Tag Archives: Suède

Les rois de Suède et des Pays-Pas s’interrogent sur l’afflux de « migrants  » dans leur royaume.

16 Sep
12027642_530612327096062_6113761991417486174_n

Un peu de décorum ne nuit pas. Ouverture du Parlement aux Pays-Bas par Willem-Alexander et son épouse la princesse Maxima.

Les Rois de Suède et des Pays-Bas expriment leurs inquiétudes et leurs émotions face à la crise des migrants qui secouent l’Europe dans deux styles différents .

Selon le magazine en logne « The Local », le Roi de Suède Carl XVI Gustav Bernadotte , a exprimé ses inquiétudes lors de l’Ouverture du parlement faisant écho au discours du Premier ministre suédois qui réclamait que les pays membres de l’Union assume leur rôle d’accueil avec un quota identique d’immigrés tout en marquant ses inquiétudes sur le danger militaire que la Russie ferait planer sur le continent, rappelant que le royaume de Suède ne demande aucune adhésion à l’OTAN .

Pour son confrère , le Netherland Times, le Roi Guillaume-Alexandre de Nassau a rappelé que la crises de réfugiés , due principalement au conflit syrien, devait faire l’approche d’une gestion compréhensive de tout un chacun et combattre ce trafic des humains généré par le conflit contre DAESH. Revenant justement sur les conflits actuels, du Mali à l’Ukraine, le Roi a exprime ses inquiétudes sur le fait qu’ils menaçaient directement les frontières des états européens tout en se félicitant de la bonne tenue économique de son royaume et sa collaboration avec l’Otan

Image

La forme monarchique du Gouvernement n’est pas exceptionnelle en Europe. Diffusez cette carte autour de vous.

1 Juil

10478171_10202946975213298_1664540448745909415_n

Les monarchies d’Europe en mutation.

10 Juin

Le rôle du Roi alimente les controverses en Belgique et en Espagne, dans d’autres pays dotés d’une monarchie constitutionnelle, ce rôle n’est pas remis en question. En quoi les monarchies d’Europe se distinguent-elles les unes des autres ?

http://www.eurotopics.net/fr/home/presseschau/archiv/magazin/gesellschaft-verteilerseite/monarchie-2007-12/interne-links-monarchie/

NDLRB. En activant le lien ci-dessus, vous constaterez avec plaisir que le champ d’analyse de l’article est très vaste (Royaume-Uni; Belgique; Bulgarie; Luxembourg; Pologne; Roumanie: Espagne ; Suède.

Des chiffres ! DES REPUBLIQUES DISPENDIEUSES, DES MONARCHIES ECONOMES … Vous avez essayé le roi ? !

15 Juil

scalesL’un de nos amis, qui vit au Royaume de Belgique, nous a communiqué une étude qui date du mois d’avril 2012 et qui, à ma connaissance – et on se demande bien pourquoi (!!!) – , n’a pas fait l’objet de diffusion dans les grands media français : il s’agit du sixième rapport sur le coût des chefs d’Etats européens publié par Monsieur Herman Matthijs, professeur d’administration et de finances publiques à l’Université de Gand.
Le Professeur Matthijs est connu pour sa probité intellectuelle et sa rigueur, on ne peut lui reprocher de faire intervenir des idées partisanes ou des préjugés idéologiques dans son travail.
Le Professeur Matthijs publie des chiffres : ces chiffres parlent d’eux-mêmes sans avoir besoin d’être longuement interprétés…

Le rapport du Professeur Herman Matthijs révèle donc que le président de la république française est le chef d’État le plus coûteux d’Europe : en effet, le budget de la présidence de la république française s’élevait, à la parution du rapport, à 111,7 millions d’euros.
Le budget de la présidence de la république fédérale d’Allemagne, s’élevait, lui, à 30,7 millions d’euros.

Par ordre décroissant, voici ensuite le budget des différentes royautés européennes :
- pour la couronne néerlandaise : 39,4 millions d’euros ;– pour la couronne britannique : 38,2 millions d’euros ;– la couronne norvégienne : 25,2 millions d’euros ;– la couronne belge : 14,2 millions d’euros ;– la couronne suédoise : 13,9 millions d’euros ;– la couronne danoise : 13,2 millions d’euros ;– la couronne luxembourgeoise : 9,2 millions d’euros ;– la couronne espagnole : 8,2 millions d’euros.

