Archive | 5- Beaux textes , nobles pensées et utiles rappels recommandés par le CER RSS feed for this section

Croyez-nous, plutôt que les médias officiels.

13 Oct

Et diffusez autour de vous NOS informations, NOS réflexions ou NOS commentaires plutôt que celles et ceux que vous pouvez entendre ou lire dans les organes officiels de la désinformation bien-pensante et du pouvoir.

Ainsi, souvenez-vous de la scandaleuse manipulation opérée par France Inter en septembre 2016, à propos des terroristes islamiques qui se répandaient sur le continent européen, dans les pas des hordes migrantes en provenance du Proche-Orient, par la route des Balkans (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/11/17/france-inter-des-professionnels-de-la-desinformation-et-de-la-manipulation/) :

UqE55k3

Et petite correction subreptice du même article après la découverte que l’un des kamikazes du stade de France, vendredi 13 novembre, a été enregistré un mois plus tôt en Grèce avec un passeport syrien, au sein d’un groupe de migrants. « Ni vu, ni connu j’t’embrouille ! «

V989eUi

En voici un nouvel exemple, concernant cette fois France 3 Auvergne Rhône-Alpes :

19 Avril 2019 : pour France 3 le caractère criminel de l’incendie de l’église Saint-Jacques de Grenoble est une fausse nouvelle de la fachosphère :

8 Octobre 2019 : Le caractère criminel devient officiel, France 3 supprime l’article ci-dessus en douce…

Ah, dhimmitude chérie, quand tu les tiens !

Le 13 octobre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Le projet de loi de « bioéthique » du gouvernement Macron : un feu d’artifice

12 Oct

de conneries !

Où l’on voit effectivement que ceux que Jupiter veut perdre…il les rend fous.

Le 12 octobre 2019.

(Merci à GJ pour son info)

Le « Grand Remplacement » jusque dans nos églises.

11 Oct

Dans les pas du pape François, le métissage est à l’oeuvre au sein de l’Eglise de France. En voici pour preuve un chant d’accueil édifiant (29 septembre 2019):

Ainsi que Maurice Clavel l’a rappelé en son temps, » Ils sont tellement occupés à embrasser les marches du temple qu’ils ne se rendent pas compte qu’il est en ruine »….

L’Eglise de France ne s’en relèvera sans doute pas.

Le 11 octobre 2019.

(Merci à GJ)

Image

Concert au profit de l’Association universelle des amis de Jeanne d’Arc.

8 Oct

La mémoire courte.

8 Oct

Le 26 septembre (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/09/26/billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-nous-ne-le-pleurerons-pas/) puis le 30 du même mois (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/09/30/chirac-dieu-que-les-francais-ont-la-memoire-courte/) nous disions ici tout le « bien » que nous pensions de feu le président de la République française Jacques Chirac et de notre consternation de voir autant de Français avoir, à son égard, la mémoire aussi courte.

Nous nous réjouissons aujourd’hui de vous permettre de lire la lettre ouverte adressées par le professeur Franck Bouscau à l’archevêque de Paris, Monseigneur Aupetit, qui présida la cérémonie des obsèques dudit président. Un grand moment de vérité :

« Monseigneur.

Simple fidèle catholique, et un peu canoniste, je viens, comme cela est loisible à tout laïque, vous faire part de mon désaccord relatif au traitement qui a été réservé par l’Église au président Chirac lors de ses obsèques, lequel me paraît constituer un scandale.

En effet, sans entrer dans des détails politiques, Jacques Chirac était premier ministre à l’époque où le gouvernement français a fait adopter l’ignoble loi Veil sur l’avortement. Or cet acte est réprouvé par le droit canonique qui sanctionne les « procurantes abortum » par la peine suprême de l’excommunication (CJC 1917, canon 2350 §1 ; CJC 1983, canon 1398). Dans sa sagesse, la sainte Église a voulu marquer ainsi la gravité de cet acte.

