Tag Archives: Alain Texier

En hommage à Alain Texier !

2 Juin

 

Une superbe vue de sa bonne ville de Limoges, photographiée par l’astronaute français Thomas Pesquet depuis la station spatiale internationale et juste avant son retour sur terre, aujourd’hui vendredi 2 juin 2017.

Publicités

Présidentielles 2017. Bientôt le grand jour. Alain Texier relaye les analyses de Philippe Boret.

17 Avr

Bientôt le grand jour.
Nous avons reçu et échangé de nombreux commentaires, dont un excellent pensé par un camarade de promotion.
De tout cela que ressort-il ?

Globalement que cette campagne s’est égarée dans les marécages abondés par des manoeuvres de basse police, des querelles d’ego au sein même des partis en compétition, des insinuations d’affinités renvoyant au siècle dernier, époque que nous-mêmes n’avons pas vécue, à fortiori nos enfants et petits enfants (à ce stade j’attends encore, et sans espoir, l’expression de regrets pour les miens victimes des « bleus »).
Bref, le sentiment d’une illustration par l’absurde de la médiocrité et de la malfaisance du système politique que nous subissons. Comme s’il était à bout de souffle.
Il convient néanmoins de s’interroger sur les programmes proposés.
De tous, c’est sans doute, à mon avis, celui de Fillon le moins mauvais, même si ce vieux routier de la politique semble découvrir aujourd’hui l’existence de problèmes largement imputables aux gouvernement successifs auxquels il appartint.

Mais à tout pécheur miséricorde, accordons lui le bénéfice de la sincérité.
Et là, je m’inquiète.
À supposer qu’il soit élu, pourra-t’il tenir ses engagements ?
J’en doute car :
– dans son propre parti, il se heurte déjà à une aile gauche (Baroin et NKM pour ne citer qu’eux)
– en vue de son élection, il ratisse large ; or les centristes, ne sont pas fiables (mon député a dès le début affiché son hostilité au volet social du programme)
– son aile droite, Sens Commun, un appui sûr, est réduite à la portion congrue
– pour faire face à la tourmente il a déjà lâché du lest ; jusqu’où ira-t’il dans les abandons quand la rue s’agitera ? car elle s’agitera ne serait-ce que s’il veut s’attaquer sérieusement à la réforme du système d’enseignement ou au problème des retraites, sans parler de la fonction publique et du code du travail
– en politique étrangère il devra affronter les russophobes de sa majorité alors qu’il souhaite, à juste titre, pacifier les relations avec la Russie
Pour conclure, si comparaison n’est pas raison il est néanmoins intéressant d’observer le cas Trump.
Que de reniements depuis son élection, du fait de l’opposition démocrate bien sûr mais aussi et surtout à cause de l’hostilité d’élus républicains et du monde économique. Recul sur l’immigration, sur la réforme de l’obamacare, sur le protectionnisme économique et, plus grave, sur la réorientation des relations avec la Russie.
Ce dernier point est le marqueur parfait du recadrage de Trump par la classe politique traditionnelle, et professionnelle (sauf à accorder crédit à l’idée que le bombardement de la Syrie serait une opération d’enfumage russo-américaine).
Alors, voter Fillon ? Oui, mais en ayant bien conscience que nous prenons le risque, encore une fois, d’être roulés dans la farine.
Amitiés à tous.

Ph. Boret

Incertitude protocolaire quand à l’octroi de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme

17 Sep

samedi 17 septembre 2016

Défense & Société • Décorations : plutôt victime que soldat

par Jean-Michel Thouvenin

La médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est une décoration civile et militaire française créée par un décret du 12 juillet 2016.

Peuvent y prétendre les Français tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger, ainsi que les étrangers tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger contre les intérêts de la République française.

Si nous ne pouvons que saluer une démarche visant à rendre hommage aux victimes du terrorisme, nous sommes en droit de nous interroger en revanche sur le positionnement de cette médaille dans l’ordre protocolaire des décorations françaises. De fait, étant décernée par décret présidentiel, la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme se porte directement après l’Ordre National du Mérite (elle-même placée derrière l’Ordre de la Légion d’Honneur, l’Ordre de la Libération et la Médaille militaire), ce qui en fait la cinquième décoration dans l’ordre protocolaire.

