Tag Archives: Syrie

Ils ont écouté un concert à Palmyre et ils n’ont pas été changé en cochons !

6 Mai

Qu’il est bon d’entendre la musique résonner au milieu de Palmyre. L’image est fortement symbolique.

Deux mois après la libération de Palmyre aux mains de Daesh par l’armée syrienne et l’armée russe, un concert exceptionnel s’est tenu ce jeudi au milieu des ruines de la cité antique.

Le célèbre chef d’orchestre russe Valéri Guerguiev a dirigé un concert symphonique dans l’amphithéâtre où le groupe jihadiste avait exécuté des dizaines de personnes avant d’en être chassé.

A écouter sans modération !

http://www.france24.com/fr/20160505-syrie-concert-symphonique-ruines-palmyre-orchestre-russe

L’Occident craint le succès de la Russie en Syrie – pas son échec

11 Oct

Par Alexander Mercouris le 10 octobre 2015

 

C’est exactement ce que l’Occident craignait en Tchétchénie.A tous égards, c’est comme la réponse occidentale à la campagne russe en Tchétchénie en 1999. Dans les semaines qui ont suivi le début de cette campagne, les experts occidentaux ont émis une série d’affirmations et de prédictions.Ils soutenaient que l’aviation russe bombardait des civils et accusaient le gouvernement russe de crimes de guerre. Ils disaient que l’action militaire russe radicaliserait la population, la dresserait contre la Russie. Ils prédisaient davantage d’attaques terroristes contre la Russie et prédisaient sa défaite.

Toutes ces affirmations et ces prédictions se sont révélées fausses.

La population locale n’était pas radicalisée. Au contraire, elle soutenait le rétablissement du gouvernement régulier et la défaite du djihadisme et du terrorisme. Les gens qui combattent aujourd’hui le djihadisme et le terrorisme dans le Caucase sont principalement des membres de la population locale.

La campagne militaire russe n’a pas échoué. Au contraire, elle a réussi, si bien qu’aujourd’hui la Tchétchénie est pacifique et stable.

Quant à la guerre qui provoque davantage de terrorisme djihadiste contre la Russie, le terrorisme djihadiste contre la Russie a commencé avant que la campagne militaire soit lancée.

C’est le terrorisme qui a incité la Russie à lancer la campagne, et il a constamment diminué depuis lors.

Nonobstant la fausseté avérée des affirmations qu’ils ont faites au début de la campagne russe en Tchétchénie en 1999, et l’échec complet de leurs prédictions, les mêmes experts occidentaux s’occupent maintenant d’émettre les mêmes affirmations et prédictions au début de la campagne aérienne russe en Syrie.

De nouveau ils prétendent que l’armée de l’air russe bombarde des civils –même si la preuve fait défaut, c’est le moins qu’on puisse dire. Une fois de plus, ils disent que les bombardements russes vont radicaliser la population et la dresser contre la Russie. Une fois de plus ils menacent la Russie avec un terrorisme djihadiste accru, et prédisent l’échec de la campagne aérienne russe.

Je ne suis pas prophète. Je ne sais pas comment cela va tourner.

Je demande cependant pourquoi on devrait s’attendre à ce que ceux qui ont eu tort auparavant aient raison cette fois.

Il me semble que les experts occidentaux font la même erreur aujourd’hui à propos de la Syrie que celle qu’ils ont commise auparavant à propos de la Tchétchénie.

Ils supposent avec témérité que les populations locales préfèrent le terrorisme et le djihadisme violent à la paix et à un gouvernement normal.

Ils fantasment sur l’existence d’une troisième force composée de gens qui s’opposent au gouvernement et de ceux qui le combattent et auxquels ils s’opposent aussi .

Que cette troisième force n’ait aucune existence hormis dans leur imagination a été confirmé en Tchétchénie, comme cela s’est confirmé au Vietnam, et c’est indubitablement vrai en Syrie aujourd’hui. Les États-Unis l’admettent.

