Archive | 4 -Billets d’humeur des membres du CER RSS feed for this section

Macron Empereur ou marche-pied du « Grand Monarque »?

23 Juin

 

Les étranges rapports entre le President Macron et le Grand Monarque. Reflexions de François-Xavier PACHOT. ( dit dit Chouan de coeur) https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/06/19/les-etranges-rapports-entre-le-president-macron-et-le-grand-monarque-reflexions-de-francois-xavier-pachot/.

Retour sur l’analyse de « Chouan de Coeur »: Le Président Macron et le Grand Monarque                                           https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/06/19/les-etranges-rapports-entre-le-president-macron-et-le-grand-monarque-reflexions-de-francois-xavier-pachot/.

Alain TEXIER, CJA.

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : le multiculturalisme est une vue de l’esprit.

21 Juin

L’histoire mouvementée des Etats-Unis nous l’avait déjà montré mais voici que le Royaume-Uni est lui aussi touché par les méfaits de cette utopie du siècle passé.

Déjà secoué par trois attentats islamistes en moins de trois mois et encore sous le choc de l’incendie tragique de la tour Grenfell la semaine dernière, le Royaume-Uni s’est réveillé, lundi 19  juin, après une nouvelle nuit de violence. Peu après minuit, un homme au volant d’une camionnette blanche a foncé sur des passants rassemblés devant une mosquée du quartier de Finsbury Park, dans le nord de Londres.  » Tous les musulmans ! Je veux tuer tous les musulmans ! « , a hurlé le conducteur, selon un témoin interrogé par la BBC. Les personnes visées étaient rassemblées devant la Muslim Welfare House, un centre social faisant également office de lieu de culte.  » L’agression visait clairement des musulmans, dont l’habillement évoquait la religion, et qui sortaient d’une réunion de prière « , dira plus tard Cressida Dick, la patronne de Scotland Yard, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête pour  » attentat terroriste « .

La prière de rupture du jeûne du ramadan venait de s’achever et la foule était massée autour d’un vieil homme qui venait d’avoir un malaise et gisait sur le sol.

Le public a pris à partie le conducteur qui cherchait à s’enfuir ; trois personnes l’ont immobilisé au sol alors qu’il se débattait en criant :  » Tuez-moi !  » Dans une totale confusion, la foule en colère menaçait de le rouer de coups de poing et de pied, lorsque l’imam de la Welfare House, a hurlé :  » Personne ne le touche ! Personne ! Personne !  » Il a calmé les gens jusqu’à l’arrivée de la police. Une vidéo mise en ligne montre l’agresseur hissé dans un fourgon cellulaire au milieu de cris furieux.  » Si l’imam n’avait pas été là, cet homme ne serait plus en vie « , assure un témoin.

Le terroriste avait un comportement étrange pour ne pas dire…un peu  » allumé « . Il souriait, ne semblant éprouver aucun regret ni émotion, envoyant des baisers en répétant qu’il  » avait fait ce qu’il avait à faire « . Les policiers l’ont d’ailleurs conduit à l’hôpital afin qu’il subisse des examens psychiatriques, puis placé en détention pour avoir  » commis, préparé ou incité à un acte de terrorisme, y compris le meurtre et la tentative de meurtre « . Son identité a été rendue publique dans l’après-midi. Darren Osborne est un Britannique de 47  ans, père de quatre enfants vivant dans la banlieue de Cardiff, au Pays de Galles. Inconnu de la police, il aurait agi seul.

La première ministre, Theresa May, s’est rapidement déplacée sur les lieux. Elle a fustigé une  » monstrueuse manifestation de haine  » et félicité les représentants des autres cultes présents dans le quartier – chrétien, juif, bouddhiste – pour leurs témoignages de solidarité. Cet attentat antimusulman, a-t-elle ajouté, est  » en tout point aussi insidieux et destructeur pour nos valeurs et nos modes de vie  » que les récents attentats islamistes.  Alors que se poursuit une terrible série de drames nationaux – les trois récents attentats islamistes ont causé la mort de trente-cinq  personnes et soixante-dix-neuf sont mortes ou disparues dans l’incendie de la tour Grenfell –, les formules indignées, les appels à la cohésion et les minutes de silence font désormais partie du quotidien britannique. Mais , en vérité, RIEN DE TOUT CELA NE RÉSOUD LE FOND DU PROBLÈME.

