Archive | 92- Ces monarchistes s’expriment sur le blog du CER RSS feed for this section

Wladimir Poutine ne serait pas opposé au retour des Romanov en Russie

7 Août

800px-Greater_coat_of_arms_of_the_Russian_empire

Grandes armoiries impériales de la Russie

BBREIZATAO – ETREBROADEL (25/06/2015) L’initiative prise par le député Vladimir Petrov, du parti présidentiel Russie Unie, a déclenché un vent de spéculation sur le rôle du Kremlin quant à cette dernière. De quoi s’agit-il ? Du retour de la famille impériale en Russie, avec “un statut spécial” dont le rôle serait de “renforcer l’unité russe”.

Retour de la famille impériale

Le député Petrov prépare en effet un texte de loi qui devrait entrer en vigueur à l’occasion du centenaire de la chute du Tsar Nicolas II, en 1917. Rappelons que 2017 sera l’année de l’élection présidentielle russe. Vladimir Petrov entend “donner aux membres de la famille impériale un statut spécial” et “accélérer leur retour en Russie”.

Le parlementaire russe a écrit des lettres aux héritiers de la dynastie des Romanov, qui a gouverné le pays durant deux siècles avant l’abdication du dernier Tsar, Nicolas II, avant les deux révolutions de 1917 et 1918.

armoiries_romanov

Armes de la famille Romanov

Petrov s’est adressé à la Grande Duchesse Maria Vladimirovna et au Prince Dimitri Romanovitch, les appelant à revenir rapidement en Russie pour devenir des symboles de la culture nationale afin de “faire revivre le pouvoir spirituel du peuple russe”.

Il ajoute que la Russie “traverse une étape difficile de son processus de restauration de la grandeur du pays et de son influence globale” et que “les membres de la Maison des Romanov ne peuvent pas rester éloignés des évolutions en cours en Russie à un moment historique aussi crucial”.

Alexander Zakharov, directeur de la Maison Impériale des Romanov en Russie, a indiqué que plusieurs représentants de la dynastie étaient prêts à retourner en Russie.

Pourquoi maintenant ?

Une telle initiative de la part d’un parlementaire du parti présidentiel n’est pas anodine. Le président russe sait que les USA préparent une révolution de palais en Russie et que, à tout moment, une insuffisance gouvernementale peut aboutir à un coup d’état de la part d’oligarques liés à la finance anglaise et américaine. Sur le modèle de ce que firent les Bolcheviques en 1917-1918.

Avec en outre des menaces directes émanant des USA quant à leur volonté de démanteler la Russie en une multitude de républiques aisément manipulables, le chef de l’Etat Russe peut voir dans l’option monarchiste un moyen souple et efficace d’unifier le pays sur la base des principes plus que des partis ou des élections.

En outre, elle incarnerait le retour à la tradition déjà largement amorcé dans la Fédération de Russie.

http://breizatao.com/2015/06/24/vladimir-poutine-prepare-le-retour-de-la-famille-des-tsars-en-russie/

http://www.express.co.uk/news/world/586470/Russia-royal-family-Vladimir-Putin-reinstate-Tsar-Nicholas-Second-Romanov

Publicités

Ah si l’Egypte, elle aussi, avait su garder son roi renversé le 26 juillet 1952.

4 Juil

Kingfarouk1948Quand l’Egypte passa, dans les années 1950, d’un régime monarchique bon enfant* à une dictature militaire nationaliste, les Occidentaux eurent déjà le plus grand mal à bien gérer le tournant. Comme s’il y avait une malédiction diplomatique propre au delta du Nil, soixante ans plus tard, les puissances occidentales sont à nouveau prises de court par les événements du Caire.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/03/01003-20130703ARTFIG00581-le-desarroi-des-occidentaux-qui-avaient-parie-sur-les-islamistes-moderes.php

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Farouk_Ier_d’%C3%89gypte

Ces royalistes qui nous disent pourquoi…: Jean-Philippe Chauvin

15 Déc
« Je n’ai que deux souvenirs de Mai 68 : l’image aperçue à la télévision (en noir et blanc) d’une façade d’immeuble léchée par les flammes d’une barricade en feu et un barrage de manifestants à la sortie de Dinan, devant une usine sans doute occupée, qui tapaient joyeusement sur le capot de la R16 familiale avec le plat de la main… Mais les années qui suivirent furent celles de mon ébauche de réflexion politique puis de mon engagement militant, d’abord hésitant et surtout anticommuniste (le communisme était encore, à l’époque, une opinion courante…), puis enfin royaliste, définitivement, à partir de l’été 1980.
Le film « Après Mai », sur les écrans depuis quelques jours et qui retrace le parcours de quelques lycéens gauchistes au début des années 70, ne m’a pas vraiment surpris et je l’ai vu comme un bon résumé du parcours de nombreux jeunes engagés politiquement, qu’ils soient, d’ailleurs, d’extrême-gauche ou d’autres obédiences ! Oui, notre jeunesse fut « folle », et militante, éminemment « intellectuelle et violente » selon la formule de Maurras, en fait passionnée, dirait-on aujourd’hui ! Quand Olivier Assayas, l’auteur du film, était mao ou je ne sais quoi, j’étais tout aussi révolutionnaire, mais nationaliste et royaliste, et nous, nous aussi, de l’autre côté de la barricade, voulionschanger le monde, mais aussi restaurer la monarchie, sauver la France dont, comme l’écrivait Bernanos, le monde avait besoin… Nous couvrions les murs de slogans, de fleurs de lys : en une nuit du printemps 84, nous avons usé 17 bombes de peinture ! Certains de nos slogans couvraient une cinquantaine de mètres de mur, à Villejean ou à Beaulieu, à Sciences éco., place Hoche (déjà !) ! Nous sautions par dessus les murs des lycées (Jean-Macé, Chateaubriand, et j’en oublie !) et des facs, affirmant en lettres gigantesques que « Marianne n’aime personne mais elle b… tout le monde » ou déclarant, dans un style très doctrinal « Pour l’auto-organisation des peuples de France sous l’arbitrage d’un exécutif héréditaire et successible : le Roi ! » (si, si, je l’ai écrit !), nous élevions des barricades rue d’Estrées un soir de mai 83 et nous passions notre temps à courir, à crier, à haranguer, parfois à nous battre pour protéger « notre » point de vente, sur le marché des Lices ou place de la Mairie… Ça ne s’arrêtait jamais, nous tenions meeting à la Maison du Champ de Mars ou nous faisions des manifestations (y compris de nuit) en criant « Monarchie populaire », nous affichions sur les grandes baies vitrées de Villejean parfois toutes les nuits ! Chaque soir ou presque, j’écrivais un nouveau texte de tract que je photocopiais le lendemain matin avant de l’afficher sur les panneaux de la Fac de Droit ou dans les couloirs de celle d’Histoire, ou que nous distribuions sur les tables du Restaurant Universitaire de Villejean avant que les étudiants ne s’installent pour manger ! Lors des grèves ou des Assemblées générales étudiantes, nous prenions la parole, parfois sous les huées et les insultes, mais j’avoue que je n’avais pas du tout peur, grisé par cette ambiance électrique et houleuse dans laquelle je me sentais vivre pour convaincre autrui ! C’était fou, et c’était bon ! Et on clamait « vive le roi » sur le marché des Lices quand les « autres » nous chargeaient, à dix contre un ! Il m’est arrivé de me retrouver ensanglanté, le nez sur le trottoir… Oui, c’était notre jeunesse, et c’était les plus belles années de ma vie : cela valait le coup de vivre cette folle jeunesse militante, j’en ai encore des souvenirs plein la tête et, surtout, plein le coeur…

Il me faudra écrire, un jour, sur ces années militantes, principalement rennaises, et qui m’ont fait ce que je suis et ce que je suis resté, envers et contre tout, même si les formes ont parfois changé et que les enjeux ne sont plus forcément les mêmes.

Les années ont passé… Le roi n’est pas là, c’est vrai, et il tarde à venir, mais, plus que jamais, le combat royaliste me semble opportun, parfois sur des chantiers idéologiques nouveaux, en appliquant aussi la formule maurrassienne de « la tradition critique », nécessaire pour éviter les erreurs, voire les errements d’une autre époque qui ont tant coûté au royalisme français, parfois à son honneur, souvent à sa crédibilité et à son efficacité…

Ce qui est certain, c’est que c’est bien au contact des autres, les tracts à la main ou lors des débats dans la rue ou sur la Toile, que le royalisme est visible, et qu’il a des chances de prouver qu’il est crédible : la rechercheintellectuelle et l’attention portée aux enjeux de notre temps ; la discussion argumentée avec autrui, sympathisant, adversaire ou simple curieux ; l’action militante « par tous les moyens même légaux », sont nécessaires pour faire advenir cette monarchie qui n’est pas un « sceptre magique » mais le moyen institutionnel « le moins mauvais » pour assurer la pérennité de notre Etat et de la France comme nation historique et éminemment politique. Difficile ? Lointaine ? Sans doute…

Mais, au moins, la faire connaître et la rendre possible, et, si ce n’est pour nous, pour les générations à venir qui pourraient bien, d’ailleurs, retrouver l’élan et l’ardeur de « notre jeunesse », celle qui ne m’a, en définitive, jamais quitté… »

Jean-Philippe Chauvin  : http://nouvelle-chouannerie.com/

Ces royalistes qui nous disent pourquoi…

11 Déc

« Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous. Notre patrie, c’est notre Foi, notre terre, notre Roi… Mais leur patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l’ont dans le cerveau; nous l’avons sous les pieds… Il est vieux comme le diable, le monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions ; faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de la fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur… »

François-Athanase Charette de la Contrie, héros des guerres de Vendée.

Patrick de VILLENOISY:  » JE DIS DONC A LA NOBLESSE QU’ELLE DOIT SE LEVER »

5 Juil

Le dernier bulletin de l’ ANF ( Asssociation de la Noblesse Française)  a  diffusé en  mars 2011- un rappel à la Noblesse de France sur sa raison d’être par Patrick de VILLENOISY, secrétaire aux relations publiques de l’ALLIANCE ROYALE. et membre du Conseil dans l’Espérance  du Roi

Le sujet n’est pas nouveau car la question de savoir qui nous sommes, ce que nous représentons a été traitée depuis longtemps dans le bulletin trimestriel mais jamais je n’ai été satisfait des réponses apportées.

Certes, je lis dans ces contributions d’excellentes choses auxquelles j’adhère mais je n’y trouve pas ce qui caractérise vraiment la raison d’être de la noblesse.

Partons si vous le voulez bien de la définition de l’ANF que l’on trouve en particulier dans le document du général du Verdier : un ensemble de personnes, organisées en famille, se transmettant en ligne agnatique (de mâle à mâle), par le sang et en légitime mariage, une qualité reconnue par un pouvoir souverain.

La définition elle même n’est pas si mauvaise, c’est l’exégèse qui en est faite qui ne va pas au bout des choses.

Le général a raison de dire que le noble revendiquant sa qualité sait « … » que sa présence dans le monde n’est ni absurde et qu’il a un destin.

Que l’avenir de la noblesse est de continuer à proposer une référence et un exemple à une société qui n’a plus de sens et qui en cherche un.

Que celui qui se reconnaît comme noble est préparé à construire sa vie en prenant en compte les trois composants du temps, passé, présent et avenir.

Que la noblesse propose un antidote à ce modernisme qui est vengeance contre le passé.

Que l’appartenance à une famille noble prépare à servir et à se dévouer (Cela me fait d’ailleurs penser à cette réponse d’un de nos pairs à un journaliste qui lui demandait : mais qu’est-ce qui différencie un noble d’un citoyen qui ne le serait pas ?

Réponse : Aux uns on enseigne leurs droits, aux autres on apprend leurs devoirs.

Encore et comme le dit Monsieur Patrick Clarke de Dromantin dans le bulletin suivant, qu’à la brièveté décevante d’une vie d’homme, la noblesse oppose la longue continuité familiale, une continuité qui paraît défier le temps. Un noble affronte la mort et croit y échapper en soumettant l’individu qui n’est qu’un passager à une race dont la durée est indéfinie…

Tout cela est exact et important et plus encore quand le général dit que la noblesse, et au moins celle qui se trouve à l’ANF, demande à ses membres une allégeance publique au christianisme. Elle ne marginalise pas la religion en la réduisant à la foi personnelle. Elle conserve le lien entre croyance et comportement social.

Là, nous nous rapprochons de choses essentielles. Mais pour aller au bout du sujet il faut en passer par la case définition et distinguer trois mots : élite, aristocratie et enfin noblesse.

Je vais sans doute en décevoir quelques-uns avec la définition du dernier mot.

Qu’est-ce que l’élite ?

Le mot élite peut se placer derrière toutes les activités humaines : on est un médecin d’élite, un ouvrier d’élite etc… Cela veut dire que dans cette activité on est le meilleur ou parmi les meilleurs.

Qu’est-ce que l’aristocratie ?

L’origine Grec du mot se traduit par : gouvernement par les meilleurs.

D’où cela vient-il ? Cela vient d’une querelle entre les apôtres : les apôtres se querellant se tournent vers le Christ et lui disent : Seigneur, quel est le premier d’entre nous ? Le Christ leur répond : que celui qui sera le premier d’entre vous se fasse le serviteur des autres. Le Christ posait par cette réponse les principes de l’aristocratie. L’aristocrate a reçu de Dieu un don qu’il a le devoir de mettre au service des autres et ce don est celui de la politique au sens le plus noble du terme : c’est le don de s’intéresser à l’organisation de la cité et à la raison d’être le l’homme politique : le bien commun.

Qu’est-ce que la noblesse ?

La noblesse est l’institutionnalisation du principe aristocratique. La noblesse est donc un phénomène purement juridique. Nous sommes nobles parce que nous pouvons nous rattacher à un acte recognitif plus ou moins ancien. Mais la raison d’être est que la société pour pérenniser et reconnaître ce don d’aristocratie a institué une noblesse. On comprend donc qu’en soit, la noblesse n’est rien. Chacun d’entre nous a le devoir d’actualiser à chaque génération la qualité aristocratique qui est le fondement de la noblesse sans laquelle actualisation nous ne sommes plus rien. Nous perdons notre raison d’être. Henri de la Tour d’Auvergne Bouillon, Vicomte de Turenne noblesse d’épée, René Descartes noblesse de robe

Je rejoins donc le général quand il dit qu’il préfère une noblesse d’apparence qui fait sienne les idéaux de la vraie noblesse sauf qu’à la place de noblesse il faudrait employer le mot aristocratie au sens où je l’emploie car il existe des aristocrates qui ne sont pas nobles juridiquement parlant.

La conscience collective de la noblesse a été épurée, décantée par les tribulations : oui, c’est vrai et nous pouvons maintenant mieux que jamais prendre conscience de l’essence de ce que nous sommes, de notre raison d’être fondamentale qui est d’être une élite du pouvoir, nous ne sommes même que cela, c’est notre raison d’être profonde.

Etre un conservatoire des bonnes manières est sans doute important et nous pouvons être un exemple dans ce domaine, être de bons chrétiens est sans doute essentiel et nous pouvons là aussi être des exemples mais tout cela et quelques autres raisons ne sont pas l’apanage de la noblesse, ces qualités sont aussi celles de la grande bourgeoisie et si nous les cultivons au plus haut degré, elles restent secondaires à côté de notre raison d’être.

La vocation de la noblesse est de venir au secours d’un monde qui a perdu le nord en contestant ses dérives.

Oui, mais comment et pour quoi faire ?

Il faut que j’aille au bout du raisonnement au stade où nous en sommes. Il y a une seule phrase importante qui ait été prononcée en politique et qui doit gouverner l’action de la noblesse. Cette phrase a été prononcée par le Christ : « tout royaume divisé contre lui-même se perdra »

En application de la parabole des talents, nous avons le devoir de mettre au service de notre pays ce don que nous avons reçu et qui nous prédispose à nous occuper de l’organisation de la cité. Nous en serons même individuellement comptables au jugement dernier.

Le Christ dit bien tout Royaume. Pour Lui, il n’y a pas d’autre forme politique possible.

Il parle aussi de division. La révolution Française a introduit la division dans notre société. C’est en cela que réside le plus grand mal.

En renversant l’ordre établi pour contester les fondements mêmes de cet ordre, c’est-à-dire les valeurs traditionnelles de notre civilisation : la famille, la propriété privée et les communautés naturelles, la patrie, la religion, etc… En un mot tout ce qui concoure au bien commun et qu’en général la révolution a renversé pour ne les remplacer par rien ou plutôt par des systèmes qui introduisent le désordre dans ce qui était les fondements de l’ordre établi lui même. Ce travers que l’on rencontre souvent chez des gens instruits et intelligents voir chez certaines personnes exceptionnelles, mais on ne peut admettre que l’homme exceptionnel fasse la guerre à la règle – au lieu de comprendre que c’est le maintien de la règle qui conditionne l’exception… C’est précisément parce qu’il est l’exception qu’il doit prendre la règle sous sa protection. C’est une des tares du monde moderne que de prétendre faire un usage de ce qui ne peut être qu’une exception, et, en voulant généraliser ce qui est au-dessus de la règle, de tomber au-dessous de la règle.

La noblesse conserve le lien entre croyance et comportement social dit le général et il a raison mais j’ajoute surtout le lien entre croyance et sa raison d’être politique.

Un noble qui ne soutient pas le roi a pour moi perdu sa raison d’être. Tout simplement parce que la France est un pays qui a reçu du ciel une vocation particulière. Le pape nous l’a rappelé en apostrophant notre pays : France, fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ?

Pourquoi cette question ? Parce que tout se tient, le roi de France, nous le savons depuis que Jeanne d’Arc nous l’a rappelé, c’est le Christ lui-même. Si vous rattachez cela au rôle principal de la noblesse et à la phrase du Christ en politique, vous comprenez que nous ne pouvons être fidèles à notre don aristocratique qu’en soutenant la royauté sociale de notre Seigneur et sa royauté réelle sur la France.

Depuis la révolution Française, nous vivons sous le règne de la division et si vous analysez les grands problèmes de société qui préoccupent la France et le monde, vous verrez qu’à l’aune de cette division tout s’explique. Le seul mot de parti ne contient-il pas intrinsèquement le mot division.

L’ANF ne fait pas de politique et je pense qu’elle doit rester dans cette position. Mais si notre association veut remplir la principale partie de sa mission qui est d’éclairer ses membres sur ce qu’ils sont, si l’ANF veut appliquer la principale charité qu’elle leur doit, c’est-à-dire la charité de la vérité, si elle veut voir venir vers elle de nouveaux membres et en particulier les jeunes qui sont à l’âge des grands enthousiasmes, si elle veut enthousiasmer les jeunes de 7 à 77 ans, il faut absolument qu’elle explique ce qu’est et d’où vient la noblesse, sa mission, sa raison d’être.

Nous sommes peu nombreux, mais nous sommes la jeunesse du monde car l’homme n’est homme que par un petit nombre d’hommes et si nous voulons préparer le terrain de la reconquête, nous devons être l’exemple qui entrainera nos concitoyens dont nous aurons besoin pour opérer et soutenir l’œuvre incessante de transformation, de non répétition qui détache l’homme du non homme.

Depuis la création de l’ANF, il n’y avait pas le recul suffisant pour poser les bonnes analyses mais nous ne pouvons pas continuer de soutenir cet état de droit auquel tiennent tant les bonnes consciences de gauche comme de droite.

C’est un totalitarisme moderne.