Le dernier sondage en Syrie et en Irak met en évidence l’étendue de leur erreur.

Il montre un soutien très faible à État islamique en Irak et un faible soutien en Syrie.

Il montre des majorités écrasantes de Syriens et d’Irakiens rejetant le sectarisme, qui veulent que leurs pays restent unis et qui croient qu’État islamique est une créature des États-Unis.

Il montre une très forte conviction que les conditions en Syrie étaient meilleures avant la guerre.

Étant donné le danger qu’il y a à parler contre État islamique dans les zones qu’il contrôle, le sondage sous-estime presque certainement l’ampleur de l’opposition qu’il suscite.

Il montre une claire majorité de Syriens soutenant une position identique, pour l’essentiel, à celle du gouvernement russe : la fin de la guerre, la défaite des terroristes djihadistes, le retour à des conditions de vie pacifiques et des négociations sans conditions préalables entre les diverses factions en Syrie.

Ce qui souligne la véritable crainte des experts occidentaux.

Ce n’est pas que la Russie échoue en Syrie, aggravant la situation. Comme en Tchétchénie, leur véritable crainte est que la Russie réussisse, et améliore la situation.

Par Alexander Mercouris – Le 5 octobre 2015

Article original publié par Sputnik –Traduit par Diane

Source: http://lesakerfrancophone.net/loccident-craint-le-succes-de-la-russie-en-syrie-pas-son-echec/

http://arretsurinfo.ch/loccident-craint-le-succes-de-la-russie-en-syrie-pas-son-echec/#.VhjQH9lZpoo.facebook

Une Syrienne prend la parole à Belgrade pour dénoncer les faux réfugiés et l’Occident.

8 Sep

Voici un discours percutant à faire circuler. Une Syrienne prend la parole à Belgrade pour dénoncer les faux réfugiés et l’Occident lors de la manifestation organisée par le Mouvement national serbe « Obraz » de dimanche dernier.

Quelques phrases choc :

 Les personnes que vous voyez dans les rues de Belgrade en route pour l’Allemagne ou la Hollande, ne sont pas de vrais Syriens.

Laissez-moi vous poser cette question : si l’Occident ne veut pas que ces réfugiés périssent en mer, pourquoi ne lèvent-t-il pas les sanctions qui pèsent sur le peuple Syrien qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ?

Si ce n’est pas dans l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester [chez eux] en aidant l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et faire de la Syrie un pays sûr de nouveau ? 

Pourquoi le reste des Syriens reste et résiste ? 

Il dépouille la Syrie des gens qui peuvent reconstruire le pays. Il veut briser la Syrie et le peuple Syrien. D’un côté, il veut voler les docteurs Syriens et leurs meilleurs étudiants et cela entraînera une fuite des cerveaux. Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main d’œuvre bon marché de façon à baisser les salaires.

 Jusqu’à maintenant, nous avons perdu cent mille soldats qui se battaient contre les extrémistes. Je n’ai pas entendu l’Occident pleurer sur ceux qui ont donné leur vie pour défendre la nation et laissant derrière eux des familles éplorées qui ont besoin d’aide.

Et d’un autre côté il s’efforce d’aider  des personnes qui fuient leur pays. Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes ( NDLRB . Vous  avez entendu parler du cheval de Troie ?)  et, qui plus est, ils sont payés des milliers d’euros pour cela.

Laissez-moi vous dire que l’argent qu’ils dépensent pour venir est suffisant pour acheter une maison dans un endroit sûr en Syrie pour une famille de cinq personnes, et entreprendre un petit boulot et bien vivre.

Ce ne sont pas des réfugiés. Ce sont des migrants économiques.