Est-il juste que des femmes, certes coupables, mais parfois poussées à cette extrémité par des circonstances, subissent cette peine canonique, alors que l’un des principaux responsables politiques qui ont légalisé cette pratique assassine et l’ont donc rendue possible et facile et enterré, en présence de plusieurs évêques, non comme un pécheur public mais comme un chef d’État chrétien ? Le fait qu’il ait été président de la République change-t-il quelque chose ? Bossuet n’a-t-il pas écrit que les puissants seraient jugés puissamment et que Dieu leur demanderait un plus grand compte?

Que l’on ne me dise pas que je juge alors que nous ne devons pas juger. Je ne fais que tirer les conséquences d’actes publics et appeler au respect de la discipline ecclésiastique, qui n’est pas facultative. Pour le reste, Jacques Chirac relève désormais du tribunal de Dieu et je ne porte aucun jugement sur son sort éternel.

J’ai bien observé que, dans votre homélie, vous aviez parlé de l’attention aux plus faibles et même de « toute personne du commencement de sa vie à sa conception jusqu’à sa mort naturelle. » C’est peut-être une allusion. Si tel est le ce cas, cela est positif, mais, me semble-t-il, insuffisant. N’auriez-vous pas dû aller plus loin et refuser l’entrée de l’église à ce personnage (comme vous devriez d’ailleurs le faire, que ce soit pour les obsèques ou pour la communion, à l’égard des députés et sénateurs qui ont voté les lois avorteuses et, quand ce sera le moment, au président Giscard d’Estaing) ?

Le Pape Jean-Paul II qui disait : « le premier des droits de l’homme c’est de vivre » a aussi incité les catholiques à agir par cette phrase : « n’ayez pas peur ! ». Je constate avec regret que l’Église semble avoir peur d’un État à la laïcité agressive. Je ne m’explique pas autrement ce genre de cérémonie (de même d’ailleurs que précédemment des obsèques solennelles accordées par divers évêques à des francs-maçons notoires). Dès lors, quel crédit accorder aux normes canoniques ? Peut-on encore parler d’excommunication des femmes avortées et des francs-maçons ?

Que l’on ne m’oppose pas la miséricorde. En effet, celle-ci n’est due qu’au pécheur qui la demande en se repentant. Et je ne sache pas que le président Chirac se soit jamais repenti d’avoir fait passer la loi sur l’avortement. Si c’était le cas, sa repentance aurait dû être rendue publique, et ses obsèques auraient dû se dérouler discrètement et non en présence de plusieurs évêques (et, à défaut du courage de refuser, n’auriez-vous pu envisager un voyage urgent à Rome ou à Jérusalem, ou une maladie inattendue – morbus diplomaticus – pour épargner ce scandale ?)

La doctrine des rapports de l’Église et de l’État a-t-elle changé ? Nous voyons ici des évêques (qui, à ma connaissance, ne sont pas des fonctionnaires, et ne sont donc pas en service commandé) devant un parterre de politiciens athées et francs-maçons, solennisant par leur présence mitrée une cérémonie voulue par une République laïque est séparée de l’Église. Et, subsidiairement, n’était-ce pas au moins l’occasion d’infliger à ces politiciens quelques bonnes vérités ? Il me semble que Notre Seigneur n’avait pas tant de ménagements pour les autorités du Temple et les pharisiens de son temps…

Je termine en précisant – mais la chose me semble aller de soi – que je n’ai aucune hostilité envers votre personne. Je n’ai pas l’honneur de vous connaître. Ma démarche vise seulement à rappeler que les catholiques sont en droit d’espérer des évêques fidèles à leur tradition plutôt que des évêques républicains.

Je prie votre Excellence d’agréer l’expression de mon respect pour ses hautes fonctions et l’assurance de ma prière à son intention ».

Franck Bouscau

Le 8 octobre 2019.

Conseil de lecture.

4 Oct

Lu dans L’Observateur continental (http://www.observateurcontinental.fr) un entretien accordé par le général Juan Antonio Chicharro, président de la Fondation nationale Francisco Franco :

L’exhumation des restes de Franco va-t-il provoquer un cataclysme politique ?

