Archive | 92- Ces monarchistes s’expriment sur le blog du CER RSS feed for this section

Avis de décès.

26 Juin

Le CER a l’immense tristesse de vous annoncer le décès de Monsieur 

Jean-Pierre Brancourt,

Profeseur agrégé des Facultés de droit, historien moderniste,

du droit, des institutions et des idées politiques,

Officier des Palmes académiques,

Chevalier de l’Ordre du Saint-Sépulcre,

survenu le dimanche 23 juin 2019.

La messe de funérailles, suivie de l’inhumation, aura lieu en l’église de Saint-Aignan-sur-Sarthe (Orne), vendredi 28 juin à 10h30.

Nous présentons nos très sincères condoléances à Mme Jean-Pierre Brancourt et à ses enfants.

 

Fidèle royaliste, Jean-Pierre Brancourt fut directeur de La Légitimité, président de l’Association des Amis de Guy Augé, président de l’Association Universelle des Amis de Jeanne d’Arc (depuis 2012), professeur dans de nombreuses institutions catholiques ou libres d’enseignement supérieur (FACO, Faculté libre de Paris, Institut Saint-Pie X, ICES Vendée).

R  I  P

 

Le 26 juin 2019.

A lire toutes affaires cessantes.

20 Sep

Un conseil : ne manquez surtout pas la lecture de cet excellent article de notre ami Catoneo sur son site Royal-Artillerie à propos du prince Louis de Bourbon, de sa situation par rapport à la succession royale en France mais aussi…en Espagne. Tout y est.

https://royalartillerie.blogspot.com/2018/09/louis-de-bourbon-double-prince.html#comment-form

Le 20 septembre 2018.

Jean-Yves Pons

La couronne ? Non, merci.

22 Mar

Le mouvement royaliste français est gravement malade au point que nous craignons pour son existence ou qu’il ait même encore la volonté d’offrir au Roi sa couronne.

Nous avions déjà à déplorer les séquelles persistantes d’une guerre dynastique d’un autre âge entre deux branches de la même familles mais dont on finissait par croire qu’avec le temps et, surtout, la nécessité de faire front face à l’héritage désastreux de la République, elle ne tarderait pas à mourir de sa belle mort.

Hélas, que croyez-vous qu’il arriva ?

D’un côté, de nouvelles querelles entre le père et le fils de la branche cadette avec, en point d’orgue, les obsèques de l’aîné de ses descendants. De l’autre, la mise au point d’une infaillible machine à faire perdre, d’un brûlot explosif : l’invention d’un légitimisme de stricte obédience qui se distinguerait (dans tous les sens du terme) des autres ! Un effet collatéral de la maçonnerie, qui sait ?

Lorsque fin 2012 ( quelques mois après la fondation du Conseil dans l’Espérance du Roi) Dominique Hamel, CJA, créa VEXILLA GALLIAE (L’étendard de la France), premier site de presse royaliste, s’affirmant certes légitimiste mais d’un légitimisme ouvert et tolérant, nous fûmes ravis tant ce nouveau site venait parfaitement compléter notre propre action de contre-gouvernement de la France. Notre démarche étant de réunir un certain nombre de Conseillers, appartenant à l’ensemble des courants du royalisme français mais refusant toute prétention dynastique particulière en notre sein.*

C’est ainsi que nous avons collaboré, dès 2013, aux publications du site de Dominique Hamel par plusieurs billets politiques et culturels mais aussi par la réalisation d’un armorial capétien, consacré à la branche aînée de la maison de Bourbon et qui fait encore référence :

http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/533-l-heraldique-capetienne-la-branche-ainee-de-la-maison-de-bourbon-1ere-partie

http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/550-l-heraldique-capetienne-la-branche-ainee-de-la-maison-de-bourbon-2eme-partie

http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/581-l-heraldique-capetienne-la-branche-ainee-de-la-maison-de-bourbon-3eme-partie

https://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/643-l-heraldique-capetienne-la-branche-ainee-de-la-maison-de-bourbon-4eme-partie

https://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/726-l-heraldique-capetienne-la-branche-ainee-de-la-maison-de-bourbon-5eme-partie