Nos côtes sont très bien gardées, et pas un seul bateau de migrants ne part d’ici. Un autre motif est de faire sortir les chrétiens de Syrie, historiquement, l’une des premières terres chrétiennes. Ce que nous avons aujourd’hui en Syrie est similaire à ce que vous aviez en Serbie avant. Leur but : notre identité, notre unité et notre souveraineté.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/video-une-syrienne-denonce-les-faux-refugies-et-les-manipulations-occidentales/#.Ve57q4I3p3g.facebook

Conflit avec le Syrie . UNE AFFAIRE DE GAZ, en effet, mais PAS CELUI AUQUEL ON PENSE

28 Sep

 

20090809154954_nabucco_carte

RU 38/2013 DEPECHE HEBDOMADAIRE DE NOUVELLES CHRETIENNES « RU », le service de presse du réseau UNEC,

A première vue le conflit actuel en Syrie tourne autour des « Droits de l’homme » soit-dit farouchement défendus par les Etats Unis et la France (eux-mêmes champions de l’assassinat légal des bébés) ; en deuxième analyse il s’agit de la persécution des Chrétiens par l’Islam, prolongement d’un conflit millénaire dans tout l’Orient; mais les véritables raisons de ce conflit se trouvent dans la géopolitique, c’est-à-dire la guerre du gaz, première source d’énergie pour tout le XXIe siècle, entre la Russie et les Etats Unis.

En effet, les ressources de pétrole se faisant rare car surexploitées, tous les efforts géopolitiques se concentrent actuellement sur le gaz qui, à lui seul, peut fournir pendant les prochaines 100 années l’énergie nécessaire aux pays industrialisés.

En ce qui concerne l’Europe, les champs géants de gaz les plus proches sont celles de la Russie et de l’Asie centrale. Plusieurs gazoducs existent déjà pour amener le gaz surtout de la Russie vers l’Europe occidentale, mais ils mènent tous par l’Ukraine ou la Pologne qui sont devenus des partenaires peu fiables pour la Russie. Moscou a donc crée deux nouveaux projets de gazoducs, le North Stream (coût de construction 5 milliards de Dollars), par la Mer Baltique en évitant la Pologne, mis en route en 2011, et le South Stream (coût de construction 10 milliards de Dollars) par la Mer Noire, la Bulgarie, la Serbie et l’Autriche, notamment vers l’Italie et la RFA, mise en service prévue en 2015.

Naturellement les Européens cherchaient dès lors un moyen de ne pas s’approvisionner en gaz uniquement en Russie. Fut alors créé en 2004, avec les Américains comme puissant moteur et instigateur, le projet Nabucco (coût de construction 21 milliards de Dollars), supposé d’amener le gaz de l’Asie Centrale et de l’Iran vers l’Europe occidentale, via la Turquie le Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l’Autriche, donc en grande partie parallèlement au cheminement du projet russe South Stream (cf. carte). Industriellement tout est prêt pour Nabucco, avec la participation des plus gosses entreprises énergétiques de l’Union Européenne, mais le projet tarde de se réaliser, son entrée en service étant continuellement repoussée, actuellement à 2017 – faute de fournisseurs de gaz. Car entre temps, par une politique astucieuse de Monsieur Poutine, l’Iran, l’Azerbaïdjan et surtout le Turkménistan ont signé des gros et juteux contrats de fourniture de gaz avec des pays asiatiques, notamment la Chine.

Mais tout récemment des nouveaux champs de gaz ont été détectés au Qatar, en Syrie ( !), au Liban, en Israël, et surtout en Méditerranée orientale près de ces pays. Du coup, pour le projet Nabucco américain, cette région devient de première importance, puisque ce gaz-là pourrait enfin alimenter leur gazoduc Nabucco vers l’Union Européenne, satellite majeur des USA. Il fallait donc se battre pour le contrôle de la Syrie, « clef de l’Orient », point de départ de la route de la soie.