En effet, cet état de droit procède d’une tradition largement dominée par le rationalisme. Cette tradition a donné la plus importante (en quantité et en nuisance) école juridique pour le XXème siècle français : le positivisme. En gros, la thèse de ces doctrinaires qui se veulent sans doctrine, c’est que la loi est une pure convention pour permettre la vie en société et qu’elle n’a aucun fondement dans la nature humaine ou dans la morale. Cette thèse est incompatible avec la pensée catholique pour laquelle la loi est une traduction adaptée aux circonstances particulières, du droit éternel : de la loi divine et de la loi naturelle.

Je pense souvent à cette phrase d’Abel Bonnard (1883-1968) :                                                                               Si, depuis le milieu du dernier siècle, les modérés, et parmi eux un certain nombre de nobles, ont résisté plus ou moins sourdement à la restauration de la royauté, c’est qu’ils craignaient en elle une possibilité d’organisation sociale, au lieu que le libéralisme ne leur a été si cher que parce qu’en leur assurant la possession de leurs avantages sans y mettre de condition, il laissait épars, dans un état d’impuissance et de nullité, tous ceux, employés ou ouvriers, qu’ils redoutaient de voir réunis. Ce qui plaît à une telle classe, ce qui lui convient, ce qui lui sourit, ce n’est pas une monarchie avec des principes, c’est une anarchie avec des gendarmes.

Je dis donc à la noblesse qu’elle doit se lever et que le temps n’est plus des petits remèdes confortables et raisonnables. Il ne s’agit pas de jouir mais de conquérir. Vous ne pouvez plus refuser de prendre parti ; il n’y aura plus de position de repli où les dilettantes puissent mettre à l’abri leur lâcheté. Ou bien vous serez des matérialistes cyniques, ou bien vous serez les soldats du Christ.

Le général du Verdier écrivait au début de son entretien : « ceux d’entre eux qui restent attachés à leurs origines conceptualisent plus que leurs grands parents la notion de noblesse ». Je pense avoir donné les armes qui permettront à beaucoup de conceptualiser et comprendre ce que Dieu attend de nous. Nous sommes les maillons d’une chaine.

Il faut être fidèle à ce conseil de famille dont parlait Jean de La Varende :

« Les portraits, il faut s’en méfier : ils sont bien plus vivants qu’on ne l’imagine. Ce n’est pas parce qu’ils sont encadrés qu’ils sont sans pouvoir. C’est un conseil de famille permanent. Il faut en porter, à la fois, et l’honneur et le poids ».

La question d’André Charlier était : « Que faut-il dire aux hommes ? »

Voici celle que je pose à mes pairs :

En ces premières années du XXIème siècle, les nobles sont-ils encore, sont-ils toujours aristocrates ?

Patrick de Villenoisy

PORTEMONT.QUELQUES REFLEXIONS SUR l’ETAT DU ROYALISME EN FRANCE

6 Juin

Le monde royaliste français a regretté la trop longue absence de notre ami Portemont et de ses pertinentes analyses dans « Les Manants du Roi ». Il nous fait aujourd’hui le bonheur de « Quelques réflexions sur l’état du royalisme en France ». Nous l’en remercions et l’accueillons chaleureusement.                                                                                                                                                                                                                                    Jean-Yves PONS 

  Acteur et observateur du « combat monarchiste » en France depuis 44 ans, ayant été engagé pendant de nombreuses années au sein de mouvements royalistes, je tente de dresser depuis quelques mois un état de ce « royalisme » qui nous lie tous et qui nous tient tant à cœur.

   Je ne m’étendrais pas sur le fait que ce « royalisme » est multiple, recouvrant diverses sensibilités. Nous le savons tous… et c’est ainsi depuis longtemps. Il ressort, avec le recul du temps, que plus un « principe » s’affaiblit, plus il se divise.

   Afin de cacher cette faiblesse, nous avons fait semblant de nous en réjouir, arguant que c’était là un signe de vitalité et de richesse.  

     Rien n’est plus faux.