Tout alla bien jusqu’à ce que le vent se levât et la mer grossît. Dominique Hamel quitta le navire. Puis d’autres après lui. La qualité de certains écrits s’en ressentit, l’administration laissa à désirer et la gestion des commentaires des lecteurs devint défaillante. Nous en fîmes d’ailleurs la remarque à plusieurs reprises aux administrateurs. Au point que, dans sa dernière mouture….les commentaires des lecteurs, autrement dit l’âme du site, sont tout bonnement supprimés. Nous éloignant ainsi des paroles de Beaumarchais, dont Le Figaro fit sa devise : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »

En 2015, la Rédaction en chef fut confiée à Frédéric de Natal dont on put espérer qu’il redresserait la barre. Mais, peut-être que les difficultés rencontrées furent trop importantes car, dès la fin de l’année 2017, il quitta lui aussi le navire avec démission devenue effective le 21 janvier 2018 (une date terriblement symbolique !). Quelques jours plus tard, nous apprenions son remplacement par Loïc Baverel, issu de l’Alliance Royale et des Cercles légitimistes ce qui sembla de bonne augure même si la situation présente de la France ne nous paraisse pas pouvoir trouver des solutions dans les querelles dynastiques motifères que nous évoquions plus haut.

Aussitôt, un appel à de nouveaux contributeurs fut lancé par l’équipe éditoriale. Soucieux d’aider à relancer et à enrichir de notre expérience le travail de cette nouvelle équipe, nous lui répondions favorablement dès le 17 février, par ce courriel :

« Bonjour à tous, 

Votre invitation à collaborer à Vexilla Galliae m’amène à vous proposer la participation du Conseil dans l’Espérance du Roi à la rédaction d’articles d’actualité pour l’enrichissement de votre ligne éditoriale. Nous sommes à votre disposition pour en discuter si cette proposition vous intéresse.

Très cordialement.
Jean-Yves Pons« 

Le 19 février, nous recevions de Loïc Baverel le message suivant :

« Cher Monsieur,
J’accuse réception de votre aimable proposition.
Je regarde ça ce soir avec l’équipe VG et vous donne une réponse ce soir ou demain.
 
En vous renouvelant mes remerciements,
 
Loïc Baverel
Directeur de publication« 
 
De cette date (malgré rappel) jusqu’au 12 mars ce fut un long silence radio mais, le 12 en effet, nous recevions à notre grande surprise le message suivant :
 

«  Bonjour cher Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour cette réponse tardive.
Je ne suis à ce jour pas capable de vous donner une réponse, il s’avère en effet que dans l’équipe personne ne connaissait votre mouvement (ndcer: voir ci-dessus !). Nous sommes donc un peu en peine pour déterminer si celui-ci est en accord avec la ligne éditoriale.
 
Afin d’objectiver la sélection des candidatures, nous avons décidé de créer un bref questionnaire que nous adressons à l’ensemble des personnes qui sont volontaires pour rejoindre l’équipe bénévole de VG (Vexilla Galliae). Nous venons de le terminer.
 
Ainsi, si vous êtes toujours intéressés, accepteriez-vous de remplir ce questionnaire en ligne svp ? Les personnes qui ont accepté de tester le questionnaire pour nous ont mis entre 1 minute 30 et 2 minutes à le remplir.
 
 
Prévenez moi quand c’est fait svp, je n’ai pas d’alerte quand un questionnaire est validé.
 
Merci,
 
Loïc Baverel « 
 
Le Conseil dans l’Espérance du Roi devenait-il interdit de séjour en Légitimité ou quelqu’un voulait-il lui faire un procès en légitimité ?
 
