit=Recherche).

Vous écrivez aussi « Tout ce qui n’a pas été entrepris entre janvier et novembre, alors que le pays avait déjà subi une tragique alerte, est mis au passif de l’exécutif (…). » Comment voudriez-vous qu’il en fût autrement tant votre constat pointe la cécité et l’inertie des pouvoirs politiques successifs qui refusent depuis si longtemps (nous pourrions même dire depuis des décennies) d’entendre ceux qui, à l’évidence, avaient raison avant tout le monde. Il serait trop facile de reprendre ici les paroles d’Emile de Girardin, « Gouverner c’est prévoir« , et pourtant…

Mais il y a pire que « ce qui n’a pas été entrepris« . Il y a tout ce qui est fait, depuis plus longtemps encore, pour créer les conditions de l’émergence de ces tragédies. De l’ouverture irresponsable des frontières à l’accueil laxiste de toute la misère du monde, des aides sociales inconsidérées qui sont autant d’illusions d’un eldorado inatteignable à l’emploi subreptice mais toléré et si fréquent de migrants clandestins dans trop de nos entreprises, des simagrées indécentes de nos dirigeants ou de nos édiles lors des ruptures du jeûne de ramadan aux folles politiques de la ville qui sont des abîmes financiers sans espoir, des reculs de l’Etat de droit face à la violence dans les banlieues aux trahisons de la justice qui libère tant de criminels, du refus affligé de voir partir nos djihadistes en Syrie ou au Yemen à l’accueil bon enfant de ceux qui nous feraient la joie de revenir, des bombardements irréfléchis de la Lybie au dangereux copinage avec le Qatar ou l’Arabie saoudite, etc.

Nous pourrions hélas multiplier presque à l’infini les marques de l’irresponsabilité autant que de l’incurie des détenteurs du pouvoir en France depuis des dizaines d’années.

Comment voulez-vous donc que les Français, après qu’ils aient avalé tant de couleuvres, ne souffrent pas d’indigestion et ne versent pas ces constats « au passif de l’exécutif » ?

Faut-il rappeler ici qu’en 1793 par exemple (année de référence pour beaucoup de républicains aujourd’hui au pouvoir), on trancha la tête de beaucoup de malheureux pour beaucoup moins que cela…

Veuillez néanmoins croire, Madame, à notre respect pour votre travail ainsi qu’à nos sentiments les plus distingués.

Jean-Yves Pons, CJA, pour le Conseil dans l’Espérance du Roi.

Paris . IV éme Biennale Blanche le Samedi 24 octobre 2015

7 Juil
1253019790_tmp_fontevrault

L’élégan t graphisme ci dessus est l’oeuvre du Conseiller du CER Gérard de Villèle, CJA.

La IV e Biennale Blanche ouverte à tous les royalistes amis et alliés sans exclusion ni exclusive se tiendra le samedi 24 octobre 2015 dans les confortables locauxe l’ASIEM. Son thême sera : Biennale  Blanche  proche du métro « Cambronne « : Pour dire M… à la  république « 

Pour avoir une vue sur les salles de réunion :

http://www.asiem.fr/salles.html

Localisation de la Biennale Blanche

6, rue Albert de Lapparent

75007 Paris.

Page Facebook de la Biennale Blanche

https://www.facebook.com/BiennaleBlanche?fref=ts

Les Biennales blanches, déjà toute une histoire

Biennale blanche 19 septembre 2019 sur le thème : 1789-2009. 220 ans après,Les royalistes … le retour !

Biennale Blanche . 17 septembre 2011 sur le thème : L’odyssée de l’espèce royaliste

Biennale Blanche . 12 octobre 2013 sur le thème : Changer d’« R ». La république vous déçoit, Essayez le Roi

http://www.sylmpedia.fr/index.php/Biennale_Blanche

Revivez la Biennale blanche de 2013

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/09/12/biennale-blanche-2013-paris-samedi-12-octobre-mouvements-royalistes-venez-rencontrer-gratuitement-vos-amis-et-ceux-qui-auront-plaisir-a-vous-connaitre/

La BB 2015 vous intéresse

Participation gratuite des exposants (table 2 mêtres)offerte sur simple mail à :

charte.de.fontevrault@wanadoo.fr

Visite de la Biennale Blanche le samedi 24 octobre de 14 heures à 17 heures.

l’ASIEM. 6, rue Albert de Lapparent . 75007 Paris.

