Tag Archives: Shah d’Iran

perspectives de Restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.

16 Avr

English translation below : Forget the republic, bring back the monarchy ! / Oubliez la République , ramenez la monarchie !

Reproduction de l’article de Michael Davis sur les perspectives de restauration des monarchies dans le Moyen-Orient et le fait qu’ils seraient une solution à l’arrêt de l’islamisme dans ces pays.
Michael Davis pointe avec ironie que si le républicanisme semble connaître une certaine renaissance en Australie, il en va de même pour le monarchisme dans le monde arabe. Notant les progrès significatifs de l’Iran sous la monarchie des Pahlavi , il cite en exemple les rois  comme éléments de stabilité de leurs pays (les deux n’ayant pas soufferts de « printemps arabes »). La semaine dernière, le premier ministre Irakien a proposé comme ministre le prétendant au trône Sharif Ali Ben Hussein (c’est un peu comme si le président François Hollande proposait un poste au prince Louis-Alphonse de Bourbon nous dit le journaliste)

Et de nous rappeler que deux princes ont été candidats à l’élection présidentielle en Afghanistan en 2014 ou que des rumeurs de restauration de la monarchie sont constantes en Libye

Throughout much of the Middle East, monarchists offer a way to bring about modernity and tackle Islamism

The Prime Minister, to absolutely no-one’s surprise, has no plans to observe the Queen’s ninetieth birthday next month. Well, that’s not exactly true: Mr Turnbull is going to issue a stamp commemorating her double sapphire year. (That’s actually the gemstone associated with the big nine-oh – I googled it. Grandmothers, it’s never too soon to start dropping hints.) Even if he rolls out some last-minute festivities, there’s no way we’ll be able to compete with the United Kingdom. With celebrations spanning the better part of a week, complete with pageants and parades, they’re not going to see this momentous occasion pass without all due pomp and circumstance. Malcolm might be a republican, but surely there’s not much coming the way of national pride if Aussies are out-partied by the Brits.

Curiously, as republicanism is enjoying something of a renaissance in Australia, monarchism is rearing its head in the Middle East for the first time in decades. It’s no coincidence that this comes on the heels of the Arab Spring, from which sprung the likes of Isis and the al-Nusra Front. Islamic dynasties were, for the most part, a decidedly progressive force throughout the 20th century.

Pre-eminent among them was Iran’s Pahlavi shahs, a father/son duo who took power in 1927 and were ousted by Ayatollah Khomeini in 1979. Reza Shah, the elder, was a ferocious moderniser who shocked the world with his wide-ranging reforms. A bitter foe of the fundamentalists, he abolished sharia courts, replacing them with a French-style civil code. He employed French physicians to overhaul Iran’s healthcare system, founded its first medical school, and instituted compulsory vaccination. Disgusted with the position of women in his country, he banned the practice of wearing the veil in public and made female students eligible to study at the University of Tehran. And amidst all his social reforms, Reza Shah still found time to lay down 14,000 miles of railway and bring electric power to every city in his empire.

The majority of those Mid-Eastern monarchies still extant are decidedly within this reformist vein. While Moroccan Jews remain constantly under threat from Islamists, they have a strong ally in King Mohammed VI, who’s forged close ties to the Jewish community and has for years pleaded with émigrés in Israel to return. Jordan’s king, Abdullah II of the House of Hashim, won the West’s admiration last year for quite literally taking the fight to Isis: when the Islamic State captured and immolated a Jordanian fighter pilot, Abdullah responded by hopping into a jet and dropping bombs on Isis targets. To say we could use more Hashemites is an understatement.

And who knows? We may just get one – in Iraq. Last week, Iraqi Prime Minister Haider al-Abadi moved to reshuffle his cabinet and distributed a list of new potential ministers. Among them was one Sharif Ali bin al-Hussein. Sharif Ali is the leader of Iraqi Constitutional Monarchy, a centrist political party that advocates the restoration of the House of Hashim. He also happens to be the pre-eminent Hashemite pretender. That means the heir to the Iraqi throne might hold a senior post in his government while pushing his claim. It’d be like Francois Hollande giving the defense portfolio to Louis Bourbon of the Royalist Party.