Rappelons quand même la pérennité de notre action depuis mi-mars 2012, récompensée par un lectorat de notre blogue sans cesse croissant depuis cette date (près d’un millier de lecteurs hier !). Est-ce uniquement par hasard ? Rappelons aussi le résumé que nous faisions déjà de l’état du mouvement royaliste contemporain dans un commentaire de juillet 2012 apporté à l’éditorial de notre ami Gérard de Villèle, dans Le Lien légitimiste, et intitulé « Maldonne, vous avez dit maldonne? Pas si sûr… » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/07/10/maldonne-vous-avez-dit-maldonne-pas-si-sur/). 
 
Alors, coopérant mais fidèles à nos convictions, nous répondîmes au fameux questionnaire proposé bien qu’il rappelât des méthodes sombres de notre Histoire…Et ce qui était prévisible arriva, sous la forme du courriel suivant daté du 20 mars 2018 :

«  Bonsoir cher Monsieur,

Je vous remercie d’avoir pris le temps de remplir ce questionnaire.

Il s’avère que notre ligne éditoriale est plus stricte et cohérente sur le plan doctrinal qu’avec la précédente équipe. Nous souhaitons nous inscrire dans la ligne de la doctrine légitimiste traditionnelle.

Après lecture de vos réponses nous constatons que votre vision et votre positionnement stratégique diffèrent des nôtres.

Dans un soucis de cohérence dans la ligne éditoriale, nous ne pouvons malheureusement pas vous intégrer dans l’équipe des contributeurs.

Bien cordialement,

Loïc Baverel  »

DONT ACTE !

Ou comment se tirer une balle dans le pied et mieux s’enfermer entre soi. La couronne ? Non, merci !

Mais le principe et la volonté du CER ne changeront pas :

Vexilla Regis prodeunt, fulget Crucis mysterium,

Les étendards du Roi s’avancent, et la lumière de la Croix resplendit de son mystère,

Qua vita mortem pertulit, et morte vitam protulit.

Où la vie a subi la mort, produisant, par la mort, la vie.

Orate pro eis

Le 12 mars 2018.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

* Lire « Le royalisme aujourd’hui » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Royalisme)

Wladimir Poutine ne serait pas opposé au retour des Romanov en Russie

7 Août

800px-Greater_coat_of_arms_of_the_Russian_empire

Grandes armoiries impériales de la Russie

BBREIZATAO – ETREBROADEL (25/06/2015) L’initiative prise par le député Vladimir Petrov, du parti présidentiel Russie Unie, a déclenché un vent de spéculation sur le rôle du Kremlin quant à cette dernière. De quoi s’agit-il ? Du retour de la famille impériale en Russie, avec “un statut spécial” dont le rôle serait de “renforcer l’unité russe”.

Retour de la famille impériale

Le député Petrov prépare en effet un texte de loi qui devrait entrer en vigueur à l’occasion du centenaire de la chute du Tsar Nicolas II, en 1917. Rappelons que 2017 sera l’année de l’élection présidentielle russe. Vladimir Petrov entend “donner aux membres de la famille impériale un statut spécial” et “accélérer leur retour en Russie”.

Le parlementaire russe a écrit des lettres aux héritiers de la dynastie des Romanov, qui a gouverné le pays durant deux siècles avant l’abdication du dernier Tsar, Nicolas II, avant les deux révolutions de 1917 et 1918.

armoiries_romanov

Armes de la famille Romanov

Petrov s’est adressé à la Grande Duchesse Maria Vladimirovna et au Prince Dimitri Romanovitch, les appelant à revenir rapidement en Russie pour devenir des symboles de la culture nationale afin de “faire revivre le pouvoir spirituel du peuple russe”.

Il ajoute que la Russie “traverse une étape difficile de son processus de restauration de la grandeur du pays et de son influence globale” et que “les membres de la Maison des Romanov ne peuvent pas rester éloignés des évolutions en cours en Russie à un moment historique aussi crucial”.

Alexander Zakharov, directeur de la Maison Impériale des Romanov en Russie, a indiqué que plusieurs représentants de la dynastie étaient prêts à retourner en Russie.