Metro , Cambronne,  (Ségur, Sêvres Lecourbe, saint François Xavier)

Il vous suffit d’un Etre pour rompre l’harmonie

13 Août

10583854_1440322816256308_7560344141248295648_n

 

 

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1440322816256308&set=gm.1536267579928209&type=1&theater

 

Peillon avoue que la FRANC-MAçONNERIE est la RELIGION de la REPUBLIQUE

20 Août

 DownloadedFile

Au-dessus des droits de l’homme il y a la franc-maçonnerie… 

Il existe aussi sur le web des instants de grâce qui viennent ajuster dans votre esprit tous les éléments que vous recherchiez à mettre en lumière sans tomber dans la dénonciation vulgaire du complot. Souvent ces instants de grâce correspondent à des paroles dites par des hommes hauts placés dans la pyramide et qui se laissent aller à des déclarations mettant en lumière ce que nous essayons de dire vulgairement. L’ex porte-parole de Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle de 2007, membre du PS et chercheur historien sur la république est de ceux-là. Il sait ce qu’il dit et peut donc dire ce qu’il sait s’il le veut. C’est ce qu’il fait dans cette vidéo de 3 minutes où il explique ce qu’est la république fondamentalement. Une république maçonnique  alignée sur les révolutions anglo-hollando-américaines, pour détruire le pouvoir spirituel de l’église catholique. Ce en quoi d’ailleurs on peut ne pas être totalement en désaccord. En tant qu’agnostique je peux comprendre qu’il faille réduire le pouvoir des religions sur les esprits. Mais de là à le détruire et à le remplacer par une autre religion appelée laïcité, non.

A voir donc ce moment de grâce internautique grâce au lien ci-dessous  qui vous  donnera accés à la vidéo

La question que vous devriez vous poser maintenant est : Et si je n’appartiens pas à la franc-maçonnerie puis-je accéder au sommet de la pyramide ? Et bien non bien entendu puisque c’est la religion de la république. Vous devez donc entrer en religion maçonnique pour espérer gravir l’échelle et cela induit la proximité de réseau, un réseau occulte, sous-terrain, et non contrôlé évidemment par le vote démocratique.

http://crashdebug.fr/index.php/actualites-france/4253-peillon-avoue-que-la-franc-maconnerie-est-la-religion-de-la-republique

La République des Veilleurs. L’avenir de la liberté en France (deuxième partie).

12 Juin

Nous avons le plaisir de présenter ici une très bonne analyse de la situation politique de la France au décours des manifestations récentes

issues du rejet profond de la loi scélérate Hollande-Taubira autorisant le mariage et l’adoption d’enfants par les couples invertis.

L’auteur en est le brillant philosophe Henri Hude.

Henri Hude, professeur de philosophie

Mise à jour le Dimanche, 09 Juin 2013 22:28 Écrit par Henri Hude Dimanche, 09 Juin 2013 21:27

2ème Partie

Une nouvelle république en formation

La situation politique en France comporte ainsi quelque chose de radicalement nouveau, incompréhensible à la seule science politique et dont la compréhension requiert l’adoption d’un point de vue philosophique. La seule révolte contre la dictature nihiliste ne suffirait pas à produire un mouvement de la nature de celui que nous observons. Un principe spirituel nouveau est à l’œuvre ici. C’est en cela qu’il y a réellement révolution.

C’est une mutation soudaine qui s’est produite, et ce qu’on en voit n’est qu’un début. Nous ne sommes plus en présence d’un affrontement droite/gauche traditionnel en France, avec d’un côté les « conservateurs », ou la « réaction », et de l’autre un «front progressiste ». Nous sommes au contraire en face d’un retournement dialectique d’ampleur historique, conduisant au renouvellement complet des règles du jeu et, en particulier, à une renaissance très originale de l’idée républicaine.*

* Disons-le d’emblée ici même : l’idée républicaine à laquelle se réfère Henri Hude n’est pas la nôtre. Et ce qui suit le démontre à l’évidence. Mais, en réalité, cette divergence n’est qu’apparente car Henri Hude confond l’idée républicaine d’aujourd’hui (qui prétend s’opposer à l’idée royale) avec la res publica qui ne peut être véritablement portée et assurée que…par le roi ! Nous y reviendrons plus précisément à la fin de la publication de l’essai de Henri Hude.

