Archive | 4 -Billets d’humeur des membres du CER RSS feed for this section

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : les nationalistes corses au pied du mur.

13 Déc

Et, après les résultats des élections organisées pour constituer la nouvelle collectivité territoriale (une usine à gaz inventée par le gouvernement de François Hollande par la loi du 7 août 2015), le paysage politique corse est inédit. Nous pensions avoir TOUT vu et TOUT connu de ce turbulent territoire insulaire acheté par Louis XV à la République de Gènes (trop heureuse de s’en débarrasser) en 1768 et offert à la France qui ne sut jamais quoi en faire (Lire « Kalliste ou le cadeau empoisonné de Louis XV » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/10/29/le-billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-kalliste-ou-le-cadeau-empoisonne-de-louis-xv/). Nous avions tort car, avec la Corse, TOUT ne veut rien dire !

Avec 56,5 % des suffrages exprimés en leur faveur, une progression de 13 000 voix entre les deux tours et 41 élus sur 63 dans la future Assemblée de Corse, les nationalistes de Pè a Corsica ( » Pour la Corse « ) se sont arrogé dimanche soir la plus confortable majorité jamais constatée dans l’histoire de l’institution, obtenant pratiquement le double de l’ensemble des sièges conquis par une opposition désormais réduite à un rôle de figuration tout au long de la mandature à venir mais qui l’a bien cherché… La droite régionaliste de Jean-Martin Mondoloni n’obtient que dix élus ; la liste soutenue par Les Républicains menée par Valérie Bozzi, six ; autant que celle de Jean-Charles Orsucci, adoubé par la commission d’investiture de La République en marche.

A Bastia, sitôt les résultats connus, plusieurs centaines de personnes ont convergé vers la place du Marché, siège du bureau centralisateur de la ville, sur laquelle un chapiteau utilisé la veille pour une course pédestre avait été réservé par l’équipe de campagne de Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni, les deux responsables nationalistes. Depuis les résultats du premier tour (46 % des voix pour Pè a Corsica), dimanche 3  décembre, l’issue d’une élection jouée d’avance ne faisait plus aucun doute.  » L’électorat a tranché de manière claire « , reconnaissait dimanche soir M.  Mondoloni, dorénavant à la tête de la principale force d’opposition.

 » Nous savons que nous avons énormément de travail devant nous, a déclaré M. Simeoni, tête de liste Pè a Corsica et président sortant du Conseil exécutif, le mini-gouvernement de l’île dans une formule politique creuse qui signifie tout simplement : « Mais, Bon Dieu, qu’allons-nous faire de ça ?… » Car, évidemment, ni lui ni ses acolytes ni leur parti n’ont la moindre réponse à apporter au mal être des Corses qui s’enracine dans plus de deux mille ans de désordre, de frustration et d’illusion :

« L’île de Cyrnos est connue des Romains sous le nom de Corsica. La vie y est partout misérable, la terre n’est que rocs, la plus grande partie du pays totalement impénétrable. Aussi les bandits qui occupent ces montagnes et vivent de rapines sont-ils plus sauvages que des bêtes fauves. Parfois les généraux romains y font des incursions, et après les avoir vaincus ramènent de très nombreux esclaves, et Rome voit alors avec stupéfaction à quel point ils tiennent du fauve et de la bête d’élevage. En effet, ils se laissent mourir par dégoût de la vie, ou excèdent à tel point leur propriétaire par leur apathie et leur insensibilité qu’ils lui font regretter son achat, si peu qu’il ait dépensé. Il y a cependant certaines portions de l’île qui sont, à la rigueur, habitables, et où l’on trouve même quelque petites villes, telles que Blésinon, Charax, Eniconiae et Vapanes .»

Strabon, Géographie, V, II, 7

 » Les Corses ont réitéré leur confiance de manière massive à notre majorité, a ajouté M.  Talamoni. Paris ne pourra pas rester longtemps dans le déni de démocratie ou alors, bien sûr, nous serons conduits à susciter des mobilisations populaires en Corse, à faire le tour des capitales européennes pour dénoncer l’attitude de la France. Mais j’espère que nous n’en arriverons pas là et que la raison finira par triompher, y compris à Paris, pour que des négociations s’ouvrent dans les semaines à venir.  » Chassez le naturel, il revient au galop !