Habituellement, dans ces royautés, les souverains ne partent pas à la retraite, tandis que la république française doit pourvoir à la retraite de trois anciens présidents qui ont coûté chacun 1,5 millions d’euros en 2012.

En outre, il faut ajouter que, dans les pays où il y a un roi ou une reine, la succession est réglée à l’avance, tandis qu’en France elle fait l’objet d’élections dont le coût s’avère absolument exorbitant : pour les élections présidentielles de 2012, il a atteint 228 millions d’euros.

Si les budgets annuels restent à peu près stables, et malgré le décret de la fin août 2012 qui a réduit de 30% la rémunération du président de la république, le coût du quinquennat de François Hollande s’élèvera à près de 809 millions d’euros, en tenant compte des élections présidentielles et des retraites.

Selon les mêmes conditions et pour la même période, la royauté néerlandaise devrait coûter 197 millions d’euros.La royauté britannique, 191 millions d’euros.La royauté norvégienne, 126 millions d’euros.La royauté belge, 71 millions d’euros.La royauté suédoise, 69,5 millions d’euros.La royauté danoise, 66 millions d’euros.La souveraineté luxembourgeoise, 46 millions d’euros.La royauté espagnole, 41 millions d’euros.

Ainsi donc, alors que la présidence de la république devrait coûter aux Français quelque 809 millions d’euros sous le quinquennat de François Hollande, dans le même temps les huit principaux souverains européens réunis ne devraient coûter que 807,5 millions d’euros à l’ensemble de leurs sujets, c’est-à-dire qu’à eux huit ils atteignent à peine le coût total de l’actuel président et des trois présidents retraités, en France !

Avec un budget annuel de 40 millions d’euros par an, un Roi de France reviendrait donc 75% moins cher que l’actuel président de la république.

Et après cela, malgré l’implacable objectivité des chiffres, en France, on persiste à faire croire aux gens que la royauté est un régime dispendieux et que ce sont les Rois qui dilapident les finances publiques…

                      Lully.

http://leblogdumesnil.unblog.fr/2013/07/12/2013-58-du-cout-des-royautes-contemporaines-en-europe-et-de-celui-de-la-presidence-de-la-republique-francaise/

Billet d’humeur de Pierre Jeanthon : monarchiste ou royaliste ?

13 Fév

 

Début février la Reine Béatrix des Pays-Bas annonçait son abdication prévue le 30 avril 2013, jour de la fête nationale, en faveur de son fils, le Prince Willem Alexander.

Information majeure au pays des polders, peu relayée dans la « grande presse », mais largement présente sur nos sites royalistes qui entendent bien s’emparer de l’évènement pour promouvoir les bienfaits de la monarchie.

Le Larousse définit les royalistes comme des gens attachés à la monarchie, elle-même présentée comme un régime politique dans lequel l’autorité est exercée par un seul individu.

La monarchie est dite absolue si le pouvoir du monarque n’est contrôlé par aucun autre (en vigueur en France sous l’Ancien Régime, elle était en fait limitée par les lois fondamentales du royaume).

Elle est constitutionnelle quand l’autorité du prince est soumise à une Constitution.

Dernier cas, celui de la monarchie parlementaire qui est une monarchie constitutionnelle dans laquelle le gouvernement est responsable devant le Parlement.

Aux moqueries républicaines qui évoquent un régime d’un âge révolu, nous avons coutume de rétorquer qu’au XXIe siècle, l’Europe compte7 monarchies préservées des furies révolutionnaires qui ravagent la France, tout spécialement en ces temps de mariage pour tous. Eh bien je vous propose une virée en Europe !

–        Aux Pays-Bas, monarchie parlementaire,   le mariage homo est légal depuis 2001

–        En Belgique, monarchie constitutionnelle, …………………………………………………. 2003

–        En Espagne, monarchie parlementaire,       …………………………………………………. 2005

–        En Norvège, monarchie constitutionnelle,  …………………………………………………. 2009

–        En Suède, monarchie parlementaire,           …………………………………………………  2009,        

avec une disposition qui oblige l’Eglise à trouver un pasteur pour célébrer ce mariage à titre religieux.