Cette légitimité qui s’oppose aujourd’hui à cette légalité (ou apparence de légalité) qui n’a jamais fait défaut aux pires tyrannies, c’est encore et toujours, en France, la légitimité républicaine et c’est celle de l’Histoire. Mais qu’est-ce que la République ? Nous allons essayer de le dire.

La plupart des Français, chacun à leur manière, sont des républicains et des démocrates. Ils n’en ont pas tous conscience, parce que l’idée de la liberté et celle de la République ont souvent fait l’objet d’interprétations idéologiques, d’accaparements sectaires ou partisans. Cependant, tous inscrivent leur vie dans l’Histoire de la France, de son Etat, de sa République et de sa démocratie.

Si une crise politique majeure est en train de s’ouvrir dans le pays, c’est que l’opposition à une loi barbare exprime aujourd’hui, avec les mots particuliers propres à certains, non pas un conservatisme d’inertie, ou une réaction sans imagination, mais la pure essence de la doctrine républicaine  française, profondément transformée par un effort infini et victorieux pour s’extirper de cette barbarie. Ce profond renouveau républicain, face au despotisme oligarchique et nihiliste, inspire la formation d’un projet d’avenir crédible et motivant, auquel l’oligarchie libertaire n’a rien à opposer.

L’idée française de la République avait reçu de Jean-Jacques Rousseau une première formulation assez précise. Prise à son plus haut niveau d’universalité, la République est tout simplement l’idée d’une société qui cherche à satisfaire, autant que cela est possible, la soif de liberté absolue conforme à la vraie nature de l’Homme. Et le pacte social d’une République a pour objet de constituer une société unie sur un semblable idéal de vie en société libre, à laquelle on convient de donner le nom de république – en ce sens spécial et précis. Cet idéal, pris à ce niveau le plus élevé d’universalité, n’a rien qui ne soit juste et raisonnable, d’autant que nul ne peut se dissimuler raisonnablement la différence qui subsistera toujours entre l’idéal et le réel.

Rousseau a donné de ce concept universel une interprétation très individualiste et dans cette mesure défectueuse, d’où se laisse malheureusement déduire le jacobinisme, matrice de toutes les idéologies (cf. Préparer l’Avenir, chapitre 14, pages 117-126, surtout 124-126).

Mais, si l’on considère l’Homme dans sa vérité, membre d’un « corps fait de membres pensants », comme le dit Pascal, et structuré par une loi morale naturelle qui est la loi de sa nature sociale, de sa nature rationnelle et de sa nature vivante, alors l’idée de la république reçoit sa forme authentique. Et elle devient légitimement un concept régulateur pour l’établissement des législations, autant que la prudence le permet. Et le pays qui s’unit et se constitue sur un tel idéal en reçoit un dynamisme extraordinaire. Nous assistons sûrement en France au début d’un tel phénomène. Le devenir d’un tel mouvement dépasse infiniment les avatars de tel ou tel morceau de législation, puisque le pays en faisant sa mue, se débarrassera un jour en bloc d’une entière carcasse de législation nihiliste.

En un mot, une idée rénovée de la République est en train d’émerger en France. Elle est susceptible d’unir à terme toutes ses traditions (politiques, philosophiques, mystiques) et de la refonder, à la fois structurée, noble, libre, démocratique, conforme à son caractère historique et génialement accueillante aux flux de la nouveauté historique.

Le combat pour le mariage, l’emploi et l’entreprise dans les territoires, la lutte contre une idéologie tyrannique (d’égoïsme radical libertaire et amoral[3]), tels sont les trois piliers de ce mouvement qui lutte aussi pour les droits humains fondamentaux. L’idée de la liberté absolue, une fois détachée de prémisses individualistes et rattachée au sens de la famille, de la vie et de l’action dans le monde, comporte clairement l’ouverture d’une dimension mystique, le respect de cette dimension, de la personne qui est en le siège, et une tension continuelle vers une justice à la fois utopique et patiemment raisonnable. Tel est l’esprit qui surgit, celui de la nouvelle République française.