En juin 2019, Observateur Continental avait réalisé un premier entretien avec le général Juan Antonio Chicharro, président de la Fondation nationale Francisco Franco, pour parler de la volonté politique du gouvernement socialiste espagnol d’exhumer Franco. Nous avions découvert qu’un centre culturel allemand était aussi derrière l’exhumation. Le général Juan Antonio Chicharro expliquait que la guerre civile était de nouveau déterrée par Pedro Sánchez, président du gouvernement aspagnol. Du fait, de la nouvelle décision de la Cour suprême espagnole en date du 24 septembre 2019 de sortir le corps de Franco de sa tombe, Observateur Continental a demandé à la Fondation nationale Francisco Franco de réagir à situation actuelle.
Comment réagissez-vous à la décision d’exhumer le corps du général Franco du mausolée du Val des Morts le 1er novembre?
– C’est une ignominie et une attaque contre l’histoire récente de l’Espagne. Le communisme n’oublie jamais et ils ne pardonneront jamais que Franco les a vaincus. Nous sommes désolés de voir que la Cour suprême ait pris une décision politique en se pliant à Sanchez. Cela marque le début de la fin de la règle de droit.
Est-ce-que tous les recours ont été réellement épuisés légalement pour empêcher l’exhumation du corps du général Franco?
– Oui, tous sauf un dernier recours auprès de la Cour constitutionnelle dans laquelle nous n’avons aucune confiance car c’est une cour hautement politisée.
L’exhumation aura réellement lieu le 1 novembre?
– Nous ne connaissons pas la date exacte car nous sommes en attente de la notification de la décision de la la Cour suprême que nous n’avons pas reçue.
Où sera transférer le corps du général Franco si l’exhumation aura bien lieu?
– Etant donné le refus étonnant de la Cour suprême d’accorder à une famille l’enterrement d’un membre de sa famille en violation de la Constitution espagnole, art 18, nous ne le savons pas.
Comment les pouvoirs publics peuvent intervenir dans une basilique inviolable et sacrée où la seule autorité  établie est le prieur de l’abbaye et  aussi du fait que le gouvernement espagnol se trouve face au droit d’une famille d’inhumer un membre de la famille où ils le souhaitent?
– Ils ne peuvent pas le faire sans obtenir la permission de l’abbé de l’abbaye du Valle de los Caidos. Cela est seulement possible si le pape intervient dans cette action d’humiliation en permettant de désavouer Pie XII qui avait nommé Franco Caballero de l’Ordre suprême du Christ pour avoir sauvé l’Église catholique de sa disparition.
Est-ce-que la Fondation nationale Francisco Franco reçoit du soutien d’autres personnalités ou d’autres pays?
– Juste quelques moyens. Rien de plus
Qu’est-ce-que signifie  cette exhumation de Franco pour le peuple espagnol mais aussi européen?
– C’est la première étape de l’application de la loi sur la mémoire historique pour ensuite décentraliser la vallée, démolir la croix et finalement rejeter toute la transition et même la monarchie elle-même
Pourquoi écrivez-vous «les Espagnols sont à nouveau confrontés aux événements d’il y a près d’un siècle»?
– C’est la victoire du Front populaire socialiste communiste
Si l’exhumation a bien lieu quelles seront les conséquences?
– Il semble que nous soyons en 1936. Mais, je tiens à vous le dire de nouveau. A la différence qu’aujourd’hui, grâce à Franco et à ses politiques sociales, le peuple espagnol jouit d’un bien-être important.
Le 4 octobre 2019.

Faut-il que les « bien-pensants » se sentent menacés…

3 Oct

Pour que le journal Le Monde, quotidien officiel de la pensée conforme et obligatoire, offre à ses lecteurs une double page de son édition du jeudi 3 octobre entièrement consacrée à une analyse (critique évidemment) du discours de Marion Maréchal, samedi 28 septembre à la Convention de la Droite. Double page qui a le mérite d’assurer ainsi la publication intégrale du discours en question…que vous auriez sans doute bien du mal à trouver dans la presse officielle !

Alors, surtout, faites-vous plaisir. Lisez ces deux pages avec attention. Vous serez édifiés. Tant sur la justesse et la profondeur des propos de Marion Maréchal que sur le conformisme et la vacuité des critiques qui leur sont apportées. Un grand moment de vérité :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/10/02/marion-marechal-les-mots-de-l-extremisme_6013952_823448.html

Le 3 octobre 2019.