Le temps a gangrené le principe pour lequel, avec de nombreux amis, je me bats depuis plus de 40 ans. Et nous en sommes tous responsables : « monarchistes et royalistes ».

  Le roi est tout et rien à la fois. Il est tout s’il règne et « gouverne ».

  « Rien »? Vous serez nombreux à me trouver excessif! Je connais vos réponses: 

  « Il incarne l’Histoire »… Et tout ce qui en découle. 

   Face aux défis qui sont lancés à la France, je persiste à marteler qu’il n’est que « rien » s’il « règne » sans gouverner, et que, si dans cette attente, il se mure dans le plus profond silence mortifère…

  Devons-nous nous consoler en portant notre coeur vers les « monarchies » qui nous sont voisines?

     Ai-je besoin de vous rappeler l’état de l’Espagne? Pour ne citer que ce pays voisin…

La clef qui éclaire la « misère » du combat actuel que nous tentons de mener me semble être là.

    Il y a trente ans encore, nos anciens, principalement issus de l’ Action française, se disaient avant tout monarchistes. Bien sûr et donc royalistes…

  Mais aujourd’hui, gangrené par le poison « démocratique », le principe que nous défendons n’est plus que le principe de la « royauté ».

   Est-ce bien suffisant ?

   Nous opposons la « Royauté » à la République, arguant mille vertus à notre principe et toutes les plaies d’Egypte à la République. Rien n’est plus faux !

   M’exprimant en tant que « Maurrassien », je nomme la plaie des plaies… la démocratie.

   Et cette « plaie » gangrène nombres de royalistes eux-mêmes ! N’entendons-nous pas des royalistes accuser la « république » d’avoir confisqué la démocratie ?

   Le délabrement dans lequel se complaisent bien des « sociétés » ou « peuples » voisins ne découle pas du « régime » politique, « républicain » ou « monarchiste », mais de la démocratie… Quelles différences entre la France républicaine ou l’Espagne monarchiste ? Ou les Pays-Bas ? Ou la Belgique ?…

   Par nature, la démocratie ne peut s’appuyer que sur la démagogie et ouvrir une voie « royale » aux oligarchies…  Je ne vous infligerais pas la longue liste en cascade des conséquences de la perpétuelle chasse aux voix… Aucun Bien commun ne me semble pouvoir être mis en avant en démocratie.

   Rien n’est plus factice que le peuple aujourd’hui, même si quelques bribes de peuple subsistent . 

   Nous payons aujourd’hui le prix fort. La « démocratie » a été depuis plus de deux cents ans le creuset de l’homme nouveau engendré par 1789.

  Cet homme, c’est nôtre voisin…

   Si nous ne prenons pas la juste mesure de cette réalité, nôtre « royalisme » n’est que l’ombre de la pâle figure de ce qui a forgé la force de la monarchie capétienne.

  Pas de peuple sans les antiques richesses de la « nation ». Louis XIV les rappelait dans une lettre à son petit-fils:

«  La France est un Etat monarchique dans toute l’étendue de l’expression. Le roi y représente la nation entière, et chaque particulier ne représente qu’un seul individu envers le roi. Par conséquent, toute puissance, toute autorité résident dans les mains du roi, et il ne peut y en avoir d’autres dans le royaume que celles qu’il établit […]. La nation ne fait pas corps en France; elle réside tout entière dans la personne du roi. » 

  La « nation » fait aujourd’hui moins corps que jamais…  Nous en connaissons les raisons.

   C’est donc  cette ligne de force que j’entends défendre en apportant ma modeste contribution. Défendre le royaume de France, n’est-ce pas avant tout faire partager les principes de l’Etat monarchique?

   Chaque jour apporte son lot de désolations et nous ne manquerons pas d’exemples pour illustrer ces quelques lignes…  

                                                                             Portemont

Ces réflexions n’effacent pas ni méjugent la réflexion métaphysique. Elles s’appuient modestement sur un enseignement simple: Aide-toi et le Ciel t’aidera…

Notre grande sainte « nationale »-Jeanne d’Arc- y invitait les hommes d’armes… Et Dieu leur donna la victoire…