Au Danemark, monarchie constitutionnelle, les choses ont évoluées comme suit :

  • 1989 – autorisation de l’union civile des couples homos.
  • 1999 – reconnaissance du principe d’homoparentalité : les homos sont autorisés à adopter les enfants de leur conjoint.
  • 2006 – légalisation de l’insémination artificielle pour les lesbiennes.
  • 2009 – l’adoption est étendue aux enfants extra conjugaux.

–        Les « couples homos » peuvent recevoir la bénédiction de l’Église luthérienne d’État (au 1er janvier 2012, 4,5 millions de fidèles, soit 80% de la population).

  • 2011 – le 15 septembre, élection des 179 députés de l’Assemblée du peuple (Folketing) : taux de participation 87%, 89 députés pour le bloc de gauche, 86 pour celui de droite et 4 divers.
  • 2012 – fidèle aux promesses électorales de la gauche, M. Sareen, ministre des Cultes, propose une loi qui accorde aux couples homos les mêmes droits que ceux dont jouissent les hétéros : le libre choix de se marier à l’église où à la mairie.
  • 7 juin 2012 – Par 89 voix pour, 24 contre et 2 abstentions, le Parlement adopte ce texte, entré en vigueur le 15 du mois.

–        Pour éviter tout conflit avec le tiers du clergé opposé à cette loi, il est prévu qu’un pasteur puisse refuser de célébrer ce « mariage » sous réserve que les autorités ecclésiastiques lui trouvent un remplaçant.

–        Là-bas comme ailleurs la presse bien-pensante souligne que ce texte  « adopté » à une large majorité (89 pour sur 179 !) constitue un grand pas en avant »… il n’est pas précisé vers où ?

Enfin, en Grande-Bretagne le 5 février 2013 les députés votaient par 400 voix contre 175 en faveur du mariage homo en laissant aux différentes institutions religieuses le choix de célébrer ou non cette union.

À considérer le côté peu sympathique de ces « monarchies people », je reste un simple royaliste attaché à la monarchie absolue limitée par les lois fondamentales du royaume, par les lois non écrites et par les commandements ; afin que le roi règne et gouverne dans une France où « l’autorité serait en haut et les libertés en bas ».

En résumé, avec le profond respect que je porte à sa Majesté Béatrix, je décline toute participation à une éventuelle manifestation concernant son abdication prochaine.

le 13 février 2013.

Pierre Jeanthon, membre du CER.

Molière dixit : « Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa milus… *

12 Fév

…Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »

Nous avons connu récemment un vent de panique dans les médias (toujours à la remorque), à propos des contraceptifs hormonaux (cf. notre article du 6 février 2013, intitulé « Contraceptifs hormonaux: trop c’est trop« ). Ce vent froid nous venait du nord. Les pays nordiques seraient-ils en effet des modèles pour l’épidémiologie ? Des effets secondaires des pilules de 3e génération à ceux d’un vaccin contre la grippe H1N1, beaucoup d’alertes en proviennent.

Qu’il s’agisse de données concernant la consommation et les effets secondaires de médicaments, la santé des enfants, les cancers ou les pathologies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires…), les études menées dans ces « petits » pays – dont le plus peuplé, la Suède, avec 9,5 millions d’habitants – font souvent référence. Elles sont régulièrement publiées dans des revues médicales de haut niveau, et peuvent venir à l’appui de décisions de santé publique à l’échelle internationale. Des performances qui reposent en bonne partie sur l’exploitation d’un système très développé de registres.

Le principe de ces bases de données, auxquelles ont recours de nombreux pays, notamment anglo-saxons, est de recueillir des informations de façon continue et exhaustive dans une population géographiquement définie, à des fins de santé publique et de recherche.

Les registres des pays nordiques présentent de nombreux avantages : ils existent depuis longtemps, dans de multiples domaines, et sont pour la plupart nationaux, c’est-à-dire qu’ils couvrent l’intégralité de la population. Des atouts précieux en santé publique.

Dans l’épineux dossier des pilules contraceptives, la quantification des risques thromboemboliques veineux des différentes pilules s’est ainsi largement appuyée sur les résultats de recherches conduites au Danemark.