Tout au long d’une campagne qui a pris des allures de chronique d’une victoire annoncée, les nationalistes corses n’ont cessé de rappeler leur volonté d’aboutir à un statut d’autonomie  » de plein exercice «  dans les trois années à venir, pour une mise en œuvre effective  » dans les dix ans « , en tentant de désamorcer les attaques répétées de leurs adversaires. Ceux-ci ont notamment dénoncé – sans véritablement convaincre – la  » tentation indépendantiste «  de la liste Pè a Corsica, sur la constitution de laquelle a pesé Charles Pieri, vétéran de la  » lotta armata « , la  » lutte armée  » du FLNC, et condamné en  2005 à dix ans de prison pour extorsion de fonds et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Au-delà des  » espoirs d’autonomie et de processus d’autodétermination « , une tâche d’une ampleur considérable attend donc les nouveaux responsables politiques corses, dorénavant à la tête d’une région fragilisée par la précarité (Lire « Que nous réserve la prochaine élection territoriale en Corse ? » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/11/28/que-nous-reserve-la-prochaine-election-territoriale-en-corse/) et dont le quotidien reste marqué par la violence : entre les deux tours, l’actualité y a été marquée par l’assassinat de Tony Quilichini, une figure du grand banditisme local et, dans la nuit de samedi, par un attentat perpétré contre le restaurant d’un camping à Olmeto-Plage (Corse-du-Sud)…

 » Nous ne pourrons pas tout faire pour lutter contre la précarité, nous n’en avons même pas les moyens juridiques, mais nous avons pris la mesure du problème et nous agirons en conséquence « , promettait dimanche soir un cadre de Corsica Libera, la composante indépendantiste de la liste Pè a Corsica, qui disait également avoir  » reçu l’autre message des électeurs «  : avec 47 %, le taux d’abstention enregistré à chaque tour est le plus important dans l’île depuis la création de l’Assemblée de Corse en  1982.

Le grand chantier des prochains mois – voire des prochaines années – reste cependant la mise en œuvre de la future collectivité unique, fusion de l’actuelle collectivité territoriale et des deux départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud, une entité inédite dans l’architecture institutionnelle française, dotée de plus d’un milliard d’euros de budget et animée par plus de 4 000 agents. Désormais pourvus d’une majorité écrasante dans une institution aux pouvoirs élargis, les nationalistes corses sont  » condamnés à réussir « .

À moins qu’ils soient CONDAMNÉS TOUT COURT.

Le 13 décembre 2017.

Du Plessis

 

Publicités

Afin que le Blog du CER demeure, la Charte de Fontevrault se propose de jouer les lampes-tempêtes.

12 Déc

Chers lecteurs et lecteuses ( …. !) ,

   vous avez  sans  douté été comme moi frappé par la foudre en lisant le dernier post mis en ligne par le talentueux mestre du Web, Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Jean-Yves Pons 

La France était déjà le pays de la diversité. Il est maintenant celui de la variété.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/12/09/la-france-etait-deja-le-pays-de-la-diversite-il-est-maintenant-celui-de-la-variete/

   Perdre Gonzague Saint-Bris était  déjà douloureux  https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/08/09/gonzague-saint-bris-du-clos-luce-37400-amboise-aux-cieux-ouverts/Perdre Jean d’Ormesson fut aussi infiniment  triste .    https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/12/05/jean-dormesson-souvenir-dune-amie/.  Dire  adieu à Johnny Halliday https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/12/12/johnny-plus-chanceux-quedith-piaf-a-eut-droit-a-des-obseques-religieuses/ ajouta à notre peine.

  Mais perdre en plus le  blog du CER nous cause une douleur à laquelle nous ne saurions nous résoudre, j’assumerai donc une permanence, que je souhaite la plus brêve possible,  sur ce site un peu à la façon dont une lampe  ( voire deux)  brille(nt) – un tant soit peu- dans la tempête

 Cela ne suffira naturellement pas pour remplacer la vive lumière que nous donnait Jean-Yves et  dont témoignent tous ceux qui souffrent de ce départ annoncé mais cela nous  permettra du moins de lui faire savoir que nous sommes là maintenant  du mieux que nous pouvons à la barre de cet  esquif pas aussi fragile que celà  après tout et  que nous attendons dans l’espérance , pour nous et pour la France, qu’il revienne. Cette attente est nécessaire  car nous  ne pouvons laisser orphelins :

  • Nos liseurs qui étaient  encore 783 le 17 novembre et  800 le 19 novembre dernier dont 80 installés aux USA ( … 800,  Quand même !)
  • 164 abonnés
  • Pour ne rien dire  des 5 546 articles  dont ce blog est déjà riche

Alain TEXIER, CJA,Docteur en Droit, Garde des Sceaux,Conseiller à la  Justice, aux Libertés  publiques, aux devoirs et  aux droits des  Citoyens et Conseiller aux réformes institutionnelle.  Président  fondateur de la Charte de Fontevrault , en l’abbaye homonyme, le 25 août 1988.                http://www.sylmpedia.fr/index.php?title=Charte_de_Fontevrault                                                                 https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/

 

Rappel

Le Conseil dans l’Espérance duRoi  est né le 24 mars 2011 :                                                                                                 https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/04/24-mars-2011-naissance-du-cer-par-jean-yves-pons/

Le blog du Conseil dans l’espérance du roi a posté  son premier article le 3 mai 2012 :                    https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/03/une-nouveaute-prometteuse-le-cer/

Et il n’y a aucune raison que cette belle histoire  s’arrête  le 9 décembre en  un triste jour  d’hiver.