Monarchism is becoming a small but considerable force in Afghanistan, too. The last Afghan king, Mohammed Zahir Shah of the House of Barakzai, returned from exile in 2002. Then-President Hamid Karzai greeted him with a warm embrace and bestowed on him the honorific ‘Father of the Nation’. This is no small peanuts: the monarchy has remained popular with tribal Afghanis – who’ve always been more inclined to conservatism than Islamism – since it was deposed in 1973. Some analysts speculate a majority of rural Afghanis would lend their support to a return to the monarchy. Meanwhile, Mohammed Daoud Khan – the King’s cousin, first president of Afghanistan, and an ambitious moderniser in the Pahlavi mold – is hailed by urban Afghani youths as a progressive icon. Even with more conventional voting blocs there’s little the way of stigma surrounding the monarchy. Two Barakzai princes, Zalmai Rassoul and Sardar Mohammad Nadir Naeem, ran for president as centrist independents in 2014. Naeem withdrew before voting began and endorsed Rassoul, who placed third.

Libya is also experiencing something of a royal revival. The House of Senussi maintains a fond niche in Libyans’ national consciousness for their fierce resistance to Italian colonialism. While it can’t be said what kind of popular support a formal monarchist movement would garner, it’s sufficient to attract a few notable critics. In an interview for the New York Times, Abdulrahman Swehli, an influential politician from Misurata, said: ‘We can’t go back 60 years. People who talk about these things are living in cloud cuckoo land.’ Sputnik, Russia’s state media organ geared toward pushing the Kremlin’s agenda to the West, claimed the US-led coalition was planning to bring the ‘New World Order’ to Libya by restoring the House of Senussi. Is that just a bunch of conspiracy theory rubbish? Probably. But you’re judged by the strength of your enemies, as James Bond said.

It’s always baffled me that black-armbanders like Messrs Turnbull and FitzSimons see republicanism as an extension of their progressivism. That’s not to say I don’t understand the logic prima facia: of course there’s something a bit odd about a multiracial country like Australia guaranteeing it will have an Anglo-Saxon head of state in perpetuity. But anyone reasonably well-acquainted with the history of monarchy, especially in the Middle East, will know that republicanism has more often than not been the favorite tool of racists and sectarians. For the Islamic world, monarchy is synonymous with religious pluralism, ethnic cooperation, gender equality, and economic dynamism. Why shouldn’t it be for us? So, as we all privately celebrate the Queen’s 90th birthday, let’s also raise a glass to the Pahlavis, the Hashimites, the Barakzais, and the Senussis. ‘All will be well,’ the old Cavalier ditty goes, ‘when the King enjoys his own again.’

Michael Davis edits The Spectator Australia Facebook page
VIA la page FACEBOOK de la CMI de Fréderic de Natal, CJA

https://www.facebook.com/groups/monarchiste/permalink/10153874627879902/

Commémoration royale in memoriam Sa Majesté le Shah d’Iran à Paris le samedi 25 juillet 2015.

22 Juil

11760338_1111112942236374_7092388912625308779_nhttp://www.rex2000.fr/shah2015.html

Le Mémorial des Rois a l’honneur de convier, à l’appel de son fondateur Chahpour Sadler, les Français, Russes Blancs et Persans royalistes à participer le samedi 25 juillet 2015 de 16h à 19h dans les salons de la Mairie du XVIe arrdt de Paris (71 av. Henri Martin, 75016 Paris) à la cérémonie annuelle traditionnelle pan-royale commémorant la disparition de Sa Majesté le Shah, inlassable pourfendeur des totalitarismes rouge et vert, ami et indéfectible soutien des Rois et Princes exilés d’Europe.

