Le Tyrol du Sud (Italien) regarde vers sa mère-patrie l’Autriche-Hongrie.

3 Nov

tyrol-italie1

L’objectif  de la députée Süd-Tiroler Freheit ( Liberté pour le Tyrol du Sud) Evaz Klotz est resté intact  depuis plus de trente  ans : faire revenir  sa province , annexée à l’Italie en 1919, dans le  giron de la mère patrie autricienne.

Myriam Détruy.  le tyrol du Sud  rêve d’Autriche; 28 octobre 2013 p. 6

LE RÈGIEMENT DU LITIGE ITALO.AUTRICHIEN SUR LE TYROL DU SUD

Alain Fenet Chargé de Cours à I’Université d’Amiens

Les bases d’une solution au litige sud-tyrolien ont été posées à la lin de I’année 1969 par un accord apportant apparemment satisfaction aux trois parties intéressées (l’Italie, l’Autriche et la minorité sud-tyrolienne), non sans une hostilité résignée de certains dans chacun des trois camps.

Cet accord n’a été atteint qu’après plus de vingt ans de dispute, d’incidents et même de violences. Il importe donc de rappeler les données fondamentales du litige avant de s’attacher à décrire le règlement dont il a fait I’objet.

Le traité de Saint Germain du 10 septernbre 1919 consacra l’annexion du Tyrol du Sud par l’Italie, en exécution de la promessse, faite par la Russie, la Fiance et le Royaume Uni dans le traité de Londres du 26 avril 1915 qui décida la participation italienne dans la guerre aux côtés des Alliés.

En acquérant la moitié du Tyrol, I’Italie étendait sa domination sur une population d’un peu plus de 250 000 personnes, -sans égard au -principe .du àrôit des peuples à disposer d’eux-mêmes proclamé par.-Wilson. Ni 1’histoire, ni la géofraphie, ni l’elhnologie, ni l’économie ne justifiaient cette annexion. Un prôttàme minoritaire étaiiainsi crêé de toutes pièces dans une Europe qui pourtant n’en manquait pas.

http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/revues/root/1/fenet1.pdf

——-

Origine de la  carte  ci-dessus :http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://eplume.files.wordpress.com/2012/02/tyrol-italie1.png&imgrefurl=http://eplume.wordpress.com/2012/02/27/le-separatisme-des-tyroliens-est-de-retour/&h=354&w=575&sz=53&tbnid=nXmSM7ML4YRcxM:&tbnh=90&tbnw=146&prev=/search%3Fq%3Dtyrol%2Bdu%2Bsud%2Bautriche%2Bitalie%2B%2Bcarte%26tbm%3Disch%26tbo%3Du&zoom=1&q=tyrol+du+sud+autriche+italie++carte&usg=__mWmnXzmcJi3YfCI9ZZGD-frU3Ss=&docid=AeF7-djr6LBLQM&sa=X&ei=Kv51UtzXMq2m0wXHmoAg&ved=0CEMQ9QEwAg&dur=744

Une Réponse to “Le Tyrol du Sud (Italien) regarde vers sa mère-patrie l’Autriche-Hongrie.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 13, 2020 à 8:13 #

    Le Trentin Haut adige est l’ancienne princupaté de Trente. Gouvernée par des Princes-Evèques sous le Saint-Empire Romain Germanique, cette Principoauté fut sécularisée par Napoléon I°, qui la donna aux… Comtes de la Valteline, qui étaient gouverneurs de la Valteline pour le Saint Empereur Germanique et vidames héréditaires des Princes-Evèques de Trente.

    Les Comtes de la Valetline refusèrent de preter serment à Npaoleon I° : mal leur en prient, qui devient pauvres et émmigrèrent en Siciles…

    La région fut autrichienne jusqu’en 1919, dépendante du Royaume Lombardo-Vénitien avant qu’elle ne soit rattachée à l’Italie à l’issue de la Première Guerre mondiale. Le territoire fut rebaptisé Venezia Tridentina. Le régime fasciste essaya d’italianiser la population de langue allemande, mais sans succès. Conjointement, il favorisa une immigration italienne massive.

    Après la Seconde Guerre mondiale, le Haut-Adige resta à l’Italie, mais les Alliés imposèrent à celle-ci un engagement de protection de la minorité de langue allemande, octroyant une vraie autonomie à la province de Bolzane (Accord De Gasperi-Gruber, 5 septembre 1946). Le président du conseil italien, Alcide de Gasperi, originaire de Pieve Tesino dans la province de Trente, voulut élargir cette autonomie à ses concitoyens. Ainsi fut créée la région Trentin-Haut-Adige, où les Italiens étaient majoritaires, rendant impossible l’auto-administration des Tyroliens du Sud. Pour cette raison et pour celle de l’installation d’italophones, l’insatisfaction de la population allemande crût et culmina dans les années 1960 avec le mouvement terroriste du BAS (all. Befreiungsausschuss Südtirol – Comité pour la libération du Tyrol du Sud), qui revendiquait la réunification du Tyrol au sein de l’Autriche. Au début, les actions étaient dirigées exclusivement contre les biens (monuments fascistes, lignes électriques) et non contre les personnes.

    En 1972, un nouveau statut d’autonomie entra en vigueur. La plupart des compétences législatives et administratives ainsi que les ressources financières ont été transférées de la région Trentin-Haut-Adige aux deux provinces de Trente et Bolzane.

    C’est aujourd’hui une région autonome, officiellement bilingue, qui partage sa frontière avec la région tyrolienne de l’Autriche et dont l’économie repose notamment sur le tourisme avec de nombreux domaines skiables reliés dans le secteur alpin des Dolomites. Elle s’appelle Trentino-Alto Adige /trenˈtiːno ˈalto ˈaːdidʒe/ ; en allemand, Trentino-Südtirol ; en ladin, qui est la troisième langue officielle dans quelques vallées orientales, on dit Trentin-Südtirol. Sa capitale est Trente (Trento), ville connu pour avoir abrité le Concile du même nom. La population italienne du Südtirol est majoritairement germanophone.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :