Archive | 1- Histoire du CER. RSS feed for this section

Royal artillerie apprécie ( un peu, mais c’est déjà beaucoup) le CER.

11 Sep

Les sites d’Action française ne sont pas les seuls à pâtir d’amateurisme dans le domaine de la propagande, le parti de l’Alliance royale, la réunion des cercles légitimistes, les fédérations provinciales de toute obédience, le mouvement bourbonien, les « groupements individuels » aussi, sont complètement dépassés sur ce plan ! Mention rectificative pour le Groupe Action royaliste* qui est dans un réel effort d’affichage de ses activités et pour le site La Couronne** qui promeut la maison d’Orléans avec talent ; et dans un autre genre, le Conseil en ( NDLRB : dans)  l’espérance du roi*** qui publie quotidiennement à gros débit sur une maquette mono-couloir qui malheureusement bride sa diffusion.

http://royalartillerie.blogspot.fr/2017/09/une-simple-remarque-aux-chapelles.html

Publicités

Ah, maintenance informatique quand tu nous tiens !

19 Oct

Nécessité informatique oblige, le Bulletin climatique de la République française sera absent aujourd’hui pour mieux revenir demain…

447084_19573c4725

Le 19 octobre 2016.

La France est en deuil

20 Juil

1026829003

Trois sous-officiers français des forces spéciales ont été tués en Libye, dimanche 17 juillet, alors qu’ils effectuaient une mission en hélicoptère. Celui-ci aurait été abattu par les tirs d’une milice djihadistes des environs de Benghazi…à moins que ce soit un accident.

« Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, déplore la perte de trois sous-officiers français décédés en service commandé en Libye« , a annoncé dans un communiqué le ministère, sans plus de précisions.

« Il salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme« , ajoute le communiqué. Le ministre adresse ses « condoléances » aux familles et proches des trois militaires et « les assure de la reconnaissance de la Nation« .

Aussitôt qu’il aura connaissance de l’identité de ces soldats, le Conseil dans l’Espérance du Roi annoncera leur promotion dans l’Ordre royal du Mérite sous le vocable de Sainte Jeanne d’Arc.

Le 20 juillet 2016.

Retour sur l’idée de Jean-Yves Pons : Fondation d’une garde d’honneur autour de la tombe de nos rois à Saint-Denis.

21 Fév

Le propre des  bonnes idées est  de ne jamais mourir. Alors, qu’il nous soit permis de vous rappeler celle-ci :

Alors, il nous vient une idée.

 Le Conseil dans l’Espérance du Roi propose la création d’une garde d’honneur chargée, par sa présence,  de « perpétuer la mémoire » des rois qui firent la France et reposent dans la nécropole royale de la basilique cathédrale de Saint-Denis

Le 11 novembre 2014

jean-Yves Pons , CJA.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/11/11/bulletin-climatique-quotidien-11-novembre-2014de-la-republique-francaise/#comments

Il  va maintenant  nous revenir d’aider à une diffusion la plus grande possible de ce souhait  si conforme à l’esprit des royalistes. Oui vraiment  que la devise « Honneur et fidélité » flotte  sur la Toile  avant  que de flotter  sur les bannières de ces  braves qui, en enjambant les siècles, s’efforceront d’unir le passé  souvent prestigieux  à un avenir qui pourrait l’être au mépris des époques qui n’ont pas su mettre leurs pas dans les  pas de ceux qui les avaient précédés.

Alain Texier, CJA.

21 février 2016.

Haut les coeurs ! 946 consultations du blog du CER le mercredi 16 septembre 2015

17 Sep

imgres

dont 521* vues pour l’article auquel conduit le lien ci-après :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/09/15/rien-du-trafic-migratoire-en-mediterranee-nest-ignore-des-autorites-francaises-militaires-et-civiles/

* et déjà 207 , le lendemain.

Et vous, l’avez  vous lu ?

Les neuf pays ayant consulté le plus le blog du CER le dramatique jour du 21 janvier 2015.

4 Fév
  • 416 visiteurs, 643 vues.
  • Visites  par Pays
    • 434  France
    • 138  Etats-Unis d’Amérique
    • 22    Norvège
    • 11     Belgique
    • 5      Canada
    • 5      Suisse
    • 4     Maroc
    • 4     Espagne
    • 3     Italie

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (15 avril 2014)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

15 Avr

tumblr_ljccrwPn4Z1qzph89o1_500

*  Tempête dans un verre d’eau tiède

Alain Finkielkraut a été élu jeudi 10 avril à l’Académie française, au premier tour, par 16 voix sur 28 votants. 3 voix sont allées à Gérard de Cortanze, une à Athanase Vantchev de Thracy, ce qui était dans l’ordre des choses.

Mais huit bulletins ont été barrés d’une croix en signe de désaveu, après une polémique qui a échauffé les esprits. Quelques académiciens, dont une académicienne, ont fait savoir le 3 avril qu’ils désapprouvaient sa candidature, jugeant le philosophe trop  » réactionnaire « , parlant d’une personnalité  » clivante  » – un adjectif pourtant absent du dictionnaire de l’Académie. ! L’un d’entre eux est allé jusqu’à dire, sans rire, que c’était le lepénisme qui entrait sous la Coupole (« La vieillesse est un naufrage », disait De Gaulle).

Aussitôt, plusieurs des  » Immortels  » réagissaient avec force à cette expression du fanatisme dans l’air du temps auquel on pensait les académiciens étrangers. Revenant sur ces faits, l’historien de l’art Jean Clair, académicien depuis 2008, précise :  » Quelques académiciens, comme Pierre Nora, Michel Déon, Max Gallo et même Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie, ont laissé entendre qu’ils soutenaient aussi Finkielkraut. Il faut dire qu’en écoutant ces critiques, nous doutions de la santé morale et mentale de nos confrères.  » Jean Clair trouve en effet qu’accuser Alain Finkielkraut d’être  » un fourrier du FN  » est  » une ignominie « .

Comment a réagi l’intéressé ? D’après la philosophe Elisabeth de Fontenay, une de ses amies,  » il est très fier « . Elle précise :  » C’est formidable qu’il entre à l’Académie française, lui, un enfant de l’école de la République, naturalisé.  » Elle reconnaît qu' » elle n’est pas toujours d’accord avec lui  » et «  ne partage pas toutes ses idées sur le déclin de la société française et surtout sur l’importance de Renaud Camus « . Mais elle trouve «  honteux  » d’assimiler sa pensée à du lepénisme. Alors, posons-lui la question :  en quoi serait-il « honteux » d’avoir quelques idées communes avec Marine Le Pen ? Oublierait-elle que des millions de Français votent en faveur du Front national ? Doit-on les considérer comme la lie stupide de notre société ? Que d’hypocrisie dans tout cela…

Alain Finkielkraut lui-même a déclaré sur France Info, après son élection :  » Il est tout à fait normal d’avoir des opposants. Je regrette que cette opposition ait pris la forme d’une campagne politique et qu’on m’ait traité de réactionnaire. Parce que je ne vois pas au nom de quel progressisme je pourrais être classé au nom de la réaction.  » Il a poursuivi :  » Il y a cinquante ans, soixante ans peut-être, on se serait offusqué dans certains cercles de l’Académie contre un enfant de juif polonais avec un nom à coucher dehors. Aujourd’hui, on me reproche mon identité nationale !  »

En vérité, les quelques académiciens hostiles à l’entrée d’Alain Finkielkraut sous la coupole ne lui reprocheraient-ils pas plutôt sa description de l’équipe de France de football (qui les passionne peut-être davantage que le dictionnaire) : « Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est ‘black-blanc-beur’. En réalité, l’équipe nationale est aujourd’hui ‘black-black-black’, ce qui en fait la risée de toute l’Europe. »

A moins que ce ne soient encore ses récents propos…pleins d’à propos au sujet de ce qui se passe à Villers-Cotterêts ? Villers-Cotterêts, la ville de la langue française ! Villers-Cotterêts, 10 000 habitants mais une proportions d’immigrés maghrébins et africains qui ne cesse d’augmenter. Alors, une des villes conquises par le Front national lors des dernières élections municipales. Est-ce par hasard ? A propos de Villers-Cotterêts il a osé ceci :   » Je pense simplement qu’aujourd’hui il y a une crise de l’intégration : en témoigne, par exemple, la situation d’une ville comme Villers-Cotterêts. Tout le monde s’inquiète de la voir passer au Front national : il faut savoir que la maison du maître d’école a été vendue par la mairie, elle est devenue une mosquée ; le restaurant savoyard est devenu un kebab, la boucherie est devenue halal. Ce sont des situations un tout petit peu inquiétantes »

En effet, ce sont des situations un tout petit peu inquiétante.

 

*  Le vent du boulet

Comme nous l’avons déjà constaté, Manuel Valls lit les publications du Conseil dans l’Espérance du Roi…et s’en sert ! Il y a trouvé la matière d’une partie du projet de réforme territoriale, exposé au cours de son discours de politique générale le 8 avril dernier. Voici sa source : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/02/17/quelques-axes-dune-reforme-institutionnelle/Ne vous privez pas de la lire.

Le problème, pour ce bon « Manuel-de-survie« , c’est que les sénateurs n’apprécient pas d’être bousculés. Et c’est peu dire que Manuel Valls en a laissé un certain nombre  » sonnés  » – selon leur propre expression – après son discours devant le Sénat, mercredi 9 avril, et ses annonces sur un vaste projet de réforme territoriale. Dès la première séance de questions au gouvernement, le lendemain, les élus du Palais du Luxembourg ont répliqué en tir groupé, posant six des dix questions du jour sur ce sujet.

Principal objet du conflit : la suppression des départements d’ici à 2021. Une idée d’autant plus inattendue que, le 18 janvier, François Hollande avait assuré, lors de ses vœux aux Corréziens, qu’il n’était  » pas favorable à la suppression pure et simple  » des départements. Mercredi déjà, le chef du gouvernement a commencé à calmer le jeu, assurant qu’il y aurait le temps d’un  » long débat « .  » Nous avons six ans pour y réfléchir. Nous n’agirons pas dans la brutalité, mais ne fuirons pas non plus nos responsabilités « , a-t-il plaidé dans l’Hémicycle d’une institution où 10 % des élus sont président de conseil général (35 sénateurs, dont 19 socialistes).

Pour une bonne partie d’entre eux, le département demeure un échelon essentiel, du moins dans les territoires ruraux où le siège des régions apparaît trop éloigné et les communautés de communes en incapacité de récupérer toutes les compétences des conseils généraux. Masquant avec cet argument leur volonté de voir perdurer ces féodalités républicaines et…quelques prébendes !

A gauche, seuls les écologistes soutiennent le projet avec les socialistes, tandis que les communistes ont non seulement dénoncé la méthode mais désapprouvent sur le fond ce qui serait  » la fin du processus de décentralisation « ….à la façon jacobine voire carrément soviétique.  » Mais pour un haut dirigeant socialiste, les annonces du premier ministre, fortes, n’en sont finalement pas moins des  » demi-mesures « .  » Manuel Valls aurait dû aller au bout et présenter sa vision des choses, dire clairement ce qu’il compte faire et comment, selon les territoires urbains ou ruraux, le nombre d’habitants, etc.  » On ne peut tout de même pas trop lui en demander.

Côté UMP, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a affirmé l’opposition «  totale  » de son groupe au Sénat à la suppression du département,  » qui doit être un espace adapté à l’expression démocratique de la ruralité « , mais oubliant le projet de réforme territoriale et du Sénat qu’avait souhaité le général De Gaulle en avril 1969. Il est vrai que Jean-Claude Gaudin en connaît un rayon en matière d’expression démocratique de la ruralité !

Aujourd’hui, la gauche est de toute façon déjà en mauvaise posture pour les sénatoriales de septembre, et ce nouveau bras de fer avec le Sénat, après celui sur le non-cumul, ne jouera pas en sa faveur. C’est à se demander si, perdu pour perdu, le gouvernement n’a pas décidé, comme le soufflent certains, de  » faire une croix  » sur le Sénat, où la majorité est déjà de toute façon intenable et les us et coutumes indécrottables :  » On ne peut pas retarder la modernisation de l’Etat à la remorque d’une soi-disant clientèle « , assure un membre du gouvernement, qui veut croire que, à l’instar du non-cumul, c’est la  » forte demande de l’opinion publique  » et, surtout, le bon sens du…Conseil dans l’Espérance du Roi qui l’emporteront !

En dépit de la résistance des sénateurs.

* « Mais la France ne peut pas périr, car le Christ aime encore les Francs ! » (Henri comte de Chambord) 

Affiche_Jardins_de_chateaux_a_la_Renaissance_03-8a70a

« Jardins de Châteaux à la Renaissance »

Du 5 juillet au 2 novembre 2014

PI6182-hr

L’exposition ne porte pas uniquement sur l’art des jardins : à partir de l’exemple des jardins de Blois, fondés vers 1500 par Louis XII et Anne de Bretagne, l’exposition met en lumière le lien entre architecture et paysage, entre le château et son jardin à la Renaissance.

C’est la première manifestation entièrement consacrée à ce thème pour cette période, un sujet qui a profité depuis 15 ans du développement de l’archéologie et de l’intérêt porté par les historiens à la représentation du jardin.

ob_0a1b4fa475bb8a068f8800003481f7de_blois-dessin

L’exposition aborde les questions de l’héritage médiéval et de l’influence italienne, qui s’affirme vers 1500 dans les nouveaux jardins des châteaux de Blois. L’apport de l’Italie apparaît dans l’utilisation croissante de l’architecture pour animer et rythmer la composition des jardins : terrasses et escaliers, portiques et balustrades, fontaines et grottes… Elle montre aussi l’intérêt croissant porté par les habitants du château au jardin et au paysage à partir du milieu du 15e siècle, et les conséquences de l’architecture du château sur l’organisation du jardin.

800px-French_Formal_Garden_in_Loire_Valley

On remarque la spécificité du jardin français qui s’est peu à peu réglé sur le château au point de devenir l’expression la plus forte de son pouvoir de domination sur l’environnement, fonction qu’il n’a jamais eu à un pareil degré en Italie. Le thème des jardins royaux et princiers avant Le Nôtre, commémoré en 2013, est également exploré à travers les exemples du jardin des Tuileries et le rôle de Gaston d’Orléans, qui réunit une collection botanique à Blois et fait aménager les parterres du palais du Luxembourg à Paris.

Blois 41

Le 15 avril 2014.

Jean-Yves Pons, CJA.