Ce positionnement la place donc également, et légalement, avant les croix de guerre et celle de la valeur militaire, qui récompensent, quant à elles, l’octroi d’une citation pour conduite exceptionnelle ou action d’éclat au feu. Elle est naturellement aussi placée bien avant la médaille des blessés militaires…

C’est là que le bât blesse. Car si les victimes du terrorisme ont droit à toute notre sollicitude, elles ne peuvent en revanche se réclamer d’aucun volontariat dans la lutte contre l’ennemi, et moins encore d’acte de bravoure dans un contexte de guerre. On peut reconnaître une victime, l’assurer de la compassion de la nation, on peut l’indemniser le cas échéant, mais on ne saurait la récompenser.

Une récompense est faite pour saluer et sanctionner une action volontaire qui a nécessité du courage, de la détermination, de la bravoure. Une victime passive, n’ayant pas été en mesure d’entreprendre quoi ce soit pour lutter contre l’adversaire, ne saurait répondre à ces critères. Il n’y a donc pas lieu de confondre hommage et récompense, respect et mise à l’honneur, compassion et déférence. Il convient de hiérarchiser le mérite, la circonstance des blessures, l’engagement volontaire, avec justice et discernement.

Mais les dessinateurs trotskistes et obscènes de Charlie Hebdo, qui n’avaient cessé de vomir sur des institutions telles la police, l’armée ou l’Eglise, se sont vu octroyer la Légion d’Honneur à titre posthume, alors que des milliers de combattants, héros ignorés des derniers conflits, n’ont eu droit à aucune reconnaissance de leur vivant, et n’ont été cités que dans l’anonymat des cérémonies du souvenir.

Partant de ce triste constat, le choix du positionnement de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme, décision fleurant un léger parfum de démagogie, n’étonnera plus personne. 

Jean-Michel Thouvenin

http://www.politiquemagazine.fr/decorations-plutot-victime-que-soldat/

Relayé par :

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/09/16/societe-decorations-plutot-victime-que-soldat-5848813.html

Ce que nous en pensons:

Assurer  la reconnaissance de la Nation  à des malheureux  victime d’un terrorisme  pas si aveugle  que cela est assurément une très  bonne chose  Aussi bien , ce qui est en cause  dans la critique  ci-dessus est moins l’octroi d’une décoration … encore que…. que  sa  place absurde dans l’échelle des  décorations  décernées par la République.

Assurément  ce ne sont pas les lecteurs de ce  blog qui seront étonnés par  cette querelle . La République n’a pas la moindre idée  de  ce qu’une décoration peut témoigner  non seulement  pour celui qui la reçoit mais bien plus encore pour  tous ceux de sa parentèle . Innombrables sont les décorations  militaires et  civiles qui,  traitées avec honneur par la première génération, ont regagné les cartons du grenier avec la deuxième et les stocks d’Emmaüs avec la troisième. Nous  avons déjà *  traité de la disparition de facto  de la Légion d’honneur  absurdement décernée  maintenant à des personnes  dont le seul mérite éminent au service de la nation, à titre militaire ou à titre civil est d’appartenir au sexe  féminin.

  • 10. Comment évolue-t-elle ?
    La Légion d’honneur vit avec son temps et suit les évolutions de la société. Elle reconnaît de plus en plus la place du monde associatif et salarial, les parcours d’origine modeste et la place des femmes grâce à une stricte parité dans chacune des promotions civiles.
  • http://www.legiondhonneur.fr/fr/page/la-legion-dhonneur-en-10-questions/108

Le roi restauré  devra  donc  ressusciter la noblesse qui offrira une échelle graduée et transgénerationnelle  de la reconnaissance du Souverain de façon à ce que soit ainsi encouragé  les sujets  du monarques et leurs descendants nés et à naître à faire de plus en plus  à son service  et , par le fait même , au service de la France.