Car, La Muslim Welfare House se trouve à 300  mètres de la mosquée de Finsbury Park, connue pour avoir été une pépinière de terroristes dans les années 1990. Le lieu de culte, symbole de la tolérance extrême des Britanniques, à l’époque, a été fermé en  2003, et son imam, Abou Hamza, proche de l’organisation Al-Qaida, arrêté pour terrorisme l’année suivante. L’endroit a réouvert en  2005, selon un processus suivi de près par Scotland Yard.

Les précédents attentats avaient mis en lumière les ravages de la propagande islamiste et la porosité de certains éléments de la société. Celui de Finsbury Park oblige le Royaume-Uni à se pencher sur d’autres réalités, engendrées fatalement par ce multiculturalisme illusoire : la multiplication des manifestations de haine raciale ou religieuse. Après l’attentat du London Bridge, le 3  juin, Sadiq Khan, le maire musulman de Londres, s’était évidemment alarmé d’une recrudescence des agressions antimusulmanes : vingt par jour dans la capitale, contre moins de quatre en temps normal. LA FAUTE À QUI ?

L’affaire révèle ainsi l’existence d’un Front national du Pays de Galles du sud, région où vivait le terroriste. Ce groupe en lutte pour  » les droits des nationalistes blancs « , qui a organisé en  2016 une  » White Pride « , a nié, lundi, tout lien avec M.  Osborne. Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), parti fer de lance du Brexit, se redéploie également dans le registre de l’islamophobie depuis la victoire de sa revendication phare au référendum de 2016. Enfin, l’English Defence League, qui se veut l’ » avant-garde de la lutte antidjihad « , dénonce l’islam comme  » une idéologie malfaisante  » et s’est illustrée dans des bagarres de rue contre des musulmans. Dans la nuit de lundi, après l’attentat, son fondateur et ex-dirigeant, Tommy Robinson, a inondé Twitter de vidéos où il dénonçait la mosquée de Finsbury Park comme un  » centre de promotion de la haine « .

En d’autres termes, à défaut pour le moment d’admettre les errements de ceux qui se sont faits les apôtres du multiculturalisme, ne peut on suggérer une méditation sur le thème suivant :

QUI SÈME LE VENT RÉCOLTE LA TEMPÊTE ?

Le 21 juin 2017.

Du Plessis.

Chronique d’une imposture annoncée : à moins qu’il soit cacochyme.

19 Juin

Car voici ce qu’a osé déclarer, dimanche 18 juin 2017, au soir du second tour des élections législatives, sur France 2, le ministre d’Etat ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb :

 » Nous serons jugés par les Français sur l’économie, l’emploi et l’école  » (à partir de 2h27 30).

Rien de moins mais, surtout, rien de plus. Car, où sont passés :

  • la sécurité des Français (violences et trafics en tout genre, terrorisme, etc),
  • l’islamisation de la France et, pour tout dire,
  • l’invasion de notre pays par des hordes migrantes importées par les négriers, amis du président de la République ?

Etonnant tout de même de la part de celui qui est en charge de la sécurité publique et des cultes ! Et dire que 66,1% des électeurs ont voté pour une telle équipe…

Quelle est  » la seule chose (dont Ernest Renan disait) qu’elle donne une idée de l’infini  » ?

Le 19 juin 2017.

Du Plessis

 

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : ils sont indécrottables.

13 Juin

Qui ne connaît pas la cité de La Villeneuve, à Grenoble ? De bien triste mémoire depuis 2014-2015. Mais, après tout ne l’avions-nous pas prédit ? (Lire « Un jugement d’une honteuse clémence » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/12/14/bulletin-climatique-quotidien-14-decembre-2015de-la-republique-francaise/). Souvenez-vous d’ailleurs de notre conclusion de cet article :

«  Avec de tels verdicts vous pouvez être assurés que le message sera entendu dans nos banlieues.« 

Pensez-vous que, malgré nos craintes, ces graves évènements de 2014, adoucis par la clémence du tribunal ne cherchant qu’à acheter la paix civile, aient pu servir de leçon à ces  » Chances pour la France « , choyées par la République, gavées des crédits sans limite de la politique de la ville (plus de 100 milliards d’euros y ont été dépensés en pure perte), bénéficiant de conditions d’étude sans cesse optimisées ? Jusque dans le programme électoral d’Emmanuel Macron : 12 élèves par classe dans les zones d’éducation prioritaire. Conditions qu’aucun de nos enfants, nés Français de souche, ne connaîtra jamais.