Cette cérémonie du souvenir du 35e anniversaire de la disparition du Souverain perse, le plus francophile des Rois du XXe siècle, donnera lieu à l’évocation des grands bouleversements géopolitiques liés à la chute provoquée de la plurimillénaire Monarchie perse, ouvrant une ère de « Chaos et de Terreur » pour la région et le monde, selon les mots même de Sa Majesté le Shah, visionnaire incompris et grand patriote antiglobalitaire systémiquement calomnié par les falsificateurs de l’Histoire.

Entrée libre et gratuite sur réservation :
inscriptions par tel, fax, courriel ou lettre
au secrétariat du Mémorial des Rois
BP 523, 75825 Paris Cedex 17, FRANCE

Tel/Fax : 01 40 25 06 55 , Courriel : shah@rex2000.fr
Site internet : http://www.rex2000.fr (rubrique commémoration)

Les droits de l’homme, nouveau colonialisme ?

7 Juil

La phrase  ci-dessous  est  à graver  dans le  marbre.

Depuis qu’il s’est converti à l’universalisme, l’Occident a toujours regardé ses valeurs spécifiques comme des valeurs « universelles », qu’il se trouvait dès lors légitimé à imposer au monde entier….L’idéologie des droits de l’homme n’échappe pas à la règle. Alors qu’elle est historiquement et géographiquement parfaitement située, elle prétend chapitrer la planète au nom d’un homme abstrait, d’un homme de partout et de nulle part.

Le 6 juillet 2013 Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

L’Europe a rompu avec sa tradition colonisatrice pour ensuite verser dans un tiers-mondisme lacrymal. Aujourd’hui, à l’heure de la « repentance », on a l’impression que les néo-évangélistes des droits de l’homme ont remplacé les Pères blancs de jadis. Éternel retour ?

Au XIXe siècle, la colonisation fut le fait de ceux qu’on a appelés les « trois M » : les militaires, les missionnaires et les marchands. Les marchands se sont souvent enrichis, ce qui n’a pas été le cas de l’État (la colonisation a toujours coûté plus cher à la métropole qu’elle ne lui a rapporté). Les missionnaires n’ont pas trop mal réussi, puisque les deux tiers des catholiques de la planète sont aujourd’hui des habitants du tiers monde. Les militaires livrent désormais des guerres d’agression rebaptisées « interventions humanitaires » ou « opérations de police internationale ». Quant à la repentance, elle devrait en toute logique être surtout pratiquée dans les milieux de gauche puisque, à l’époque de Jules Ferry, le colonialisme était clairement une idéologie de la gauche laïque : au nom de l’universalisme du progrès, il s’agissait d’aider les « races inférieures » à combler leur « retard » en les faisant accéder aux « révélations des Lumières ».

Mais chacun sait bien que la colonisation peut revêtir des formes très diverses : politique, économique, technologique, culturelle, idéologique, etc. De ce point de vue, il n’y a aujourd’hui plus guère de pays qui puissent se dire indépendants. La colonisation, enfin, est un terme qui se rapporte en toute rigueur au peuplement, et non à la conquête. La France n’y a procédé qu’en deux occasions : en Algérie (avec conquête) et au Québec (sans conquête). Savez-vous qu’à l’apogée de l’Empire français, l’Algérie mise à part, il n’y a jamais eu plus de 500.000 Français vivant dans les colonies ? Aujourd’hui, les populations originaires de notre ancien empire colonial comptent en France plus de six millions de personnes, naturalisés compris, soit douze fois plus. Ce contraste numérique remet certaines choses en place.