Pour mener à bien leurs enquêtes de pharmaco-épidémiologie – notamment publiées en 2009 et 2011 dans le British Medical Journal -, Œjvind Lidegaard (université de Copenhague) et ses collègues ont consulté et croisé les informations de quatre bases de données. Il y a tout d’abord celles du registre des « statistiques du Danemark », qui contient des informations de type état civil sur les 5,74 millions de citoyens. Les chercheurs ont ainsi estimé avec précision la population des femmes âgées de 15 à 49 ans entre 1995 et 2009.

Parallèlement, ils ont pu comptabiliser les cas de phlébites et d’embolies pulmonaires grâce au registre national des patients, qui collecte tous les diagnostics posés lors des hospitalisations dans des établissements publics ou privés danois depuis 1977. Le registre national des causes de décès a permis de recenser les morts par thromboembolies veineuses.

Enfin, les prescriptions des différents contraceptifs ont été déterminées à partir du registre national des produits de santé, créé en 1994 pour suivre de façon exhaustive les ventes de médicaments – sur ordonnance ou non – dans toutes les pharmacies du pays.

Chaque Danois étant identifié par un numéro unique, qui est utilisé dans tous les registres publics, les bases de données du pays peuvent être assez facilement reliées entre elles. Par sécurité, les autorisations ne sont cependant délivrées que dans le cadre de projets scientifiques bien définis.

Au final, en croisant ces quatre sources de données, l’équipe danoise a pu confirmer que le risque de thrombophlébite sous pilule de 3e ou 4e génération (dont le progestatif est du desogestrel, du gestodène ou de la drospirénone) est doublé par rapport à celui des pilules de 2e génération (à base de lévonorgestrel). Mais qui, somme toute, reste peu élevé et inférieur au même risque lors d’une grossesse. « Les registres permettent une estimation fiable des risques pour tous les médicaments peu d’années après leur mise sur le marché, souligne Œjvind Lidegaard. C’est aussi avec ces outils que nous avons pu, par exemple, étudier l’influence des traitements hormonaux de la ménopause sur les risques de maladies cardio-vasculaires ou la prévention des cancers de l’ovaire. » Et c’est aussi avec les mêmes outils que les co-facteurs de risque, tel l’usage du tabac, sont identifiés.

Des exemples parmi bien d’autres… Le Danemark a une longue tradition de bases de données, dans le domaine médical mais aussi d’autres tels que l’éducation. Le premier des registres danois a été créé en 1875 pour recenser les décès, souligne un numéro spécial du Scandinavian Journal of  Public Health paru en 2011. Depuis, bien d’autres ont été mis en place pour étudier diverses maladies (cancers, diabète, pathologies psychiatriques…). Le Danemark dispose aussi, depuis 1870, d’un registre des jumeaux, qui est l’un des plus anciens au monde. Il existe même un registre danois des enfants adoptés.

La Suède, la Norvège, l’Islande et la Finlande sont également dans cette stratégie des registres nationaux. Et ils s’unissent même dans certains domaines. Une base commune des prescriptions de médicaments dans tous ces pays est ainsi opérationnelle ; elle permet d’obtenir des données sur une population de 25 millions d’habitants, de faire des comparaisons par pays… Dans un domaine proche, un rapport du Sénat français daté de juillet 2012 souligne le rôle crucial des registres suédois, danois, mais aussi australiens dans la surveillance des dispositifs médicaux.

Le document signale notamment « la capacité des registres suédois à détecter très en amont les dysfonctionnements présentés par certains dispositifs », ce qui explique en partie le nombre limité de marques de dispositifs médicaux – prothèses de hanche par exemple – commercialisées en Suède par rapport au reste de l’Europe. Le prix peut-être de la sécurité.

Souriez, vous êtes…fichés.

Le 12 février 2013.

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Hippocrate, Conseiller à la Santé publique.

* (amphigouri# de Sganarelle dans le Médecin malgré lui, de Molière)
# L’amphigouri est une accumulation d’idées ou d’arguments telle qu’elle produit un discours obscur voire incohérent.

Le « mariage » entre deux personnes du même sexe est une exception en Europe.