On sait ce qui est arrivé à ce pays par la suite, jusqu’au clash international actuel au sujet du gaz (tiens!) Sarin. Et qui trouve-t-on de l’un et de l’autre côté des protagonistes belligérants ? Justement les partenaires respectifs des projets de gazoducs mentionnés, c’est-à-dire d’un côté le camp des Russes, avec les Iraniens et Chinois – soutenu par le silence des Allemands et Italiens très engagés dans les gazoducs russes North Stream et South Stream -, et le l’autre côté les Américains, avec Bruxelles, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, Israël – et curieusement la France, cette dernière probablement motivée par un servilisme indigne envers les FM des Etats Unis ainsi que par un désir nostalgique de récupérer sa suprématie d’antan sur le Proche Orient. Les médias ne mentionnent rien de tout cela, ils font croire qu’il s’agit des « droits de l’homme » en Syrie, et du gaz militaire . Poutine a tout récemment mis les pieds dans le plat en proposant : si ces gaz doivent être détruits en Syrie, alors il le faudra aussi en Israël. Il ajoutera bientôt : et pourquoi pas en Russie et en Amérique ? Qui a décidé qu’il y a des super-hommes qui ont droit aux armes A-B-C (atomiques, biologiques et chimiques), et pourquoi d’autres nations en seraient exclues ? Hitler a parlé des « sous-hommes » il y a 75 ans, mais ses utopies sont malheureusement toujours vivantes, il suffit de lire nos journaux où seuls les surhommes et leurs idées semblent avoir droit à la parole.

En attendant l’Eglise, par sa journée de prière universelle pour la paix en Syrie, a obtenu du ciel que les va-t-en guerre occidentaux n’y interviennent pas militairement en versant de l’huile sur le feu, mais la véritable bataille pour le gaz, don de Dieu qui gît sous la terre et sous la mer, n’a fait que commencer. Que Dieu intervienne encore , pour nous apprendre comment gérer les affaires humaines avec Sa Sagesse révélée par l’Evangile et transmise par Son Eglis

Syrie : nouvelle donne. Qui sera échec et mat in fine?

13 Sep
Syrie : La solution Poutine !Dessin de Man > www.facebook.com/pages/Man-dessin-de-presse-caricatures/458039954242124Comme toujours, publication à aimer et à partager sans modération !!DDPar respect pour tous les lecteurs, merci d'éviter les grossièretés. Soyez subtils ! Chaque auteur est responsable de ses commentaires. Ceux des trolls toujours hors sujet, seront supprimés. Ceux en majuscule sont automatiquement censurés par Facebook indépendamment de notre volonté.Retrouvez toute notre actualité sur le blog >> http://alerte-hollande.overblog.com/Qui compose la team #disnoland >> www.facebook.com/disnoland/info

NDCER :  » No Comment ! « 

(mais vous pouvez lire  » Bien joué Vladimir !  » dans https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/09/12/bulletin-climatique-quotidien-12-septembre-2013-de-la-republique-francaise/)

Les projets militaires du président Hollande contre la Syrie pourraient-ils contribuer à le faire traduire devant la CPI (Cour Pénale Internationale) ?

12 Sep

Maintenant que le Premier ministre David Cameron a tenté d’obtenir l’approbation parlementaire pour « l’action militaire » contre la Syrie, et que le président Barack Obama a annoncé son intention de demander l’approbation du Congrès, le président François Hollande – d’un point de vue politique puisque ce n’est pas strictement constitutionnel – ne devrait-il pas faire de même ?

….

Cependant, il y a une autre question importante que devrait garder Hollande à l’esprit, ou au moins un élément qui le fasse réfléchir si jamais personne ne l’a encore mis en garde.

Lorsque le Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale [CPI] a été négocié, certains États occidentaux avaient insisté sur un moratoire de sept ans avant que le « crime d’agression » ne soit ajouté aux crimes pour lesquels la CPI serait compétente, si ce crime ont été commis par un État faisant partie de la CPI ou à partir de son territoire. Ce moratoire avait donné effectivement aux agresseurs habituels et potentiels une fenêtre d’opportunité pour continuer à commettre des actes d’agression, en particulier l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair, dont le pays est un État ayant intégré la CPI mais qui a donc bénéficié d’ une immunité et d’une impunité (au moins du point de vue de la compétence de la CPI) pour à son rôle dans le crime d’agression contre l’Irak en 2003.