L’opposition définitive du peuple des familles à une loi barbare tient d’abord à ceci, qu’installant l’arbitraire dans la cellule élémentaire de la société, c’est à dire le couple et sa descendance, elle justifie pour demain la soumission de tous à l’arbitraire indéfini des idéologues et de leurs fantasmes. Comme ces derniers sont des intolérants qui excluent tous leurs contradicteurs du cercle qui a droit de déterminer le consensus démocratique sans reconnaître en cela aucune règle objective, il est évident que ce qu’on appelle, presque par dérision, la démocratie, consiste pour le peuple à obéir sans discuter aux volontés arbitraires des idéologues et des oligarques.

Mais, l’opposition du peuple tient ensuite et surtout au fait que cette législation ferme radicalement l’horizon de la liberté absolue et abolit ainsi la République. La liberté se trouvant réduite à une interprétation matérialiste, individualiste, excluant Dieu, la Nature et même la Raison transcendantale, fait forcément corps avec le principe de toute idéologie, formulé dans Les Démons par Dostoïevski : « Je commence par la liberté absolue et je termine par la dictature totale. »

La prise de conscience des familles n’est que le début d’une prise de conscience nationale demain unanime. Celle-ci va se produire lorsque conflueront l’indignation des couches populaires économiquement opprimées par l’ordre libertaire, et la ferme détermination des familles culturellement opprimées, par ce même ordre libertaire. Se rajouteront en outre à ces deux forces la résistance des patrons et des entrepreneurs écrasés par l’ordre fiscal et administratif, qui constitue un véritable système de privilèges au bénéfice de l’oligarchie libertaire.

Quand les trois grands fleuves sociaux auront mêlé leurs eaux, quand l’ennemi commun aura été identifié, l’oligarchie ne pourra plus régner en divisant et il se produira un renouvellement profond à la fois de la démocratie et de la doctrine républicaine aujourd’hui corrompue. La France refera son unité, elle retrouvera un dynamisme et son Histoire, dans une nouvelle résistance mettant à bas un despotisme.

Déclaration officielle du président de la République après la mise en examen de son ancien ministre délégué au budget, Jérôme Cahuzac.

3 Avr

Intervention télévisée de Monsieur François Hollande, président de la République, mercredi 3 avril, à l’issue du Conseil des ministres :

« C’est une faute, c’est une faute impardonnable. C’est un outrage fait à la République, d’autant que les faits reprochés sont eux mêmes intolérables, détenir sans le déclarer un compte à l’étranger. Donc toute la lumière sera faite et c’est la justice qui poursuivra son travail jusqu’au bout et en toute indépendance.

J’affirme ici que Jérôme Cahuzac n’a bénéficié d’aucune protection autre que celle de la présomption d’innocence, et il a quitté le gouvernement à ma demande dès l’ouverture d’une information judiciaire.

C’est un choc, ce qu’il vient de se produire, parce que c’est un grave manquement à la morale républicaine. Je suis donc amené à prendre trois décisions qui vont dans le sens des engagements que j’avais pris devant les Français.

D’abord renforcer l’indépendance de la justice. C’est le sens de la réforme du conseil supérieur de la magistrature, cette réforme sera votée au Parlement dès cet été. Elle donnera aux magistrats les moyens d’agir en toute liberté, en toute indépendance, contre tous les pouvoirs.

Ensuite, lutter de manière impitoyable contre les conflits entre les intérêts publics et les intérêts privés et assurer la publication et le contrôle sur les patrimoines des ministres et de tous les parlementaires. Le gouvernement là encore soumettra au parlement dans les semaines qui viennent un projet de loi dans cette direction.

Enfin, les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale ou pour corruption seront interdits de tout mandat public.

La République c’est notre bien le plus précieux. Elle est fondée sur la vertu, l’honnêteté, l’honneur. La défaillance d’un homme doit nous rendre encore plus exigeant, plus intransigeant. Et je le serai, parce que je sais ce que cela représente, pour les Français, cette blessure. L’exemplarité des responsables publics sera totale. C’est mon engagement, Je n’en dévierai pas et les Français doivent en être certains. »

(ndcer: les phrases surlignées le sont de notre fait; elles mettent en valeur quelques uns des points qui nous paraissent les plus significatifs -même si nous ne les partageons pas- de la déclaration du président de la République .)