Pourquoi maintenant ?

Une telle initiative de la part d’un parlementaire du parti présidentiel n’est pas anodine. Le président russe sait que les USA préparent une révolution de palais en Russie et que, à tout moment, une insuffisance gouvernementale peut aboutir à un coup d’état de la part d’oligarques liés à la finance anglaise et américaine. Sur le modèle de ce que firent les Bolcheviques en 1917-1918.

Avec en outre des menaces directes émanant des USA quant à leur volonté de démanteler la Russie en une multitude de républiques aisément manipulables, le chef de l’Etat Russe peut voir dans l’option monarchiste un moyen souple et efficace d’unifier le pays sur la base des principes plus que des partis ou des élections.

En outre, elle incarnerait le retour à la tradition déjà largement amorcé dans la Fédération de Russie.

http://breizatao.com/2015/06/24/vladimir-poutine-prepare-le-retour-de-la-famille-des-tsars-en-russie/

http://www.express.co.uk/news/world/586470/Russia-royal-family-Vladimir-Putin-reinstate-Tsar-Nicholas-Second-Romanov

Ah si l’Egypte, elle aussi, avait su garder son roi renversé le 26 juillet 1952.

4 Juil

Kingfarouk1948Quand l’Egypte passa, dans les années 1950, d’un régime monarchique bon enfant* à une dictature militaire nationaliste, les Occidentaux eurent déjà le plus grand mal à bien gérer le tournant. Comme s’il y avait une malédiction diplomatique propre au delta du Nil, soixante ans plus tard, les puissances occidentales sont à nouveau prises de court par les événements du Caire.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/03/01003-20130703ARTFIG00581-le-desarroi-des-occidentaux-qui-avaient-parie-sur-les-islamistes-moderes.php

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Farouk_Ier_d’%C3%89gypte

Ces royalistes qui nous disent pourquoi…: Jean-Philippe Chauvin

15 Déc
« Je n’ai que deux souvenirs de Mai 68 : l’image aperçue à la télévision (en noir et blanc) d’une façade d’immeuble léchée par les flammes d’une barricade en feu et un barrage de manifestants à la sortie de Dinan, devant une usine sans doute occupée, qui tapaient joyeusement sur le capot de la R16 familiale avec le plat de la main… Mais les années qui suivirent furent celles de mon ébauche de réflexion politique puis de mon engagement militant, d’abord hésitant et surtout anticommuniste (le communisme était encore, à l’époque, une opinion courante…), puis enfin royaliste, définitivement, à partir de l’été 1980.
Le film « Après Mai », sur les écrans depuis quelques jours et qui retrace le parcours de quelques lycéens gauchistes au début des années 70, ne m’a pas vraiment surpris et je l’ai vu comme un bon résumé du parcours de nombreux jeunes engagés politiquement, qu’ils soient, d’ailleurs, d’extrême-gauche ou d’autres obédiences ! Oui, notre jeunesse fut « folle », et militante, éminemment « intellectuelle et violente » selon la formule de Maurras, en fait passionnée, dirait-on aujourd’hui ! Quand Olivier Assayas, l’auteur du film, était mao ou je ne sais quoi, j’étais tout aussi révolutionnaire, mais nationaliste et royaliste, et nous, nous aussi, de l’autre côté de la barricade, voulionschanger le monde, mais aussi restaurer la monarchie, sauver la France dont, comme l’écrivait Bernanos, le monde avait besoin… Nous couvrions les murs de slogans, de fleurs de lys : en une nuit du printemps 84, nous avons usé 17 bombes de peinture ! Certains de nos slogans couvraient une cinquantaine de mètres de mur, à Villejean ou à Beaulieu, à Sciences éco., place Hoche (déjà !) ! Nous sautions par dessus les murs des lycées (Jean-Macé, Chateaubriand, et j’en oublie !) et des facs, affirmant en lettres gigantesques que « Marianne n’aime personne mais elle b… tout le monde » ou déclarant, dans un style très doctrinal « Pour l’auto-organisation des peuples de France sous l’arbitrage d’un exécutif héréditaire et successible : le Roi ! » (si, si, je l’ai écrit !), nous élevions des barricades rue d’Estrées un soir de mai 83 et nous passions notre temps à courir, à crier, à haranguer, parfois à nous battre pour protéger « notre » point de vente, sur le marché des Lices ou place de la Mairie… Ça ne s’arrêtait jamais, nous tenions meeting à la Maison du Champ de Mars ou nous faisions des manifestations (y compris de nuit) en criant « Monarchie populaire », nous affichions sur les grandes baies vitrées de Villejean parfois toutes les nuits ! Chaque soir ou presque, j’écrivais un nouveau texte de tract que je photocopiais le lendemain matin avant de l’afficher sur les panneaux de la Fac de Droit ou dans les couloirs de celle d’Histoire, ou que nous distribuions sur les tables du Restaurant Universitaire de Villejean avant que les étudiants ne s’installent pour manger ! Lors des grèves ou des Assemblées générales étudiantes, nous prenions la parole, parfois sous les huées et les insultes, mais j’avoue que je n’avais pas du tout peur, grisé par cette ambiance électrique et houleuse dans laquelle je me sentais vivre pour convaincre autrui ! C’était fou, et c’était bon ! Et on clamait « vive le roi » sur le marché des Lices quand les « autres » nous chargeaient, à dix contre un ! Il m’est arrivé de me retrouver ensanglanté, le nez sur le trottoir… Oui, c’était notre jeunesse, et c’était les plus belles années de ma vie : cela valait le coup de vivre cette folle jeunesse militante, j’en ai encore des souvenirs plein la tête et, surtout, plein le coeur…