Dans votre livre « Au-delà des droits de l’homme », vous assurez qu’il ne s’agit que d’un néocolonialisme n’osant pas dire son nom. D’où, chez nous, cet amour de « l’Autre », porté aux nues dès lors qu’il cherche à nous ressembler, mais détestable lorsque persistant à revendiquer son propre modèle…

Depuis qu’il s’est converti à l’universalisme, l’Occident a toujours regardé ses valeurs spécifiques comme des valeurs « universelles », qu’il se trouvait dès lors légitimé à imposer au monde entier. Dans le tiers monde, on a d’abord voulu faire adorer le « vrai Dieu » (unique, bien sûr), après quoi on a prétendu apporter la « civilisation », le « progrès », la « démocratie » et le « développement ». L’idéologie des droits de l’homme n’échappe pas à la règle. Alors qu’elle est historiquement et géographiquement parfaitement située, elle prétend chapitrer la planète au nom d’un homme abstrait, d’un homme de partout et de nulle part. Les États-Unis en sont tout naturellement les premiers champions puisque, pour eux, les Africains ne sont que des Occidentaux à la peau noire, et les Européens des populations américanisables parlant (provisoirement) une langue étrangère. C’est ce qui explique leurs déboires en politique internationale. Le monde ne sera compréhensible pour eux que lorsqu’il aura été totalement américanisé.

C’est en raison de leur universalisme que les Occidentaux ont autant de mal à comprendre (et à admettre) l’altérité. Leur conviction profonde consiste à penser ou à croire que les différences entre les cultures et les peuples sont transitoires, secondaires, solubles dans le folklore ou franchement nuisibles. En d’autres termes, ils n’admettent « l’Autre » que dans la mesure où ils croient pouvoir démontrer que « l’Autre » est « comme tous les autres », c’est-à-dire qu’il est en fait le « Même ». Un certain égalitarisme, qui fait de l’égalité le synonyme de la « mêmeté », pousse dans ce sens. C’est une autre forme de racisme : faute de faire disparaître les différents, on dévalue les différences (entre les peuples comme entre les sexes) en les tenant pour illusoires ou négligeables. L’universalisme politique, la revendication d’un « droit à l’indifférence » et l’idéologie du genre confluent dans cette même aspiration à l’indifférenciation, qui n’est au fond qu’un désir de mort.

Syndrome du shah d’Iran ou de Kemal Atatürk : obliger ses compatriotes à adopter une culture étrangère… Dans le même temps, nombre de Français sont quotidiennement confrontés à une présence de plus en plus massives d’immigrés de confession musulmane et de culture maghrébine. Comment conserver sa culture ?

Je n’ignore bien sûr aucune des pathologies sociales nées de l’immigration. Mais je ne suis pas de ceux qui jettent de l’huile sur le feu ou prennent plaisir à souffler sur les braises en rêvant d’une guerre civile, pas plus que je ne suis de ceux qui, sans peur du paradoxe, reprochent aux immigrés de ne pas s’assimiler tout en déclarant hautement qu’ils sont inassimilables. Ce n’est certainement pas de la faute des immigrés si les Français « de souche » ne savent plus en quoi consiste leur identité et comment ils pourraient la transmettre. Pour le dire autrement, ce n’est pas tant dans l’identité des autres que je vois une menace pour la nôtre que dans le système à tuer les peuples qui les menace toutes. Notre identité serait tout aussi menacée s’il n’y avait pas d’immigration, parce que l’idéologie dominante de l’ère postmoderne, le capitalisme en tant que « fait social total » (Marcel Mauss) est intrinsèquement destructrice de toutes les identités collectives.

Ce qui demeure, c’est un conflit de valeurs. Quand une musulmane déclare que le port du foulard islamique est une façon pour elle de préserver sa dignité de femme, alors que pour beaucoup d’Occidentaux ce même foulard est une atteinte à la dignité de la femme, il est clair que l’on est dans un dialogue de sourds. « L’Autre », c’est celui qui a des valeurs autres. Toute valeur ne vaut que par rapport à ce qui ne vaut pas. La différence entre les valeurs et les intérêts, c’est que le s premières  premières ne sont pas négociable

http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/les-droits-de-lhomme-nouveau-colonialisme,28795?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=aec670d9e8-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-aec670d9e8-30399893