Eh bien non !

Car un incendie d’origine criminelle a ravagé dans la nuit de samedi à dimanche le collège Lucie-Aubrac, situé à La Villeneuve, ce fameux quartier malfamé de Grenoble dont nous venons de parler.

« L’incendie, qui a nécessité l’intervention de 75 sapeurs-pompiers, a débuté à 02 h du matin et les dégâts sont très importants. Il a été éteint vers 11 h », ont précisé les pompiers.

Selon le directeur de cabinet du préfet, Alexander Grimaud, qui s’est rendu sur place, « des pneus, préalablement déposés à l’entrée du collège, ont été embrasés volontairement. À son arrivée sur place, une première équipe de pompiers a été caillassée par plusieurs bandes de ces racailles, retardant les opérations, et le feu s’est propagé à l’intérieur du collège », a-t-il ajouté.

La préfecture de l’Isère précise que si les salles de classe situées en bas de l’établissement ont été épargnées, les flammes ont rapidement gagné la toiture par celles du premier étage et dégradé la structure métallique du bâtiment par le haut.

« Ce genre d’acte est totalement intolérable. En incendiant un établissement scolaire, ce sont les valeurs de la République qui prennent feu », a réagi M. Grimaud, soulignant vouloir passer « un message de fermeté ». Combien de fois n’a-t-on pas entendu ces mêmes phrases dans la bouche de Manuel Valls, de Bernard Cazeneuve ou même de François Hollande ? Pour quel résultat ?

Le maire de Grenoble Éric Piolle s’est également rendu sur les lieux du sinistre, indiquant que les 350 collégiens allaient être répartis dans d’autres établissements. Une réunion s’est tenue dans la matinée à la Préfecture à cet effet.

Sur les réseaux sociaux, l’élu a condamné « avec force » cet incendie. « Incendier un collège, lieu d’émancipation et de découverte, c’est attaquer la jeunesse et la République », a-t-il déploré.

De son côté, le président du département de l’Isère Jean-Pierre Barbier s’est dit « choqué par […] ce vandalisme contre l’éducation, cette mise à sac de lieux de vie ». Ajoutant que « Les jeunes qui s’en sont pris au collège piétinent tous les efforts qui ont pu être faits pour en faire de véritables citoyens intégrés à notre société. Ils ruinent toutes les bonnes volontés. Ce sont de véritables criminels ». Hélas, tous oublient que tout ce qui est « émancipation« , « découverte » et même CULTURE est étranger à ces populations de sauvages indécrottables.

Situé en zone d’éducation prioritaire, le collège Lucie-Aubrac, dans le quartier de l’Arlequin, au cœur de l’ensemble de La Villeneuve de Grenoble, est doté d’une architecture originale qui évoque une soucoupe volante. Sans doute par métonymie architecturale voulant évoquer un monde extra-terrestre…

En juin 2009, le gymnase situé à quelques centaines de mètres du collège avait également été détruit dans un incendie volontaire : « Perseverare diabolicum« .

Mais, notez aussi que, cerise sur le gâteau, M. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, qui séjournait, comme la plupart des week-ends, dans sa bonne ville de Lyon…n’a pas daigné se déplacer à Grenoble (112 km) pour témoigner de sa compassion et, mieux encore, pour affirmer la fermeté du gouvernement dans la lutte sans relâche contre les violences urbaines, même venues d’ailleurs ! Ce détail en dit long sur la volonté réelle du nouveau pouvoir d’éradiquer les vers qui sont dans le fruit.

Nous aurons sans aucun doute à en reparler avant longtemps.

Le 13 juin 2017.
Du Plessis.

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : le silence assourdissant du maire de Pau.

3 Juin

François Bayrou, maire de Pau mais aussi Garde des sceaux et ministre de la Justice, est bien silencieux aujourd’hui alors que des émeutes ont eu lieu hier soir dans sa bonne ville.

Une soixantaine de membres de la communauté Rom ont violemment manifesté ce vendredi soir à Pau, en brûlant cinq véhicules et un bus ainsi que des pneus volés dans un garage voisin, près du magasin Auchan (dont ils ont détruit de nombreux caddies), pour protester contre une décision de justice qui interdit au frère d’un voyou, tué à Toulouse par les forces de l’ordre alors qu’il forçait un barrage au volant d’une voiture volée, d’assister aux obsèques alors qu’il purge lui-même une peine de prison !