Il me faudra écrire, un jour, sur ces années militantes, principalement rennaises, et qui m’ont fait ce que je suis et ce que je suis resté, envers et contre tout, même si les formes ont parfois changé et que les enjeux ne sont plus forcément les mêmes.

Les années ont passé… Le roi n’est pas là, c’est vrai, et il tarde à venir, mais, plus que jamais, le combat royaliste me semble opportun, parfois sur des chantiers idéologiques nouveaux, en appliquant aussi la formule maurrassienne de « la tradition critique », nécessaire pour éviter les erreurs, voire les errements d’une autre époque qui ont tant coûté au royalisme français, parfois à son honneur, souvent à sa crédibilité et à son efficacité…

Ce qui est certain, c’est que c’est bien au contact des autres, les tracts à la main ou lors des débats dans la rue ou sur la Toile, que le royalisme est visible, et qu’il a des chances de prouver qu’il est crédible : la rechercheintellectuelle et l’attention portée aux enjeux de notre temps ; la discussion argumentée avec autrui, sympathisant, adversaire ou simple curieux ; l’action militante « par tous les moyens même légaux », sont nécessaires pour faire advenir cette monarchie qui n’est pas un « sceptre magique » mais le moyen institutionnel « le moins mauvais » pour assurer la pérennité de notre Etat et de la France comme nation historique et éminemment politique. Difficile ? Lointaine ? Sans doute…

Mais, au moins, la faire connaître et la rendre possible, et, si ce n’est pour nous, pour les générations à venir qui pourraient bien, d’ailleurs, retrouver l’élan et l’ardeur de « notre jeunesse », celle qui ne m’a, en définitive, jamais quitté… »

Jean-Philippe Chauvin  : http://nouvelle-chouannerie.com/

Ces royalistes qui nous disent pourquoi…

11 Déc

« Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous. Notre patrie, c’est notre Foi, notre terre, notre Roi… Mais leur patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l’ont dans le cerveau; nous l’avons sous les pieds… Il est vieux comme le diable, le monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions ; faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de la fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur… »

François-Athanase Charette de la Contrie, héros des guerres de Vendée.