28 Jan

code civil2Certes les médias  disent majoritairement le  contraire et les partisans  du  prétendu « mariage pour tous » que l’on n’a dailleurs  vu hier , dimanche 27 janvier 2013, qu’en assez faible nombre   aussi mais la réalité est  différente. Et cette réalité, in fine c’est  que loin de  vouloir ouvrir  les mêmes droits pour tous, l’objectif de la manœuvre est de détruire le mariage-Institution.

Le « mariage » entre deux personnes du même sexe est une exception en Europe.

Le  think-thank libéral et européen Thomas More s’est livrée à une analyse  comparée  de la législation dans 27 pays d’Europe étude qui sera dévoilée jeudi 31 janvier prochain

Aux termes de cette étude  seulement six pays sur 27 ont légalisé le mariage homosexuel (Pays-Bas, Belgique, Espagne, Suède, Portugal et l’année dernière, Danemark). Au Royaume-Uni, un projet de loi est en cours. Excusez je  vous prie cette remarque  tautologique  mais  six  sur 27 cela ne fait pas la majorité.

Le « mariage pour tous » envisagé en France  sera, serait , beaucoup plus destructeur de la société  que ses « homologues » européens.

 C’est ainsi que l’ouverture du mariage civil aux homosexuels a moins heurté en Espagne où il coexiste avec le mariage religieux. De plus, Il n’y a qu’en France , au Belgique et au Luxembourg que  le mariage civil enregistré en mairie sot le seul valable aux yeux de la loi. Chez nos autres voisins européens, il ne faut pas obligatoirement passer devant le maire avant de pouvoir se marier religieusement. On comprend  dés lors son ouverture à des couples «  spécifiques » n ‘en est que plus fortement  ressentie .

C’est le  contrat  civil dont les promoteurs du « mariage » abusivement présenté pour tous ne veulent pas qui est la norme en Europe.

Seize pays sur 27, en comptant la France qui a voté le pacs en 1999, ont retenu cette solution. Et ce serait  donc  celle-ci qu’un gouvernement  respectueux des droits de TOUT son peuple aurait  du avoir à coeur de promouvoir. … S’il n’en a pas été ainsi, c’est  que  son objectif est, redisons le, moins l’égalité de droits entre homosexuels et  hétérosexuels que la destruction pure et  simple de ce  qui reste  du mariage-institution…. Et la meilleure preuve  c’est  que le Président de la République ne veut même pas du mariage, pas encore pour tous, pour lui.PMa

   Et si les « princes » qui nous  gouvernent  réussissent dans leur entreprise acivilasationnelle, nul doute  qu’ils mettront  le cap vers d’autres  frontières tout aussi dangereuses comme l’ouverture de l’adoption aux couples homosexuels  ainsi que la  procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes. Et ils pourraient le faire  sans tarder. La PMA a  ainsi suivi en Belgique le mariage présenté abusivement  pour tous  quatre ans seulement

Origine des  chiffres  donnés :                                                                               http://www.lefigaro.fr/politique/2013/01/23/01002-20130123ARTFIG00597-une-etude-europeenne-bouscule-les-cliches.php

 Pour le Conseil dans  l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, Garde des sceaux, Conseiller à la justice , aux libertés publiques, aux devoirs et aux droits  des Citoyens  et Conseiller aux réformes institutionnelles.

Origine de l’image:  

http://www.google.fr/imgres?q=code+civil&um=1&hl=fr&sa=N&tbo=d&biw=860&bih=457&tbm=isch&tbnid=dqJmS1PBd_U13M:&imgrefurl=http://droit.univ-lille2.fr/avenircapa/bicentenaire/18mars.html&docid=MeSTGtvtuX_BbM&imgurl=http://droit.univ-lille2.fr/avenircapa/photos/bicentenairecodecivil/code%252520civil2.jpg&w=261&h=410&ei=rn0GUcTnJcua0QWB4YHwCw&zoom=1&iact=hc&vpx=204&vpy=49&hovh=282&hovw=179&tx=107&ty=179&sig=108890500035847418097&page=1&tbnh=145&tbnw=92&start=0&ndsp=10&ved=1t:429,r:1,s:0,i:164