 

La France était déjà le pays de la diversité. Il est maintenant celui de la variété.

9 Déc

Obsèques de Jean Bruno Wladimir François-de-Paule Le Fèvre d’Ormesson, écrivain, membre de l’Académie française, vendredi 8 décembre 2017 :

Obsèques de Jean-Philippe Smet dit Johnny Halliday, chanteur de variétés, samedi 9 décembre 2017 :

Le 09 décembre 2017.

Pour le Conseil dans l’Espérance du Roi, Jean-Yves Pons qui n’y retrouve plus les siens et, dans la peine, tire sa révérence.

Radio courtoisie : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

4 Déc

Depuis que Henry de Lesquen, qui présidait aux destinées de Radio Courtoisie après la disparition de Jean Ferré, a été enfin démis de ses fonction par une assemblée générale du 1er juillet 2017, la nouvelle présidence s’avère incapable de reprendre en main cette remarquable institution radiophonique qui, tel un bateau ivre, prend désormais eau de toute part.

Vous savez combien nous avons lutté pour tenter de sauver cette radio menée au désastre par M. de Lesquen (le mot-clé « radio courtoisie » sur notre moteur de recherche vous donnera accès à tous les articles que nous avons consacrés à cette douloureuse affaire) et combien nous désespérions de voir apparaître, au sein du Conseil d’administration de la radio, une opposition digne de ce nom. Et, pour tout dire…digne tout court. Hélas, la nouvelle présidente, Mme Danielle Colle, épouse Latil, dite « Dominique Paoli » (pour mieux tromper sur ses origines corses…) n’est pas, cinq mois après son élection, à la hauteur des nécessités.

Après que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ait condamné la radio à une amende de 25 000 euros à la suite des comportements intolérables de Henry de Lesquen, la nouvelle présidente se réfugia derrière une piteuse repentance assortie…d’un pathétique appel aux dons des auditeurs (Lire « Radio Courtoisie: ce qui devait arriver arriva » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/10/10/radio-courtoisie-ce-qui-devait-arriver-arriva/).

Une honte, quand on sait que le CER avait pris la tête de la révolte contre Henry de Lesquen et ses divagations antisémites et négationnistes dès 2015 (et même avant). Nous avions précisément insisté sur le fait que les comportements de son président exposaient la radio « de toutes les droites » à des sanctions non seulement financières mais pouvant aller aussi jusqu’à une interdiction d’émettre. Nous avions soutenu les responsables d’émissions qui avaient fini par exiger la démission d’Henry de Lesquen mais sans y parvenir. A l’inverse, nous nous étions dressés contre le silence inqualifiable d’un certain nombre de responsables d’émissions se proclamant pourtant royalistes auprès de tous les naïfs qui les écoutaient : Danielle Colle, épouse Latil, dite « Dominique Paoli » (élue pourtant présidente de Radio Courtoisie en juillet dernier), Jacques Trémolet de Villers, avocat, ami et conseiller du prince Jean d’Orléans, Hilaire de Crémier, directeur de la publication Politique Magazine après un parcours chaotique et sulfureux au sein de la roicosphère, et beaucoup d’autres…

Et aujourd’hui, lundi 4 décembre, Mme Paoli et le trésorier de Radio Courtoise, apprenaient aux auditeurs que le comité territorial de l’audiovisuel de Caen (CAT) a statué défavorablement sur la possibilité de reconduire pour cinq ans, hors appel aux candidatures, les fréquences de Radio Courtoisie pour la Normandie (Caen, Chartres, Cherbourg, Le Mans et Le Havre), dont le terme est fixé au 3 décembre 2018.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036121599

Notons ici que, dans ses attendus, le Cat de Caen précise ceci :

 » – l’animateur en cause a bien quitté l’association et n’en est plus le président mais cette circonstance n’est intervenue que le 1er juillet 2017, soit plus d’un an après que les faits ont été commis ;
– si la sanction a été prise récemment, elle porte sur des faits commis entre le 5 octobre 2015 et le 11 avril 2016.« 

Ceci n’étant que la suite logique de la décision du CSA et, sans aucun doute, les prémices de prochaines autres interdictions d’émettre. Ce que nous avions prévu et dénoncé sans être entendus, par manque de courage.