Toutefois, cette fenêtre d’opportunité a été fermée le 11 juin 2010, lorsque le crime d’agression a été inséré dans le Statut de Rome comme l’un des crimes relevant de la CPI et pour lequel s’exerce sa compétence .

Bien que ni la Syrie ni les États-Unis ne soient parmi les 122 États ayant intégré la CPI (de sorte que seul un renvoi par le Conseil de sécurité des Nations Unies peut donner une compétence à la CPI sur leurs citoyens ou les crimes commis sur leur territoire) , la France en tant qu’État fait partie de la CPI.

L’article 8 bis (1) du Statut de Rome , ajouté en 2010, se lit comme suit : « Aux fins du présent Statut, le ’crime d’agression’ signifie la planification, la préparation, le lancement ou l’exécution par une personne effectivement en mesure d’exercer un contrôle ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, d’un acte d’agression qui, par sa nature, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste de la Charte des Nations Unies. » Sont inclus à l’article 8 bis (2) ( b ) et dans la liste suivante les actes constituant une ’agression’ : « le bombardement par les forces armées d’un État contre le territoire d’un autre État ou l’ emploi de toutes armes par un État contre le territoire d’un autre État ».

En l’absence d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU autorisant « l’action militaire » contre la Syrie, ces dispositions correspondent « comme un gant » à l’agression en cours de planification par les présidents Obama et Hollande. Même l’avocat de la défense le plus imaginatif aurait du mal à imaginer un moyen de défense .

La CPI est naturellement très gênée par le fait très dérangeant que, après plus d’une décennie d’existence, elle n’a mis en accusation que des Africains. Pour une question d’impératif institutionnel et pour la propre crédibilité de la cour, il y a une nécessité impérieuse de mettre en accusation des non-Africains dès que le champ de compétence de la cour, la gravité et l’exemplarité d’un crime le permettront.

Rien ne pourrait autant renforcer la crédibilité de la cour qu’un acte d’accusation contre un chef d’État ou de gouvernement de l’une des grandes puissances occidentales.

Dans le même temps , rien ne pourrait mieux contribuer à renforcer le concept et la stature du droit international, la conviction que le droit international n’est pas simplement (comme il a tendance à l’être) un bâton avec lequel les riches et les puissants frappent les pauvres et les faibles, mais que même les riches et les puissants ne jouissent pas de l’immunité et de l’impunité devant les règles du droit international.

En effet, rien ne pourrait améliorer de façon plus efficace les chances de voir un jour un monde plus pacifique.

Pour toutes sortes de bonnes raisons, il est à espérer que, en fin de compte, François Hollande ne fasse pas le choix de participer à la « planification , la préparation , le déclenchement ou l’exécution » du crime d’agression contre la Syrie. Mais si jamais il passait outre, alors son transfert devant le tribunal de La Haye pourrait être le seul résultat positif d’une telle folie.

John V. Whitbeck

Article original : http://www.palestinechronicle.com/f…
Traduction : Info-Palestine.eu – al-Mukhtar

John V. Whitbeck est un avocat international qui a conseillé l’équipe de négociation palestinienne dans les négociations avec Israël.

http://avicennesy.wordpress.com/2013/09/08/francois-hollande-devant-la-cour-penale-internationale/

Devant Damas (Syrie) en 1148 est née l’expression « Compter pour des prunes » : Compter pour rien ou pour presque rien.

31 Août

main-upper_01

En 1148, Damas, en Syrie, ville célèbre pour ses prunes violettes,est assiégée par les Croisés. La résistance de la ville aux assauts des Croisés eut raison de leur patience. Les chevaliers occidentaux abandonnent, amers, ce siège interminable qui ne leur a rien apporté que des prunes à manger.

L’expression est restée au fil des âges conservant son sens d’origine.

http://www.mon-expression.info/pour-des-prunes

Voir aussi :

http://www.histoireeurope.fr/RechercheLocution.php?Locutions=Si%E8ge+de+Damas

http://www.lordredutemple.com/1148damas.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Siège_de_Damas