Ainsi sera  reconstruit  ce pont intemporel mais  pourtant  bien réel entre les générations avec le retour  du concept de Lignée toute entière dédiée à un  dépassement de soi même et  des siens .

C’est  bien d’ailleurs la  voie déjà empruntée par le Conseil dans l’Espérance du roi lorsque le 1 er août 2012 il a institué   institué « l’ ordre et ardente compagnie royale du Mérite, sous le vocable de Sainte-Jeanne d’Arc, appelé plus communément ordre royal de Sainte-Jeanne d’Arc« 

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/08/01/consilium-consulte-n-2012006-du-1-er-aout-2012-instaurant-l-ordre-royal-de-sainte-jeanne-darc/

Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA, Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.

La révolution dite Française eut besoin de six (6) prisons à Orange pour préparer les fournées de l’échafaud.

19 Juil

Quelques jours après ce sanglant 14 juillet , je ne me lasse pas de parler des  bienfaits  que  nous devons à la révolution dite Française*  . Ainsi en est-il, par exemple, par  exemple  les six prisons  qu’il fût  nécéssaire d’implanter  à Orange. pour incarcérer  tous ceux  qui n’avaient pas  compris  toute la richesse des « valeurs républicaines ».

Alain TEXIER, CJA.

Avant d’être jugées par le tribunal révolutionnaire, les victimes furent d’abord détenues, pendant un temps plus ou moins long, dans les six différentes prisons établies à Orange pour les recevoir :

  • La prison du cirque  ; le Théâtre romain
  • La prison des Dames  ; le Tribunal actuel
  • La prison de la Cure  ; Place du Cloître attenante à la cathédrale
  • La prison des Chièzes  ; maison des Pères Gardistes
  • La prison de la Baronne de Saunier
  • La prison des Cordeliers  ; l’Église Saint-Florent

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_de_Gabet

Alain Texier, CJA, aura le bonheur d’être aux Journées Chouannes le dimanche 5 septembre 2016.

17 Juin

I-Grande-22458-journees-chouannes-2016-les-3-et-4-septembre-special-50-ans-de-chire.net

http://www.chire.fr/A-199449-journees-chouannes-2016-les-3-et-4-septembre-special-50-ans-de-chire.aspx

ALAIN TEXIER (1945 –      ) sera présent aux  journées chouannes le  dimanche 4 septembre 2016

Alain Texier est né le 17 décembre 1945, à Loudun (Vienne) a fondé le jeudi 25 aout 1988, entre millénaire et bi-centenaire – la Charte de Fontevrault en l’abbaye royale homonyme, mouvement royaliste providentialiste qui s’en remet à Dieu choix de qui régira sur la fille aînée de l’Eglise.
Pacte de non-agression entre militants royalistes servant des princes différents, la Charte demande aux royalistes de s’en remettre à Dieu du point de savoir qui sera Son Lieutenant en terre de France et, pour préparer sa venue, de pardonner les offenses commises par ceux qui servent un autre prince qu’eux.

Docteur en Droit
Diplômé des Sciences politiques
Maître de Conférences (E.R.) à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges
Confrère de la Confrérie de Saint Loup de Limoges (Laïcs catholiques). 
Il a collaboré aux Cahiers de Chiré et publié un certain nombre d’ouvrages

Vidéo de présentation des journées 2015

Université de Poitiers. Le choix traditionnel des armoiries pour une université pluricentenaire.

5 Mar
218px-Blason_divers_fr_Université_Poitiers.svg

Armoiries traditionnelles de l’Université de Poitiers

 

 

 

 

 

 

Université_de_Poitiers_(logo).svg

Logo de l’université de Poitiers jusqu’en 2012.