Que croyez-vous qu’annoncèrent les deux administrateurs de la radio ce soir ? Que la contestation de cette nouvelle décision défavorable allait nécessairement entrainer d’importants coûts financiers. Sous-entendu : UN NOUVEL APPEL AUX DONS DES AUDITEURS. POUR VOLER AU SECOURS D’UNE EQUIPE, PRECEDEMMENT EN PLACE ET QUI N’A, À AUCUN MOMENT, EU LE COURAGE DE DÉCISIONS QUI S’IMPOSAIENT. AU SECOURS D’UNE EQUIPE AUJOURD’HUI TOTALEMENT DISCREDITEE.

Madame Latil, dite Paoli, n’aura pas nos dons. Sauf à démissionner. Car des pilotes, pour cet avion, il y en a et nous les connaissons.

Le 4 décembre 2017.

Du Plessis

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : Revue de presse…sur France Inter.

3 Déc

Entendu ce matin lors de la revue de presse de la première radio nationale, dans la bouche de son spécialiste du sujet, Frédéric Pommier, larmoyant comme à son habitude :

 » Triste monde, là encore, dans LA PRESSE DE LA MANCHE, qui revient sur l’assassinat d’une championne de marathon. Elle s’appelait Zenash Gezmu. D’origine éthiopienne, elle avait 27 ans et vivait à Neuilly-sur-Marne. Pour payer ses entraînements – très tôt le matin, très tard le soir – elle était femme de chambre dans un hôtel. Elle a été tuée par un homme lundi soir, chez elle. Des coups, jusqu’à ce que mort s’en suive. Ainsi que l’écrivait LE PARISIEN dès le lendemain : « Lundi, ses hurlements ont inquiété plusieurs voisins… Mais personne n’a prévenu la police. » 

« Ne rien laisser passer », dit pourtant le slogan du spot diffusé depuis maintenant dix jours, afin de dénoncer les violences faites aux femmes. « 

Mais à aucun moment ledit Pommier ne précisait que la malheureuse Ethiopienne, battue à mort, l’avait été par un monstre…originaire d’Erythrée ! Ceci expliquant peut-être cela. Mais aussi un monstre arrivé dans notre pays il y a deux ans, avec un visa de séjour en règle, pour participer à un marathon. Il devait bien sûr rentrer chez lui après l’épreuve. Il n’est jamais reparti…*

« Ne rien laisser passer », dit pourtant le slogan du spot diffusé depuis maintenant dix jours, afin de dénoncer les violences faites aux femmes, nous rappelait Pommier.

En effet, mais  » NE RIEN LAISSER PASSER  » non plus afin de dénoncer la langue de bois journalistique et le politiquement correct qui veut faire un silence absolu sur les méfaits de l’immigration clandestine.

Le 3 décembre 2017.

Du Plessis

* S’il avait été reconduit à la frontière, elle ne serait pas morte.

Billet d’humeur, de très mauvaise humeur, du sieur Du Plessis : il a osé recommencer !

29 Nov

Vous vous souvenez sans aucun doute des propos scandaleux et insultants du candidat Macron, en Algérie qui plus est, pendant la dernière campagne pour les élections présidentielles :

« La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes ».

En visite, hier mardi 28 novembre, au Burkina Faso, il a osé récidiver :

« Il y a eu des fautes et des crimes, des grandes choses et des histoires heureuses », mais « les crimes de la colonisation européenne sont incontestables»

Cet homme est indigne de sa fonction. Il est la honte de la France.

Mais sachez aussi que tous ceux qui furent les représentants de notre pays, gouverneurs, administrateurs, missionnaires, médecins, militaires, enseignants, industriels, agriculteurs, fonctionnaires, etc. expatriés au service de la France ne furent, pendant des siècles, que des

CRIMINELS.

Mes parents, mes grands-parents, mes arrière-grands-parents et même mes arrière-arrière-grands-parents remercient Emmanuel Macron, président de la République française, de leur avoir redonné, avec tant de lucidité et de conviction, la juste place qui fut la leur dans l’histoire de notre pays.

Je saurai personnellement m’en souvenir.

Le 29 novembre 2017.

Du Plessis

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : d’ailleurs, ce ne sont pas les croisés chrétiens qui pratiquent ces horreurs.

25 Nov

C’est l’attaque la plus sanglante de l’histoire récente de l’Égypte. 305 personnes ont été tuées et une centaine blessée vendredi 24 novembre dans un attentat au moment de la prière dans la mosquée al-Rawda de Bir al-Abed, à 40km du Caire, au Nord-Sinaï. Ce dernier bilan a été communiqué samedi par le parquet égyptien, faisant état de 27 enfants tués.

Non, ce ne sont pas les croisés chrétiens. Ce sont des adeptes du prophète Mahomet et de sa prétendue religion de paix, d’amour et de tolérance.

Le 25 novembre 2017.

Du Plessis