 
 
Le calme est revenu à Pau en fin de soirée, vers 23h après de longs palabres. Aucune victime n’est à déplorer, mais les pompiers ont dû intervenir pour éteindre les restes d’incendie sur la chaussée.
 

Croyez-vous que la moindre arrestation ait eu lieu ? Pas du tout. Au  nom bien sûr de la pacification et de l’achat de la paix sociale…

Les carrières de Gérard Colomb, nouveau ministre de l’Intérieur, comme celle de François Bayrou, nouveau ministre de la Justice, commencent bien. Nous savons que nous pourrons compter sur eux pour faire respecter l’ordre et la sécurité de nos compatriotes. Ça ne vous rappelle pas le bon vieux temps où Manuel Valls était ministre de l’Intérieur et Christiane Taubira ministre de la Justice ?

Mais, il est vrai (si vous en aviez douté) qu’avec Emmanuel Macron, notre nouveau président de la République, LE CHANGEMENT…CE N’EST PAS MAINTENANT.

Le 3 juin 2017.
Du Plessis.

 

 

Paul Turbier, CJA.  » La femme de César ne doit pas être soupçonnée ».

2 Juin

Les affaires qui agacent le gouvernement buttent , quelle qu’en soient leurs issues sur une antique vérité :  . Sauf que la stricte application de cet adage, de son côté, butte sur un effet pervers car il est trop facile pour un concurrent malveillant aidé par un journaliste complaisant de démolir n’importe qui n’importe quand. dès lors que la personnalité ciblée occupe ou brigue un poste important.

  Or l’important pour l’exercice d’une responsabilité, en politique comme dans bien d’autres domaines,  n’est pas une blancheur liliale improbable (qui pourrait s’en prévaloir) mais un talent mis au service d’une collectivité. Mazarin ( détournement de fonds publics) ou Napoléon (népotisme) auraient-ils eu leur place dans l’Histoire si un simple soupçon les avait désarçonnés.

 Paul Turbier
Il est  peut-être possible d’objecter à notre ami Paul deux ou trois choses.
– Les exemples qu’il donne  correspondent à une forme d’exercice du pouvoir  qui est  monarchique ou crypto monarchique mais en en aucun cas républicaine, la république dont , on le sait, la « vertu » est – ou devrait être- le moteur.
S’agissant du Président Emmanuel Macron, une difficulté supplémentaire vient  du fait  qu’il affecte de  se présenter comme Monsieur propre, dés lors …
De plus , le même  président nous a quelque peu « lanterné » l’annonce de la  composition du Gouvernement  par le temps nécéssaire pour se livrer à toutes les  investigations nécessaires… Qu’il disait.
Alain TEXIER, CJA. Garde  des Sceaux du CER.

Billet d’humeur du sieur Du Plessis : Législatives à Paris, Cambadélis a du souci à se faire.

28 Mai

Tête de liste du Parti socialiste, dont il est encore le Premier secrétaire, dans la 16e circonscription de la capitale, Jean-Christophe Cambadélis de triste mémoire a du souci à se faire pour sa réélection.

Non pas tant du fait qu’il a, en face de lui, 23 adversaires déclarés car il en a vu d’autres dans ce domaine…Mais surtout à cause de l’un d’entre eux, Mounir Mahjoubi, 33 ans, anciennement encarté au PS mais passé avec armes et bagages au mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macron et désormais secrétaire d’Etat au numérique.

Pourquoi précisément lui ? Simplement parce qu’il est aussi l’un des plus emblématiques porte-drapeaux de la  » diversité  » et du métissage ethno-culturel pensés, voulus et, ne vous y trompez pas, prochainement mis en oeuvre par le nouveau président de la République et son gouvernement. En voici une preuve, prise sur le vif, lors d’une récente réunion publique du candidat présidentiel à Paris, le 24 mai dernier :

 » Ils sont venus, ils sont tous là… » (Mounir, c’est le barbu à lunettes au centre)

Face au règne de l’avoir, à l’accélération de l’invasion migratoire, à la rupture de la transmission, à la repentance permanente, à la honte de notre passé enseignée à nos enfantsFace à la menace du grand effacement de notre culture et de notre mémoire, préalable au grand remplacement des peuples européens, l’heure est à l’offensive pour défendre ce que nous sommes et retrouver notre souveraineté. Ne l’oubliez pas. 

Le 28 mai 2017.

Du Plessis