L’ université de Poitiers est une des plus anciennes de France. Elle fut fondée en 1431 et voulue par le roi Charles VII pour récompenser la fidélité que lui avait toujours montrée le Poitou. Sa création tient donc aux circonstances de la guerre de Cent Ans, l’occupation de Paris par les Anglais ayant entraîné l’exil d’une partie de l’université de Paris. Le 29 mai 1431, une bulle du pape Eugène IV en autorisait la création, effective le 16 mars 1432 par lettres patentes du roi de France

https://fr.wikipedia.org/wiki/Université_de_Poitiers

240px-Université_de_Poitiers_(logo_2012)

Logo depuis 2012. NDLRB . Il était difficile de faire plus ridicule que le logo qui précède, on doit donc saluer le retour à la raison des universitaires Poitevins. L’on  peut  pourtant  regretter que les marques de l’ampleur de la reconnaissance royale ait été divisées par deux et  que le dessin des fleurs de lys subsistantes  aient été alourdies par le non respect de leurs proportions .                                 Pour autant, comment ne pas remercier les Poitevins qui ont entendue  renouer avec leur passé pluricentenaire.

Pour  le Conseil  dans l’Espérance du Roi, Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.

Alain Texier qui s’honore de rappeler qu’il a passé  l’oral de sa première année  de DEUG ( Diplôme d’Etudes Universitaires Générales) de Droit et de Sciences éco  dans les anciens bâtiments  de la Faculté de Droit et des sciences économiques  sis juste en face  de l’église romane de Notre -Dame-la-Grande 

Des armoiries au logo de Vincennes (94300).

24 Fév

Il y a deux jours, Alain Texier, CJA, pointait du doigt l’absurde remplacement des armoiries de la ville de Verdun par un logo sans histoire et, évidemment, sans âme : (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/23/des-armoiries-au-logo-de-verdun-55100-de-la-perfection-au-neant/).

Il y a hélas d’autres exemples semblables mais il y en a aussi de moins critiquables. Nous pourrions citer la ville de Vincennes en ce qu’elle est particulièrement démonstrative d’une réflexion intéressante.

Les armoiries de Vincennes furent imaginées (car, chose étonnante, elle n’en possédait pas auparavant) par le grand héraldiste du XXe siècle Robert Louis, peu après la dernière guerre mondiale :

vincennes

Elles se blasonnent ainsi : « De gueules au château d’argent donjonné et crénelé, posé sur un chemin de ronde aussi crénelé, flanqué à dextre et à senestre d’une échauguette, le tout posé sur une risberme, d’argent maçonné et ajouré de sable, accompagné en pointe de trois boulets mal ordonnés aussi d’argent; au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or. »

Le meuble principal du blason est la silhouette stylisée du château. Le semé de lis qui orne le chef du blason rappelle les armes de France que portait Saint-Louis. Les trois boulets évoquent le souvenir de l’héroïque défense du château par Daumesnil (Pierre Yrieix ) en 1814, et sont également le rappel de l’école d’application d’artillerie. Le bois de Vincennes est concrétisé par les deux branches de chêne qui soutiennent le blason. Le souvenir de Saint-Louis rendant la justice sous un chêne est évoqué par le sceptre et la main de justice qui figurent sur son sceau de Majesté.

La devise de la ville est : « Liliis Justitia Lapidibus Fama« , ce qui peut se traduire par : la justice par les lis, la renommée par les pierres. Cette devise fait allusion à la fois au blason et à l’histoire de Vincennes.

Lorsque la vogue des logotypes atteignit cette jolie ville historique, la municipalité crut bon de demander à une agence parisienne spécialisée de « repenser » son emblème dans l’esprit du temps présent ce qui donna lieu à quelques échanges vigoureux entre le maire de l’époque et les héraldistes locaux (dont votre serviteur). Finalement, une « sortie de crise » fut trouvée dans la forme suivante :

1/ les armoiries de Vincennes (bien que récentes) furent conservées pour tous les actes d’importance (elles figurent sur les documents officiels) ainsi que lors des manifestations historiques ou culturelles mais

2/ un logotype était accepté pour les usages courants à la condition qu’il garde un caractère héraldique en reprenant, sous une forme plus moderne, les éléments principaux des armoiries :

aide-a-domicile-vincennes

Tout cela n’était sans doute pas nécessaire mais…permettait de « sauver les meubles » du blason !

Le 24 février 2016.

Jean-Yves Pons, CJA